Version classiqueVersion mobile

Apprendre à peindre

 | 
Alain Bonnet
, 
France Nerlich

3e partie. École et réseaux. Les ateliers de Paul Delaroche et Léon Cogniet

Une généalogie d’ateliers ?

Clémentine Garcia

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jacques-Louis David Antoine-Jean Gros Paul Delaroche et Charles Gleyre

En l’absence d’ouvrages de synthèse et de sources suffisantes, les ateliers privés d’enseignement ont donné lieu à des représentations pittoresques et fantasmées dont nous avons, aujourd’hui encore, peine à nous défaire1. Parmi les clichés les plus répandus sur l’histoire des ateliers français de la première moitié du xixe siècle, il y a celui d’une « généalogie » d’ateliers qui aurait scandé l’histoire de l’enseignement de la peinture en France au xixe siècle, en allant de Jacques-Louis David à Charles Gleyre en passant par Antoine-Jean Gros et Paul Delaroche. L’idée même de généalogie implique une dimension intime, familiale, voire biologique, une idée des origines et d’un héritage, de transmission, de succession voire de filiation, de sorte que ces quatre peintres apparaissent comme les membres d’une même famille, d’une même dynastie. En reprenant le flambeau de leur aîné, ces quatre maîtres auraient agi comme ...

Auteur

Clémentine Garcia a étudié l’histoire de l’art à l’université François-Rabelais de Tours. Dans le cadre de son master, elle a collaboré au projet de Répertoire des ateliers privés à Paris 1793-1863 dirigé par France Nerlich et approfondi la question des ateliers dans son mémoire de M1 L’atelier privé d’enseignement de Paul Delaroche (1835-1843) en 2011, et de M2 Politique, mondanité, enseignement : l’atelier d’Horace Vernet (1789-1863) en 2012 (université François Rabelais de Tours).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search