Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le palais et son décor au temps de Jean de Berry

 | 
Alain Salamagne

4e partie. Le décor

Conclusion. Le legs du xive siècle

Jean Guillaume

Texte intégral

1Le château français des Temps modernes est né dans le dernier tiers du xive siècle. Les nouveautés apparues alors eurent de telles conséquences que l’on ne peut pas expliquer les particularités du château français au xvie et même au xviie siècle sans invoquer ce qui s’est passé sous Charles V et Charles VI. Historien de la Renaissance, nous avons pris progressivement conscience de cette nécessité, ce qui nous a fait regarder de près ces créations et nous permet aujourd’hui d’apprécier assez clairement leur impact.

PARTIS DE PLANS

  • 1 Cette double recherche d’efficacité et de valeur symbolique a été bien expliquée par A. Salamagne, (...)
  • 2 Sur ces plans polygonaux réguliers (ou circulaires) qui existent dès le xiiie siècle, voir Jean Me (...)
  • 3 Une seule exception, mais il ne s’agit pas d’un château : le pavillon de bains octogonal de Châtea (...)
  • 4 Sur ce type, illustré vers 1300 par la tour du Temple de Paris, voir Uwe Albrecht, Von der Burg zu (...)

2Disons tout de suite que les innovations de ce temps ne concernent pas les plans des grands châteaux. Ceux-ci, reconstruits partiellement, conservent leur périmètre originel, le plus souvent irrégulier parce que déterminé par le site. On ne voit donc nulle part un plan axé et hiérarchisé comparable à celui du palais des rois de Majorque à Perpignan. Vincennes, seule création entièrement nouvelle, fait exception, mais les dispositions régulières de son enceinte ne constituent pas par elles-mêmes une nouveauté puisqu’on les observe dès le règne de Philippe Auguste dans les châteaux de plaine, tel le Louvre. C’est à ce moment-là, pas au xive siècle, qu’est apparu le plan carré à tours d’angle, entrée au milieu d’un côté et cour large d’une quarantaine de mètres, destiné à être, pendant des siècles, le plan idéal du grand château français : il répondait à des exigences d’efficacité militaires et plus encore peut-être au désir de distinguer ces édifices de tous les autres1. Les plans centrés qui imposent une image encore plus forte du pouvoir, dont Concressault, transformé partiellement par le duc de Berry, offre un bel exemple, sont également bien antérieurs à la fin du xive siècle2 – et n’apparaissent dans aucun château de ce temps3. Le donjon et les tours de Vincennes appartiennent également à un type connu dès le xiie siècle4 auquel ces créations royales, prodigieusement élevées, donnèrent un nouveau prestige. Ces circonstances et plus encore le retour de l’insécurité, lié à la reprise de la guerre, expliquent les demeures nobles de la première moitié du xve siècle soient encore souvent des tours.

Fig. 1>Cheveron (Nièvre), façade sur cour du logis (cl. A. Salamagne).

Fig. 2> Chevenon (Nièvre), plan du premier étage du logis. Plan de J.P Bardin, revu sur quelques points afin de restituer l’état originel.

Fig. 3> Paris, hôtel de Bourbon vu de la Seine en 1636. Détail de la Vue du Louvre de De Verwer. Paris, Fondation Custodia.

  • 5 Un seul exemple de tour-résidence relevé dans, Claude Mignot et Monique Châtenet, Le manoir en Bre (...)
  • 6 Nobles d’importance locale, les Chevenon sont entrés au service du roi et trois d’entre eux furent (...)

3Si le royaume était resté en paix, on peut imaginer que les petits châteaux auraient connu une évolution semblable à celle qu’on observe en Bretagne où les tours-résidences sont rares et où la distribution par escalier en vis hors-œuvre apparaît dans les « manoirs » dès 14005. Une telle évolution était d’autant plus probable qu’un édifice trop peu connu l’annonce dès la fin du xive siècle : Chevenon, dans la Nièvre, « tour » de trois étages où chaque niveau comporte deux pièces d’importance inégale (reproduisant donc le modèle salle-chambre) desservies par une vis hors-œuvre située dans l’alignement du mur de refend, ce qui lui permet de desservir chaque pièce6 (fig. 1 et 2). Ce parti architectural est le seul vraiment nouveau de la fin du xive siècle, mais il n’aura de succès en Val de Loire que cinquante ans plus tard.

  • 7 Sur ce point, voir Jean Mesqui, « Les ensembles palatiaux et princiers en France aux xive et xve s (...)
  • 8 Sur ces deux hôtels, voir notre étude, « Un tournant dans l’histoire de la galerie : les hôtels pa (...)

4Dans les villes, les palais et les hôtels princiers dont l’histoire est inséparable de celle des châteaux, restent le plus souvent faits de bâtiments juxtaposés implantés en fonction des besoins7. Une évolution sensible apparaît toutefois sous Charles VI dans deux hôtels parisiens d’une ampleur exceptionnelle construits de neuf selon un plan d’ensemble8. À l’hôtel de Nesle, commencé par le duc de Berry en 1381, le logis adossé à l’enceinte de la ville et un corps de galeries perpendiculaires forment les deux côtés d’une vaste cour. À l’hôtel de Bourbon, élevé face au Louvre par Louis II entre 1390 et 1397, le parti est encore plus unitaire puisque les bâtiments (grande-salle, logis ducal et galerie longeant la Seine) se développent sur les trois côtés d’une cour rectangulaire, le dernier côté ne comportant que des constructions basses) (fig. 3). L’organisation ainsi définie réapparaît au Plessis-Bourré vers 1460 et devient par la suite typique des grands châteaux français.

ORGANISATION INTÉRIEURE

  • 9 Voir Gottfried Kerscher, Architektur als Repräsentation. Spätmittelalterliche Palastbaukunst zwich (...)
  • 10 Les dénominations « chambre à parer » et « chambre de retrait » apparaissent dans les comptes du L (...)
  • 11 Jean Guérout, « Le Palais de Paris : l’hôtel du roi », dans Jean Chapelot et Elisabeth Lalou, Vinc (...)
  • 12 Le logis de l’épouse n’a pas une position fixe : il se situait en dessous de celui du roi au Palai (...)

5Si les plans ne changent guère, sauf exceptions, l’organisation intérieure des grands châteaux devient plus complexe, mais il ne s’agit pas là d’une innovation française car le même phénomène, lié à une évolution générale du cérémonial de cour, s’observe dès le milieu du xive siècle à Majorque, à Avignon, à Windsor9. Les pièces du logis, plus nombreuses, forment une suite hiérarchisée où se succèdent salle (ou chambre de parement), chambre de retrait et pièces privées10. Un grand escalier conduit à la première pièce (ou à la grande-salle si celle-ci la précède), un autre escalier, plus petit, dessert les pièces privées. Cette organisation, apparue en France au Palais de la Cité sous le règne de Jean le Bon11, n’a pas toujours trouvé immédiatement une expression architecturale satisfaisante : à Saumur, la grande vis ne conduit pas directement à la chambre de parement. En revanche, dans les constructions du duc de Berry dont nous connaissons bien la distribution, les palais de Bourges et de Riom, la grande-salle, les deux chambres et les pièces privées se succèdent sans interruption. Il en était sans doute de même à Mehun12.

  • 13 Nous remercions Thomas Rapin, qui prépare une thèse sur le château de Poitiers, de nous avoir comm (...)
  • 14 Léonard de Vinci, évidemment surpris par cette disposition inconnue en Italie, n’a pas manqué de l (...)

6L’extension de l’espace habitable dans les grandes demeures va toutefois susciter en France deux innovations : une transformation des tours liées au logis et l’apparition d’une nouvelle pièce. Les étages de ces tours abritaient en effet depuis le xiiie siècle des salles circulaires ou, le plus souvent, octogonales. Or, à la fin du xive siècle, on eut l’idée de donner à ces pièces un plan carré afin de les rendre plus habitables. Ce parti se voit à Sully-sur-Loire, à Sagonne, à Chevenon (fig. 2) et sans doute ailleurs. En 1385 au château de Poitiers, « deux tours » (pré-existantes) furent alors « dépecées par dedans pour mettre du rond au carré »13. Le plus intéressant est que ce changement de plan n’a pas entraîné un abandon de la forme ronde des tours, bien que Vincennes offrît l’exemple de tours carrées conçues justement pour l’habitation. La solution adoptée, qui impose de profondes embrasures et d’inutiles dépenses de maçonnerie, est donc absurde, mais elle a sa propre logique : les tours rondes, adoptées depuis la fin du xiie siècle, appartiennent tellement à l’« image » du château qu’on ne songe pas à les abandonner. La pièce carrée, commode, dans la tour ronde, symbolique, aura donc en France, et en France seulement, un immense succès pendant deux siècles14.

  • 15 Sur ce sujet, voir Jean Mesqui, « Les ensembles palatiaux... », op. cit., note 2, t. II, p. 149-16 (...)
  • 16 Avignon : ambulatorium magnum au-dessus de l’escalier rampe sur rampe menant à la grande chapelle  (...)
  • 17 Ces mentions sont réunies par V. Hoffmann dans son compte rendu de Wolfram Prinz, Die Enstehung de (...)
  • 18 Chronique du Religieux de Saint-Denys..., éditées et traduites par Louis Bellaguet, Paris, 1842 (r (...)
  • 19 Cette liaison est sûre à l’hôtel de Bourbon où la galerie s’appuie sur le logis signalé parle supe (...)

7La galerie, appelée à devenir un élément essentiel du grand château français, apparaît également à la fin du xive siècle. Entendons par là les galeries réservées au maître, accessibles à travers son logis, toujours dotées d’une cheminée, et non celles servant à distribuer des logements ou à relier des bâtiments dont de nombreux exemples existaient antérieurement15. Ces galeries liées au logis n’existent pas dans les grands châteaux royaux et princiers de la fin du xive siècle (alors qu’on en connaît une, toujours en place, au palais des Papes d’Avignon et sans doute une autre au château d’Orthez où Gaston Phébus emmène ses invités après avoir dîné dans la salle16). Mais elles apparaissent dans les hôtels parisiens : peut-être à l’hôtel Saint-Pol, où Sauvai mentionne de nombreuses galeries (qui sont sans doute le plus souvent des galeries de circulation17), plus sûrement à l’hôtel de Savoisy où il y avait des « galeries magnifiques que Savoisy avait fait construire sur les murs de la ville et qui étaient ornées de peintures de toute sorte »18. Cette situation inhabituelle, en dehors du périmètre de l’hôtel, prouve que cette galerie (le mot est très souvent employé au pluriel) n’avait aucune fonction de liaison et de distribution et explique qu’elle ait pu échapper à la destruction de l’hôtel exigée par le Parlement lorsque Charles VI demanda qu’on l’épargnât (probablement parce qu’il voulait sauvegarder un décor qu’il avait admiré). L’existence d’une galerie prolongeant le logis du maître est sûre, en tout cas, dans les deux hôtels ducaux précédemment évoqués dont nous possédons des vues anciennes qui permettent de donner une réalité aux « galeries » mentionnées dans les textes (fig. 3). Situées au premier étage, longues de 60 m environ à l’hôtel de Bourbon et de plus de 125 m à l’hôtel de Nesle, ces galeries se développent perpendiculairement au logis. Elles ne conduisent pas à une autre aile et semblent liées aux pièces habitées par le maître des lieux19. Cette position, qui laisse supposer un usage privé, se retrouve plus tard au château du Plessis-Bourré, où l’on construit une galerie perpendiculaire au logis vers 1470, et devient ensuite habituelle dans les châteaux français pendant deux siècles.

Fig. 4 > Sagonne (Cher), façade sur cour du logis

LES ESCALIERS

  • 20 Voir Mary Whiteley, « Deux escaliers royaux du xive siècle : les “grands degrez” du palais de la C (...)
  • 21 Ce château, oublié de l’histoire de l’architecture, mériterait une étude approfondie. Courte notic (...)
  • 22 Notre analyse diffère sur ce point de celle de Jean Mesqui qui suppose que l’on a adopté la vis ho (...)

8Une autre innovation destinée à un succès durable concerne les circulations verticales, jusqu’ici assurées par des escaliers droits extérieurs qui peuvent être monumentaux ou par des vis discrètes dissimulées dans l’épaisseur d’un mur, dans une tourelle ou une tour d’angle. Au Louvre et au châtelet de Vincennes, au contraire, la vis hors-œuvre devient soudain le motif principal d’une façade sur cour20. Cette « grande vis » (ainsi désignée dans les comptes du Louvre) se distingue par sa hauteur, son décor (des statues sous dais au Louvre et à Saumur) ou des baies libres formant loggia à chaque révolution (Vincennes, Saumur, et surtout Sagonne où huit baies superposées éclairent un escalier extraordinaire, trop peu connu21 (fig 4). De plus, sa porte sert d’accès principal, souvent unique, au corps de logis. Ce nouveau parti, notons-le, n’est pas sans défaut : entrer par l’escalier veut dire que l’on pénètre dans un espace étroit et bas de plafond, situé sous la volée montante de la vis, sans rapport avec l’ampleur des pièces desservies par celle-ci – ce qui explique que l’on ait souvent conservé un escalier extérieur pour accéder à la grande-salle (Montargis, Chinon, logis ducal de Loches, peut-être Saumur). Pourtant, la tour d’escalier hors-œuvre s’imposera très vite pour la desserte des logis parce que les bâtisseurs ont aimé l’effet produit, à l’extérieur, par son volume élancé capable de dresser vers le haut une façade qui, sans elle, paraîtrait faite d’étages horizontaux superposés (comme le montre a contrario l’exemple de Suscinio). L’intérêt porté aux formes verticales, tellement appréciées dans l’architedure religieuse, et à leur valeur anoblissante a fait négliger les inconvénients d’un accès bas et étroit22.

Fig. 5> Sagonne (Cher), partie haute de l'escalier

Fig. 6> Chevenon (Nièvre), partie haute de l’escalier

  • 23 Pour le Louvre, voir supra l’article d’Alain Salamagne. Nous suivons également son interprétation (...)
  • 24 Il est peu vraisemblable qu’il s’agisse d’un remaniement puisque la peinture due aux Limbourg (à l (...)
  • 25 Les deux chambres et la petite vis se retrouvent à Paris, vers 1407, à l’hôtel du duc de Bourgogne (...)

9Les mêmes « préférences formelles », et non la nécessité d’avoir une chambre de guet, expliquent également pourquoi on a souvent élevé cette tour plus haut qu’il n’était nécessaire en plaçant au-dessus de l’escalier une chambre-haute. Ce type nouveau apparaît au Louvre où la chambre, de plan quadrangulaire (et donc partiellement en surplomb au-dessus de la tour d’escalier octogonale) est accessible par une petite vis qui part du dernier palier de la « grande vis ». Même disposition, probablement, à Saumur23 (fig. 9). Vers 1400, la chambre-haute se retrouve sous différentes formes dans plusieurs châteaux : à Lusignan, rénové par le duc de Berry à partir de 1399 (connu par une peinture des Très Riches Heures), une chambre en pans de bois quadrangulaire surmonte la tour d’escalier polygonale24 ; à Sagonne, la tour de plan carré, extraordinairement élancée, s’achève par une chambre en léger surplomb à laquelle on parvient en passant par le comble (fig. 5) ; à Chevenon, deux chambres se superposent, accessibles par une petite vis en surplomb25 (fig. 6). Les chambres-hautes, souvent en surplomb, généralement accessibles par des petites vis, s’imposeront partout après 1450 parce qu’elles accroissent la hauteur des tours d’escaliers et permettent de développer à leur sommet un jeu de volumes contrastés, plaisants à voir.

LES PARTIES HAUTES

Fig. 7> Mehun-sur-Yèvre (Cher), mâchicoulis console et linteau à trilobé ajouré

  • 26 Étude d’ensemble des mâchicoulis sur consoles et de leur « esthétisation » dans Jean Mesqui, « Les (...)
  • 27 La lucarne ne comporte pas de fenêtre : elle ouvre sur une petite loggia au fond de laquelle on vo (...)

10Cet intérêt pour les parties-hautes explique aussi d’autres initiatives qui vont transformer l’aspect extérieur des châteaux. Ainsi comprit-on très vite les possibilités décoratives offertes par les mâchicoulis sur consoles qui remplacent les hourds en bois au milieu du xive siècle et modifient donc l’aspect des murs, désormais couronnés d’une sorte de corniche26. Deux partis apparaissent en même temps. Au donjon de Vincennes (tour et châtelet), au Louvre (fig. 10), à Loches, à Riom, à Lusignan, on a préféré aux consoles un corps de moulures continu percé de quelques orifices de tir qui ressemble aux corniches couronnant les murs des églises et porte, comme elles, un décor feuillage. À Saumur et à Mehun-sur-Yèvre, on a imaginé une autre solution qui aura un plus grand succès, sans doute parce qu’elle conserve les consoles (fig. 7 à 9). Celles-ci ne sont pas profilées en quart-de-rond, mais en talons séparés par des réglets, ce qui crée des oppositions serrées d’ombre et de lumière. Ce type de mouluration, adoptée également à Pierrefonds, à Villers-Cotterêts, à la tour Jean sans Peur de Paris (avec un tracé encore plus complexe), connaîtra un nouveau succès à la fin du xve siècle, et permettra finalement l’apparition au xvie siècle d’un nouveau type de console où les talons prendront la forme d’une console (ornementale) « antique ». Au-dessus de ces supports, les linteaux peuvent être ornés de trilobés sculptés dans un renfoncement ou découpés en arcs trilobés, qui peuvent même être ajourés dans les écoinçons. La recherche esthétique du chemin de ronde atteint son point extrême à Mehun où les consoles portent un décor feuillage, et surtout à Saumur où des fleurs de lys sculptées surmontent le parapet. Un autre motif apparaît encore dans ce château, du côté de l’entrée où le chemin de ronde reçut une toiture : la lucarne ouverte dans le parapet27 (fig. 9). Ce parti paradoxal, qui est aussi un tour de force technique puisque le devant de lucarne se trouve en surplomb, nie le caractère militaire du chemin de ronde : il aura, une postérité après 1450, de Châteaudun à Azay-le-Rideau, à la différence du couronnement à fleurs de lys qui restera un unicum.

Fig. 8> Mehun-sur-Yèvre (Cher), parties hautes, d'après les Très Riches Heures du duc de Berry.

Fig. 9> Saumur (Maine-et-Loir), tour sud et aile d'entrée, d'après les Très Riches Heures du duc de Berry.

Fig. 10> Paris, Louvre, parties hautes, d’après les Très Riches Heures du duc de Berry.

  • 28 Description de Jean Chaumeau, Histoire du Berry, Lyon, 1566, p. 275 : « le dessus [des logis neufs (...)
  • 29 Il y eut auparavant quelques tentatives en ce sens. La plus intéressante est l’emploi de tourelles (...)

11Au sommet des tours du Louvre, le chemin de ronde, dépourvu de toiture, constitue une sorte de plate-forme sur laquelle s’élèvent des superstructures imaginées par Raymond du Temple : une seconde tour étroite, accompagnée d’une tourelle d’escalier et de souches de cheminées encore plus élancées (fig. 10). Ce jeu des volumes dressés, découpés sur le ciel, ornés d’épis de faîtages dorés portant des figures ou des emblèmes – ornements particulièrement onéreux et donc prestigieux – donnait un aspect féerique au château. Le parti plut au duc de Berry qui le reprit à Mehun-sur-Yèvre, à Poitiers, à la tour-maîtresse de Lusignan (trois châteaux peints dans les Très Riches Heures) et à Concressault dont les girouettes dorées firent l’objet d’une description émerveillée à laquelle on n’a pas prêté assez attention28. À Mehun toutefois, Guy de Dammartin imagina une variante : ce ne sont plus des tourelles qui se dressent, mais des structures transparentes à remplages, gables et pinacles inspirées de celles de la chapelle située au-dessus de l’entrée (fig. 8). Cas limite, Mehun met en évidence le « principe » de cette nouvelle architecture : la volonté de transposer dans l’architecture civile certains effets (et même, ici, certaines formes) de l’architecture religieuse afin de donner demeures du roi et des princes la splendeur qui semblait jusqu’alors réservée aux églises29. Les grandes baies à remplages ouvertes dans les murs-pignons des salles de Coucy, de Mehun, de Poitiers s’expliquent de la même façon.

Fig. 11> Pierrefonds (Oise), face ouest restaurée par Viollet-le-Duc (cl. A. Salamagne).

  • 30 Avant Pierrefonds (1398-1405) les mâchicoulis couverts surmontés d’une partie haute massive se voi (...)

12À la fin du siècle, le duc d’Orléans choisit de traiter les parties hautes de Pierrefonds d’une autre façon, que l’on aurait tort d’expliquer par des soucis de défense (fig. 11). La hauteur incroyable des murs percés de rares fenêtres, le poids du mâchicoulis couvert qui forme une horizontale continue et se dédouble sur les courtines, la massivité de la partie haute des tours, donnent à l’édifice une puissance muette, impressionnante. Même s’il reprit des formules déjà expérimentées dans les Pays-Bas30, le duc sut les adapter à un site exceptionnel (où la dénivellation aurait suffi à assurer la défense) pour créer un effet sans précédent. Le prestige de cette création explique sans doute le succès durable du chemin de ronde couvert et de la tour à « surélévation lourde » (par opposition à la forme élancée adoptée au Louvre), au détriment des couvertures en terrasse capables de porter des engins ou des canons dont Vincennes et la Bastille avaient donné le modèle.

13Deux conceptions nouvelles des parties hautes, sans rapport avec les préoccupations de défense, sont donc apparues successivement. Celle des châteaux-merveilles n’eut guère d’influence immédiate, car les épreuves subies par le royaume ne permettaient plus d’envisager des constructions aussi ambitieuses, aussi « triomphantes ». Mais ces édifices féeriques ne seront pas oubliés : lorsque la reconstruction du royaume sera assez avancée et que les bâtisseurs penseront de nouveau à surprendre et à émerveiller, on verra réapparaître les mâchicoulis découverts, les fines tourelles des parties hautes, les cheminées, les lucarnes, les toitures dressées vers le ciel ornées de crêtes et d’épis dorés : ce sera la belle et trop courte saison des châteaux flamboyants, conclue par Chambord. Les formes militaires utilisées de façon emphatiques à Pierrefonds se diffusent au contraire très vite autour de 1400, à l’exception du double chemin de ronde. Au milieu du xve siècle encore, ce modèle inspire les choix de Louis XI à Langeais et plus encore ceux, plus originaux, de Dunois, fils de Louis d’Orléans, à Châteaudun, qui obtient par d’autres moyens des effets analogues à ceux de Pierrefonds.

LE DÉCOR

  • 31 On peut se demander si l’allège de fenêtre ornée d’un réseau aveugle n’est pas également apparue à (...)

14Le décor, enfin, évolue, mais beaucoup moins vite qu’on aurait pu l’attendre parce qu’il se concentre sur les chemins de ronde, les parties hautes et les « grandes vis ». Les réseaux moulurés qui couvrent les façades des églises n’auront d’équivalent sur les façades civiles qu’un siècle plus tard. À en juger par ce qui subsiste, les murs restent nus, les fenêtres ne sont pas liées verticalement les unes aux autres et le décor se réduit à la mouluration des ébrasements. Notons cependant que les larmiers, très rares dans l’architecture castrale antérieure, deviennent plus fréquents : à Vincennes, au Louvre, à Saumur, à Mehun, ils introduisent une scansion horizontale dans les façades. Il arrive même, à Saumur (fig. 9), qu’ils rencontrent une fenêtre et ressautent au-dessus d’elle : ce pourrait être la première apparition de ce motif qui eut tant de succès dans la seconde moitié du xve siècle. Par ailleurs, les pseudo-contreforts qui rythment verticalement le volume des tours de Saumur et de l’enceinte de Vincennes forment avec les larmiers une esquisse de ce qui deviendra un siècle plus tard le quadrillage des façades par des membres verticaux et horizontaux31. N’insistons pas, toutefois, sur ces indices. À la fin du xive siècle, ce n’est pas la mouluration mais la sculpture, logée à certains emplacements, qui est le principal ornement des grands édifices : statues de saints protecteurs ou de membres de la famille royale dans les châteaux de Charles V et de ses frères, statues plus romanesques des Preux et des Preuses et grands bas-reliefs à sujet religieux dans les châteaux du duc d’Orléans. Mais ces magnificences sont réservées au roi et aux princes : dans les autres châteaux, le décor se réduit à une mouluration très simple des ébrasements.

UNE NOUVELLE IMAGE DU POUVOIR

  • 32 Le côté cour est plus simple, d’autant qu’il n’y pas de grande vis. Sur ce bâtiment élevé vers 138 (...)

15Même s’il faut attendre les dernières décennies du xve siècle pour que le décor devienne plus abondant et que des corps de moulures entrecroisées organisent les façades, il reste qu’une conception nouvelle du grand château est apparue dans le dernier tiers du xive siècle. Vincennes mis à part, les préoccupations militaires passent au second plan : les parties hautes du Louvre, de Mehun, de Poitiers empêchent tout emploi d’engins de guerre au sommet des tours, une lucarne interrompt le chemin de ronde de Saumur, l’entrée de Mehun est indéfendable... Même dans les châteaux de Louis d’Orléans, on note que les tours de Pierrefonds n’ont pas d’embrasures de tir et que les murs de Villers-Cotterêts sont percés de fenêtres au rez-de-chaussée. Désormais c’est l’apparence qui compte, qu’elle ait pour but de surprendre et d’émerveiller ou, dans le cas du duc d’Orléans, de créer une impression de puissance démesurée. Rien n’illustre mieux ce changement que le cas de Loches où Louis Ier d’Anjou fit abattre une partie de l’enceinte de l’immense forteresse pour élever un charmant logis percé de grandes fenêtres, animé par des tourelles et un couronnement à créneaux de fantaisie, alors qu’il aurait pu adosser ce logis à la muraille en se contentant d’y percer quelques fenêtres (fig. 12). Mais son but était justement de modifier l’apparence du château en élevant à l’extérieur une telle façade, visible de loin32. Charles VIII s’en souviendra quand il élèvera la grande-salle d’Amboise un siècle plus tard.

  • 33 Charles V donne à Paris une nouvelle enceinte, élève Vincennes et la Bastille en même temps qu’il (...)
  • 34 Dans ces vues, toutes les hauteurs sont exagérées, mais cette « erreur » a un sens : elle révèle q (...)

16Ces innovations, toutefois, ne concernent que les demeures des rois et des princes qui peuvent se permettre des châteaux plus « civils » parce qu’ils sont toujours protégés par des hommes d’arme et possèdent à proximité d’autres résidences plus sûres où ils peuvent, le cas échéant, se réfugier33. Mais l’exemple est donné et la même évolution affectera, un siècle plus tard, tous les châteaux de la noblesse. Même limitées en nombre, les grandes entreprises de la fin du xive siècle ont donc une importance décisive : elles ont créé une nouvelle « image » du château, magnifiée par les Très Riches Heures34, et montré que le château pouvait autant que l’église devenir, à sa façon, une œuvre d’art.

Fig. 12> Loches (Indre-et-Loire), logis ducal, façade extérieure

Notes

1 Cette double recherche d’efficacité et de valeur symbolique a été bien expliquée par A. Salamagne, « Le symbolisme monumental et décoratif : expression de la puissance seigneuriale », dans Actes du 17e congrès national des Sociétés savantes (1992), Section d’histoire médiévale, Paris, 1995, p. 563-579. En ce sens, Vincennes porte à son maximum le pouvoir expressif de la régularité.

2 Sur ces plans polygonaux réguliers (ou circulaires) qui existent dès le xiiie siècle, voir Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, 2 vol., Paris, 1991 et 1993,1.1, p. 50-55. À notre avis, c’est Concressault (et non le port d’Ostie) qui a inspiré à Rabelais le plan hexagonal de l’abbaye de Thélème.

3 Une seule exception, mais il ne s’agit pas d’un château : le pavillon de bains octogonal de Châteauneuf-sur-Loire, s’il date de Louis d’Orléans.

4 Sur ce type, illustré vers 1300 par la tour du Temple de Paris, voir Uwe Albrecht, Von der Burg zum Schloss. Französische Schlossbaukunst im Spätmittelalter, Worms, 1986, p. 33.

5 Un seul exemple de tour-résidence relevé dans, Claude Mignot et Monique Châtenet, Le manoir en Bretagne 1380-1600, Paris, 1993, p-122. Premiers exemples de logis allongé desservi par une vis hors-œuvre : La Roche Jagu, La Bellière autour de 1400. Une différence essentielle, toutefois, avec le type de la grande vis : on entre dans la salle basse avant d’accéder à la vis. Sur ce développement, longtemps indépendant de celui de la région de la Loire, voir l’étude de Christel Douard dans ce même ouvrage, p. 136-153.

6 Nobles d’importance locale, les Chevenon sont entrés au service du roi et trois d’entre eux furent pendant deux générations « capitaine du château et tour de Vincennes » : ce qu’ils virent là leur donna l’idée de construire un logis neuf élevé, bien conçu pour l’habitation et doté d’une vis hors-œuvre. L’exécution fut ensuite confiée à des maçons locaux qui eurent quelques difficultés à faire coïncider les marches de l’escalier avec les niveaux des étages... Les travaux furent-ils entrepris par Guillaume de Chevenon mort en 1384, ou par ses fils Huguenin et Jean ? Ce dernier semble un personnage important, lié au connétable de Sancerre puisqu’il est en 1402 son exécuteur testamentaire (ce qui pourrait expliquer certaines ressemblances entre Chevenon et Sagonne). Une datation autour de 1400 paraît donc la plus vraisemblable. Sur ce château, voir Uwe Albrecht, Von der Burg...,op. cit., note 4, p. 77-78 ; Idv Der Adelssitz im Mittelalter, Berlin, 1995, P- 88, et par ailleurs l’excellente brochure de Jean-Paul Bardin, Le château de Chevenon, Nevers, 1988, qui contient le plan que nous reproduisons (avec des modifications de détail).

7 Sur ce point, voir Jean Mesqui, « Les ensembles palatiaux et princiers en France aux xive et xve siècles », dans Annie Renoux (éd.), Palais royaux et princiers au Moyen Age, Le Mans, 1996, p. 51-70.

8 Sur ces deux hôtels, voir notre étude, « Un tournant dans l’histoire de la galerie : les hôtels parisiens de la fin du xive siècle », dans Bulletin monumental, 2008,1, p. 27-31, et Florian Meunier, « Le renouveau de l’architecture civile sous Charles VI, de Bicêtre à l’hôtel de Bourbon », dans La création artistique en France autour de 1400, Paris, 2006, p. 219-246. Ces deux études s’appuient en partie sur les textes rassemblés par Isabelle Taveau, L’architecture civile et religieuse à Paris sous le règne de Charles VI, thèse de dodorat d’histoire, Paris-Sorbonne, 1988.

9 Voir Gottfried Kerscher, Architektur als Repräsentation. Spätmittelalterliche Palastbaukunst zwichen Pracht und zeremoniellen Voraussetzungen. Avignon, Mallorca, Kirchenstaat, Tübingen, 2000; Mary Whiteley, « The courts of Edward III of England and Charles V of France : a comparison of their architectural setting and cérémonial fondions », dans Fourteenth Century England, 1.1, Woodbridge, 2000, p. 153-166. Voir aussi les contributions de ces deux auteurs dans Werner Paravicini (éd.), Zeremoniell und Raum, Sigmaringen, 1997, P-155 à 198.

10 Les dénominations « chambre à parer » et « chambre de retrait » apparaissent dans les comptes du Louvre et de Saumur. Voir Jean Mesqui, « Les ensembles palatiaux... », op. cit., note 2, t. II, p. 129-131.

11 Jean Guérout, « Le Palais de Paris : l’hôtel du roi », dans Jean Chapelot et Elisabeth Lalou, Vincennes. Aux origines de l’État moderne, Paris, 1996, p. 219-288, spécialement p. 254.

12 Le logis de l’épouse n’a pas une position fixe : il se situait en dessous de celui du roi au Palais et au Louvre et cette disposition se retrouve probablement à Mehun. À Saumur la duchesse a pu loger au-dessus du premier logis ducal (ce qui expliquerait bien l’escalier privé réunissant les deux niveaux) ou bien, plus tard, dans l’aile droite où les pièces sont aussi monumentales que dans l’aile du fond. En ce cas, il n’y aurait plus parallélisme mais une sorte de symétrie.

13 Nous remercions Thomas Rapin, qui prépare une thèse sur le château de Poitiers, de nous avoir communiqué le texte de ce paiement (AN KK 257b, f° 84). Les deux tours (il y en a trois en tout) sont probablement celles situées aux extrémités du logis.

14 Léonard de Vinci, évidemment surpris par cette disposition inconnue en Italie, n’a pas manqué de la noter : il dessine le plan d’une tour de ce type en marge de son projet pour le château de Romorantin (Codex Atlanticus, f° 209 r°. Reproduit dans Paolo Galluzzi et Jean Guillaume (éd.), Léonard de Vinci ingénieur et architecte, Montréal, 1987, fig. 338, en haut).

15 Sur ce sujet, voir Jean Mesqui, « Les ensembles palatiaux... », op. cit., note 2, t. II, p. 149-161, qui ne donne pas d’exemples clairs du type qui nous intéresse et notre étude sur « La galerie dans le château français : place et fonction », dans Revue de l’art, n° 102,1993, p. 32-42 où ce type est clairement défini mais où le XIVe siècle est traité trop rapidement. La galerie étroite établie au-dessus de la courtine, partant de la chambre du maître (mais pas directement liée à elle), à Coucy, pourrait annoncer ce type (plan dans Jean Mesqui, « Les ensembles palatiaux... », op. cit., note 2, t. II,p. 31).

16 Avignon : ambulatorium magnum au-dessus de l’escalier rampe sur rampe menant à la grande chapelle ; Orthez : galerie connue par Jean Froissart, Chroniques, L. III, chap. XVIII (1388) qui précise (chap. X) que la galerie accessible de la salle par un escalier était chauffée quand le duc séjournait au château (éd. Buchon, t. II, Paris, 1837, p. 418 et 391)- Nous remercions Mark Girouard de nous avoir fait connaître ce texte.

17 Ces mentions sont réunies par V. Hoffmann dans son compte rendu de Wolfram Prinz, Die Enstehung der Galerie..., dans Architectura, 1971, p. 102-112, mais les textes seuls ne permettent pas de savoir s’il s’agit de galeries prolongeant le logis, même lorsqu’ils mentionnent un décor.

18 Chronique du Religieux de Saint-Denys..., éditées et traduites par Louis Bellaguet, Paris, 1842 (rééd. 1994), t. III, p. 192-193 (août 1404).

19 Cette liaison est sûre à l’hôtel de Bourbon où la galerie s’appuie sur le logis signalé parle superbe balcon orné d’emblèmes ducaux donnant sur le Seine. Elle est probable à l’hôtel de Nesle où le logis, adossé à la muraille, devait occuper l’espace compris entre la galerie et une grande pièce (la salle ?) dont les murs sont encore visibles sur le plan de la Gouache. Étude détaillée des deux galeries dans notre article cité note 8.

20 Voir Mary Whiteley, « Deux escaliers royaux du xive siècle : les “grands degrez” du palais de la Cité et la “grande viz” du Louvre », dans Bulletin monumental, 1989, p. 133-154, et l’étude fondamentale de Jean Chapelot, « Le Vincennes des quatre premiers Valois... », dans Jean Chapelot et Elisabeth Lalou, Vincennes. Aux origines..., op. cit., note 11, p. 53-114, spécialement p. 82.

21 Ce château, oublié de l’histoire de l’architecture, mériterait une étude approfondie. Courte notice de Jean-Yves Ribault dans Jean-Marie Pérouse de Montclos (éd.), Architectures en région Centre, Paris, 1988, et brochure récente de François Spang-Babou, Château de Sagonne, Sagonne, s.d., utile pour connaître les propriétaires successifs – dont Jules-Hardouin Mansart qui éleva à partir de 1699 des bâtiments axés sur la tour d’escalier du vieux château, volontairement conservée.

22 Notre analyse diffère sur ce point de celle de Jean Mesqui qui suppose que l’on a adopté la vis hors-œuvre au Louvre parce qu’il était impossible de construire dans la cour un escalier rampe-sur-rampe monumental analogue à celui du palais des Papes (Jean Mesqui, « Les ensembles palatiaux... », op. cit., note 2, t. II, p. 166). La recherche des effets verticaux, évidente dans les parties hautes des tours, nous semble plus décisive que des raisons pratiques.

23 Pour le Louvre, voir supra l’article d’Alain Salamagne. Nous suivons également son interprétation de la vue de Saumur des Très Riches Heures : la flèche pourrait couronner la petite vis adossée à la tour nord (il y en a une semblable au-dessus de la vis près de la tour est) et la petite pièce rectangulaire encore plus élevée située à sa droite (sans doute accessible par la tourelle visible sur l’angle) est probablement la chambre-haute de la grande vis. Flèche et chambre-haute sont mal placées par le peintre, mais celui-ci ne pouvait les voir de l’extérieur : sa vue, à cet endroit, est « construite ».

24 Il est peu vraisemblable qu’il s’agisse d’un remaniement puisque la peinture due aux Limbourg (à l’exception sans doute de la figure du premier plan) appartient au groupe le plus ancien des Très riches heures.

25 Les deux chambres et la petite vis se retrouvent à Paris, vers 1407, à l’hôtel du duc de Bourgogne, mais la forme des chambres est exceptionnelle : elles sont destinées au duc qui s’y réfugie la nuit quand il se sent menacé (Françoise Autrand, Charles VI, Paris, 1986, p. 363) et elles se développent en longueur, bien au-delà de l’escalier, portées par deux piliers et des arcs. Voir Philippe Plagnieux, « La tour Jean sans Peur... » dans Histoire de l’art, n° 1/2,1988, p. 11-20.

26 Étude d’ensemble des mâchicoulis sur consoles et de leur « esthétisation » dans Jean Mesqui, « Les ensembles palatiaux... », op. cit., note 2, t. II, p. 335-344

27 La lucarne ne comporte pas de fenêtre : elle ouvre sur une petite loggia au fond de laquelle on voit la porte-fenêtre. Cet aménagement se situe vers 1387 (voir Anne Dodd-Opritesco, « Le château de Saumur : nouvelles hypothèses chronologiques et architecturales », 303, n° 57,1998, p. 40-49. On ne conclura pas cependant avec l’auteur que le chemin de ronde fut ainsi « transformé en galerie d’agrément »).

28 Description de Jean Chaumeau, Histoire du Berry, Lyon, 1566, p. 275 : « le dessus [des logis neufs appuyés à l’enceinte et aussi haut qu’elle] est couvert d’ardoise [...], le sommet de plomb doré et enrichi de figures de plusieurs animaux, spécialement d’ours et de cygnes, excellemment peints et portraits d’après le naturel ». Ce texte capital ne semble pas connu car les auteurs citent toujours une copie de cette description parue l’année suivante dans Nicolas de Nicolay, Description générale du pays et duché de Berry, où l’ours et le cygne ne sont pas mentionnés, si bien que l’on a mis en doute l’attribution du logis à Jean de Berry).

29 Il y eut auparavant quelques tentatives en ce sens. La plus intéressante est l’emploi de tourelles couvertes d’une flèche de pierre, motif emprunté à l’architecture religieuse, de part et d’autre de l’entrée à Armentières (vers 1250) ou au palais des Papes d’Avignon (1342-1352). On retrouve ces flèches en couvrement d’escaliers secondaires à Saumur.

30 Avant Pierrefonds (1398-1405) les mâchicoulis couverts surmontés d’une partie haute massive se voient au château de Vilvorde (avec mâchicoulis continu – comme à Langeais un siècle après – du côté de l’entrée) construit à partir de 1380, à Valenciennes (porte de Tournai) vers 1385, au château de Courtrai (tour-maîtresse) entre 1394 et 1404. Nous remercions Alain Salamagne d’avoir attiré notre attention sur ces précédents.

31 On peut se demander si l’allège de fenêtre ornée d’un réseau aveugle n’est pas également apparue à Saumur mais il faudrait, pour l’affirmer, être sûr que les fenêtres du second étage de l’avant corps sud-est du château (différentes de celles du premier) datent de Louis Ier. De toute façon cette allège ornée est ici un motif isolé qui ne sert pas à lier verticalement les fenêtres, comme ce sera le cas à la fin du xve siècle.

32 Le côté cour est plus simple, d’autant qu’il n’y pas de grande vis. Sur ce bâtiment élevé vers 1380, que nous attribuons à Louis Ier d’Anjou, voir notre étude dans Congrès archéologique, 1997, Touraine, Paris, 2003, p. 239-253 (où la figure 8 a été inversée).

33 Charles V donne à Paris une nouvelle enceinte, élève Vincennes et la Bastille en même temps qu’il rénove le Louvre, Louis d’Anjou dispose de l’immense château d’Angers, Jean de Berry de la ville de Bourges, proche de Mehun.

34 Dans ces vues, toutes les hauteurs sont exagérées, mais cette « erreur » a un sens : elle révèle que les contemporains ont été avant tout sensibles à l’effet de silhouette, aux formes dressées vers le ciel, aux ornements dorés des toits, en un mot au caractère féerique. La peinture montre ce qu’ils ont retenu de ces châteaux.

Table des illustrations

Légende Fig. 1>Cheveron (Nièvre), façade sur cour du logis (cl. A. Salamagne).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 2> Chevenon (Nièvre), plan du premier étage du logis. Plan de J.P Bardin, revu sur quelques points afin de restituer l’état originel.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1512/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Fig. 3> Paris, hôtel de Bourbon vu de la Seine en 1636. Détail de la Vue du Louvre de De Verwer. Paris, Fondation Custodia.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1512/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 705k
Légende Fig. 4 > Sagonne (Cher), façade sur cour du logis
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1512/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 5> Sagonne (Cher), partie haute de l'escalier
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1512/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende Fig. 6> Chevenon (Nièvre), partie haute de l’escalier
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1512/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Légende Fig. 7> Mehun-sur-Yèvre (Cher), mâchicoulis console et linteau à trilobé ajouré
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1512/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Légende Fig. 8> Mehun-sur-Yèvre (Cher), parties hautes, d'après les Très Riches Heures du duc de Berry.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1512/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 769k
Légende Fig. 9> Saumur (Maine-et-Loir), tour sud et aile d'entrée, d'après les Très Riches Heures du duc de Berry.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1512/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 705k
Légende Fig. 10> Paris, Louvre, parties hautes, d’après les Très Riches Heures du duc de Berry.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1512/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 963k
Légende Fig. 11> Pierrefonds (Oise), face ouest restaurée par Viollet-le-Duc (cl. A. Salamagne).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1512/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Légende Fig. 12> Loches (Indre-et-Loire), logis ducal, façade extérieure
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1512/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site