Version classiqueVersion mobile

Le cheval au Moyen Âge

 | 
Elisabeth Lorans

V — Une tradition équestre vivante : la Camargue

Des trois élevages camarguais à travers ceux qui les mènent

Shepherd, herdsman and ploughman in Camargue

Jean-Claude Duclos

Résumé

Starting from three characters included in the diorama of Christmas Eve in the museon arlaten, in Arles, the shepherd, the herdsman and the ploughman, we shall go backwards to meet their predecessors before coming back to present days in order to evaluate the differences and similarities which characterise their function through times. The three of them acted for a long time within the territory of the mas, and very likely before that within the large monadic estates (where the magister pastorum is attested). Whereas the ploughman disappeared with the development of mechanism, the other two are still active. Within the groups of herdsmen and shepherds, whose jobs and status must have greatly changed, of course, remains in the skills, behavior and perhaps representations a part of timelessness connected with the environment, the seasons and the needs of herbivorous animals that they breed, that we shall try to evaluate.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’anniversaire d’un demi-millénaire d’existence nous autorise à survoler les siècles. Ne nous en privons pas et puisque ce sont les gardians que nous célébrons, tentons de voir quelles réalités recouvrent ce métier dans son environnement social, d’hier à aujourd’hui, et interrogeons-nous sur son exceptionnelle longévité. « L’histoire dialectique de la durée n’est-elle pas à sa façon explication du social dans toute sa réalité ? Et donc de l’actuel ?1 », se demandait Fernand Braudel en citant Lucien Fevbre. Tentons-le.

Les enfants de ce pays, qui ont appris leur identité provençale au museon arlaten2, gardent fixé dans leur mémoire le diorama de la veillée calendale (Fig. 1). Des personnages du mas, réunis autour du « gros souper » de la nuit de Noël, trois d’entre eux nous intéressent surtout. Aux deux extrémités de la table dressée, sont assis, à droite, le maître-laboureur, son aiguillon à la main, et à gauche, tenant son fouet, le bayle-berger3. Un peu en retrait, à gauche, muni d...

Auteur

Conservateur en chef honoraire, vice-président de la Maison de la transhumance.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search