Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cheval au Moyen Âge

 | 
Elisabeth Lorans

IV — « La mort du petit cheval » : de la consommation au rituel funéraire

L’exploitation des carcasses d’équidés à Troyes (Aube) au XIIe siècle

Le site de l’hôtel du département

The use of equids carcasses in Troyes (Aube) in the 12th century

Gilles Deborde et Alessio Bandelli

Résumé

Urban archaeological excavations, carried out in 2010 in Troyes (Aube) over a 2000 m2 plot, lead to the discovery, in a wet stratigraphic environment, of a set of 12th century structures, i.e some large pits provided for the disposal of organic waste and three ditches fed by a small stream. The presence, in these structures, of tan (oakbark) and leather scraps reveal that some tanners and shoemakers were operating in the neighbourhood. In one of the ditches were also found bone remains of several equids carcasses, at lead 38 individuals being represented in the faunal assemblage. It appears that the bodies of these animais were submitted to an exploitation essentially aimed at the recovery of raw materials, suggeding therefore proximity, at that time, of leather manufadurers and renderers, and a possible interaction between them. This specific treatment of equids carcasses leads also to a refledion about the particular datus of horsemeat and about its consumption by men during the Middle Ages.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 10000000000002C10000030ABF5A007E.jpg

Fig. 1. Situation régionale et locale de la ville de Troyes.

PRÉSENTATION

Une fouille conduite en 2010 par l’Institut national de recherches archéologiques préventives et financée par le Conseil général de l’Aube, pour un projet d’extension des bâtiments de l’hôtel du département à Troyes (Aube), a été l’occasion d’explorer une emprise urbaine de 2 000 m2 lotie à partir de la fin du Moyen Âge sur l’emplacement d’un ancien marais (Fig. 1). Avant cette période, le secteur était en effet réputé humide et peu propice à une occupation pérenne en raison d’inondations fréquentes. À proximité, était toutefois suggérée par l’historiographie la présence d’ateliers de tanneurs entre les rues de la Grande Tannerie (Magna Tanneria) et de la Petite Tannerie (.Parva Tanneria) mentionnées à partir du milieu du xiiie siècle1 (Fig. 2).

Image 1000000000000359000002AB78247B5D.jpg

Fig. 2. Extension et contexte des tanneries à Troyes (Aube) aux xiiie et xive siècles.

LES VESTIGES DU XIIe SIÈCLE

La création d’un sous-sol et la disposition de l’emprise ...

Auteurs

Chargé de recherches et d’opérations à l’Inrap, Centre de recherches archéologiques de Saint-Martin-sur-le-Pré (Châlons-en-Champagne).

Archéozoologue à l’Inrap, Centre de recherches archéologiques de Reims, UMR 7209 Archéozoologie, Archéobotanique : Sociétés, Pratiques et Environnements.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540