Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le cheval au Moyen Âge

 | 
Elisabeth Lorans

III — Les écuries : architecture, fonctionnement et représentation

« Il est tems de fermer lestable quant le cheval est perdu ». L’iconographie de l’écurie du XIIIe au XVIe siècle

Iconography of stables between the 13th and the early 16th centuries

Danièle Alexandre-Bidon und Perrine Mane

Zusammenfassung

The iconography brings precious information on the places where horses pasture, as well as on horse breeding in forest. Because of his price, this animal requires varied space arrangements. The medieval images show their diversity, from the paddock to the loose box, or “the cowshed with horses”. Stables are characterized by quality building materials (stones or timber framings), as well as specific arrangements: high and narrow openings to avoid drafts, stalls, racks and mangers, hayloft on the upper floor...

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Au Moyen Âge, palefrois ou destriers, apanages des nobles et compagnons des chevaliers, partenaires privilégiés pour guerre et les tournois, sont entourés d’une auréole de prestige dont témoignent maints récits et nombre d’images : le cheval est l’animal noble par excellence1. Chevaux affrontés tout comme leurs cavaliers, par exemple dans un Bestiaire du xiiie siècle2, ou montures transformées en arme comme dans un traité militaire du xve siècle3, ces animaux sont l’auxiliaire principal de la guerre. Le cheval est également le compagnon indispensable pour la chasse au faucon, fréquemment figurée dans les calendriers médiévaux pour illustrer les loisirs des nobles au mois de mai. Il permet aussi et surtout de se déplacer ou de tirer des voitures : en fait le cheval aristocratique peuple les enluminures des manuscrits qui, il est vrai, sont pour la plupart possédés par les élites. Assurément, les représentations des chevaux attelés à la charrue, tractant la herse ou actionnant la meul...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540