Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le cheval et l’emblématique au Moyen Âge

Great war horse and emblematic in the Middle Ages

p. 114-127

Résumé

As one of the main signs of identity of chivalry, the coat of arms maintains a special relationship with the horse, this animal that characterizes the military specificity of this group of warriors. Thereby, this horse often wears arms on his harness, his heraldic covers, his various brands and ornaments. But the iconography probably exceeds the practice and produced a stereotypical image of the great war horse emblazoned, as a Symbol regularly requested in major events of chivalrous and lordly identity : seals, knighting, tournaments, funerals. To affix coats of arms on the medieval war horse thus corresponds to a set of practical necessities - to make the warlord visible and define his status-, aesthetics necessities - to emphasize the association between the horse and the knight-, symbolic or legal functions - to make the horse an allegory of the Lord and the land.


Extrait

1L’etude de l’emblematique medievale, et plus précisément de son principal système de signes, l’héraldique, conduit inévitablement à s’intéresser aux relations entre le cheval et l’emblème. Car si l’héraldique n’est peut-être pas née comme on le dit trop souvent sur le champ de bataille médiéval, elle est pourtant très étroitement connectée à un groupe social dont l’identité et l’activité se définissent par l’utilisation militaire du cheval, la chevalerie.

2En analysant dans le détail les origines et le développement de la panoplie héraldique des chevaliers et les différents supports pratiques et symboliques de ce discours – bouclier, cotte, bannière – on ne peut que faire le constat de la très précoce mise en signe du cheval. Cette emblématisation est révélée par différents types de sources : l’iconographie d’abord, notamment les sceaux, la comptabilité mais aussi l’archéologie et, bien entendu, les documents matériels conservés. Ces éléments attestent à la fois une mise en sig

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.