Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 317. De Pierre-Jean de Béranger à Pierre-Fidèle Bretonneau 1840, 10 Juillet. – S.L

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 371-374.

Décision et raisons de Béranger de quitter Tours pour revenir à Paris. – Excuses et adieux à ses amis tourangeaux. – Évocation de l’affaire du Napoléon de Leroux.

10 juillet 1840.

Cher et bon ami,

Vous apprendrez, j’en suis sûr, avec non moins de surprise que de peine la détermination que nous prenons de quitter la Touraine, vous qui saviez combien je me louais de la liberté qu’on m’a laissée dans votre heureux pays et de toute l’obligeance que j’y ai rencontrée. Quant aux amitiés qui eussent dû m’y fixer, vous savez mieux qu’un autre que ce sont là des liens qu’on ne rompt pas facilement. Aussi m’a-t-il fallu être loin de Tours pour prendre ce parti violent. N’allez pas croire que l’intérêt de ma santé m’y ait seul poussé, bien qu’il faille dire qu’elle n’a jamais été aussi languissante que dans mes quatre dernières années, mais le grand guérisseur était là. Non, ce n’est pas de ma santé...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search