Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 315. De Pierre-Jean de Béranger à Pierre-Fidèle Bretonneau 1840, 18 avril. – S.L

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 369-371.

Justification de Béranger sur ses projets pour sa retraite. – Distraction de Bretonneau par son jardin. – Exhortation à s’occuper de ses travaux scientifiques.

18 avril 1840.

Je savais bien ce que je faisais en vous confiant le plus tard possible mes plans d’économies. Les vieux amis se devinent, et je voyais d’avance les inquiétudes que ma détermination allait vous causer. Il ne faut rien exagérer, dites-vous, et vous avez raison ; aussi ne deviez-vous pas exagérer les inconvénients de la nouvelle position à laquelle je veux me réduire. Si le plus possible je vis de cœur pour les autres, pour moi je vis de tête en satisfaisant à ce que je crois être la raison ; je me donne un contentement que tous les millions de la terre ne pourraient me procurer. Ne pensez-vous donc plus aux privations que je vais m’imposer ? Comme celles de l’avare, elles sont une satisfaction pour moi. Un seul point...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search