Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 306. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Jules Cloquet [1839], 2 mai. – Tours

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. Université d’Uppsala (Waller Manuscript Collection) : Waller Ms fr-01307.

Demande de recommandation en faveur de Trousseau pour la chaire de thérapeutique à la Faculté de médecine de Paris.

Mon cher Jules, soyez-moi favorable !

Je voudrais être professeur de la Faculté de Paris. Je me fais vieux et je commence à savoir quelque chose. Bien peu, j’en conviens : eh bien, ce peu, je le voudrais enseigner.

J’ai reconnu, par le plus simple empirisme, que les médicaments, dans quelques catégories qu’ils soient rangés, ont une action spéciale, qu’avec le même médicament on obtient des médications spéciales, et que pour quelques malades hors de la spécialité, il n’y a pas de salut. Or donc, je ne voudrais pas seulement l’écrire, mais le dire, le répéter, je voudrais professer, et remplacer Alibert, mon vieil ami1.

Le bonhomme radote, allez-vous dire ! Attendez, mon cher Jules ! Tout exprès pour professer, je me suis rajeuni dans la personne de mon second fils. Depuis 15 ans, je tiens Trousseau...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search