Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 298. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Armand Trousseau 1835, 19 août. – Tours

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B5-14.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 334-335.

b. Luthier (Jean), L’œuvre de Bretonneau d’après sa correspondance, Tours : Faculté de médecine et de pharmacie, 1962, p. 53-56.

Envoi d’un souffloir avec instructions. – Réflexions sur l’utilité de l’alun et en particulier son action par rapport au nitrate d’argent.

Vous auriez reçu une réponse de Frédéric si je n’avais voulu moi-même vous écrire, et dix lettres de moi si bonne intention pouvait toujours être accomplie ; mais vous savez, mon ami, comme on en use avec nous et comme on gaspille notre temps. Si vous n’aviez pas eu fantaisie du souffloir, Dieu sait quand vous auriez eu de moi signe de vie ; vous avez bien vu que je n’avais nul besoin du cheval. aQui ne dit mot ne consent pas.

Voilà un souffloir de Chéron, tourneur, rue Neuve des Petits-Champs, presqu’en face du passage Choiseul. Vous en auriez sans doute trouvé à cette adresse ; mais enfin,...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search