Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 297. D’André Marie Constant Duméril à Pierre-Fidèle Bretonneau 1835, 11 juin. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 331-333.

Élection de Bretonneau à l’Académie des sciences comme membre correspondant. – Éloge de Frédéric Leclerc par Duméril. – Activité de la fabrique de sucre.

Paris, 11 juin 1835.

J’ai le plaisir, mon cher ami, comme vous l’avez pu voir par la suscription de cette lettre1, de vous annoncer que vous avez été élu hier, à la majorité de trente voix sur trente-six, correspondant à l’Académie des sciences2. Cette nomination aurait dû se faire il y a longtemps, car il y avait deux places vacantes ; malheureusement je n’étais pas membre de la section de médecine et de chirurgie, et je n’ai pu provoquer la présentation. Ensuite il a fallu composer avec quelques-uns des membres de cette section, qui voulaient absolument faire passer d’abord Prunelle, maire de Lyon, député, qui était fortement protégé3. Enfin, sans aucune sollicitation, vous avez été proposé à l’unanimité par la section et nommé, quoiq...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search