Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 294. D’Alfred Velpeau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1834, mai. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 326-328.

Craintes de Velpeau de ne pas obtenir la place qu’il vise à la chaire de clinique d’accouchements. – Exposé des raisons officieuses qu’on lui oppose.

Paris, mai 1834.

Vos lettres, mon cher ami, ne pouvaient pas être mieux. N’allez pas vous imaginer toutefois que je suis assez sot pour m’appliquer en tout point leur contenu ; mais, en pareille occasion, c’est une fumée qu’il importe de jeter aux yeux de certaines gens. Je n’ai point encore pu joindre M. de Duras1, et j’en suis vraiment fâché. M. Orfila a dû vos écrire ; je ne sais ce qu’il vous dit, je doute qu’il le sache lui-même. Malgré ses prétentions à l’impartialité, il est aussi bien coiffé que possible de Paul Dubois, et rien n’est amusant comme de le voir amplifier tout ce qu’il est permis d’invoquer en faveur de ce candidat, comme de le voir amincir ce qui tend à me mettre en relief. Quoi qu’il en dise, sa note et son influence ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search