Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

NO 283. De Pierre-fidèle Bretonneau à Alfred Velpeau [1831], 16 mai. – S.L

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B2-29.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 308-309.

b. Luthier (Jean), L’œuvre de Bretonneau d’après sa correspondance, Tours : Faculté de médecine et de pharmacie, 1962, p. 42-45.

Échec de Velpeau au concours pour la deuxième chaire de pathologie externe. – Recherches de Bretonneau sur les épidémies dites « de typhus » qu’il considère être des dothinentéries. – Observations sur les fonctions et la structure de l’appareil de Peyer.

Mon ami, vous l’aviez bien prévu, ils vous ont préféré Jules1. Hoc juvat, et melli est, non mentiar2. Autrement, vous étiez aussi à plaindre qu’un jeune dauphin devenu Roi de France, qu’un jeune général devenu maréchal avant le temps.

Jules s’était arrêté, on lui a tenu compte de l’antécédent ; vous ne vous arrêterez pas et on vous tiendra compte du passé et du présent.

Qui vous eût prédit que vous seriez le successeur de Boyer, vous eût peut-être paru au moment où vous quittiez...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search