Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

NO 281. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1830, 8 décembre. – [Paris]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B7-10.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 305-307.

Récent mariage de Trousseau. – Projets vis-à-vis des concours pour les chaires de la Faculté.

Mon cher maître,

Tous les jours je dois vous écrire, et je n’en trouve pas le temps. C’est une rude occupation d’être nouveau marié1. Le travail n’y gagne guère, et le bonheur n’y gagne pas beaucoup. Toutefois je ne voudrais pas vous voir conclure que je me repens de ce que j’ai fait ; je pense que je suis en tant qu’homme marié un homme fort heureux, mais je savais bien que je ne trouverais pas tout ce qu’on rencontre d’heureuses misères et de délicieuses vexations chez une maîtresse bien capricieuse et par conséquent bien aimée. Dieu m’aidera à tenir l’aviron, et nous arriverons à bon port.

J’ai vu Frédéric2 ; mais je ne le vois pas assez souvent. Je voudrais bien que sa mère lui recommandât de venir plus fréquemment chez moi ; à moins pourtant qu’il ne se pla...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search