Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

NO 280. De Pierre-Fidèle Bretonneau à André Marie Constant Duméril [1830], 14 août. – Tours

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B1-3.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 304-305.

Craintes de Bretonneau vis-à-vis du concours pour la chaire de physiologie, où il voudrait voir triompher Velpeau.

Mon ami, je profite de l’occasion d’un de mes clients qui se rend à Paris en sortant de chez moi pour vous entretenir de mes perplexités.

Orfila, en passant ici, m’a laissé de grandes inquiétudes. Il reconnaissait les titres de mon enfant, leur valeur, et sur la question du droit, j’étais heureux de l’entendre1. « Malgré tout, me disait-il, vous ne devez pas trop vous flatter. Dupuytren2 apprécie votre élève et je ne doute point qu’il ne lui fût favorable s’il ne le réservait pour l’opposer à Paul Dubois dans un autre concours3 » ; ce que j’apprends de celui-ci, où tant de talents brillent d’un si grand éclat, ajoute encore à mes inquiétudes. Rassurez-moi mon ami si vous le pouvez, si vous prévoyez qu’après tant de luttes eta d’efforts, de s...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search