Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

NO 267. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1829, 3 octobre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B7-2.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 274-276.

Certitude de Trousseau qu’il existe une dothinentérie des dindons. – Observations à ce sujet, lors d’une épidémie à Belleville.

Paris, 3 octobre 1829.

Vous direz que je suis un animal, je ne dirai pas non ; mais je n’en persisterai pas moins à croire que les dindons, oyez la chose, que les dindons ont une dothinentérie dindoniquea. Oui, et oui ! Une dothinentérie qui est à leur clavelée ce que votre dothinentérie est à la variole.

J’arrive donc de Mennecy où je laissais mes scarlatineux, et mes angineux, et à mon retour je trouve un dindon mort qui m’attendait. Il était d’une famille de campagne, récemment amené à Belleville1. Sixb des malheureux oiseaux étaient bien malades, celui-là venait de payer le tribut à la nature, selon l’expression du chirurgien de Rebréchien2. On l’ouvre en grande solennité ; Blanc le médecin, Leblanc le vétérinaire, et votre s...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search