Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 259. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1829, 16 mars. – Gibraltar

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 256-259.

Accident de Bretonneau. – Prochain retour de Trousseau. – Hypothèse que la fièvre jaune n’est pas contagieuse.

Gibraltar, 16 mars 1829.

Mon cher Maître,

Ma mère m’avait tellement épouvanté sur votre sort que j’aurais, je crois, reçu avec plaisir la nouvelle que vous en étiez quitte pour un pouce, eussiez-vous dû perdre en même temps le premier métacarpien ; grâce à Dieu, tout est au mieux, tout est bien, et je suis bien heureux d’avoir reçu votre lettre. Du moins vous et ma mère n’avez pas craint de jeter à la poste un billet, qu’il dût ou qu’il ne dût pas m’arriver ; tandis que d’autres personnes me laissent sans nouvelles depuis plus de six semaines dans la persuasion que je ne suis plus à Gibraltar. Il est bien vrai que je n’y devais plus être ; mais l’intraitable caractère de ce sot de Chervin, sa partialité et les difficultés qu’il fait naître sans cesse sous nos pas, sont la cause d...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search