Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 253. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1829, 2 février. – Gibraltar

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 242-244.

Impossibilité, selon Trousseau, de trancher entre contagion ou infection en ce qui concerne la fièvre jaune.

Gibraltar, 2 février 1829.

Mon cher Maître,

Je suis touché autant que vous pouvez le supposer de l’intérêt que vous prenez à votre pauvre élève ; heureusement ma bonne étoile m’a suivi encore à Gibraltar, et, sauf nouveaux accidents, je vous arriverai bientôt à Tours.

La question s’embrouille diablement ; premièrement : les causes des infectionnistes sont à tout jamais anéanties. Les égouts et les terrains marécageux jouaient, vous le savez, le principal rôle. Inde mali labes1 ! Et voilà que le sergent de police chargé du nettoiement des égouts nous déclare que, depuis le 29 août jusqu’au 1er novembre 1828, douze ouvriers ont été occupés tous les joursa, employés par lui à curer, à réparer, à purifier les égouts ; par le plus singulier des hasards, pas un d’eux n’a pris la fièvre ja...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search