Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 252. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Armand Trousseau [1829], 16 janvier. – [Tours]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B5-9.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 240-241.

Soulagement vis-à-vis de la guérison de Trousseau.

Avec quel transport de joie je viens d’embrasser Mlle Tardif1, de quel poids je suis soulagé. Ellea m’apporte la lettre qui rend la vie à madame votre mère. C’est à vous-même que j’adresse la lettre qu’hier je n’avais pu affranchir pour M. Louis. Déjà j’avais reconnu que j’avais été trop sévère à son égardb et de bon cœur je lui en aurais demandé pardon. Il a été bon camarade, il vous a donné des soins. Jamais je ne parlerai de son travail que pour citer ce que j’y trouverai de recommandable et j’y trouverai beaucoup. Mon Dieu, que j’étais oppressé, forcé d’aller à Chenonceaux pour y voir le pauvre petit Étienne2 gravement affecté de dothinentérie, avec quelle anxiété je serais revenu à Tours. Ce matin, Gouraud3 me disait qu’il voulait que je fisse expressément mention de son intérêt dans la lettre que ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search