Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 248. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1828, 1er décembre. – Gibraltar

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B6-24.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 227-229.

Nouvelles de l’épidémie de fièvre jaune à Gibraltar.

Gibraltar, 1er décembre 1828.

Mon cher Maître,

Depuis 15 jours, l’épidémie est stationnaire ; il meurt para jour 5 ou six personnes. Je suis dans les hôpitaux depuis 9 heures du matin jusqu’à 3 heures après midi : j’ouvre des cadavres tous les jours, je me porte mieux que jamais, et je ne sais pas le moins du monde ce que c’est que la fièvre jaune.

Et d’abord pour la tranquillité de votre âme, tenez pour constant que les pauvres glandes de Peyer et de Brunner n’ont que faire avec la fièvre amarile1. Qu’est-ce qu’une maladie où la tête et la poitrine restent impassibles, où le ventre n’a presque pas l’air de prendre part au drame, et qui, ce nonobstant, vous tue en 1, 2, 3, 4 et généralement cinq jours ; qui, après les symptômes les plus grands, vous laisse convalescents si promptement qu’au 7e jour, vou...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search