Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 225. D’Alfred Velpeau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1827, [après le 21] juillet. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 167-170.

Nouvel article dans le Globe sur Bretonneau. – Moqueries de Velpeau vis-à-vis des réticences de Bretonneau à se faire louer.

Paris, 14 juillet 18271.

Eh bien ! mon cher Maître, vos jambes, vos bras, sont-ils consolidés ? Êtes-vous ressuscité ? La police a-t-elle enfin osé faire justice de vos assassins ?... Sans rire, comment va la colère ? Vous ne sauriez croire combien je souffre de vous croire si malheureux ! Pour comble de misère, un nouvel article dans le Globe de samedi, 14 juillet, mais un article soigné, long de trois aunes, qu’on m’a lu avant l’impression, que je n’ai pu ni voulu empêcher2. À votre place, je ne le verrais pas, car, pour le coup, vous êtes mort sans ressources ; d’autant que vous n’avez pas M. S. Leroy pour vous galvaniser3. Hélas ! vous ne savez pas tout. De tous côtés on conspire : jusqu’aux physiologistesa qui se permettent de vous défendre contre les attaques...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search