Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 223. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Armand Trousseau 1827, 17 juin. – Tours

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B5-6.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 161-164.

b. Luthier (Jean), L’œuvre de Bretonneau d’après sa correspondance, Tours : Faculté de médecine et de pharmacie, 1962, p. 31-34.

Plaidoyer de Bretonneau en faveur du nom « diphthérite ». – Demande de nouvelles de Trousseau concernant ses choix professionnels. – Demande d’une nouvelle expérience sur le calomel à réaliser à Alfort.

À genoux devant votre maître, on a donné à rien le nom de sorcellerie, de magnétisme, de perkinisme1, de rabdomancie2, de gastrite, d’artéritea, etc., etc., et on en a fait quelque chose, et je n’aurais pas donné un nom à un être matériel qui peut être transporté d’un lieu à un autre, qui happe celui-ci à la bouche, à la gorge, qui étrangle celui-là, et qui saisit cet autre entre les fesses. Toujours caché sous la même enveloppe, il est désigné sous un petit nom tout euphonique, et vous allez comparer ce nom, nécessaire, indispe...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search