Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 220. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1827, 9 avril. – Charenton

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B6-14.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 154-155.

Refus de Trousseau de choisir une place dans une maison d’aliénés au détriment de son projet de Sologne. – Prochaine arrivée de Mme Bretonneau à Paris.

Charenton, 9 avril 1827.

Mon cher maître,

J’ai fait une œuvre dont je suis tout glorieux, et c’est peut-être la seconde bêtise que je fais cette année. J’ai refusé l’établissement dont je vous avais parlé dans ma dernière lettre. Voici quels étaient les arrangements. Je partageais le service avec le directeur de la maison. Il me logeait, etc., etc., et me donnait 2 000 francs la première année, 2 500 la seconde, et mille écus la troisième. C’était, ainsi que je vous l’avaisa dit, une maison d’aliénés, qui contenait 70 malades. Peut-être j’aurais accepté sans la douce espérance de ma chère Sologne, etb le vil amour de l’argent m’aurait déterminé à changer la direction de mes études : mais Dieu merci, comme...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search