Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 211. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Armand Trousseau 1827, 6 janvier. – Tours

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B4-30.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 128-130.

Conseils de Nonneville sur les démarches à entreprendre pour que Trousseau obtienne le poste qu’il vise.

Mon ami,

Hier en quittant M. de N.1 je fus obligé d’aller à Beauvais2 et, pour surcroît de malheur, j’y trouvai M. Clément de Ris3 si malade que je ne pus me rendre à Tours qu’après l’heure du courrier. Sur ces entrefaites, je reçois votre lettre et tout me confirme ce que je n’avais que trop prévu, nous pourrions bien échouer au port. Il faut au moins nous évertuer, ou plutôt vous évertuer, car vous comprendrez que si je puis vous servir de tout mon pouvoir, je ne veux pas élever la voix contre un homme auquel j’ai montré de l’affection.

Écoutez M. de N., c’est lui qui parle textuellement : « J’ai reçu la lettre du ministère mais je regrette de ne vous avoir pas prévenu qu’il était convenable que votre ami s’adressât directement à chacun des administ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search