Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 201. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1826, 3 octobre. – Charenton

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B6-8.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 106-109.

Choix de Thomas Moreau pour la place de Jean-Pierre Mignot. – Perspectives de carrières à Paris difficiles selon Trousseau. – Lecture de Stoll sur la dysenterie. – Enfant atteint d’une supposée teigne muqueuse.

Charenton, 3 octobre 1826.

J’ai reçu, hier au soir, la lettre de Raverot.

Si monsieur Moreau1 consent à quitter Amboise, vous manqueriez, je crois, à votre conscience ena ne l’appuyantb pasc de tout votre pouvoir, personne plus que lui ne me semble digne de remplir la place que M. Mignot laisse vacante, mais dans le cas où, préférant Amboise, et craignant de se déplacer à cet âge, il laisserait se débattre les nombreux compétiteurs dont j’ai vu la liste, je me mettrais sur les rangs avec la conviction de me rendre plus digne qu’aucun d’eux du poste où vous me placeriez. Je ne sais quels titres peut invoquer votre préfet en faveur de Merruau2 ; son ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search