Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 188. De Henri Gouraud à Pierre-Fidèle Bretonneau 1826, 6 mai. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 54-58.

Présence d’Henri Gouraud à Paris pour poursuivre ses études de médecine. – Souhait de se faire recevoir interne. – Réalisation d’autopsies avec Bassereau et Parmentier, cours de Velpeau.

Paris, 6 mai 1826.

Mon cher Maître,

Votre bonté, toute grande qu’elle est, ira-t-elle jusqu’à m’excuser d’être resté un mois sans vous écrire ? Je n’ose pas dire que je n’ai pas eu le temps de remplir cette douce obligation. Ne serait-ce qu’en le prenant sur son sommeil, on peut toujours trouver un quart d’heure pour s’entretenir avec les personnes qu’on aime. J’aime mieux avouer que le bruit qui m’a assailli, que le spectacle qui a frappé mes regards à mon entrée dans la capitale, m’a trop distrait du soin de vous exprimer ma reconnaissance pour toutes les bontés que vous avez eues pour moi. Croyez que cette reconnaissance, je la conserverai toute la vie, comme toute la vie je me féliciterai d’avoir reçu d...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search