Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 155. De Pierre-Louis Cottereau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1825, 25 octobre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 545-548.

Occasion pour Cottereau d’obtenir un poste par M. Carr, mais la place a été prise par un autre. – Nouvelle occasion fournie par un des anciens condisciples et ami de Bretonneau, M. Nauche, à qui Cottereau a montré la sonde de Bretonneau. – Demande d’une lettre de recommandation à Bretonneau. – Retard de la Diphthérite, alors que tout le monde l’attend à Paris.

Paris, 25 octobre 1825.

Ah ! mon cher Maître, que d’obstacles à surmonter dans la vie ! J’apprends chaque jour à connaître ceux que l’on rencontre dans la capitale, et ils sont bien nouveaux pour un arrivant de la province. J’ai vu votre ami M. Carr, comme je vous l’ai marqué ; c’est l’homme du monde le plus obligeant. Il était médecin d’un bureau de charité ; las de la médecine, il a voulu me rendre le service de me céder cette place, et il a donné sa démission.

J’ai couru, j’ai sollicité, et enfin, après un mois de promesses et d’...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search