Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 151. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1825, 16 septembre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B4-12.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 528-535.

Description de la clinique de Broussais au Val-de-Grâce, notamment dans le traitement de dothinentériques par emploi des sangsues. – Conclusion, grâce à d’autres observations qu’il a faites dans Paris, que les sangsues ne sont pas néfastes à l’inflammation locale, mais le sont pour la maladie générale. – Évocation du traitement particulier de l’érysipèle par Lisfranc qui, à défaut de sangsues, utilise les saignées. – Utilisation de la liqueur de Labarraque (chlorure et hypochlorite de sodium) dans tout Paris. – Espoir de Trousseau de rester à Paris soutenir l’agrégation, grâce à une promesse d’argent de sa mère.

16 septembre 1825.

Mon cher maître, l’anontologiste Broussais nous a laissé mourir un jeune dothinentérique au 22e jour1. Voici en peu de mots son histoire : arrivé au 4e jour, on lui met 40 sangsues sur le ventre, le lendemain 40 autres sangsue...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search