Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No149. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1825, 8 septembre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B4-11.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 521-525.

Doutes de Trousseau sur son avenir à Paris, puisqu’il ne veut pas emprunter la forte somme qui lui permettrait d’y rester. – Description des idées de Magendie. – État de santé des patients qu’il voit aux cliniques qu’il suit, notamment celle de Broussais.

Paris 8 septembre 1825.

Mon cher maître, j’ai attendu l’occasion de M. Gentil pour vous dire deux mots de mes projets et d’une lettre que j’ai reçue de ma mère, depuis celle que Mme Gouraud a dû vous remettre de ma part. Ma mère me mande qu’elle vous a vu, qu’elle a causé avec vous de mon avenir, que d’après ceta entretien elle a pu conclure que je devais rester dix-huit mois à Paris, que 1 200 francs de plus devaient me suffire ; et qu’en un mot elle m’engageait à emprunter cette somme à Jacquemin1. Ce n’était sans doute pas de cette façon que vous l’entendiez, ni moi non plus d’après ce que m’en avai...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search