Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 117. De Pierre-Fidèle Bretonneau à sa femme Marie-Thérèse 1821, 8 août. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B1-19.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 428-429.

Lecture du mémoire sur la diphtérie à l’Académie de médecine. – Voyages de Bretonneau à Lyon et à Marseille.

Paris, mercredi soir.

Chère amie bonne, j’ai vu, bu, lu, voilà une plaisanterie de gens en goguette et bien contents, moi et mona ami1. Je suis venu dîner chez lui dimanche soir. J’étais parti de Tours samedi après dîner, ainsi comme tu vois l’expression n’est point forcée. J’ai reçu [un] accueil que je te laisse deviner, parce que celui de la bonne et franche amitié n’est pas facile à décrire. Il a quelque chose de si délicat, qui se sent mieux qu’on ne l’exprime. J’ai été, en arrivant, entendu d’un bout à l’autre malgré une cruelle migraine. Tu ne me prendras pas pour le serpent qu’on réchauffe dans son sein, et tu imagineras encore que le mal de tête avait un peu cédé quand nous nous sommes enfoncés dans l’éternel mémoire, premier encouragemen...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search