Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 114. De Pierre-Fidèle Bretonneau à sa femme, Marie-Thérèse 1821, 28 juillet. – Tours

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 425-426.

Préparation de la lecture d’un autre mémoire devant l’Académie de médecine. – Prochain départ pour Marseille. – Envoi de dispositions testamentaires à Marie-Thérèse.

28 Juillet 1821.

Chère amie, ce travail est fort avancé ; il y a cependant encore beaucoup à faire ; j’écris à Duméril. Je projette de lire à la séance du 7 août, d’arriver chez lui dimanche à cinq heures du soir, à sa maison de campagne, grand colloque ; lundi je me prépare, mardi je lis, et mercredi je pars pour Marseille1. Tu verras que je m’y serai bien fait attendre, par les lettres que je confie à ton amitié. Tu verras aussi bien de la souplesse, bien de l’amabilité et, ce qui me va surtout au cœur, bien de l’inclination pour ma bonne et excellente femme.

Mon amie bonne, de cette façon j’abrégerai bien mon absence ; mais il m’est plus triste et plus pénible que je ne le puis dire de partir sans te voir. J’ai encore bien...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search