Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 110. D’Alfred Velpeau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1821, 1er janvier. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B2-13.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 411-415.

Crainte de Velpeau devant les critiques que peut occasionner Bretonneau chez ses confrères. – Attente impatiente de Bretonneau à Paris. – Imprudence de Velpeau chez Mme de Chastenêt. – Place de Velpeau en tant que prosecteur de Jules Cloquet.

Vos amis, monsieur, sont tout sérieusement fâchés contre vous. Ils croient que vous vous moquez. Ils vous accusent de faussaire. Pour moi, mon divin maître, je ne vous conçois plus. J’ai perdu comme eux l’espoir de voir jamais accomplir les promesses que vous leur avez faites, et que je me suis efforcé de rehausser encore. N’est-il pas extraordinaire, en effet, qu’à la mi-novembre vous dussiez être à Paris dans quinze joursa, et que le mois de janvier arrive sans que l’on ait ouï parler de vous, non plus que si vous étiez allé trouver Confuciusb ? En vérité, je m’y perds. Je crains furieusement que la raison d’un ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search