Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 2

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1820-1840)

No 108. D’Alfred Velpeau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1820, 2 novembre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B2-11.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, 398-405.

Exhortation des amis de Bretonneau pour qu’il vienne à Paris. – Observations de croup chez Guersant. – Réflexions de Velpeau sur le carreau comme conséquence de l’entéro-mésentérique. – Difficultés de Velpeau à trouver de quoi subvenir à ses inscriptions. – Proposition d’une place par Husson, nécessitant une lettre de Bretonneau.

Paris, 2 novembre 1820.

Monsieur Guersant, toute sa famille et vos autres amis me chargent de vous dire mille choses obligeantes de leur part. Eh ! Que veulent-ils que je vous dise ? Qu’ils vous aiment, vous admirent, et vous chérissent autant que possible ? Que sais-je encore ? Après tout, ils auraient plutôt fait de le direa eux-mêmes. Je l’ai dit à M. Guersant, qui pour plus d’une raison devrait bien vous écrire ; il en convient mais il jure n’en rien faire avant que vous ne soyez venu à Paris : « qu’il vienne ! Qu’il vienne ! ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search