Version classiqueVersion mobile

Des âmes drapées de pierre

 | 
Marion Boudon-Machuel

Introduction. La sculpture champenoise des années 1530-1600, un cas d’école

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La sculpture de la champagne méridionale des années 1530-1600 se distingue au sein de la Renaissance française comme un ensemble unique de statues et reliefs, l’un des rares à avoir survécu, malgré les vicissitudes du temps, d’abord les guerres de Religion, puis la Révolution jusqu’aux désastres des conflits du xxe siècle. Exceptionnelle, cette sculpture l’est par la qualité et le nombre – environ cinq cents, selon les statistiques de l’inventaire des objets mobiliers conservés dans les seuls départements de l’Aube et de la Haute-Marne1. Elle comprend des pièces monumentales aussi magistrales que le Christ à la colonne et le Christ ressuscitant de l’église Saint-Nicolas à Troyes, de très nombreuses statues, isolées ou formant des ensembles à plusieurs figures, comme les apôtres de Rumilly-lès-Vaudes, la quinzaine de personnages du retable de Reims, qui sont à rattacher à ce corpus de Champagne méridionale, ou les restes du tombeau de Claude de Lorraine et d’Antoinette de Bourbon dis...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search