Version classiqueVersion mobile

D’encre et de sang

 | 
Gaëlle Serena

Troisième partie. L’écriture et la Mort : Triumphs over Death

Huitième chapitre. Le corps comme dernier texte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’exécution est l’aboutissement ultime de la réécriture entreprise dans le cachot, le dernier acte d’une tragédie soigneusement répétée. L’acteur se prépare maintenant à la scène finale, sur les planches de l’échafaud. Cette mort en actes, Thomas Garnet nous la décrit avec fièvre :

J’ai déjà monté trois marches, j’ai été arrêté, jugé et condamné. Hélas ! Je n’ose imaginer ma peine si je devais échouer avant le dernier acte1.

La représentation commence dès la première apparition publique, lors du jugement. Les comptes rendus de procès rédigés par les catholiques précisent souvent que le prisonnier ne peut s’exprimer librement2. Son corps peut néanmoins porter la cause qu’on l’empêche de défendre.

La parole cède alors la place au jeu de l’acteur. George Haydock, le neveu de William Allen, apparaît à son procès vêtu selon l’usage jésuite3. Il se dépare des oripeaux du serviteur ou du courtisan – qui préservaient, tout en la masquant, sa réelle identité – pour revêtir, au moment du procès,...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search