Version classiqueVersion mobile

D’encre et de sang

 | 
Gaëlle Serena

Troisième partie. L’écriture et la Mort : Triumphs over Death

Septième chapitre. L’écriture comme dernier geste

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Et pourtant, nous aurons vécu l’expérience de la mort comme une expérience collective, fraternelle de surcroît, fondant notre être-ensemble1

Les actes d’écriture étudiés jusqu’à présent permettent de lutter contre un danger auquel les missionnaires n’ont pas encore été confrontés ou dont ils ont réchappé. Maintes fois envisagée, la mort, aux aguets, est encore maintenue à distance et l’écriture peut se permettre des variations tantôt légères, tantôt graves. La persécution n’est pas absente de ces textes, mais elle est transformée en élément moteur du récit. Le danger stimule l’antagonisme et justifie l’action radicale des missionnaires aux yeux des catholiques les plus fervents. Il est donc parfaitement intégré à la rhétorique jésuite. Mais lorsque la mort cesse d’être un élément narratif pour devenir l’unique horizon de ces prêtres, l’écriture fait-elle encore sens ? Au fond du cachot, à la veille de l’exécution, le geste devient-il inutile ou se fait-il plus urgent, plus évident ?...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search