Version classiqueVersion mobile

D’encre et de sang

 | 
Gaëlle Serena

Deuxième partie. Dynamiques de l’écrit et communauté

Dynamiques de l’écrit et communauté

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’écriture permet, d’une certaine manière, la reconstruction de l’individu. Elle permet également à celui-ci de réintégrer la communauté pour laquelle il écrit. À peine est-il prononcé que le « je » devient « nous », que le moi se fond dans le groupe dont il est issu. Comme le rappellent les théoriciens de l’identité personnelle, Jens Brockmeier et Donal Carbaugh :

Les histoires que l’on se raconte sur nous-mêmes et sur les autres organisent la façon dont nous nous percevons, dont nous percevons les autres et la façon dont nous devons entrer en relation1.

Le texte est avant tout mouvement vers l’autre, lequel se love au creux de l’écriture qu’il façonne et dont il est la condition sine qua non. Si le texte n’est pas reçu, il reste lettre morte, comme ces derniers mots d’un jeune martyr à sa mère :

J’ai retrouvé dans mes papiers une autre lettre de sa main, dans laquelle il faisait ses adieux à sa mère. Je devais lui envoyer mais je l’ai si bien rangée que je n’ai pu la retrouver. Je vo...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search