Version classiqueVersion mobile

D’encre et de sang

 | 
Gaëlle Serena

Première partie. « L’écriture ou la vie »

Deuxième chapitre. Les rapports complexes entre le pouvoir, les jésuites et la communauté catholique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dès son accession au trône d’Angleterre, Elizabeth fait du protestantisme la religion d’état par l’Acte d’uniformité voté en 1559. Si les catholiques doivent se rendre au service protestant tous les dimanches sous peine d’être punis d’une amende, voire d’une peine d’emprisonnement, les termes des premières injonctions, écrites en concertation avec William Cecil, restent encore modérés et permettent une certaine latitude quant à l’interprétation qui en est faite1.

Les premiers signes d’une radicalisation du pouvoir à l’encontre des catholiques apparaissent dès 1569, après la rébellion du Nord, mais la reine s’oppose encore à ce que l’on augmente les amendes pour les récusants, réitérant son désir de ne pas stigmatiser ses sujets pour leur foi2.

L’attitude du gouvernement se modifie radicalement, en revanche, à partir des années 1580. Robert Persons attribue ce changement au contexte politique, mais aussi à la présence de ses frères sur le sol anglais3. Les jésuites se montrent moins to...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search