Version classiqueVersion mobile

D’encre et de sang

 | 
Gaëlle Serena

Première partie. « L’écriture ou la vie »

Premier chapitre. Ghostly Fathers : une armée d’ombres

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Fondée en 1540 par l’Espagnol Ignace de Loyola, la Compagnie de Jésus n’accueille son premier prêtre anglais que quinze ans plus tard. Il faut attendre 1580, plus de vingt ans après l’accession d’Elizabeth Ire, pour voir les premiers jésuites rejoindre la mission initiée dès 1569 par William Allen, chef de la communauté catholique anglaise en exil et fondateur du premier séminaire anglais sur le continent1. Comment expliquer l’absence des jésuites dans le paysage anglais2 ? Sous le règne de Marie Tudor, reine catholique, le fondateur de l’ordre s’est heurté aux réticences du cardinal Reginald Pole qui, peu enclin à suivre les développements enflammés de la Contre-Réforme s’étendant sur le continent, et soucieux d’éviter l’identification du catholicisme à l’Espagne, ne fait rien pour encourager la venue de jésuites étrangers dans le royaume3. Mais, dès la mort de Marie, un grand nombre d’Anglais et de Gallois en fuite rejoignent la Compagnie et partent en mission dans différents pays...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search