Version classiqueVersion mobile

D’encre et de sang

 | 
Gaëlle Serena

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Voir le xvie siècle dans le miroir des lettres et correspondances, ce n’est nullement le regarder par le petit bout de la lorgnette, encore moins le scruter par un trou de serrure, pratique infâme que Rabelais dénonçait à juste titre. C’est pénétrer jusqu’en son cœur par le moyen le plus sûr et le moins illicite (sauf, peut-être, quand il s’agit de correspondances codées, dont il faut au préalable violer le secret). C’est nous faire moins voyeurs que complices, amis plutôt que détectives. Frank Lestringant, V. L. Saulnier lecteur des lettres de Guillaume Budé et de Marguerite de Navarre1.

« I have no desire to make windows into men’s souls. » Que ces paroles aient été prononcées par la reine Elizabeth Tudor ou forgées par ses biographes importe peu. Elles appartiennent désormais à l’Histoire, une Histoire en capitale, qui tronque, oublie, réécrit pour tracer à grands traits le portrait d’une reine qui donna son âge d’or à l’Angleterre. On retiendra volontiers ses mots d’esprit et l’a...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search