Version classiqueVersion mobile

Étrangers dans le berceau de la France ?

 | 
Pierre Billion
, 
Hélène Bertheleu
, 
Sylvie Aprile

Partie III. Approfondir deux situations contemporaines

Approfondir deux situations contemporaines

Texte intégral

Joué-lès-Tours : un fragile compromis interethnique

1L’histoire de la commune de Joué-lès-Tours, et particulièrement celle du quartier prioritaire de la Rabière, constituent un exemple intéressant d’articulation entre une mobilisation durable autour du développement social local depuis les années 1970 et une forte implantation de populations étrangères, notamment d’Algérie et du Maroc mais aussi du Portugal, comme partout ailleurs dans la région. On peut observer dans cette commune et dans ce quartier de logements sociaux bien connu de l’agglomération tourangelle – à la fois symbole ou même archétype du quartier prioritaire et de la diversité ethnique locale – la construction progressive d’un compromis de territoire relativement stable, fondé sur une riche coopération conflictuelle entre les initiatives municipales, urbanistiques, celles des services sociaux et celles des associations, au service d’une population très diverse mais aussi jeune et active.

2On est ici à cent lieux du stéréotype de la zone urbaine sensible désocialisée, ghettoïsée et marginalisée qui a court parfois dans les médias. On peut noter au contraire combien, au fil des années, une certaine complémentarité des actions à la fois planifiées politiquement mais surtout initiées par un important militantisme associatif local, a pu générer une certaine reconnaissance de la place des immigrés dans la commune, ces derniers trouvant des réponses originales à leurs besoins de logement, d’activités de loisirs, d’aide aux démarches administratives, d’accompagnement à l’insertion sociale et professionnelle, d’expression culturelle et cultuelle.

3Plusieurs espaces-temps importants sont au cœur de cette riche vie sociale. Le marché du jeudi matin, par exemple, est devenu particulièrement fréquenté (le deuxième du département) et véhicule efficacement cette image locale d’un équilibre interethnique et culturel auquel participent les commerçants autant que les produits vendus et les clients. La mosquée constitue aussi un lieu et un symbole important, signe fort de l’ancrage local des Musulmans. La diversité ethnique et culturelle se lit également dans les responsabilités assumées par de nombreux acteurs de la vie locale, notamment parmi les militants associatifs et les travailleurs sociaux, qui sont souvent les enfants de parents ayant migré au cours des années 1960 et 1970. Ces réalités, saisies ici rapidement avant d’en faire une plus ample description, montrent à elles seules l’établissement durable d’une population immigrée et combien le quartier de la Rabière peut représenter un des lieux de référence de la sociabilité et de l’engagement dans la vie sociale locale d’une population immigrée devenue surtout jocondienne.

4Ce quartier de 8 000 personnes dans une commune de 37 000 habitants connaît comme ailleurs des phénomènes de paupérisation et de marginalisation sociale. La précarité économique, les difficultés d’insertion dans l’emploi, la paupérisation des familles habitant dans le quartier est une réalité à laquelle n’échappent pas un certain nombre d’immigrés, nous y reviendrons. Dans ce contexte, la toxicomanie et la petite délinquance ont fait leur entrée dans le quartier au cours des années 1980. Néanmoins, la richesse du maillage associatif associé à la mobilisation des moyens de la politique de la ville – des opérations HVS des années 1977 à 1981 jusqu’au CUCS d’aujourd’hui – sont parvenues à soutenir un dynamisme social exceptionnel dans l’agglomération, qu’il est intéressant de restituer en analysant la place des populations immigrées, la réalité d’une pluriethnicité mais aussi sa fragilité comme nous le montrerons finalement.

5Il est important de restituer d’abord l’histoire de ce quartier et celle de l’investissement collectif d’habitants, de militants du travail social et d’associations d’immigrés pour comprendre la construction de ce compromis annoncé plus haut. Il faut s’attarder d’abord sur l’action d’un collectif d’associations né au début des années 1980 et notamment de son acteur central : une équipe de prévention spécialisée appelée aussi « club de prévention ». Le réseau associatif constitué autour de cet acteur important fédéra longtemps des actions dans le quartier : cela nous mènera à analyser plus en détail la dynamique sociale de la « communauté » algérienne présente dans la commune, les divers lieux et moments, culturels, cultuels, sportifs, de sociabilité de ses membres et les médiations sociales et politiques qui ont pu s’y construire. Le club de prévention, sans démentir sa vocation d’accueil de tout public sans distinction, a progressivement tissé des liens forts avec les associations algériennes locales. Cela a pu se faire par l’entremise d’un des salariés du club, lui-même d’origine algérienne et devenu un personnage incontournable et moteur de nombreuses médiations. Cela a pu se faire aussi par le biais des publics (jeune et adulte) touchés par le club de prévention et par celui fréquentant les activités associatives, une partie étant rapidement menées en partenariat avec le club de prévention et ce pour de longues années. C’est bien ce parallélisme des dynamiques associatives (militantisme social, culturel et d’éducation populaire et militantisme dit plus « communautaire ») qui fait l’originalité de l’exemple jocondien.

6Dans l’approche relationnelle qui est la nôtre, il faudra aussi questionner les modes d’accommodation et d’adaptation du majoritaire ou de l’« établi », celui qui, habitant de Joué depuis plusieurs années, a vu arriver et s’installer ces familles venues d’autres pays, avec d’autres langues et d’autres cuisines. On verra le changement timide dans les représentations dominantes de l’autre, de « l’étranger » qui peuvent rendre particulièrement fragile le compromis interethnique décrit ici. De même, nous questionnerons l’influence des récents développements des politiques publiques à l’égard des quartiers dits « prioritaires » ou « de banlieue » sur le compromis local au niveau de la commune mais aussi à celui du quartier.

Années 1970 : une présence immigrée dans le logement social

7Le bourg de Joué-lès-Tours au sud de Tours comptait 6 446 habitants en 1954, un peu plus de 9 000 en 1962 puis 27 000 en 1975 et plus de 36 000 en 1990 et jusqu’à aujourd’hui. En l’espace de six ans, entre les recensements de 1962 et de 1968, la population jocondienne double. Ces seuls chiffres illustrent l’explosion démographique de cette commune devenue aujourd’hui la deuxième ville du département en nombre d’habitants et la septième de la région Centre. Cette croissance démographique et urbaine est liée à l’arrivée de l’usine Michelin en 1957 puis d’autres activités industrielles (Hutchinson, Tupperware) qu’accompagnera bientôt la construction en plusieurs tranches d’une ZUP, constituant progressivement entre 1962 et le milieu des années 1970 le grand ensemble de la Rabière. Ce quartier compte environ 8 000 habitants, soit 3 200 logements presque tous des logements sociaux. Les autres quartiers populaires de Joué sont plus mixtes socialement. Par exemple, le quartier plus ancien du Morier compte une moitié de logements sociaux et une moitié de logements dits « en accès à la propriété », tout comme le quartier de la Vallée Violette fut construit à partir de 1973.

8La croissance de Joué fut donc subite et aboutit à un tissu urbain peu intégré. Le boulevard de Chinon, qui n’est autre qu’une route départementale, fait figure de frontière spatiale avec au sud le grand ensemble de la Rabière, et au nord relativement proche mais néanmoins séparé, un centre-ville qui ressemble encore à un bourg auquel on a rajouté une grande place avec le grand bâtiment austère de la mairie, et un centre commercial dont la municipalité peine à soutenir l’activité. L’extension jocondienne correspond aussi, plus récemment à un vaste territoire d’habitat pavillonnaire voire rurbain. Collèges, lycées, salle de spectacle à vocation d’agglomération (Espace Malraux), médiathèque, trois centres sociaux, des parcs et bien d’autres équipements culturels ou sportifs constituent, même s’ils sont géographiquement éclatés et soumis au manque de cohérence et de continuité urbaine, de multiples lieux de la vie sociale locale. Joué-lès-Tours se présente aujourd’hui comme un territoire riche d’une diversité de services publics et sociaux et d’une dynamique associative forte et multiforme.

Le quartier de la Rabière en 1977 : une population plurielle de fait

9Beaucoup des nouveaux habitants qui arrivent au cours des années 1960 et 1970 vont s’installer dans le grand quartier de la Rabière qui, en 1990, malgré l’étalement pavillonnaire rurbain déjà commencé, regroupe encore à lui seul un quart de la population de la commune. C’est le cas particulièrement des familles immigrées qui trouvent dans ce grand ensemble – compte tenu de la modestie de leurs revenus pour la plupart, de leur recherche de logements suffisamment vastes et confortables pour des familles en moyenne plus nombreuses – des logements sociaux nouvellement construits ou, au cours des années 1980 et 1990, laissés vacants par les ménages ayant réussi à accéder à la propriété.

10Parmi les premiers habitants du quartier, on compte beaucoup de Portugais, d’Algériens, des Yougoslaves puis plus tard des Marocains mais aussi nombre de Français y compris des membres des classes moyennes dans ce quartier à majorité d’ouvriers et d’employés peu qualifiés qui ne tarderont pas à impulser des actions de militantisme de quartier pour que des activités culturelles et de loisirs, puis des équipements et services complètent les seuls logements et écoles récemment sortis de terre.

  • 1 Article de presse du journal La Nouvelle République du Centre-Ouest restituant le diagnostic préal (...)

11En 1978, le quartier de la Rabière regroupe 10 800 habitants dont 31 % de population de nationalité étrangère alors que la commune ne comptait, au recensement de 1975, que 12 % d’étrangers. 12,5 % des habitants du quartier sont alors de nationalité portugaise et 4,1 % algérienne1. La commune de Joué, alors en pleine expansion démographique, regroupe à elle seule au recensement de 1975, respectivement 47 % de la population étrangère de l’agglomération tourangelle, près de 58 % des Portugais et 63 % des Algériens. Cette réalité statistique fait de ce quartier, un lieu de référence de la mixité ethnique et de l’établissement de populations immigrées, tout comme son équivalent tourangeau le quartier du Sanitas qui comprend le même nombre d’habitants mais reste beaucoup moins excentré.

Populations portugaise et algérienne de Joué-lès-Tours

Algériens

Portugais

Population étrangère totale

Population totale

1962

190

9 074

1975

605

1 745

3 290

27 450

1999

356

821

2 296

36 517

12La population de la Rabière en 1978 est très jeune : la moitié des habitants ont moins de vingt ans, 2 890 enfants sont âgés de 0 à 8 ans, 1 405 ont entre 8 et 16 ans et un besoin criant d’équipements de loisirs, locaux d’accueil périscolaire, terrains d’aventure, aide au devoir, mais aussi de services sociaux se fait sentir localement. Comme dans beaucoup de grands ensembles nés dans les Trente Glorieuses et assurant une fonction exclusive de logement, d’autres services peinent alors à suivre pour que le lieu puisse être réellement habité et que la vie sociale s’y développe. Ainsi, les bus arrêtent de desservir le quartier dès 20 h 30 ce qui limite l’accès aux cinémas de Tours pour les jeunes, mais aussi l’accès aux entreprises pour beaucoup de femmes travaillant en horaires de nuit ou celles qui assurent des heures de ménage dans l’agglomération.

13Beaucoup reste à construire donc en matière de développement social et culturel, de cadre de vie dans cette cité. Ainsi, dès 1969, des habitants se mobilisent autour entre autres d’un groupe fréquentant la même paroisse pour créer une association, le Mouvement pour l’animation de la cité (Mopa-cité) qui se donne pour but de « promouvoir les moyens de détente et de rencontre » et entreprend une consultation d’environ 600 familles. Parallèlement, les premiers travailleurs sociaux arrivent dans le quartier avec le centre social sorti de terre en 1970, ouvert fin 1971. Une pétition est lancée pour la création du marché hebdomadaire qui deviendra particulièrement important, on l’a vu. Mais l’association se structure surtout autour de deux préoccupations majeures, celle du « désœuvrement » des nombreux adolescents du quartier, celle aussi de la « pluriethnicité », nommée comme telle et faisant l’objet dès 1970 d’une commission « accueil aux étrangers ». Ainsi les « gens de la ZUP » comme ils se nomment alors, vont-ils devenir les chevilles ouvrières du développement d’associations à vocation sociale, éducative et culturelle qui vont vite, à partir de la mobilisation des premiers bénévoles, se professionnaliser.

  • 2 Cette création s’inspire du modèle de l’action sociale en milieu ouvert et de proximité des éducat (...)

14Dès février 1974, l’association Mopa-cité crée un Club de prévention dans le quartier2. L’APSER, Association de prévention socio-éducative de la Rabière, qui intervient toujours aujourd’hui à la Rabière et dans deux autres quartiers de la ville, deviendra ainsi un des moteurs de l’action sociale locale, expérimentant sur la base de différents financements publics, des réponses aux problèmes de la population (aide au travail scolaire, alphabétisation, suivis de démarches, sorties, camps, prévention des toxicomanies puis aide à l’insertion, suivis individuels d’adolescents et jeunes en décrochage scolaire, en rupture familiale, etc.).

  • 3 Un des moments forts des importantes réhabilitations du début des années 2000 a été, ainsi, la spe (...)

15Si cette association motrice dans le quartier, tout comme le centre social, posent explicitement et de façon pragmatique le constat d’une diversité culturelle de la population, le contexte local s’avérera par la suite conflictuel et la question de l’immigration fera figure, dès la fin des années 1970 et pour une minorité d’habitants, de thématique étroitement reliée à celle de l’insécurité. La présence étrangère à la Rabière sera associée de plus en plus systématiquement à la figure du ghetto aux yeux des habitants du reste de l’agglomération, représentation renforcée par l’enclavement spatial du grand ensemble3. Ainsi, cette pétition de 1977 adressée à la préfecture du département dénonçant les actes croissants de délinquance : « Sans être racistes, les habitants du quartier de la ZUP demandent que soient expulsées de ce secteur les familles immigrées qui se livrent à de tels actes ». Raymond Lory maire de centre-droit à l’époque, membre du CDS puis de l’UDF, mentionnera publiquement par voie de presse ses regrets que la dénonciation n’englobât pas les Français « qui n’ont malheureusement pas tous une conduite exemplaire ». Et il rappellera : « Je sais, quant à moi, que l’ensemble des étrangers de la zone de la Rabière a un comportement normal ».

  • 4 D’après les travaux des étudiants Beurnardeau, Delfino, Roudeau et l’étude du GERU.

16Déjà en 1972, l’arrivée récente d’un nombre important de familles d’origine étrangère dans les logements HLM de la ZUP se révélait être un problème puisque, à l’initiative du maire, une réunion était organisée à ce sujet à la mairie (Delfino, 1972). Le résumé de cette réunion informe que « la dégradation actuelle de l’image du quartier » est un sujet d’inquiétude pour la mairie et l’office HLM, celui-ci ayant essuyé « 43 refus de la part d’ouvriers de l’usine Michelin, depuis 1970 », ces refus venant de potentiels locataires ne voulant pas loger dans les logements conventionnés de l’usine, à cause de la présence des immigrés. Durant cette réunion, les participants (maire, directeurs d’offices locatifs) s’interrogent sur la possibilité de « freiner l’implantation des étrangers à la Rabière » et sur « la mise en place d’une politique d’attribution lente ». La problématique essentielle de la réunion résume parfaitement la dégradation rapide de l’image de la ZUP de la Rabière : « le quartier peut-il être autre chose qu’un ghetto ? ». Pour résoudre ce problème, le directeur de l’office département d’HLM propose « la mise en place de programmes de logements F1 et F3 adaptés à une clientèle française pour parvenir à un meilleur équilibre social »4. L’ouvriérisation massive du quartier et le départ des classes moyennes, comme ailleurs, rendront en partie vaines ces tentatives de contrôle des attributions de logements sociaux. La mobilisation de militants de quartiers et de travailleurs sociaux plus ouverts à la diversité, contribuera aussi à modérer ce que l’on n’appelle pas encore, à l’époque, les discriminations dans l’accès au logement social.

17L’exploitation politique de la présence des étrangers cèdera vite le pas, en fait, à la nécessité d’équiper et développer le quartier en partant de la réalité de la population y habitant. Fin 1977, s’inspirant de l’expérience de la ville de Lorient et saisissant l’opportunité des premiers dispositifs de la politique de la ville appelés HVS « Habitat et vie sociale », l’équipe municipale réussira à financer des projets d’équipements et d’activités venant compléter, par leur volet social, les infrastructures existantes.

  • 5 Relevé réalisé par Architurone, bureau d’étude chargé à l’époque du diagnostic, qui a mené l’étude (...)
  • 6 Étude du GERU, p. 88.

18Les études préalables à la constitution du dossier HVS nous renseignent bien sur l’histoire du peuplement du quartier et sur la présence étrangère. La synthèse réalisée par Delfino, dans une maîtrise de géographie, montre que le dépouillement des dossiers des offices locatifs et des demandes de cartes de séjour au commissariat de la commune permet de situer l’augmentation du nombre de familles immigrées dans le courant de l’année 1971. En effet, on passe de « 230 ménages en avril à 363 familles étrangères en décembre 1971 ». En fait, cet afflux de plus d’une centaine de nouvelles familles correspond à la mise en service de la dernière tranche des HLM de la ZUP 3, achevés en 1971. On atteint le nombre de 497 familles en 19765, puis on relève un nombre de 633 ménages immigrés en 19786, soit un accroissement de plus d’une centaine de familles en deux ans à peine sur le parc HLM et SAIEM rassemblés.

  • 7 Ainsi, en 1972, dans la ZUP 2 où l’usine a réservé 75 % des logements, les familles étrangères occ (...)

19Les totaux de locataires indiqués par l’étude « Architurone » comptent 8 834 locataires et 2 762 « locataires étrangers » dénombrés dans le seul parc HLM, soit un pourcentage de 31 % de population immigrée dans le grand ensemble mais ce chiffre serait en deçà de la réalité : il faut compter, en fait, un nombre de 497 familles étrangères dans les 1 135 HLM de la ZUP proprement dite (hormis la vieille Rabière), et on atteint le pourcentage important de 44 % de ménages étrangers dans les logements HLM, soit un doublement du taux de 1972 en à peine cinq ans. Les études menées à l’époque révèlent aussi que la densité des familles étrangères dans les différents îlots du quartier dépendait étroitement de la localisation des réservations de l’usine Michelin7.

  • 8 GERU, p. 87.

20Dès 1972, le grand ensemble de la Rabière est donc un quartier pluriethnique avec la présence de familles maghrébines (19,5 % des ménages étrangers), yougoslaves (10,5 %) et espagnoles-portugaises cumulées (70 % d’entre elles logeant dans les HLM) (Delfino, 1972, 72). En 1979, on note une érosion de cette population espagnole et portugaise (59 % des ménages), une stabilité du nombre de familles maghrébines (19,5 % comme en 1972) tandis que de nouvelles nationalités font leur apparition : 5,8 % de ménages sont originaires de Turquie et 3,2 % sont des réfugiés de l’ex-Indochine (du Cambodge, Vietnam, Laos). La population yougoslave (dont de nombreux chefs de familles travaillent à l’usine Michelin) est en augmentation (12,5 % des ménages)8.

21Sur le plan politique, l’époque pionnière des années 1970 est surtout teintée de pragmatisme et ouvre de fait le champ des initiatives au milieu associatif et du travail social. Les travailleurs sociaux qui ont travaillé à cette époque ou travaillent encore dans le quartier expliquent qu’à l’époque, la municipalité n’avait que peu d’expérience en matière sociale et s’en est en quelque sorte remise aux travailleurs sociaux et aux militants du quartier, fortement investis, pour expérimenter des réponses adaptées. La logique d’expérimentation des débuts de la politique de la ville et la souplesse de ses financements ont fait le reste.

Années 1990 : une banalisation de la présence immigrée sans reconnaissance

  • 9 Dans un entretien, une des chevilles ouvrières de Mopa-cité à ses débuts, explique ainsi : « Il y (...)

22Si l’on analyse un instant la production locale de discours, le contraste entre les années 1970 qui suivent la construction du quartier et la période récente apparaît, avec un peu de recul, important. Sur la « question de l’immigration », on peut constater qu’à l’époque – les années 1970 – les étrangers faisaient de fait et explicitement partie des habitants du quartier aux côtés des nationaux, dans un contexte où tous devaient trouver par tous les moyens le chemin d’un développement social et culturel. On oscillait alors entre contrôle et comptages officiels des locataires et enthousiasme militant plus ou moins utopique vis-à-vis de la « richesse pluriculturelle » locale9. Aujourd’hui, après trente années de politique de la ville et une alternance municipale socialiste depuis 1995 – avec de conséquentes réhabilitations urbaines et une politique de soutien vigoureux aux associations – l’évocation des populations migrantes et de leurs descendants est désormais très euphémisée dans les discours politiques. Que cela signifie-t-il ? L’euphémisation ou le discours volontairement flou semble ne plus vouloir prendre acte de cette réalité pluriethnique, notamment dans le cadre de « dispositifs » sociaux ou culturels de la politique de la ville devenus plus institutionnalisés et moins directement « en prise » avec les acteurs locaux. Comme si la dimension plurielle qui faisait la force de la population locale jusque-là devait désormais se faire plus discrète, réservée aux seuls échanges festifs interculturels, échanges musicaux ou culinaires plus ou moins folklorisés et ritualisés.

23Les inquiétudes de certains habitants s’expriment toujours aujourd’hui à propos de l’insécurité, de nuisances sonores et de la délinquance qu’ils associent plus ou moins aux jeunes « issus de l’immigration », notamment lorsqu’ils s’approprient la place du centre commercial du quartier, la nuit tombée. Personne ne remet en cause en revanche la forte représentation des Maghrébins parmi les onze commerçants qui animent la place, ni la couleur très cosmopolite du marché hebdomadaire, faits qui se sont progressivement ancrés localement et semblent désormais acceptés par l’ensemble de la population. De même, l’appropriation exclusivement masculine des cafés, le jour du marché, et la forte représentation en leur sein d’anciens migrants, notamment de pères désormais âgés, sont devenus un élément normal de la vie locale, ils sont même évoqués par certains habitués du quartier comme une sorte d’image d’épinal caractérisant l’ambiance particulière et originale du quartier à certaines heures. Les mois d’été, la sociabilité de rue et les conversations d’une fenêtre à l’autre voire d’un bâtiment à l’autre – en français comme en arabe – peuvent être lus comme un signe d’appropriation légitime de l’espace public et dénote, finalement, une vie sociale particulièrement dense. Aujourd’hui, si le quartier comprend aussi une population socialement marginalisée du fait notamment du creusement des inégalités économiques et sociales de ces dernières années, la vie sociale locale ne recèle cependant pas de conflits graves.

24Certains observateurs, dans les entretiens, notent un cloisonnement relatif selon les différents sous-quartiers (ZUP 1, ZUP 2, ZUP 3, Pilon, etc.), chacun étant considéré comme approprié par une « communauté » spécifique, Maghrébins d’un côté, Portugais de l’autre, par exemple. Ces implantations des uns et des autres correspondraient moins à une stratégie des familles (encore moins à une politique d’attribution des logements) qu’au calendrier des phases de construction des parties du quartier qui correspondit alors à l’arrivée de familles de nationalités distinctes. Mais aujourd’hui, la population n’est plus celle des années 1970 : les configurations familiales ont changé, de nombreux déménagements ont eu lieu et cette histoire du peuplement du quartier n’a sans doute plus grande réalité. Elles n’en marquent pas moins les représentations sociales locales.

25D’après notre enquête auprès de militants associatifs et de travailleurs sociaux, les jeunes adultes et adolescents seraient également plus enclins aujourd’hui qu’auparavant à se lier et se regrouper selon des critères ethniques. Les uns le regrettent, les autres en prennent acte comme une donnée incontournable avec laquelle il faut bien travailler, et s’en servent pour prendre leurs contacts et proposer leurs activités. Enfin, on peut constater que, pour un certain nombre d’habitants ayant quitté le quartier pour une autre commune de l’agglomération, le quartier de la Rabière reste un pôle de référence où l’on aime retrouver des amis, le jour du marché ou bien en fréquentant les activités d’une des nombreuses associations.

26La conscience et la mémoire de ce quartier populaire comme véritable laboratoire d’une vie sociale intense est un élément saillant du sentiment d’appartenance de ces habitants et de leur attachement au quartier, nous y reviendrons. Cette mémoire tranche avec les représentations négatives du quartier partagées par les habitants du reste de l’agglomération.

La mobilisation d’un collectif d’associations

27Au fil des années 1970, et surtout à partir des années 1980, un collectif d’associations s’est donc structuré dans le quartier à partir non seulement de l’APSER et du centre social dont nous avons déjà souligné le rôle moteur, mais aussi, entre autres, d’enseignants des écoles publiques particulièrement investis dans la vie du quartier.

28L’absence d’activités pour les jeunes, l’enclavement du quartier, la montée des pratiques de toxicomanie, le chômage des jeunes et des plus âgés dans les années de crise économique sont autant de lignes de front sur lesquelles va progressivement se mobiliser ce collectif, accumulant expériences et légitimité tant auprès des habitants que des pouvoirs publics en une lente montée en puissance marquée par la stabilité du réseau de militants. Parmi les habitants les plus démunis, un nombre important d’enfants et d’adolescents nés dans des familles immigrées vont bénéficier de cette mobilisation associative pour accéder aux loisirs, aux vacances, à la culture mais aussi aux droits.

29Beaucoup d’acteurs du quartier évoquent cette période des années 1980 à 1995 comme un véritable âge d’or non sans nostalgie et emphase. Force est de constater tout ce qui a été construit durant cette période et, notamment, l’originalité de la prise en compte de l’histoire de l’immigration et des identités des participants aux différents projets. Lors des périodes estivales par exemple, des animations sont proposées aux nombreux enfants et adolescents du quartier dont les parents ne partent pas en vacances. D’abord édifiées avec de faibles moyens (préfabriqués et tentes démontés et remontés chaque année au cœur du quartier), ces animations vont ensuite occuper les locaux des écoles rendus accessibles par l’intermédiaire de directeurs fortement impliqués dans le mouvement associatif, puis de véritables locaux plus appropriés seront mis à disposition. Les enfants bénéficièrent ensuite d’un terrain d’aventure et de l’achat d’un bus par une des associations du quartier qui permettront l’organisation de nombreuses activités, sorties et camps, la venue d’artistes en résidence au cœur du quartier et l’implication des enfants dans la création.

30Du point de vue de l’histoire de l’immigration, les modalités d’organisation de ces activités qui accueillirent l’été jusqu’à 800 jeunes du quartier, recèlent des expérimentations éducatives et sociales audacieuses avec lesquelles il serait difficile aujourd’hui de renouer.

31Ainsi, un des artisans de ce dispositif associatif explique que le principe de l’accueil de tout public sans distinction ethnique et sur une base universaliste s’accompagna aussi, à l’époque, d’une organisation particulière du recrutement des animateurs et encadrants. On est à l’époque, dans les années 1980, où la France prenait lentement conscience de la diversité en son sein et durant laquelle se forgeaient des identifications comme celles de « beur » ou « deuxième génération ». Les travailleurs sociaux immergés dans ce quartier pluriethnique souhaitaient s’appuyer sur une équipe d’animation mixte, construite avec pragmatisme. Le point de départ était la prise en compte des caractéristiques linguistiques, culturelles et ethniques de la population locale, de façon à rassurer les familles et les enfants, eux-mêmes pris dans des jeux complexes d’identification. S’appuyant sur une évaluation statistique réalisée par ses soins, le Club de prévention recrute certes sur des critères de compétences en animation mais aussi en veillant à disposer de compétences linguistiques et culturelles proches de la population locale qui se traduira par le recrutement d’animateurs portugais, algériens, marocains, turcs, etc. Le « bricolage » avec des catégories illégitimes mais souvent officieuses de recrutement va au-delà de cette mixité ethnique recherchée puisque s’y ajoute l’exigence d’un mélange entre jeunes animateurs ayant grandi dans le quartier et animateurs venus « de l’extérieur », notamment des élèves en formation de travail social venant y trouver un emploi saisonnier. Enfin, l’attention était aussi portée à la catégorie de genre, de façon à assurer la présence d’animatrices autant que d’animateurs.

  • 10 Le multiculturalisme est une notion extrêmement polysémique que l’on gagnerait à cantonner aux exp (...)

32Cette manière singulière d’organiser les animations d’été s’avère directement liée à l’expérience d’un certain nombre des jeunes du quartier et de travailleurs sociaux plus âgés au sein des deux marches nationales successives de 1983 et 1984, la marche pour l’égalité et contre le racisme puis le mouvement « Convergence 84 ». Plusieurs jocondiens avaient suivi avec attention le mouvement national et fait le voyage aux Minguettes : ils en avaient retenu des éléments de réflexion sur les possibilités concrètes d’une certaine reconnaissance pratique de la diversité culturelle et ethnique de la population locale, ce que certains appelleraient peut-être un certain « multiculturalisme »10. Le terrain jocondien où beaucoup restait à construire en termes d’action sociale et culturelle était donc devenu un lieu d’expérimentation immédiate, avec une liberté que les décideurs, les financeurs et élus locaux offraient avec leur confiance, convaincus sans doute par les résultats déjà obtenus par le collectif associatif local, en terme de paix sociale notamment.

33Les animations d’été ainsi organisées représentaient un lieu de formation et le dispositif ne tarda pas à être habilité, compte tenu de la présence d’un encadrement professionnel compétent, pour dispenser la formation aux différents brevets d’animateurs (BAFA, BAFD). On y débattait notamment de sujets jugés ailleurs tabous comme la pertinence ou non de s’exprimer en langue d’origine auprès des enfants à tel ou tel moment de la vie quotidienne de séjours ou d’activités. Les uns et les autres faisaient part de leurs découvertes quotidiennes auprès des enfants et confrontaient leur vision des spécificités du « quartier », de ses « publics » et de l’intérêt éducatif plus général des activités proposées.

34Ainsi, cette expérience originale au sein de l’agglomération fut-elle au fil des années considérée comme exemplaire pour certains (les plus proches des conceptions de l’éducation populaire), et pour le moins efficace et fiable pour d’autres (des élus notamment) qui facilitèrent les conditions financières, matérielles et réglementaires de sa pérennisation.

35Lors d’une exposition photographique à la Maison pour tous de Joué-lès-Tours en octobre 2007, proposant une rétrospective de plus de trente années d’activités associatives dans le quartier, un public important vint se remémorer, durant toute une semaine, les moments forts de ce dispositif d’animation d’été. On pouvait y croiser des fils d’immigrés devenus eux-mêmes travailleurs sociaux, aujourd’hui âgés d’une quarantaine d’années, qui soulignaient combien cette expérience avait facilité leur mobilité sociale et leur trajectoire professionnelle, avait été un creuset de formation, de vocation, d’engagement politique aussi pour certains. D’autres commentaient les photos, faisant remarquer qu’une forte mixité ethnique et culturelle existait alors au sein des groupes d’enfants, d’adolescents et de jeunes et surtout que la mixité entre garçons et filles y était plus importante qu’aujourd’hui.

L’histoire associative des Algériens de Joué

36Parallèlement à ces dispositifs d’animation où les travailleurs sociaux jouent un rôle central, il ne faut pas sous-estimer la dynamique associative propre aux migrants eux-mêmes et à leurs formes d’installation et d’organisation à Joué. Celle de la collectivité algérienne apparaît particulièrement intéressante par ses ruptures et continuités avec la dynamique décrite jusqu’ici.

  • 11 Document interne diffusé en réunion, association Solidarité culturelle musulmane jocondienne, mars (...)
  • 12 Dès 1969, le comité pour les étrangers créé dans la ZUP et nouvellement intégré à l’association «  (...)

37D’après les entretiens réalisés auprès des associations, ce sont seulement quatre familles algériennes qui sont présentes dans la commune en 1967, dans le quartier de vieille Rabière avant même l’édification de la ZUP. En 1972, les Algériens de Joué, beaucoup plus nombreux, sollicitent l’aide de l’importante association tourangelle « Entraide aux travailleurs migrants » (ETM) pour créer une section sportive consacrée à la pratique du football. Comme l’explique un document rétrospectif de 200811 : « le but de cette section était de permettre aux jeunes de pratiquer un sport étant donné que plus de deux jeunes issus de l’émigration ne pouvaient intégrer une même équipe de football12. En créant un club ethnique, nous avons pu faire jouer plusieurs jeunes à la fois. Cette activité sportive a généré d’autres activités comme des rencontres entre adultes pendant les dimanches autour des stades du département et par la même occasion nous avons animé des activités culturelles ».

38En 1981, la réforme de la loi sur les associations permet la création de l’Union sportive des Algériens de Touraine avec le même projet sportif mais aussi une volonté de représentation de la communauté dans les instances publiques locales. Au cours des années 1980, l’association va notamment gérer le marché du ramadan et organiser les soirées pendant ce mois de jeûne. En effet, dans le quartier de la Rabière, quelques marchands installés dans une rue, sans autorisation au départ, ont vu leur initiative reconnue par un élu local, conseiller général du canton, ayant une certaine connaissance de l’islam et bienveillant à l’égard d’une telle activité. C’est aussi le travail des militants associatifs qui a abouti à ce que ce marché du ramadan prenne de l’ampleur et soit ainsi institué chaque année, chacun y trouvant le moyen d’acheter des denrées pour confectionner les plats traditionnels pour le soir, au moment de la rupture du jeûne.

  • 13 « Joué-Touraine, le club qui monte », La Nouvelle République du Centre-Ouest, 5 juin 2002, p. 15.

39L’association changea ensuite de nom, renommée les Maghrébins de Joué-lès-Tours, avec un objectif plus fédératif. Mais, comme l’explique un responsable associatif, devant le nombre de jeunes « issus d’autres nationalités », rejoignant le club aux résultats sportifs élogieux, un nouveau nom était choisi en 1996 : Joué en Touraine, ancien nom de la commune. Un des entraîneurs du club de football de l’ASC Joué Touraine expliquait la réalité de façon plus directe dans la presse en 2002, tout en commentant les bons résultats sportifs du club : « Notre ancienne appellation nous portait préjudice. Car Maghrébin, dans la tête de beaucoup de gens, cela avait une connotation un peu négative, malheureusement »13.

40L’enjeu de reconnaissance et le discrédit produit par l’affirmation publique d’appartenance ethnique sont ici clairement exprimés. Les suspicions de communautarisme et de repli sur les identités particulières émaillent en effet l’histoire des relations interethniques, à Joué comme ailleurs en France. Mais les enjeux sont aussi importants au sein de la collectivité algérienne locale. La riche vie associative des Algériens de Joué-lès-Tours ne s’arrête d’ailleurs pas au sport et révèle, à travers différentes scissions et créations associatives, d’autres initiatives.

41Créée en 1998 dans la lignée des premières associations algériennes de la ville, l’Association socio-culturelle pour la Sauvegarde de la famille algérienne à Joué-lès-Tours – qui deviendra ensuite Association d’entraide aux familles algériennes de Joué-lès-Tours puis, en 2004, l’Association jocondienne pour le rapprochement des cultures – témoigne de l’évolution et de la complexification du projet associatif. Son président explique :

  • 14 « À Joué, l’arabe littéraire rapproche les cultures », La Nouvelle République du Centre-Ouest, 29 (...)

On s’est aperçu qu’on était que dans le sport mais que quelque chose manquait […] On a démarré une réflexion : comment apporter une aide aux parents, d’abord sur le plan de l’apprentissage de la langue arabe et sur le plan matériel quand un décès survient dans une famille. Pour l’enterrement ici en France ou au pays.14

42Le constat, partagé par d’autres acteurs du quartier, réside dans une difficulté de transmission des valeurs et des normes entre les générations. La première génération des pères arrivés en France est vieillissante, déjà de nombreux décès sont intervenus. Beaucoup estiment que la deuxième génération – dont beaucoup sont aujourd’hui devenus parents eux aussi – manque de repères identitaires. Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls à se sentir bousculés en cette période de renouveau des identifications ethniques et d’activation des frontières entre les groupes : jeunes adultes et adolescents de toutes origines sont affectés par les relations de différenciation nourries de part et d’autre, par ceux qui se sentent minoritaires et minorisés comme par ceux qui se sentent incarner la norme majoritaire, elle aussi plus fragile et mouvante qu’on ne le croit. Si, disent ces responsables associatifs, des enfants musulmans du quartier récitent par cœur des sourates du coran sans connaître leur signification, cela témoigne de leur fidélité à un héritage culturel sans avoir la possibilité de l’approfondir et de vraiment se l’approprier. L’un d’eux narre le désarroi d’hommes d’une quarantaine d’années ayant grandi en France et qui, au moment du décès de leur père, se demandent : comment, alors que l’on prend tout à coup conscience du chemin d’acculturation parcouru à titre personnel, organiser des obsèques conformes à la tradition et surtout à la volonté et au respect du défunt ?

43Ainsi une école privée enseignant l’arabe littéraire est-elle créée dès 1998 et va rencontrer un grand succès. Aujourd’hui deux cents inscrits suivent l’enseignement de quatre professeurs, payés par le consulat algérien. La mairie de Joué-lès-Tours a permis la mise à disposition d’un appartement puis de bâtiments préfabriqués d’une ancienne école au cœur du quartier. Cent quarante enfants et une soixantaine d’adultes fréquentent les cours qui ont lieu le mercredi et le samedi pour les premiers, le soir pour les autres. Parmi les adultes, une quarantaine de femmes âgées, dont une majorité de veuves, y trouvent une instruction mais aussi un lieu de forte sociabilité.

  • 15 Ibid.

44L’école se réclame fortement des principes de la laïcité et souhaite développer, sur la base d’un enseignement de langue et de civilisation incluant la référence à l’islam (mais pas le culte), une éducation civique. Un membre de son conseil d’administration explique ainsi : « Notre objectif principal est de donner aux enfants qui viennent ici des repères, des racines pour avoir une double culture afin de s’intégrer pleinement. En fin de compte, nous sommes en train de pallier un manque culturel auprès d’enfants et de parents qui ont perdu leurs repères »15. L’initiative s’inscrit donc en faux contre un processus d’assimilation culturelle des immigrés et de leurs descendants, mais aussi ouvertement contre des tendances traditionalistes et la tentation, pour quelques-uns, de se tourner vers des mouvements fondamentalistes. Son positionnement est politique au sens d’une prise de position dans les conflits et rapports de pouvoir tant inter que intra-ethniques. Ses membres dirigeants n’hésitent pas à se positionner comme une des ressources – si ce n’est la solution – pour développer le dialogue interculturel et la citoyenneté au moment de crises importantes dans le quartier comme lors de l’incendie du centre social en juin 2006 ayant suivi la mort d’un jeune qui roulait en scooter, selon un scénario devenu habituel de déclenchement des révoltes et conflits urbains.

  • 16 Outre les entretiens directs effectués dans le cadre de cette étude, cf. « Une assistance obsèques (...)

45L’épreuve du décès est un des événements qui réunit plusieurs enjeux pour les familles algériennes de Joué-lès-Tours et plus largement de l’agglomération : celui du rapport au rite musulman et du respect de la tradition, celui du rassemblement des générations et de la transmission, celui aussi de l’inscription sur le territoire français avec la question du carré musulman dans le cimetière local. Ainsi, début 2004, est créée une autre association (Entraide solidarité aux familles) dont l’objet est, selon la déclaration au Journal officiel de « permettre d’aider les familles adhérentes à rapatrier les corps des défunts en pays d’origines ; organiser les funérailles à la demande des familles adhérentes tout en respectant la loi en vigueur ». Elle est animée par une partie des mêmes leaders ayant mis en place l’école d’arabe littéraire. Alors que les ressortissants tunisiens et marocains bénéficient d’une assurance via leur consulat pour leur permettre de payer les frais d’obsèques et de rapatriement du corps, il en est autrement des Algériens. Un des responsables explique que « dans les années cinquante et soixante, la première génération avait mis en place un système de caisses communautaires qui perdure encore aujourd’hui. Des cotisations étaient versées sur un compte privé. On en compte aujourd’hui une dizaine dans l’agglomération tourangelle »16.

  • 17 Au moment du décès d’un compatriote, les obsèques sont organisées selon un découpage de la ville e (...)

46Jugé opaque et mal administré par une partie des familles, ce système traditionnel a été remplacé, suivant le même principe, par une structuration associative jugée non seulement plus démocratique mais aussi plus officielle aux yeux des autorités françaises avec qui il fallait pouvoir négocier et obtenir reconnaissance. Joué-lès-Tours est ainsi la seule ville de l’agglomération à avoir aménagé un espace – dit « carré musulman » – de cent trente emplacements au cimetière. La nouvelle association regroupe ainsi cinquante-deux familles adhérentes de l’agglomération ou de Château-Renault dont les cotisations (240 euros par couple et 100 euros par enfant) permettent de couvrir la moyenne de 3 000 euros de frais de rapatriement ainsi qu’une place en avion pour un membre de la famille17.

Le club de lutte : un révélateur, un lieu de transmission ?

  • 18 Les relations entre l’Association de prévention et la collectivité algérienne locale n’est pas une (...)

47Un autre lieu important du quartier est constitué par le club de lutte, installé dans une salle de combat construite dans le quartier grâce aux fonds du programme ministériel Habitat et vie sociale. Sa création et sa pérennisation depuis 1978 ont été largement soutenues par l’Association de prévention qui en fait aussi un outil éducatif auprès des adolescents et jeunes adultes. Le club est l’héritier des partenariats associatifs passés et l’un de ses administrateurs n’est autre qu’un ancien principal du collège de zone d’éducation prioritaire du quartier. Son fondateur et animateur depuis ses débuts, d’abord comme bénévole puis en tant que salarié, est un éducateur sportif habitant le quartier de longue date. Arrivé d’Algérie à Tours à l’âge de huit ans à la fin des années 1950, il joue un rôle pivot au sein de la collectivité algérienne et a été associé aux diverses initiatives associatives que nous venons de résumer18.

48Ce club est une des associations sportives les plus subventionnées par la municipalité et bénéficie aussi de la reconnaissance et du soutien des responsables successifs de la politique de la ville (subvention de la Direction interministérielle à la ville) ou encore, indirectement, de l’Aide sociale à l’enfance chargée de la prévention des jeunes en rupture ou en voie de marginalisation sociale. La pratique de la lutte est en effet un moyen parmi d’autres de travailler avec des jeunes jugés difficiles par le milieu scolaire et par leur famille et qui sont adressés, à côté de ceux qui pratiquent en loisir ou en compétition, à l’équipe de deux entraîneurs. C’est par le « travail de rue » opéré par les autres éducateurs de l’Association de prévention que cette activité est proposée et elle est considérée comme ayant une fonction autant éducative et sociale que sportive. Elle permet de socialiser et de canaliser les pratiques violentes de certains adolescents ou au contraire de vaincre la timidité et les inhibitions d’autres. L’approche éducative proposée implique un travail sur la psychomotricité, sur l’hygiène corporelle et alimentaire à travers le contrôle du poids et les sorties en compétition. La tâche consiste aussi à impliquer les parents qui sont encouragés à venir autour du tapis, mission davantage réussie auprès des mères que des pères. Certaines familles, après trente années d’activité, ont connu plusieurs générations de lutteurs.

  • 19 Le club draine un public qui dépasse celui des seuls habitants du quartier ou de la commune.
  • 20 Parmi ces innovations : la pratique du « baby lutte » avec de très jeunes enfants mais aussi l’acc (...)

49Le club a acquis une réputation tant locale que nationale par ses résultats (un de ses licenciés fut par exemple sélectionné pour préparer les Jeux olympiques)19, par son nombre important de licenciés, ses innovations pédagogiques20, son rôle de formation d’entraîneurs. Mais c’est surtout sur l’analyse de ses pratiques et des interactions avec les familles du quartier qu’il est intéressant de se pencher ici, notamment avec les lutteurs dits « issus de l’immigration ».

50Une éducatrice, engagée dans le suivi de familles en difficulté, notamment auprès de très jeunes mères démunies et connaissant des difficultés éducatives, est associée au travail du club. Elle explique que pour les familles immigrées, c’est une « image de l’origine qui se joue dans ce club et autour du tapis ».

  • 21 Cette réputation est ancrée dans le quartier comme à l’extérieur, dans la région.

51Ce lieu semble en effet avoir une place très particulière au sein du quartier, comme s’il était devenu un espace où s’est construit décennie après décennie une forte appartenance à la vie locale. Pour certains, il semble être un peu le « cœur » du quartier, à la fois réputé21 pour son travail et ses valeurs, préservé du regard de la société extérieure et creuset de la mémoire du quartier. Les relations qui s’y tissent, à vocation d’abord éducative, ne vont pas sans aléas ni conflits mais lorsque les jeunes sont « en rupture », ils y reviennent avec le temps et y retrouvent des repères forts, un cadre de règles strictes et une discipline instaurée grâce à ce sport de combat et qui n’a jamais failli au fil des ans. Les entraîneurs expliquent que le club de lutte est pour certains enfants ou adolescents « un prétexte pour venir rechercher un lieu de confrontation » ; cette situation est lue comme une première étape qui doit permettre d’engager un travail éducatif plus approfondi.

52Pour les jeunes parents, le club de lutte apporte aussi des repères éducatifs qui sont parfois difficiles à stabiliser. L’éducatrice explique ainsi que des couples mixtes qui craignaient au début de s’afficher publiquement dans le quartier, et trouvent aujourd’hui dans ces lieux un suivi de leurs enfants qui les aide à relégitimer les valeurs de la culture arabe minorisée au sein du couple. Le club aide à poser les règles auprès des enfants mais aussi semble autoriser à transmettre et à garder cette « culture familiale », comme si l’institution facilitait l’inscription dans une histoire et une mémoire communes. Pour un des entraîneurs, « le club de lutte les protège de garder leur culture maghrébine ». Il reste difficile, pour l’observateur extérieur, de démêler ici ce qui relève d’un constat objectif et ce qui a trait à l’auto-valorisation des professionnels. Les attentes sociales et politiques sont fortes en ce domaine et pèsent sur le travail des éducateurs de qui on espère beaucoup. Le club est aussi un moyen pour les travailleurs sociaux de légitimer leur pratique et de toucher un public difficile à contacter par ailleurs. Mais on saisira mieux ce qu’ils souhaitent démontrer par quelques exemples et précisions.

  • 22 Outre son implication associative de longue date et ses engagements professionnels et militants en (...)

53Il faut souligner d’abord que le travail du club de lutte est inséparable des personnalités et trajectoires sociales des entraîneurs et du responsable, eux-mêmes concernés et impliqués dans les associations de migrants22. La légitimité que le responsable du club a acquise dans le quartier recèle ainsi plusieurs facettes complémentaires. Elle est à la fois politique (par le biais de ses multiples investissements associatifs), mais aussi sportive, éducative et culturelle et enfin générationnelle. C’est ce qui préserve sans doute le club de n’être pas considéré de l’extérieur comme un club « communautaire », ce qui serait vu alors comme une forme de « repli communautariste ».

54Cet entraîneur explique son rôle et ses pratiques éducatives, insistant sur la transmission de valeurs qui sont à la fois culturelles et inscrites dans un cadre républicain très fortement affirmé. Il raconte par exemple l’expérience d’un groupe de quatre jeunes adultes marocains du mouvement musulman du Tabligh, qui se présente au club. Ils sont adeptes d’un certain puritanisme religieux et prédicateurs à l’occasion au sein du quartier, habillés de djellabas blanches jusqu’aux chevilles et d’une calotte sur la tête (ceux que des habitants du quartier appellent péjorativement les « barbus »). Un jour, ils ont pris une licence sportive et commencé à fréquenter le club. Les règles du lieu leur sont fermement rappelées. L’entraîneur raconte ce qu’il leur a expliqué :

Le club de lutte c’est le respect du lieu républicain. J’accepte que tu fasses ta prière ici une fois ou deux si le groupe n’est pas encore présent. Sinon, tu vas à la mosquée et tu reviens dans un quart d’heure.

  • 23 Dans le vestiaire, c’est aussi le respect. On n’essaie pas d’entraîner, de faire le prêche. Non, d (...)

55Nul prosélytisme n’est admis dans les locaux même si l’entraîneur sait qu’il peut avoir lieu au coin de la rue, à la sortie du club23. Il utilise ensuite les moments informels en dehors des entraînements sportifs, pour engager un dialogue sur les différentes traditions de l’islam et n’hésite à leur livrer son avis personnel.

56Un dernier exemple permet de saisir d’autres moments de la vie du club. Au moment de Noël, un sapin est décoré pour les plus jeunes. Ce n’est pas anodin et il arrive que des jeunes ou des parents s’exclament : « Mais ce n’est pas une tradition de chez nous ! » L’entraîneur réexplique alors que le club appartient aux Jocondiens et non à telle ou telle communauté. À ces occasions, il rappelle les bons résultats du club et les remises de médailles et récompenses, donnant une certaine solennité à ces moments conviviaux où les enfants sont, avant tout, valorisés. Les lutteurs reçoivent, en présence des parents, un maillot floqué aux couleurs de la ville. Lorsqu’on se déplace en compétition à l’extérieur, explique-t-il sans détour,

les gens ne disent pas, tiens voilà le petit arabe qui arrive mais ils disent c’est le club de Joué-lès-Tours ! Nos lutteurs savent se tenir, il y a du cadre, on sait tout de suite que c’est des Jocondiens.

57En même temps qu’il tâche de valoriser « ses jeunes », l’entraîneur est attentif aussi à servir l’image de « sa ville » ce qui n’est pas sans satisfaire les représentants politiques locaux.

58Si l’on sent bien dans cet exemple tout le poids du discrédit potentiel qui pèse sur ces lutteurs à leur arrivée dans une salle inconnue, du fait même d’être des enfants d’immigrés, on peut souligner aussi la médiation et la reconnaissance que tache de construire l’entraîneur. Le club de lutte apparaît, si on le compare à d’autres compromis tentés ailleurs, comme un lieu riche et complexe où s’effectue, au-delà de la mission éducative, un travail de transmission et de mémoire de l’immigration. C’est aussi une situation originale, un compromis de relations interethniques peu fréquent qui s’est historiquement construit, assurant un équilibre fragile qui chaque jour doit être reconsolidé.

Quelle mémoire transmettre et à qui ?

59La mémoire de ces compromis cristallisés au fils des années par des militants associatifs aujourd’hui relativement âgés, peine à se transmettre aux plus jeunes. Aux yeux des plus âgés, les jeunes seraient aujourd’hui devenus individualistes, cherchant à instrumentaliser les subventions sans pour autant offrir toutes leurs compétences et leur énergie au quartier. On retrouve là un discours très partagé chez les anciens travailleurs sociaux, déplorant la fin du militantisme qu’ils ont connu et la dépolitisation des pratiques professionnelles.

  • 24 Le mot d’ordre est le suivant : « Votez pour qui vous voudrez mais votez ».
  • 25 Née à Joué, l’association essaimera ensuite à Tours, dans le quartier du Sanitas notamment (associ (...)

60On note pourtant, cette dernière décennie, d’autres types d’engagement initiés par de jeunes adultes pour qui le passé migratoire de leur famille et l’acculturation ne constituent pas un « problème ». La position de ces jeunes dans le paysage local s’est récemment manifestée par la création d’une association bien différente de celles dont nous avons parlé jusque-là. L’association « Ma cité va voter » par exemple, créée en 2003, regroupe une trentaine de « jeunes » fils et filles d’immigrés maghrébins surtout, et plus rarement turcs, dont les leaders ont atteint voire dépassé l’âge de 30 ans. Elle vise à promouvoir l’inscription sur les listes électorales des jeunes de toute l’agglomération24 mais son point de départ fut notamment le quartier de la Rabière. Le constat d’un taux d’abstention de 59,3 % dans le canton de Joué-sud aux élections cantonales de 1998 comme dans d’autres quartiers populaires de l’agglomération, et le taux de 50,1 % d’abstention aux législatives de 2002, ont été à l’origine de cette initiative. Un des responsables ajoute : « Un président de la République élu à 82 %, cela ne devrait plus arriver » faisant indirectement allusion à la montée du vote d’extrême droite25.

61Leur vision ne s’encombre pas des caractéristiques culturelles des uns ou des autres, la démarche est avant tout citoyenne et vise la construction d’un discours politique audible dans l’espace public. Lors de notre enquête, un membre du collectif « Ma cité va voter » explique :

Les communautés fonctionnent, pas de problème, mais il y a des difficultés à dialoguer entre les uns et les autres. Nous on veut aller plus loin, on veut se battre pour rassembler les différentes communautés immigrées, que les gens se mettent autour d’une table et s’expriment, mettent les problèmes à plat, en commun. […] Qu’on arrive à avoir un discours commun.

62Il ne faudrait pas épouser ici une vision homogénéisante des jeunes générations : le type d’engagement dont nous venons de parler cohabite avec d’autres postures qu’elles soient culturelles, politiques ou professionnelles au sein du même contexte. Aujourd’hui par exemple, malgré sa fréquente dénégation, la logique des « grands frères » visant à confier à de jeunes adultes du quartier des responsabilités de médiation sociale ou culturelle est une réalité encore prégnante. Si elle est régulièrement interrogée et discutée, elle reste un outil mobilisé sur le terrain, tant par les collectivités locales que par les professionnels du travail social. On l’observe au moment aussi des recrutements et lors des demandes de subvention. Le compromis se transforme en leurre très inconfortable quand le jeune animateur lui-même « issu de l’immigration » et habitant le quartier s’étonne d’être prévenu directement, par téléphone, de la prochaine « descente » de police : comme s’il était en mesure de rassurer les jeunes et donc d’agir en tant que leader dans le sens de la pacification sociale.

  • 26 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 13 juin 2006, p. 2.

63Le compromis se construit aujourd’hui aussi sur le terrain de la politique locale puisque des descendants d’immigrés sont désormais dans le conseil municipal. Cela ne va pas sans interrogations et défiances : les uns redoutent le développement du communautarisme, d’autres l’instrumentalisation et le clientélisme, comme si les expériences menées depuis trente ans n’avaient laissé aucune trace dans la vie sociale jocondienne. La communication municipale se montre aujourd’hui très prudente et ne mentionne plus autant qu’avant la diversité des Jocondiens et l’importance des migrations dans l’histoire du peuplement local. Malgré les débats actuels sur l’héritage de la colonisation, peu se risquent aujourd’hui à revenir sur cette période pourtant présente dans de nombreux souvenirs des migrants venus d’Afrique du Nord, ceux que l’on appelle aujourd’hui les « pères ». Le silence partagé sur cette période et les impensés qui l’accompagnent serait un des ressorts, pensent certains, des rébellions et dégradations matérielles perpétrées par les plus jeunes, contre les équipements de leur propre quartier. Un travailleur social du quartier intervint dans la presse, sous le couvert de l’anonymat, peu après l’incendie criminel d’une partie du centre social de la Rabière en juin 2006. « Il y a un tel mal-être que nous vivons sur des braises ardentes […]. Ce n’est pas un problème interne à la cité et à la ville […]. On a affaire à des gamins de 12-15 ans qui ne se reconnaissent pas dans leurs cultures respectives, algérienne et française et qui attaquent et défient la République. Nous avons fait un gros travail avec l’Allemagne. Pourquoi ne s’interrogerait-on pas sur l’Algérie ? »26. Il faudrait dit-il, « reprendre l’histoire ensemble entre les pays du Maghreb – dont l’Algérie – et la France et accomplir notre devoir de mémoire, comme celui qui a été fait avec l’Allemagne ».

Romorantin : crise économique, ségrégation et construction de l’altérité

64Regarder d’un peu plus près l’histoire de l’immigration dans une petite ville comme Romorantin-Lanthenay dans le Loir-et-Cher permet d’illustrer plusieurs points originaux. Cette ville de 19 000 habitants constitue, d’une part, un contexte local rurbain particulier si on le compare aux grandes villes dans lesquelles restent généralement étudiées les populations immigrées. Pourtant la présence immigrée n’y est pas négligeable et la région Centre présente nombre de ces petites villes, souvent industrielles à relativement forte présence étrangère, et histoire de l’immigration ancienne (Pithiviers, Vendôme, Montargis, Châteaudun, par exemple). D’autre part, Romorantin présente une situation économique récente de crise et de délocalisation de sa principale activité (l’usine automobile Matra) dont il s’agira de mesurer les conséquences sur les populations. Enfin, comme dans d’autres contextes locaux du même type, la « question immigrée » se focalise dans cette ville sur une immigration relativement récente qui a pour particularité de subir une forte ségrégation sociale et ethnique dans l’espace habité de la ville mais aussi une forte division ethnique du travail dans le bassin d’emploi. Ainsi, à Romorantin, la « question turque » occupe-t-elle tout l’espace ou presque des représentations sociales et des débats locaux sur l’immigration et son histoire récente.

Matra et la crise économique

65Romorantin est une petite ville d’environ 19 000 habitants, seconde ville du département du Loir-et-Cher – après son chef-lieu Blois – par sa taille, sa population et son importance, « capitale de la Sologne ». Sa vie économique était structurée jusqu’en 2003 autour de deux grands pôles d’activité : l’industrie automobile et le tourisme. Le groupe Matra-Automobile, filiale de Lagardère, produisait à Romorantin le véhicule Renault Espace, et faisait la prospérité de la ville à la fois par le nombre d’emplois qu’il générait (directs et indirects), et par le montant de la taxe professionnelle qu’il versait à la municipalité. La ville est une destination de week-end prisée par de nombreux parisiens, et Pierre Desproges lui construit une « réputation » en la raillant dans plusieurs de ses textes.

  • 27 Pierre Bertoux, délégué syndical de la CGT-Matra, cité dans « Centre : Matra, symbole d’une casse  (...)

66En mars 2003 cependant, la firme Renault, sous l’impulsion de sa nouvelle direction, décida d’opérer de vastes restructurations, et la production de l’Espace, hégémonique dans les usines romorantinaises, est stoppée. Matra-Automobile ferme définitivement ses chaînes optant finalement pour la concentration de la production de ses nouveaux modèles sur un autre site. La délocalisation laisse l’économie de la ville orpheline de son plus grand donateur, les finances municipales sont ravagées et à repenser totalement car un quart du budget global de la ville était assuré par la taxe professionnelle de Matra. 1 241 travailleurs se retrouvent privés d’emploi, sans compter les centaines de licenciements chez les sous-traitants et dans les commerces alentours pour qui la présence de l’entreprise était vitale. Parmi ces anciens salariés, seuls 176 personnes ont retrouvé un contrat à durée indéterminée par la suite27. Il n’est pas exagéré de dire que Romorantin tremble sur ses bases.

67Cette délocalisation du poumon économique local, qui faisait vivre une large population au-delà même de Romorantin, contribua fortement à l’aggravation des problèmes sociaux déjà présents dans les quartiers sud, qui furent fortement touchés par la restructuration de l’économie locale.

La ville, les Turcs et les cités HLM

68L’histoire contemporaine de la ville a été marquée par l’érection de deux cités HLM venant pallier à un manque criant de logements dans les années 1960. Ainsi, répondant notamment aux besoins de logements des ouvriers venant travailler pour Matra alors fraîchement installée, et à l’arrivée de nombreux migrants, la ville entreprend de construire, au sud, les quartiers des Favignolles et de Saint-Marc, qui sont donc devenus des zones d’habitat collectif dans la plus pure tradition de l’urbanisme des Trente Glorieuses.

69Rapidement, ces deux quartiers ont concentré les populations les plus modestes qui y trouvaient des logements sociaux peu onéreux. Ouvriers agricoles et de l’industrie y forment le gros des locataires. Mais l’éloignement de ces nouveaux quartiers par rapport au centre-ville, leur enclavement (la question de l’enclavement de Saint-Marc était déjà dénoncée par la presse, il y a vingt ans), la forme d’habitat collectif et le regroupement de ces populations modestes, ont fait de ces quartiers au fil du temps de véritables zones de relégation urbaines. Les métamorphoses de la société salariale et de l’économie, l’installation d’une « relation de dichotomisation » comme l’observe ailleurs Norbert Elias (Norbert Elias et John Scotson, 1997) entre les « établis » du centre-nord de la ville et ces outsiders des quartiers ont accentué la stigmatisation des populations migrantes venues s’installer dans ces quartiers sud de Romorantin. C’est la population d’origine turque qui, plus nombreuse que les autres nationalités et très présente dans le quartier Saint-Marc, focalise les représentations les plus sévères. Tandis que la configuration sociale locale est marquée par la vulnérabilisation toujours plus accrue des populations de ces cités HLM, la suspicion et le rejet se sont abattus sur « la communauté turque », fragile elle aussi, assignée à ce quartier enclavé, place à part dans le tissu urbain romorantinais.

Communication municipale et construction de l’altérité

70La ville de Romorantin est dirigée depuis 1985 par un même maire, Jeanny Lorgeoux élu du parti socialiste, également conseiller général et président de la communauté de commune, qui fut aussi député de 1988 à 1993.

71Il est intéressant d’analyser la revue semestrielle Romo Dialogues qui se donne pour objectif d’informer les Romorantinais sur la vie de leur cité. Dans une ville de petite taille comme Romorantin, et dans sa configuration spécifique (une équipe municipale réélue de scrutins en scrutins depuis vingt années), cette revue offre un reflet intéressant de la vie sociale locale. En feuilletant Romo dialogues, on prend rapidement le pouls de la ville, on s’enquiert du « climat » romorantinais. Les éditoriaux du maire tout comme les tribunes libres des partis d’opposition (UMP et partis d’extrême gauche) sont manifestement lus par la population et constituent un bon indicateur des débats locaux.

72La communication municipale reflète tout d’abord l’appréhension dominante dans la ville du douloureux problème de la délocalisation de l’entreprise-phare. À partir de 1999, l’« après Matra » est devenu le sujet primordial des éditoriaux comme de l’ensemble des débats. Le discours est passé d’une vision de la déstabilisation de l’économie locale comme transition, en vue d’une reprise meilleure encore, à une sorte de résignation, puis à un combat pour les emplois, et contre une certaine « injustice sociale », laissant place même à la colère, les romorantinais ayant eu le sentiment d’être floués, abandonnés par le choix d’un site en Seine-Maritime pour produire de nouveaux modèles. Durant la période de « troubles » qui a secoué Romorantin, Romo dialogues tentait de resserrer le lien social entre les citoyens et d’entretenir l’identité romorantinaise, concentrant ses préoccupations sur les difficultés économiques et la « résistance » face à l’adversité. Le journal municipal annonce par exemple que le constructeur et la municipalité s’associeront pour créer un musée dédié à cinquante années d’aventure automobile tant sportive qu’industrielle. De cette manière, la mairie veut contribuer activement au deuil collectif de la période Matra, insufflant une action mémorielle forte, censée inscrire définitivement l’identité de la commune dans un travail symbolique qui se veut fédérateur.

73En mars 2002 est créée ROMA, l’agence de développement économique du romorantinais qui continue d’associer l’entreprise et la municipalité dans une volonté de trouver des solutions économiques pour l’avenir de l’emploi local. L’État a mis en place un dispositif d’aides sur cinq années, afin d’accompagner une « transition douce ». La ville investit dans cette agence avec une subvention de 167 900 euros faisant de la municipalité le principal, voire l’unique, pourvoyeur de fonds. Matra participe moins que son implication prévue au fonctionnement de cette structure, dont le nom laisse pourtant supposer qu’elle en porte la moitié. Le bilan de ROMA en matière d’emploi ne sera à la hauteur ni des ambitions affichées à l’origine du projet, ni des attentes de la population. L’action de la municipalité finira cependant par déboucher sur un vaste projet de relance de l’activité économique locale, le « Carré des Marques » à proximité de la nouvelle autoroute A85 qui pourrait conférer à Romorantin une place stratégique, non loin de la jonction avec l’A71 à Vierzon. Ce projet, paysagé et conçu dans le respect de l’architecture solognote, se veut aussi articulé à la vocation touristique de la ville et de sa région : la continuité entre le zoo proche et le château de Chambord est mise en évidence dans la présentation du projet.

74Il s’agit d’un complexe de magasins d’usines proposant des articles de marque à moindre prix et qui pourrait permettre de générer des emplois de services et du commerce.

75L’identité collective et la spécificité locale romorantinaises vont donc être fortement affirmées durant ces années de crise. En décembre 2002, le maire écrit : « Romo a besoin d’efforts, d’unité. Nos familles travailleuses, modestes et dignes méritent le respect ». En juin 2003, la revue d’informations municipales consacre sept pages à la résistance romorantinaise : « Nous sommes au pied du mur. “Romo” résiste ; contre le chômage ; contre la morosité ; contre l’adversité. Comment ? Il nous faut reconstruire ; reconstruire des emplois pour nos familles ; reconstruire les finances de la ville, demain saccagées ; reconstruire notre identité collective ».

76Ce « Nous » si fréquemment utilisé, désigne une identité collective remodelée, réaffirmée, autour des difficultés économiques certes, mais également autour des frontières de cette identité collective en reconstruction, celle de l’altérité « turque » et, dans une moindre mesure, la figure de l’altérité que constituent les « jeunes des quartiers » pauvres.

77Les jeunes des quartiers pauvres et les membres de la « communauté turque » formeront les deux pôles principaux de cette construction de l’altérité, l’un et l’autre pôle se côtoyant parfois dans les articles de presse et les discours. L’apogée de cette construction se situe sans doute dans une lettre envoyée par le maire à Nicolas Sarkozy alors ministre de l’Intérieur où, argumentant sur le maintien d’un commissariat de police local, l’édile amalgame les références aux jeunes (il emprunte au débat national avec le terme de « sauvageons », tentant ainsi de donner une portée médiatique au débat local), aux gens du voyage (dont il déplore la « transhumance récurrente » dans sa ville), à la « communauté turque ». Par de tels propos, il semble autoriser la production des stéréotypes à l’encontre de citoyens qu’il saisit à travers des catégories douteuses et participe ainsi à la construction d’un « Nous » certes cohésif mais bordé de frontières sociales et ethniques fortes. Les allusions aux origines ethniques ou nationales des délinquants sont posées comme des obstacles à une vie républicaine qu’il faut faire respecter. L’incendie du centre commercial de Favignolles en 2000 contribuera à asseoir les termes de ce débat et la perception d’une opposition entre deux parties de la ville, presque deux villes, tout au moins deux populations.

  • 28 Cette construction locale d’un « problème turc » dans un contexte de restructuration de l’économie (...)
  • 29 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 8 mai 2007, p. 10.

78Cette lettre est bien sûr un construit, un exercice de rhétorique politique mais il faut bien la lire pour ce qu’elle est : la plus haute personnalité de la ville met le « problème turc » en exergue et un lien est suggéré entre présence d’individus dits « turcs » et problèmes d’insécurité qui vient surdéterminer, voire même brouiller la seule volonté de maintien de la sécurité au sein de la cité28. En 2007, commentant le résultat des élections présidentielles dans la presse et l’enjeu de la sécurité dans la vallée du Cher et la Sologne, le maire J. Lorgeoux commente la « sensibilité » à l’insécurité de l’électorat local, plus âgé qu’auparavant, en ces termes : « Nous avons les problèmes d’emploi, mais aussi le thème de la sécurité. Le retard dans l’application du schéma départemental d’accueil des gens du voyage, qui narguent nos institutions, et la “visibilité” de l’immigration turque à Romorantin, font qu’il a [l’électorat] une sensibilité plus forte aux questions de sécurité »29.

79À Romorantin, la plupart des maux de la communauté ont ainsi tendance à être rejetés par les habitants sur les résidents des deux « cités » ou « quartiers sensibles » de la ville, et en particulier sur les jeunes et les minorités ethniques de ces quartiers. Il n’est que peu de Romorantinais vivant dans le centre-ville ou au Nord de la Sauldre pour se rendre aux Favignolles ou à Saint-Marc, quartiers incriminés et dont la population est stigmatisée, situés au sud du fleuve. Le sentiment d’insécurité nourri vis-à-vis de ces lieux méconnus, lieux craints, parfois méprisés, rejaillit sur ses habitants. Le cloisonnement et la ségrégation des espaces accroissent une représentation naturalisée des différences sociales et ethniques.

80Parmi les différentes nationalités présentes dans la ville, les populations venues de Turquie – qu’elles soient étrangères ou nationales – sont progressivement perçues comme un groupe ethnique en tant que tel, principal vecteur de mise en visibilité des problèmes sociaux. Arrivés depuis une vingtaine d’années, ils constituent une part relativement importante des habitants des quartiers les plus pauvres du sud de la ville, particulièrement de la zone urbaine sensible (ZUS) de Saint-Marc. La forte ségrégation sociale et ethnique de l’espace habité local configurant une sorte de mise à l’écart autant physique que sociale a contribué à un processus de différenciation teinté d’évidence quant à l’altérité de ces habitants.

Le quartier Saint-Marc, fruit de la ségrégation urbaine

81C’est l’image du ghetto qui domine lorsque, à Romorantin, on évoque les quartiers des Favignolles ou de Saint-Marc. Pourtant, les populations venues de Turquie ces dernières décennies ne sont pas toutes établies dans ces quartiers : une partie est dispersée dans la ville. Dans la presse ou dans la bouche des acteurs locaux, le quartier de Saint-Marc est communément appelé « le faubourg turc ». Le maire souhaite le financement d’un projet de rénovation urbaine dans le cadre du Contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) et de l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) pour « casser l’hyper-dominance turque du quartier de Saint-Marc ».

82Pourtant, plus de vingt années de travail et d’épargne ont permis à des familles de nationalité turque ou ayant la double nationalité d’acquérir un pavillon, de faire construire, d’acheter un fonds commerce. Si le quartier Saint-Marc incarne en effet le cœur de la « communauté turque » de Romorantin, le cadastre montre que beaucoup de familles habitent désormais aux alentours et un peu partout en ville où elles restent finalement peu visibles. Cette stratégie de mobilité intervient, pour partie, comme une réponse à la stigmatisation grandissant depuis le début des années 2000.

83Si les migrants turcs focalisent toute l’attention, d’autres nationalités sont aussi présentes à Romorantin et notamment des familles portugaise et marocaine (cf. tableau ci-dessous). Aucune de ces populations ne semble poser autant problème aux « établis » que celle venue de Turquie. Appréhendés comme une « communauté » repliée sur elle-même et peu ouverte aux contacts interculturels, les adultes et les jeunes sont considérés comme peu intégrés et potentiellement déviants. L’histoire du peuplement de la ville et notamment de ce quartier explique en grande partie la ségrégation et la stigmatisation dont font l’objet, aujourd’hui, ces populations.

Répartition de la population suivant la nationalité au recensement de 1999

Répartition de la population suivant la nationalité au recensement de 1999

Population totale : 18 353 dont population étrangère : 1 320. Source : INSEE, RGP 1999.

84Profondément attaché, dans l’imagerie collective, à la population turque, ce quartier occupe une place à part à Romorantin-Lanthenay. Figure de l’enclavement géographique, le quartier Saint-Marc forme un triangle au sud-est de la ville, enserré entre deux voies ferrées qui forment ses frontières nord, est et ouest, et la rocade extérieure, le délimitant au sud. Il est aussi le seul territoire de la ville à être classé en « zone urbaine sensible » (ZUS), ce qui lui confère d’office une identité peu enviée, voire une confirmation de son statut « dangereux ». Les représentations en font un lieu spécifique, que la presse redécouvre régulièrement à l’occasion des faits divers et des conflits.

85Le quartier a également des difficultés « fonctionnelles » internes car il n’existe que deux accès au quartier : par la rue Hubert Fillay au sud, peu emprunté par les habitants du reste de la ville qui s’étend au contraire vers le nord, ou par la zone industrielle et la rue Saint-Marc, liaison vers le centre-ville qui semble traverser un no man’s land, espace interstitiel avec la présence d’usines tout le long de la rue, où l’absence d’habitations et de trottoirs rend inconfortable le cheminement piéton le long de cette voie. Le plan d’aménagement interne aggrave encore l’enclavement et le sentiment d’enfermement : l’accès à la majorité des immeubles se fait par des impasses et des passages piétons mal délimités ou effacés par le temps. La ségrégation est donc très marquée tant à l’échelle spatiale que structurelle, comme si l’aménagement urbain correspondait à, ou exprimait la distribution sociale et ethnique des habitants dans la ville.

86Il y a presque 20 ans déjà, Romo Dialogues, dans son numéro 7 de juin 1989, publiait deux pages énumérant les difficultés du quartier et les propositions de la municipalité pour y remédier. Il a fallu dix-huit ans pour que le « dossier Saint-Marc » soit finalement à l’agenda des décideurs locaux en matière d’urbanisme et de cohésion sociale. Les indicateurs produits pour le diagnostic de la politique de la ville dans le quartier de Saint-Marc sont en effet éloquents comme en témoigne le tableau ci-dessous.

Principaux indicateurs du quartier ZUS de Saint-Marc

ZUS de Saint-Marc (1 026 habitants)

Romorantin-Lanthenay (18 353 habitants)

Chômage

36,6 %

13,2 %

Non-diplômés

60,9 %

26 %

Moins de 25 ans

46,7 %

28,3 %

Étrangers

46,8 %

7,2 %

Revenu médian par unité de conso*

6 365 €

14 678 €

Ménages non-imposés sur les revenus*

non déterm.

44,5 %

Part des logements locatifs sociaux

98,8 %

20,6 %

Taux de vacance des logements en 1999

9 %

7 %

Taux de vacance des logements en 2006**

27 %

--

Source : INSEE et système d’information géographique de la politique de la ville, 1999. * données de 2004 **données issues du diagnostic du CUCS, janvier 2007.

87Le débat local se focalise alors sur l’aménagement urbain, sur l’enclavement du quartier et sur l’aspect ethnique, de façon combinée : il s’agit alors de « casser » le « faubourg turc », le « ghetto » nous l’avons souligné. Si l’approche partagée localement associe fortement l’enclavement à la dimension ethnique, les indicateurs pertinents sont avant tout sociaux et montrent que ce quartier populaire concentre les plus bas revenus (le revenu médian est 2,3 fois moindre que dans le reste de la ville), avec une population particulièrement jeune, peu diplômée, des familles plus nombreuses qu’ailleurs, bref la plus exposée aux effets de la crise locale de l’emploi et aux fluctuations de l’économie. Comme à l’accoutumée dans les chiffres publiés par la politique de la ville, on peine à trouver des indicateurs sur les catégories socioprofessionnelles des habitants de la ZUS, la nature des emplois, notamment le pourcentage de contrats précaires ou saisonniers alors que la proportion d’étrangers est citée parmi les principaux indicateurs de difficultés. On remarquera, sur ce dernier point, que la majorité de la population de ce fameux « faubourg turc » est de nationalité française (53,2 %) ce qui n’empêche pas de nombreuses évaluations et statistiques ethniques de circuler localement, par voie de presse notamment, ouvrant la voie à une guerre des chiffres et une obsession du comptage non dénuée d’ambiguïtés, nous y reviendrons.

88Parmi les familles immigrées venues de Turquie depuis vingt à vingt-cinq ans, beaucoup sont en effet de condition sociale relativement modeste. Leur insertion économique s’est faite d’abord et surtout dans le maraîchage et le bûcheronnage solognots, puis en tant qu’entrepreneurs de maçonnerie, même si les diagnostics officiels n’en disent rien ou presque. La taille relativement importante des familles explique structurellement leur présence dans le quartier : les types 4 et 5 représentent 54 % du parc de logements sociaux à Saint-Marc, tandis qu’ils ne sont que de 34 et 31 % dans les autres quartiers Favignolles et Bourgeau.

89La municipalité met donc actuellement en place un vaste plan de restructuration et de réhabilitation du quartier Saint-Marc qui verra la destruction des quelque 130 logements sur les 360 au total et l’édification d’un « nouveau » quartier d’habitat essentiellement pavillonnaire. Lentement et tardivement, la focalisation sur le seul problème de l’appropriation ethnique du quartier et de la « question turque » laisse place à une réflexion sur la mixité sociale et la cohérence du tissu urbain, avec des projets de coulée verte, de lien avec d’autres quartiers, d’implantation de commerces et d’aires de jeux, de partenariat avec les associations, etc.

90Le quartier des Favignolles présente également une situation d’enclavement socio-spatiale, même si il est moins marqué qu’à Saint-Marc. Les Favignolles, certes plus proche du centre-ville, n’en est pas moins un quartier qui cumule les difficultés sociales autant que spatiales. Il jouxte le quartier du Bourgeau, ancien quartier ouvrier qui perd, depuis quelques années, des habitants et du crédit auprès de la population, qui déplore l’installation de « nouveaux venus » laissant planer à nouveau le spectre du « quartier turc ». En effet, quelques familles se sont établies dans le Bourgeau, l’une d’elle a repris le café du quartier désormais considéré comme un « territoire réservé » parce qu’il est fréquenté par des hommes de nationalité ou d’origine turque. Enfin, quelques commerces dits « orientaux » se sont aussi installés à proximité.

91Dans une ville fragilisée économiquement et bousculée dans ses certitudes, ville où sept logements sur dix sont des maisons individuelles, les quartiers dits sensibles ont pris une actualité soudaine et surdétermine aujourd’hui les relations et les représentations de l’immigration locale.

Les trois piliers visibles du conflit : sécurité, altérité culturelle et chiffrage

92Malgré les investissements prévus dans le quartier Saint-Marc, il est important de revenir sur l’histoire récente des relations interethniques romorantinaises, entre une majorité d’« établis » (les « Solognots » reprend la presse) et une minorité souvent altérisée (les « Turcs »).

  • 30 Les gens du voyage disposent désormais, d’ailleurs, d’un terrain d’accueil conforme à la loi Besso (...)
  • 31 En mars 2007, un homme de nationalité turque, père d’un enfant né en France et domicilié à Romoran (...)

93Un des thèmes de cristallisation des conflits concerne la sécurité. Nous ne reviendrons pas sur les amalgames évoqués plus haut30 mais force est de constater, à la simple lecture de la presse locale, que la couverture médiatique des faits de petite délinquance touchant directement des personnes d’origine turque fut sans faille. Falsification de titre de séjour31, feux de poubelles, ivresse sur la voie publique, rixes à la sortie d’une discothèque ou altercation au lycée font l’objet, sur plusieurs années, d’articles de presse qui rappellent chaque fois « l’ethnicité » du délinquant. Cette abondante manipulation des étiquettes ethniques pour caractériser les auteurs des faits accélère et renforce la construction du stéréotype sans qu’on sache réellement la part que prennent les « Turcs » dans la délinquance locale. Les problèmes sociaux et d’accès aux droits (la question des démarches liées au séjour en France étant largement pénalisées et reliées, comme partout en France, à l’enjeu sécuritaire au cours des années 2000) sont amalgamés avec d’autres actes délictueux sans qu’un constat global sur l’insécurité et la tranquillité publique soit réellement produit.

94Le plus significatif tient sans doute à la réaction des leaders des associations de migrants qui tentent de relativiser l’ampleur donnée à tel ou tel délit et à replacer ceux-ci dans leur contexte. Ils rappellent par exemple, lors des révoltes de l’automne 2005, qu’un des auteurs de feu de poubelles (condamné à quatre mois de prison) est un jeune homme de 18 ans « bien intégré » et connu d’ailleurs comme l’un des meilleurs espoirs du club de football local. S’affirment ainsi, dans ce contexte particulièrement tendu, une prise de parole minoritaire et une médiation franco-turque qui empruntent, nous le verrons, non seulement un registre défensif, mais aussi le chemin d’une construction de projets associatifs tournés vers l’amélioration des relations interethniques et des conditions de vie des habitants.

  • 32 « Romorantin : Turcs et Solognots se croisent et s’évitent », La Nouvelle République du Centre-Oue (...)

95Un autre élément conflictuel réside dans l’accusation d’un repli sur soi de la « communauté turque » et la mise en cause de son intégration par manque d’acculturation. L’apprentissage de la langue française serait insuffisant chez les femmes, la sociabilité dans l’entre-soi « communautaire » prédominerait, bref la visibilité de cette migration dans l’espace local serait trop importante. Les « Solognots » leur reprochent aussi d’avoir des commerces dits « orientaux » trop visibles alors qu’ils sont en réalité peu nombreux. Tous ces éléments, nourrissant le processus de différenciation et d’identification des uns et des autres de façon réciproque et asymétrique, sont régulièrement mobilisés au détriment des situations objectives pour mettre en exergue le manque d’intégration de cette population toujours considérée comme « étrangère » malgré les années passées depuis leur installation. Pourtant, nous le verrons, une part importante de la vie associative turque de la ville est centrée sur ces interactions et une tentative de peser sur les relations dites « franco-turques », ce qui n’empêche pas la presse locale d’écrire que la « communauté turque vit en circuit fermé » et que le président de l’association culturelle franco-turque « ne parle d’ailleurs pas français », égrainant un peu plus loin, en une série de clichés présentés comme des exceptions, la situation de ceux qui se sont installés dans des pavillons et des jeunes ayant entrepris des études à l’université32.

96Enfin, un troisième aspect mérite d’être souligné, c’est l’insistance sur les chiffres, sur le nombre toujours (trop) important de « Turcs » présents dans la ville. Le sentiment qu’ils « dominent » parmi les immigrés est prégnant et érige le quartier Saint-Marc en symbole social, culturel et spatial de cette présence. Mais les estimations produites – comme l’illustre le tableau ci-dessous – varient énormément suivant qu’elles prennent en compte la seule nationalité ou bien « l’origine » des personnes, selon qu’elles émanent de la municipalité, d’associations franco-turques ou d’associations directement financées par la municipalité pour contrôler et encadrer cette collectivité.

Chiffres du recensement et estimations diverses de la population « turque » à Romorantin

Chiffres du recensement et estimations diverses de la population « turque » à Romorantin
  • 33 « Romorantin : Turcs et Solognots se croisent et s’évitent », art. cit.

97Le comptage de la « communauté turque » à Romorantin confinerait-il à l’obsession locale ? Force est de constater qu’on dispose d’estimations nombreuses et variées qui font passer le nombre de « Turcs » de 545 personnes (il s’agit là des chiffres du dernier recensement) à 1 200 puis à plus de 1 600 selon les uns qui souhaitent souligner une « hyperdominance » ou selon les autres – notamment les Turcs eux-mêmes – qui veulent ainsi légitimer leur présence et leur droit d’expression par leur poids numérique. L’enjeu des chiffres est manifestement fort à l’heure où, pourtant, une majorité se prononce dans le pays contre les statistiques ethniques. C’est ici une des facettes de la mise en scène locale de la « question turque ». En mars 2006, dans un article titré « Turcs et Solognots se croisent et s’évitent », le journal La Nouvelle République citera même le chiffre de 2000 Turcs à Romorantin33 ou encore, citant l’Association d’entraide des travailleurs turcs tenant permanence à Blois, 3 320 toujours pour la commune mais englobant sans doute les communes alentours, le bassin de vie ou d’emploi.

Médiation sociale franco-turque ou contrôle ?

98Les chiffres que nous venons de citer ont été produits, nous l’avons dit rapidement, par une association de médiation sociale qui a vu le jour à l’initiative de la municipalité en 2001 et visait directement la médiation avec la « communauté turque ». Cette courte page d’histoire récente des relations interethniques locale est intéressante pour deux raisons principales : d’une part elle marque la volonté municipale de se saisir du « problème », d’autre part elle met en scène un médiateur positionné comme intermédiaire entre deux collectivités. Mais celui-ci va aussi cristalliser le conflit local et l’association finira par être dissoute. Le rôle du médiateur tel que défini par la municipalité et les vifs débats politiques autour de son action se présentent finalement comme l’acmé de la « question turque » et du conflit interethnique à Romorantin.

99Début 2001, M. D. est recruté par l’intermédiaire du maire qui l’invite à s’installer sur place et à devenir médiateur avec la « communauté turque ». Cet homme a fait carrière dans la légion, il est bilingue et de nationalité française. Ces caractéristiques, ainsi que sa situation de célibataire, sont lues comme des garanties de son indépendance. Il est présenté par la mairie comme le mieux placé pour assurer une médiation en tant qu’écrivain public, agent de soutien aux démarches de ses « compatriotes », intermédiaire avec les autorités françaises comme avec le consulat turc. Mais son rôle va très vite dépasser celui d’un travailleur social pour s’élargir à une fonction de contrôle explicitement affirmée et souhaitée par les autorités locales. La mairie crée et subventionne pour l’occasion une association de façon à ce que cet homme ne soit pas intégré au personnel municipal. Les contestations de l’opposition municipale, parallèlement à la dénonciation du coût et du relatif échec de la structure ROMA dont nous avons parlé, vont faire de ce médiateur et de son action un vif enjeu. M. D. se retrouve au centre d’une polémique lorsqu’en 2006, devenu vraisemblablement salarié du CCAS, la question de son logement à titre gratuit sera posée, ainsi que des mises en cause de ses frais professionnels.

100Parler d’une tentative de contrôle social de la collectivité turque peut apparaître exagéré. Pourtant la définition des tâches du médiateur est explicite : il s’agit non seulement de médiation sociale mais aussi d’apporter son concours à la justice, aux bailleurs de logements sociaux, de décharger les guichets des services du CCAS pour les regroupements familiaux. La presse locale présentera son bureau comme un « consulat officieux ». L’homme reçoit les mentions de loyers en retard de paiement des familles turques, il est chargé apparemment d’accélérer leur recouvrement. « Chaque mois, explique La Nouvelle République en 2002, le médiateur reçoit un récapitulatif des “dettes de loyer”. Sur cent cinquante-deux locations, quatorze retards ont été constatés au début mai, et il ne restait, suite à ses interventions, que trois problèmes sans solution actuellement.

  • 34 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 24 mai 2002, p. 9.

101C’est peu. Sur dix demandes d’aide sociale présentée en une semaine, une seule avait reçu une suite favorable, après vérifications par ses soins »34.

102M. D. assume une fonction qui l’expose à diverses critiques. D’une part, il est le maillon actif d’une gestion communautaire des quartiers pauvres, assurant spécialement les relations avec les familles turques qui, d’autre part, ne semblent pas toujours apprécier les larges attributions de ce médiateur dont le véhicule fera l’objet de plusieurs dégradations.

  • 35 « L’association franco-turque n’est pas en déficit », La Nouvelle République du Centre-Ouest, 9 oc (...)

103Le maire lui-même, répondant aux nombreuses mises en cause de ce « dispositif » de médiation, argumente : « Le travail de cette association évite des dérapages pires, car c’est le gouvernement qui est responsable de l’immigration illégale et non pas la mairie »35. De son côté, le « médiateur se félicite que Romorantin soit, avec Belfort, la seule ville de France où il n’y a pas de “mariages blancs” ». L’ultime justification du rôle du médiateur finira même par renvoyer à sa capacité de freiner l’implantation de nouvelles familles. Ainsi la « question turque » est-elle définitivement campée du côté du pire, de la dette, du coût supposé exorbitant de l’immigration, de la menace contre la République. Le dispositif décentralisé voulu par la mairie s’érige alors en rempart contre les atteintes à l’ordre républicain, il est jugé plus efficace que les actions de la préfecture notamment. Ce ne sont plus, ainsi, les Turcs minoritaires qui créeraient eux-mêmes, aux yeux de l’opinion romorantinaise, ce « communautarisme » qui effraye tant, mais l’action des majoritaires et du pouvoir local lui-même. L’ensemble de la collectivité turque se trouve ainsi largement instrumentalisé et discrédité.

  • 36 Dans un tel contexte, la voie est ouverte à toutes les polémiques. Au moment des émeutes urbaines (...)

104Loin de considérer ce conflit et cette étape supplémentaire dans la production de « la question turque » à Romorantin comme une particularité locale, on peut aussi la lire comme une des expérimentations de la décentralisation des politiques publiques qui mettent de plus en plus le maire et des coordinateurs ou médiateurs sensés proches du terrain, au centre d’un ensemble d’actions et de partage puis diffusion d’informations sur les familles « à problèmes ». L’efficacité sociale présumée de cette action décentralisée laisse manifestement beaucoup de place, si l’on y prend garde, aux préoccupations d’ordre public et de sécurité et aux logiques de contrôle. Ces nouvelles formes de gestion locale des problèmes sociaux ne permettent pas, si l’on en croit l’exemple de Romorantin, de dépassionner les conflits et de déconstruire les stéréotypes36. Elles pourraient au contraire renforcer les frontières sociales entre le groupe majoritaire et certains groupes ethniques minoritaires.

Invisibilisation économique de la population turque et mobilité freinée

  • 37 On retrouve aussi, dans la région de Dreux en Eure-et-Loir, cette présence importante de la sylvic (...)

105En suivant les méandres de la « question turque », on s’aperçoit qu’une bonne partie de la vie sociale des immigrés turcs habitant la ville n’a finalement été que peu abordée. Il s’agit des trajectoires professionnelles et des conditions économiques. Nous l’avons dit, à côté d’emplois d’ouvriers, notamment du bâtiment, un certain nombre d’hommes – mais aussi de femmes – travaille dans le secteur primaire : l’agriculture et la sylviculture. La culture des asperges et le bûcheronnage sont deux secteurs d’activité qui attirent une main-d’œuvre en partie saisonnière de faible qualification et acceptant des conditions de travail exigeantes et de faibles rémunérations, des Turcs comme des Marocains y ont trouvé à se faire embaucher à Romorantin mais aussi aux alentours37.

  • 38 Une étude préalable à la rénovation du quartier de Saint-Marc réalisée en 2007 par un atelier d’ur (...)

106Dans une ville marquée historiquement par l’emploi ouvrier dans l’industrie automobile, ces activités ne font pas partie intégrante des représentations, elles sont peu valorisées au point même que le diagnostic du CUCS, Contrat urbain de cohésion sociale de 2007, reprenant les catégories socio-professionnelles les plus courantes, ne fait pas apparaître ce type d’activités pourtant dominant au sein de la collectivité turque38. On assiste ainsi à une forme d’invisibilisation des conditions économiques de cette minorité romorantinaise. Le tableau ci-après, tiré de l’exploitation complémentaire du recensement de 1999, fait pourtant apparaître une division du travail suivant les nationalités et une stratification socio-économique assez remarquables.

Actifs occupant un emploi par catégorie socio-professionnelle et principales nationalités à Romorantin en 1999

Actifs occupant un emploi par catégorie socio-professionnelle et principales nationalités à Romorantin en 1999

Source : INSEE, recensement de la population de 1999.

107La population ouvrière (ouvriers qualifiés et non qualifiés) représente encore 38 % de l’ensemble des actifs occupant un emploi à Romorantin. Mais ce taux est bien différencié selon la nationalité. En effet, il est de seulement 37 % pour les Français de naissance parmi lesquels dominent les professions intermédiaires et employés (43 % des actifs occupés). Quant aux Français par acquisition, ils sont 52 % à occuper des emplois d’ouvriers. Ce pourcentage s’élève à 56 % pour l’ensemble des étrangers et seulement 35 % pour les Turcs (une majorité d’entre eux étant non qualifiés).

108Pour cette nationalité, ce sont les agriculteurs et ouvriers agricoles qui dominent la population active avec 57 % des actifs (45 % des actifs turcs de la ville pour les seuls ouvriers agricoles). Le pourcentage d’actifs turcs artisans ou commerçants (4,32 %) est quasi identique à celui de l’ensemble de la population de la ville. Enfin, dernier trait significatif de la division du travail à Romorantin, les cadres, chefs d’entreprise et professions libérales (7 % des actifs) sont presque exclusivement Français de naissance.

109L’activité dominante de la population turque est bien celle du bûcheronnage, du maraîchage (asperges, fraises notamment) et il reste étonnant que cet aspect de leur vie à Romorantin soit aussi occulté dans les nombreux débats et déclarations cherchant pourtant à décrire leur spécificité. On retrouve ces caractéristiques dans le quartier de logements sociaux de Saint-Marc où le secteur du bâtiment et celui de l’agriculture sont les plus fortement représentés au sein de la population active. Le second secteur d’activité des Turcs est bien celui de la maçonnerie où certains sont ouvriers mais aussi d’autres ont réussi à monter leur propre entreprise et réussissent aujourd’hui à accéder, comme hier les Portugais, à la construction d’une maison ou d’un pavillon. Ainsi, l’image stéréotypée des Turcs campée jusqu’ici se trouve-t-elle relativisée et on peut constater un début de mobilité socio-économique qui apparaît clairement freinée par la stratification socio-ethnique de l’espace urbain, les quartiers de « classes moyennes » résistant en quelque sorte à l’installation de Romorantinais de nationalité ou d’origine turque dans ces espaces moins stigmatisés. Ceci est vrai pour le logement ou, comme nous l’avons évoqué, pour l’achat de commerces en centre-ville.

  • 39 Cf. « La fraise de Huelva : la mondialisation à l’œuvre. La France “résiste”… avec ses immigrés »,(...)

110Cette particularité économique de l’insertion de la population d’origine turque recèle des éléments indéniables de valorisation collective et de reconnaissance auprès de la population locale. En effet, de nombreux acteurs du secteur agricole se rejoignent pour souligner l’importance de cette main-d’œuvre immigrée comme pilier de la prospérité des exploitations et garant de leur rentabilité39.

Un renouvellement de la dynamique associative et du partenariat franco-turc ?

111Pour terminer ce portrait sociologique de l’immigration à Romorantin, il nous faut mentionner la dynamique associative de la collectivité turque, qui n’est pas circonscrite par l’association para-municipale de médiation déjà évoquée.

  • 40 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 22 mars 2006, p. 11.

112Au printemps 2006, l’association franco-turque a renouvelé son bureau laissant une place très importante aux « jeunes », des hommes de trente à quarante ans souvent arrivés très jeunes en France. Le nouveau président se présente ainsi : « J’ai 36 ans, je suis originaire de la Mer Noire et quoi qu’ayant conservé la nationalité turque, je vis en Sologne depuis près de trente ans. Après un passage dans l’industrie, je travaille aujourd’hui dans le secteur des transports avec toutes les contraintes liées à cette activité. Membre de l’association franco-turque, je me suis porté candidat aux côtés d’autres adhérents de ma génération pour donner un coup de jeune à nos structures. Cette initiative nous a permis de renouveler notre bureau de manière significative. N’y voyez aucune critique à l’égard du travail de nos prédécesseurs. Ce serait présomptueux de notre part et nos aînés conservent toute leur légitimité, simplement nous étions parvenus à une nouvelle étape et nous avons estimé que nous pouvions prendre le relais »40.

113Quant aux projets de l’association ils sont exposés ainsi : « Lorsque l’on se connaît, on ne se craint plus, on ne s’évite plus et l’on se respecte davantage. Nous vivons en France et en Sologne depuis longtemps pour la plupart. Sans fantasmer sur un âge d’or révolu, il nous semble, il me semble en tout cas, que les relations entre Solognots et Turcs ne se sont pas toujours améliorées ces dernières années. Les raisons sont multiples sans doute, extérieures parfois aux deux groupes. On peut trouver toutes sortes d’explications et en débattre des heures entières, ça ne fera pas avancer grand-chose. La priorité à nos yeux c’est de relancer la machine, d’ouvrir le dialogue et les échanges. Nous n’avons pas mené de sondages internes mais la majorité de nos cent soixante membres le souhaitent aussi, j’en suis certain. Le repli sur soi n’a jamais appartenu à la culture turque ».

114Le nouveau président insiste sur l’ouverture et la reconnaissance, sur l’implication nécessaire des femmes et témoigne de ses propres difficultés à acquérir la nationalité française malgré son intégration de fait. Il ne cache pas son inquiétude quant aux difficultés d’insertion d’une partie des jeunes mais n’évacue pas non plus les interrogations sur l’attitude du majoritaire et de ses institutions. Son positionnement est donc celui d’un représentant d’un groupe certes minoritaire mais affirmant une certaine fierté ethnique et se posant dans un rapport d’égal à égal vis-à-vis des autres citoyens de la cité et des autorités locales.

  • 41 Cité dans « Marine Le Pen fait son show devant les militants de Romo », La Nouvelle République du (...)

115Le changement de posture de cette association peut aussi être illustré par cette prise de position publique d’un de ses leaders, qui fait échos aux difficultés administratives rencontrées par les migrants et leurs familles avec le durcissement de la législation : « En 1992, pour bénéficier du rapprochement familial, il fallait trois feuilles de paie pour justifier de son revenu, ce qui est normal. Aujourd’hui, il en faut douze et connaître le français. On a encore parlé de tests ADN… Sans compter les démarches administratives à réaliser en Turquie, démarches difficiles pour des gens de la campagne. Pouvez-vous m’expliquer l’intérêt de durcir ces conditions de rapprochement alors que nous, les pères de famille qui gagnons de l’argent, sommes déjà en France ? On atteint là notre vie privée ! »41.

116Ce positionnement apparaît, au-delà des seuls commentaires de l’actualité politique, indissociable des nombreuses initiatives de cette association qui a entrepris de diffuser la culture et le folklore en s’associant à des structures d’éducation populaire ou d’animation sociale comme le centre social Batis’Caf du quartier. D’autres associations, initiées par des parents d’élèves d’origine turque là encore, ont vu le jour depuis le début des années 2000 et ont œuvré pour un dialogue entre les immigrés et les enseignants. Loin de l’image de la ghettoïsation et du repli communautariste dénoncée par le Front national comme par les autres formations partisanes, « les Turcs de Saint-Marc » s’affirment comme une collectivité dynamique et citoyenne. Plus timidement qu’ailleurs peut-être et avec des moyens – tant humains qu’institutionnels – plus limités que dans d’autres communes, ces associations commencent à articuler différentes actions et revendications, sur plusieurs registres tant sportif, scolaire, culturel que cultuel, actions et projets qui pourraient leur permettre de faire entendre leur voix et d’être mieux reconnu dans leur ville. Le développement de relations d’entraide et de coopération avec d’autres associations permet aussi de faire reconnaître des activités spécifiques, culturelles ou cultuelles comme l’abattage rituel du mouton qui est organisé en étroite collaboration avec l’association des immigrés marocains.

117Ce renouveau des relations franco-turques fait suite à une longue période de méfiance réciproque et de conflit interethnique larvé puis ouvert, mais il est prometteur. Il est d’autant plus intéressant qu’il touche autant à la dynamique des relations intra-ethniques qu’inter-ethniques et qu’il a nécessairement des conséquences sur la production des frontières tant internes qu’externes des groupes en présence.

Conclusion

118Grâce à ce premier travail de défrichage et de synthèse, l’histoire des immigrations en région Centre prend aujourd’hui une silhouette un peu moins floue qu’auparavant. L’histoire et la sociologie des migrations en région Centre reste encore très lacunaire, beaucoup reste à faire pour construire une représentation fine de ce phénomène socio-historique peu étudié localement. Il reste maintenant à approfondir cette démarche de connaissance, pour développer un récit plus étoffé, plus complet et plus précis. Si cette histoire n’est désormais plus aussi méconnue, on est encore loin d’une connaissance fouillée de toutes les situations historiques dignes d’intérêt dans les différents départements, dans les différentes villes comme dans les campagnes. Un travail plus systématique avec les archives départementales mériterait d’être entrepris, pour explorer aussi bien les archives des institutions publiques que les archives privées des entreprises et des associations.

119Les migrations, parce qu’elles sont peu visibles et que l’on sous-estime généralement leur impact économique, démographique et culturel, ne constituent pas encore un élément clé de l’histoire des régions françaises, même lorsqu’il s’agit d’une région traditionnelle d’accueil comme à Marseille ou en Rhône-Alpes, ou encore dans les régions minières du nord-est de la France. Pourtant, elles ont été et sont aujourd’hui un élément constant et toujours mouvant du développement économique et démographique local. Sujet très politisé au niveau national, l’immigration n’est pas toujours devenue un enjeu sociopolitique local, interpellant les élites et les notables, à l’exception de quelques sites bien circonscrits.

120L’héritage migratoire reste donc peu connu, globalement peu valorisé, même si des acteurs très divers s’enquièrent aujourd’hui des moyens d’une plus grande reconnaissance de ce volet de l’histoire et de la réalité locales. Récemment, de nouveaux travaux ont été entrepris en région Centre, visant à explorer les constructions mémorielles des descendants de ces immigrations passées. Parallèlement, le nouveau réseau régional Mémoires plurielles en appelle aux contributions spontanées de particuliers, d’associations, de professionnels ou d’institutions, de façon à enrichir les connaissances historiques locales et à informer sur les évènements ou productions mémoriels sur son site collaboratif. Le travail présenté ici n’est donc qu’un début.

Notes

1 Article de presse du journal La Nouvelle République du Centre-Ouest restituant le diagnostic préalable à l’opération HVS Habitat et vie sociale, juin 1978.

2 Cette création s’inspire du modèle de l’action sociale en milieu ouvert et de proximité des éducateurs de rue structurée par un texte législatif de l’été 1972. Le respect de l’anonymat, la libre adhésion et l’absence de mandat nominatif sont les trois principes de la prévention spécialisée qui sont établis à partir de l’arrêté du 4 juillet 1972. Les clubs de prévention vont développer alors une approche de l’inadaptation sociale et des populations menacées de marginalisation en adoptant une méthodologie particulière d’approche des populations. Le travail de rue constitue la base à partir de laquelle des actions nombreuses se développent dans des domaines très variés. Dans un contexte socio-économique en crise, beaucoup d’équipes vont par la suite ajouter à leurs activités de loisirs des initiatives centrées sur « l’insertion par l’économique » et développer de nombreux partenariats avec d’autres services sociaux.

3 Un des moments forts des importantes réhabilitations du début des années 2000 a été, ainsi, la spectaculaire destruction d’un porche symbole de la clôture physique du quartier.

4 D’après les travaux des étudiants Beurnardeau, Delfino, Roudeau et l’étude du GERU.

5 Relevé réalisé par Architurone, bureau d’étude chargé à l’époque du diagnostic, qui a mené l’étude comparée de la taille des familles entre ménages français et étrangers dans le parc HLM seulement.

6 Étude du GERU, p. 88.

7 Ainsi, en 1972, dans la ZUP 2 où l’usine a réservé 75 % des logements, les familles étrangères occupent 47 % des 165 appartements HLM tandis qu’il n’y a que 19 % de ménages étrangers dans la ZUP 1 (sur 630 appartements).

8 GERU, p. 87.

9 Dans un entretien, une des chevilles ouvrières de Mopa-cité à ses débuts, explique ainsi : « Il y avait très peu de tourangeaux, mais beaucoup de gens de l’immigration, bon de l’immigration intérieure parce que je… Un jour j’avais commencé à animer une réunion en disant “Nous sommes tous des immigrés”, parce que bon… (rires) Nous on était immigrés de pas bien loin, mais en fait il y’avait très très peu de tourangeaux sur le quartier ».

10 Le multiculturalisme est une notion extrêmement polysémique que l’on gagnerait à cantonner aux expériences australienne et canadienne (parfois aussi américaine et britannique mais selon d’autres modalités) qui ont aujourd’hui un recul de plusieurs décennies de politique multiculturaliste. Pour en savoir plus H. Bertheleu, 2001, p. 31-51, et 2009, p. 19-38.

11 Document interne diffusé en réunion, association Solidarité culturelle musulmane jocondienne, mars 2008.

12 Dès 1969, le comité pour les étrangers créé dans la ZUP et nouvellement intégré à l’association « Mopa-cité », soulignait aussi la difficulté à créer des « clubs culturels ».

13 « Joué-Touraine, le club qui monte », La Nouvelle République du Centre-Ouest, 5 juin 2002, p. 15.

14 « À Joué, l’arabe littéraire rapproche les cultures », La Nouvelle République du Centre-Ouest, 29 juin 2006, p. 12. « Pour le rapprochement culturel : une association indispensable », La Nouvelle République du Centre-Ouest, 29 juin 2006, p. 2.

15 Ibid.

16 Outre les entretiens directs effectués dans le cadre de cette étude, cf. « Une assistance obsèques associative », La Nouvelle République du Centre-Ouest, 12 mars 2004, p. 8.

17 Au moment du décès d’un compatriote, les obsèques sont organisées selon un découpage de la ville en trois secteurs et avec un principe de solidarité et de réciprocité. Un décès dans un secteur implique la mobilisation d’un autre pour le repas et la veillée, une salle du centre social est à l’occasion prêtée pour recevoir les nombreuses personnes venues faire leurs condoléances.

18 Les relations entre l’Association de prévention et la collectivité algérienne locale n’est pas une exception jocondienne. À Nantes par exemple, la sociologue Catherine Delcroix a décrit comment une équipe de prévention avait assuré un relais des revendications de « pères immigrés » et contribué indirectement à la revendication d’un lieu de culte (Delcroix, 2004, 191-210).

19 Le club draine un public qui dépasse celui des seuls habitants du quartier ou de la commune.

20 Parmi ces innovations : la pratique du « baby lutte » avec de très jeunes enfants mais aussi l’accueil de déficients intellectuels ou de sourds-et-muets.

21 Cette réputation est ancrée dans le quartier comme à l’extérieur, dans la région.

22 Outre son implication associative de longue date et ses engagements professionnels et militants en matière d’éducation populaire, le responsable du club est aussi reconnu comme un sage, comme hadj, parce qu’il a fait plusieurs fois le pèlerinage à la Mecque.

23 Dans le vestiaire, c’est aussi le respect. On n’essaie pas d’entraîner, de faire le prêche. Non, dans la rue oui, mais pas dans le club.

24 Le mot d’ordre est le suivant : « Votez pour qui vous voudrez mais votez ».

25 Née à Joué, l’association essaimera ensuite à Tours, dans le quartier du Sanitas notamment (association Diversi-t37 créée en décembre 2005). Cette association poursuit les mêmes buts et déclare dans la presse lors d’une de ses campagnes d’inscription sur les listes électorales : « Il s’agit de développer la participation de tous à la vie de sa cité et à la vie politique. Cette action ne s’inscrit en aucun cas dans une démarche de promotion d’un quelconque parti ou d’une organisation partisane ; elle se veut citoyenne et civique », La Nouvelle République du Centre-Ouest, 9 juin 2006.

26 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 13 juin 2006, p. 2.

27 Pierre Bertoux, délégué syndical de la CGT-Matra, cité dans « Centre : Matra, symbole d’une casse », L’Humanité, 14 janvier 2004.

28 Cette construction locale d’un « problème turc » dans un contexte de restructuration de l’économie locale et de crise de l’emploi dans le cadre d’une mono-industrie hégémonique n’est pas isolée. Ainsi, un autre maire (du Mouvement pour la France cette fois) dans une ville dominée par le secteur de la plasturgie et de la sous-traitance automobile (Saint-Claude dans le Jura) écrira-t-il au même moment au ministre pour poser le problème dans les mêmes termes ou presque, assumant ouvertement des amalgames et des accusations qui le mèneront finalement devant les tribunaux (Pierre Billion, 2007).

29 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 8 mai 2007, p. 10.

30 Les gens du voyage disposent désormais, d’ailleurs, d’un terrain d’accueil conforme à la loi Besson du 31 mai 1990.

31 En mars 2007, un homme de nationalité turque, père d’un enfant né en France et domicilié à Romorantin, carreleur de profession, faisant l’objet d’un arrêté de reconduite à la frontière, est interpellé avec une fausse carte d’identité achetée en fait à un intermédiaire des Bouches-du-Rhône. Ce cas isolé n’est pas représentatif de la situation des Turcs de la ville et réfère à un contexte beaucoup plus large que le contexte romorantinais. Il peut être lu à la fois comme une des conséquences du durcissement récent de la réglementation sur le séjour des étrangers, et aussi comme un des signes du caractère particulièrement attractif du bassin d’emploi où nombre de Turcs sont entrepreneurs du bâtiment.

32 « Romorantin : Turcs et Solognots se croisent et s’évitent », La Nouvelle République du Centre-Ouest, 9 mars 2006, p. VI.

33 « Romorantin : Turcs et Solognots se croisent et s’évitent », art. cit.

34 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 24 mai 2002, p. 9.

35 « L’association franco-turque n’est pas en déficit », La Nouvelle République du Centre-Ouest, 9 octobre 2003, p. 12.

36 Dans un tel contexte, la voie est ouverte à toutes les polémiques. Au moment des émeutes urbaines de l’automne 2005, au moment où les débats laissent place à la passion mais aussi où la parole se libère, un Turc de Romorantin se plaindra publiquement de s’être vu explicitement découragé par le maire dans ses démarches pour ouvrir un commerce de vente de restauration rapide de type « kebab ». Un travailleur social confirmera l’existence de telles pressions et regrettera, au cours de notre enquête, que les Romorantinais aient quelques difficultés à accepter « que les Turcs travaillent autrement que comme bûcheron ou à ramasser les asperges ». Un autre acteur local proche de la municipalité évoque la visibilité du projet d’implantation dans un magasin d’angle au croisement des artères les plus commerçantes de la ville. Le maire, de son côté, empruntera explicitement le registre de la dette en régissant aux accusations de ce commerçant turc, aussi leader associatif et sportif de haut niveau dont les performances et succès sont connus de tous. Selon l’édile local, ce dernier « crache un peu dans la soupe ». « C’est parce que je l’avais recruté à la mairie, qu’il a pu s’entraîner à loisir et devenir champion de France de boxe. Depuis, il dirige un kebab rue du 8-Mai. » Cf. « La loi est la même pour tous », La Nouvelle République du Centre-Ouest, 17 novembre 2005, p. 12.

37 On retrouve aussi, dans la région de Dreux en Eure-et-Loir, cette présence importante de la sylviculture dans l’activité des immigrés turcs.

38 Une étude préalable à la rénovation du quartier de Saint-Marc réalisée en 2007 par un atelier d’urbanisme lié à une formation de master de l’Institut d’études politiques de Paris ne fait pas non plus référence à ce contexte économique local, préférant détailler les projets de désenclavement dans un registre purement urbanistique sans préciser les conditions économiques et sociales des habitants.

39 Cf. « La fraise de Huelva : la mondialisation à l’œuvre. La France “résiste”… avec ses immigrés », Le Monde, 14 juin 2006, p. 20 ou « Le casse-tête de la main-d’œuvre préoccupe les maraîchers », La Nouvelle République du Centre-Ouest, 30 mars 2005, p. 2.

40 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 22 mars 2006, p. 11.

41 Cité dans « Marine Le Pen fait son show devant les militants de Romo », La Nouvelle République du Centre Ouest, 1 er octobre 2007, p. 11. Interviews réalisées au moment d’une réunion publique de la leader du Front national à Romorantin.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search