Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étrangers dans le berceau de la France ?

 | 
Pierre Billion
, 
Hélène Bertheleu
, 
Sylvie Aprile

Partie II. Quelques spécificités historiques et sociologiques

Quelques spécificités historiques et sociologiques

Texte intégral

1Après le tableau synthétique sur le temps long de l’histoire de l’immigration en région Centre présenté en première partie, les deuxième et troisième parties sont consacrées à divers éclairages sur des périodes clés de la fin du xixe siècle et surtout les années 1920 jusqu’aux années 2000. Il s’agit de décrire plus finement quelques contextes locaux et leurs différentes dimensions économiques et professionnelles, urbaines et résidentielles, politiques et sociales, pour aborder notamment l’analyse des représentations sociales de l’étranger et des relations interethniques entre les différentes collectivités immigrées d’une part, et les nationaux, ceux que l’on pourrait appeler les « établis », pour reprendre un terme du sociologue Norbert Elias (Elias et Scotson, 1997), constitutifs de la société dite « d’accueil » ou d’installation, d’autre part.

2Nous aborderons ainsi successivement et suivant un plan chronologique, différentes thématiques et populations :

  • La place des femmes migrantes polonaises dans les années 1920, notamment en milieu rural ;

  • L’histoire et la mémoire ouvrière aux fonderies de Rosières dans le Cher du xixe siècle à aujourd’hui ;

  • Le Vieux Tours comme quartier d’immigration en centre-ville de 1920 à 1970 ;

  • L’histoire et la mémoire de l’immigration portugaise, représentant la majorité des arrivées dans les années 1960 et 1970, notamment dans le Loiret et l’Indre-et-Loire.

3Puis nous approfondirons deux situations contemporaines à partir de deux contextes urbains contrastés :

  • L’importance des foyers de travailleurs migrants en région Centre et la place qu’y tiennent les immigrés âgés ;

  • L’immigration à Joué-lès-Tours de la fin des années 1960 à aujourd’hui, avec un point spécifique sur l’immigration algérienne d’une part, sur les relations interethniques établies sur fond de mobilisation de travailleurs sociaux et d’associations et de développement des politiques de la ville dans un quartier prioritaire, d’autre part ;

  • L’immigration à Romorantin-Lanthenay qui permettra de traiter notamment de l’immigration turque récente, d’illustrer aussi l’influence des délocalisations économiques dans une petite ville et un bassin d’emploi rurbain au cours des années 1990 et 2000, de révéler la persistance du secteur agricole (sylviculture, maraîchage) dans l’emploi des immigrés aujourd’hui.

Des oubliées : Polonaises, femmes migrantes dans l’entre-deux-guerres

4On le sait, au lendemain de la première guerre mondiale, le gouvernement français a passé des accords migratoires avec plusieurs pays, dont la Pologne. Cinq mille personnes sont ainsi réparties pour l’essentiel dans les bassins houillers et industriels du Nord et de l’Est et dans la région parisienne ; mais ils sont aussi présents dans les campagnes avec un accroissement et une féminisation très perceptible dans les années 1930 : elles sont 46 000 en 1931, 66 000 en 1936 soit 30 à 43 % de la population active féminine. Leur présence est particulièrement importante dans la région qui souffre d’un manque de main-d’œuvre. L’étude menée sur deux départements, l’Indre et l’Indre-et-Loire par Mathieu Henner traduit d’ailleurs des différences notables : il y avait 2/3 d’hommes dans l’Indre, 2/3 de femmes en Indre-et-Loire, une population étrangère concentrée dans le premier département et dispersée dans le second, du fait notamment de la structure des exploitations agricoles.

Pourquoi ces femmes viennent-elles ?

5Elles viennent, comme les hommes, en raison des difficultés qui touchent la Pologne de l’après-guerre, pays rural où se côtoient de petites exploitations familiales d’un côté et des grands domaines de l’autre. Ce système d’économie rurale est incapable de nourrir et d’employer l’immense majorité de la population polonaise qui continue à s’accroître (Henner, 2006). La Pologne a dû également mettre fin provisoirement à une migration traditionnelle vers l’Allemagne, celles des Westphaliens, renvoyés vers l’Allemagne. Leur venue est souvent de courte durée, un contrat d’un an renouvelable. Contrairement à ce qui se passe dans d’autres arrivées féminines où il s’agit de femmes mariées qui vont rejoindre leurs époux, ici l’arrivée massive des femmes n’est pas le signe d’une stabilisation et d’un enracinement de l’immigration. Nombreuses mais isolées dans des fermes et par une barrière linguistique et culturelle, elles n’en sont pas plus visibles. Nous disposons ici de sources exceptionnelles qui nous permettent de les connaître.

6En Indre-et-Loire, comme dans d’autres départements, un Comité d’aide et de protection des femmes immigrantes est créé par l’arrêté du 28 décembre 1928 (Hübscher, 1996). Mais le comité du département d’Indre-et-Loire tranche par rapport aux autres. L’inspectrice qui officie, Julie Duval, parle bien le polonais. Certes, c’est sans doute une qualification qui est plus ou moins commune avec les autres inspectrices des autres départements, mais son niveau linguistique est si bon qu’il est possible que l’inspectrice vienne d’une famille polonaise. C’est surtout l’intérêt qu’elle porte à ces jeunes femmes qui fait la qualité de l’abondant corpus de rapports et de correspondances qui nous est parvenu. Julie Duval crée un dossier pour chaque ouvrier et ouvrière, la plupart sont des femmes. Elle y collecte toutes les lettres des ouvrières étrangères, mais aussi celles des patrons et des médecins. Les contrats de travail et la correspondance administrative sont également collectés. L’inspectrice a reçu 1 592 lettres et elle en a envoyé 1 601 (Hübscher, 1996, 226). Dans ses dossiers, on trouve aussi des statistiques, des rapports de travail et des documents sur l’arrivée des ouvrières (Hübscher, 1996, 218). Elle délaisse souvent le ton purement administratif et porte un regard de « citadine sur le monde paysan » comme l’écrit Roland Hübscher (Hübscher, 1996, 228).

Violences sexuelles et naissances hors mariage

  • 1 AD Indre-et-Loire, 10M120, statistiques.

7Elle est surtout confrontée aux drames de ces jeunes femmes : les grossesses et les naissances sont les thèmes principaux des lettres destinées à Julie Duval, et c’est également le plus grand souci de l’inspectrice (Hübscher, 1996, 227). Dans ses statistiques de l’année 1934, elle signale 38 accouchements, dont 24 filles-mères polonaises1. Les circonstances de ces naissances sont souvent elles aussi douloureuses. La plupart des enfants sont nés de relations plus ou moins amoureuses et beaucoup sont les résultats de viols. La violence sexuelle est en effet un des problèmes principaux des jeunes ouvrières immigrées et souvent c’est seulement la grossesse qui en donne la trace. Le viol est un sort commun à de nombreuses jeunes femmes polonaises. Il est certain que beaucoup d’entre elles sont violées par leurs patrons, les fils de leurs patrons ou d’autres personnes qui fréquentent les fermes et les villages où ces jeunes femmes travaillent. Certaines osent l’écrire à Madame Duval et ce témoignage, qui ne débouche pas sur un rapport de police ni sur une décision de justice, est une source exceptionnelle.

8Zofia Dubiel est née le 25 mars 1909. Elle vient de la région la plus pauvre et la moins alphabétisée de Pologne, de la voïévodie Lwów (Ponty, 1988, 41). C’est la région d’origine de la plupart des ouvrières agricoles dont Julie Duval s’occupe. Zofia Dubiel arrive en France le 6 septembre 1931, et son contrat de travail est signé le 17 septembre de la même année.

  • 2 AD Indre-et-Loire, 10M 122, dossier de Zofia Dubiel, lettre de novembre 1933 à Julie Duval.

9Elle écrit sa première lettre en novembre 1933 soit deux ans après son arrivée en France. Elle raconte qu’elle a changé de lieu de travail et qu’elle est maintenant chez de bons patrons. Mais elle est déjà dans le septième mois de sa grossesse : « […] j’ai eu de la chance parce que je suis chez des gens très bons mais il y a un grand malheur sur moi parce que je suis enceinte et c’est déjà le septième mois. Je l’ai fait avec leur fils quand j’étais chez Floro donc je demande un renseignement à Madame le patron dit que je dois aller à l’hôpital à Tours […] qu’est-ce que je dois faire parce que je ne l’ai pas fait pour le plaisir mais il m’a forcé de faire ça et je vous ne l’ai pas dit parce que j’ai eu l’honte […] »2.

10Zofia Dubiel a été forcée ou même violée par le fils de son patron Fleureau chez lequel elle est restée pendant environ un an à partir de septembre 1932. Mais ce n’est pas le viol qu’elle voit comme le problème principal, c’est plutôt le fait qu’elle soit maintenant enceinte et qu’elle ne sache pas quoi faire dans cette situation. En général, elles ne parlent de cette violence sexuelle qu’en cas de grossesse. Le chiffre des viols et des autres incidents reste inconnu, mais il est certainement plus élevé que celui indiqué dans les documents.

  • 3 AD Indre-et-Loire, 10M121-124, contrat de travail.
  • 4 AD Indre-et-Loire, 10M121-124, contrat de travail.

11Hormis ces situations dramatiques et non exceptionnelles, les correspondances nous renseignent sur le quotidien des migrants et de leurs relations avec leurs patrons. Les ouvrières polonaises travaillent dur, mais elles gagnent au plus 200 à 260 francs par mois3. Une grande partie de cet argent est envoyée en Pologne, et ce qui reste est rendu au patron pour la nourriture et le blanchissage4.

  • 5 AD Indre-et-Loire, 10M 121, dossier de Katarzyna Brudz, lettre de son patron Hersant Hupenoire à Ju (...)

12Les habitudes et pratiques alimentaires sont souvent des sujets de conflit entre les ouvrières et leurs patrons. Les Polonaises viennent d’une autre culture, elles ont souvent une alimentation et des goûts différents. Les modes de vie mettent en lumière les difficultés d’adaptation de ces jeunes femmes immigrées dans un pays mais aussi dans un contexte culturel qui leur est étranger. Le repas pris en commun est un des moments où les patrons observent le comportement de leurs domestiques. De ces infimes détails on peut déduire la difficulté des rapports et la méfiance qui s’instaure souvent. Dans le classeur de l’ouvrière Katarzyna Brudz, on trouve une lettre de son patron Hersant Hupenoire qu’il a écrite le 12 mars 1935 : « Ce matin je lui ai fait une observation au sujet de la nourriture. C’est une femme qui est très délicate, elle ne mange que ce qui lui fait plaisir et quand il y a quelque chose à son goût, il n’y en aurait bien que pour elle. […] Si vous ne vous en tenez pas à moi vous n’aurez qu’à faire prendre des renseignements sur la maison savoir si les domestiques sont mal nourrit (sic) et si ils sont maltraités »5. Les rapports sont parfois bons comme le montrent aussi les témoignages de patrons et d’ouvrières qui souhaitent renouveler leur contrat.

13Ces documents pour la plupart écrits en polonais par les jeunes migrantes et l’inspectrice ont été traduits et exploités par deux jeunes chercheurs Matthieu Henner et Anna Gomoluch, l’un français et l’autre allemande, tous deux lisant le polonais, et capables ainsi d’établir un lien entre le pays d’accueil et le pays d’origine et soucieux de lier leur enquête à l’étude de l’immigration rurale mais aussi aux études sur le genre et le corps à travers notamment les cas de maternités, de viols et de maladies des migrants. Au-delà de la simple exhumation de situations méconnues, ces bribes de vie et ces trajectoires témoignent de la difficulté de ces « migrations blanches » dont on oublie aujourd’hui qu’elles ont constitué aussi une expérience forte de l’altérité.

Émancipation et résistance ?

14Ronald Hübscher, dans son ouvrage sur l’immigration dans les campagnes offre un autre regard, moins contradictoire que complémentaire. « À la différence de la passivité et de la soumission résignée de certaines de leurs compagnes, écrit-il, les filles de ferme savent prendre en main leur destin ». Il cite pour ce faire les lettres des employeurs qui se plaignent ou parfois même admirent, ces femmes « fortes », « ces rebelles » qui par leur absence du groupe familial se libèrent de la tutelle parentale ou maritale et s’émancipent. L’un d’eux s’en remet à Madame Duval : « Ma servante la polonaise […] veut partir, elle ne gagne pas assez et demande encore une augmentation. Depuis un an j’ai toujours payé à elle 260 francs aussi bien en hiver qu’en été. Aujourd’hui comme tout baisse et que nos marchandises ne se vendent plus alors on ne peut plus arriver à payer ce prix-là. Tandis qu’on a beau à l’expliquer que la culture va très mal elle veuille rien savoir » (Hübscher, 2005, 228-230).

  • 6 Lettre du docteur Denoyelle à Mme Duval citée par Mathieu Henner, 2006, p. 169.

15L’arbitrage de la médiatrice est donc déterminant et délicat. Même si les relations ne sont pas toujours dramatiques, on est loin de l’image idyllique donnée par Georges Mauco pour qui les jeunes polonaises « sont mêlées intimement à la famille française ». Le constat des médecins de l’hôpital de Tours est accablant : « Toutes les malades que vous m’avez envoyées à l’hôpital sont, avant tout, des femmes surmenées par un travail au-dessus de leurs forces et, surtout, déprimées moralement par leur exil : la plupart de celles que j’ai observées ne portaient pas de lésions organiques et devraient être considérées comme des déprimées physiques et mentales »6.

16La richesse de ce fonds documentaire et des analyses dont nous ne donnons ici qu’un aperçu invitent à poursuivre la recherche en amont et en aval en reconstituant une histoire franco-polonaise croisée de ces femmes. Que sont-elles devenues ? Si la plupart d’entre elles sont reparties, certaines ont continué à être placées dans les campagnes. Irène G., fille d’ouvrier polonais arrivée dans les années 1920, déclarait en 2004 dans un entretien qu’elle avait travaillé dès l’âge de douze ans dans une ferme. Il faudrait pouvoir approfondir ces réalités encore largement méconnues. Un projet de publication de ces travaux devrait permettre d’ouvrir à un plus large public leur histoire et leur mémoire.

Lettres de Franciszka Kasprzak et sa patronne madame Galland à Julie Duval, écrites en juillet 1934

Lettres de Franciszka Kasprzak et sa patronne madame Galland à Julie Duval, écrites en juillet 1934

[Source : dossier de Franciszka Kasprzak, AD Indre-et-Loire, 10M 124 (cliché A. Gomoluch).]

Groupe de Polonais. Village de Pontlevoy (41) en 1934.

Groupe de Polonais. Village de Pontlevoy (41) en 1934.

[Source : fonds Clergeau, AD Loir-et-Cher.]

Polonais et ukrainiennes de la ferme de la Pastourellerie (41) en 1925.

Polonais et ukrainiennes de la ferme de la Pastourellerie (41) en 1925.

[Source : fonds Clergeau, AD Loir-et-Cher.]

Mémoires ouvrières, mémoires immigrées aux fonderies de Rosières

17Guillaume Étienne, dans ses travaux (2010), s’est attaché à comprendre les constructions mémorielles émergentes à Rosières, entreprise à la fois phare de l’histoire industrielle et ouvrière de la région et élément majeur de notre connaissance de l’histoire des migrants dans le département du Cher. Histoire et mémoire se confondent aujourd’hui chez les habitants, qui se définissent comme des « Anciens », héritiers de la tradition ouvrière et de la présence polonaise. Celle-ci est valorisée et reconstruite dans l’histoire locale. Elle émerge des entretiens, des commémorations des luttes et des travaux pédagogiques menés dans le cadre du collège de Saint-Florent.

Rosières dans l’histoire industrielle du département

  • 7 Les informations concernant l’histoire du département et de Rosières sont tirées du mémoire de Raph (...)
  • 8 L’usine de Mazières, après de multiples rachats licenciera la plupart de ses salariés en 2000. Un p (...)

18L’histoire industrielle du département est celle, tout d’abord, des premières manufactures. Le département du Cher, au xviiie est essentiellement rural, et l’activité dominante se résume à l’agriculture (Goguely, 1994)7. À la fin du xviiie siècle (1799) apparaît à Foëcy une usine de porcelaine qui devient ensuite l’entreprise Pillivuyt. Il n’y a alors à Bourges qu’une seule usine, celle qui fabrique les draps de Tourangin. Les premiers hauts-fourneaux de Lunery s’installent en 1836. Cette entreprise est spécialisée dans la métallurgie de seconde fusion, elle produit du gros fer, des rails et autres produits lourds. Les forêts environnantes permettent l’apport en charbon de bois et la construction du canal de Berry terminée en 1837 permet l’acheminement des matériaux. L’industrie de la métallurgie est en plein développement si bien que, en 1855, l’usine de Rosières emploie plus de 1 200 personnes et loge ses ouvriers. À la même époque, en 1846 est fondée à Bourges à proximité du canal, l’usine de Mazières spécialisée dans la fonderie8. Les ouvriers y seront également logés et l’on crée une école à proximité.

19En 1860, Bourges amorce sa vocation de ville militaire, avec la création d’une fonderie de canons. La ville est choisie pour sa position géographique centrale.

20En 1870, l’école de la Pyrotechnie est supprimée à Metz et vient s’implanter à Bourges. Un polygone de tir situé en périphérie s’agrandit sans cesse. Cependant pour la métallurgie, la concurrence anglaise particulièrement provoque une crise au sein de l’industrie. L’embauche à l’entreprise Rosières chute. De plus, les forêts alentours, qui autrefois étaient un point fort pour leur proximité et leur abondance, commencent à s’essouffler. Le grand changement pour l’usine de Rosières sera le rachat par Jules Roussel, industriel parisien, en 1869. Il enracine le paternalisme en construisant des écoles dans le village. De plus, il fait venir au village des ouvriers métallurgistes d’autres régions (la Mayenne notamment) où il n’y a plus de travail.

21Rosières qui dépend du bourg de Lunery, se trouve néanmoins à l’écart et l’activité de l’entreprise ainsi que les logements ouvriers, les écoles, renforcent une certaine autonomie par rapport à Lunery. Le village est essentiellement composé d’ouvriers travaillant à l’usine.

22Roussel meurt en 1877 et l’usine est rachetée par Léon Dupuis. L’usine est au cœur de la vie villageoise : les logements ne sont occupés que par des ouvriers en fonction, ce qui signifie que le licenciement ou la retraite entraînent la perte de ce logement. Ce système paternaliste atteint son apogée en 1884, lorsque le patron Léon Dupuis est élu maire de Lunery. Diverses constructions se succèdent alors, école, cimetière, église, et des maisons supplémentaires. L’usine devenue Société Anonyme modifie sa production avec l’arrivée à sa tête d’Henri Magdalénat en 1909. Elle se spécialise dans l’émaillage et la fonte et commence la fabrication des cuisinières. Le nombre d’embauches augmente, la société à besoin de main-d’œuvre. Au lendemain de la première guerre mondiale, comme la population jeune manque localement, l’usine fait l’appel à des travailleurs étrangers, comme cela se fait également dans bien d’autres régions françaises.

Un recrutement massif

23Dans les années 1920, le nombre d’ouvriers progresse rapidement et passe de 700 à 1 000 personnes entre 1920 et 1926. À partir de 1922, les migrants polonais affluent. Ce sont près de trois mille Polonais qui sont recrutés en l’espace de dix ans. L’entreprise dispose d’un réseau d’embauche directement implanté dans le pays d’origine. La démographie locale s’en trouve bouleversée : en 1929, plus de la moitié de la population de Rosières est polonaise. À l’usine, les consignes sont affichées dans les deux langues. Un tel changement requiert de nouveaux logements et entraine la construction de 190 logements supplémentaires. Le village comprend 2 074 habitants et est complètement dominé, économiquement, socialement et politiquement, par cette grosse entreprise locale.

  • 9 L’exposition réalisée à l’occasion des 100 ans de la CGT à Rosières montre que le syndicalisme a ét (...)

24Le statut de travailleur étranger implique une situation fragile et le travail est particulièrement dur. Les Polonais sont cantonnés aux tâches les plus physiques, à savoir la fonderie et l’émaillerie. Cet ordre des choses est cependant peu remis en cause par une population qui de toute façon a bien peu de moyens de s’exprimer : dans le travail comme dans le logement, tout est perdu en cas de licenciement ; quant à la vie politique et syndicale, elle leur est alors simplement interdite9. À l’époque, la surveillance des étrangers est une forte préoccupation des pouvoirs publics et les demandes d’enquête du ministère de l’Intérieur sont fréquentes dans le Cher. La SA Rosières interdit toute activité syndicale aux Polonais. La moindre agitation est sanctionnée par l’expulsion. Les représentations sociales et les pratiques à cet égard séparent soigneusement les Français et les Polonais. Le sport en revanche est autorisé (Barbuse, 2002, 391-415). L’entreprise s’appuie sur les vertus sportives afin de mobiliser ses ressources humaines pendant le temps de travail comme après. Les pouvoirs de l’entreprise dépassent la seule sphère du travail : lorsque c’est nécessaire, elle se charge elle-même des demandes d’autorisation du séjour ou de leur renouvellement auprès du préfet.

25À l’époque, peu de Polonais essaie d’obtenir la nationalité française. Peu d’entre eux demandent leur naturalisation. Il faut souligner que les exigences pour obtenir la naturalisation sont importantes : frais s’élevant jusqu’à 18 % du salaire annuel, stabilité sur le territoire, conduite et moralité, attitude pendant la guerre, utilité sociale, degré d’assimilation, état de santé. Certes, ces démarches administratives découragent les candidats, mais beaucoup n’avaient pas ce projet d’installation et souhaitaient simplement travailler quelque temps avant de pouvoir repartir en Pologne, avec en poche quelques ressources accumulées. Ainsi, la majorité des hommes polonais embauchés par Rosières entre 1922 et 1939 reste moins d’un an dans l’entreprise (Rygiel, 1997, 9). Le voisinage physique et social avec d’autres migrants, qui partagent les mêmes valeurs et normes, assure un lien entre le pays de départ et le pays d’arrivée : « Rosières est un sas entre la Pologne et la France. Le voisinage d’autres Polonais, l’existence d’organisations polonaises actives, […] permettent une vie sociale, en dehors de l’usine, à la polonaise, qui limite au strict nécessaire les contacts avec l’environnement et la population française et, ce faisant, réduit le nombre des occasions de dévalorisation de soi et de déstabilisation que sont souvent pour l’immigré les confrontations avec la population ou les institutions locales » (Rygiel, 1997, 40-51).

Habiter la cité

26Après la seconde guerre mondiale, de nombreuses familles polonaises retournent dans leur pays. Mais d’autres restent, s’insérant dans la vie locale par le biais des institutions structurantes que sont l’école, le travail, le mariage, la vie de quartier et la sociabilité locale. Ils investissent de meilleurs logements autrefois réservés aux ouvriers français comme les maisons jumelées. Ces pratiques résidentielles ne sont pas à interpréter comme de simples accessions à la propriété (Rygiel, 1997). Le symbole est fort : posséder un des logements sur lesquels l’entreprise régna en maître pendant des décennies. La question de l’habitat à Rosières constitue une question particulière : certaines familles ont acheté rapidement, d’autres non, comme s’il s’agissait de signifier une forme d’établissement, un enracinement, la fin de l’idée du retour au pays d’origine. Autant que l’habitat en tant que lieu investit, c’est aussi l’acte d’habiter qui constitue une période privilégiée de la « construction » de la mémoire. En effet, « l’acte d’habiter […] constitue à cet égard le lien humain le plus fort entre la date et le lieu » (Ricoeur, 2000). C’est en ce sens que l’habitat dans la société d’accueil va constituer une base particulière de la mémoire pour les populations migrantes mais aussi pour leurs enfants.

27Les Polonais partis vont en partie être remplacés par de nouveaux migrants venant d’Italie, d’Espagne et du Portugal. Certains arrivent avec en main un contrat de travail, les autres l’obtiennent en se présentant à l’usine à leur arrivée.

28Dans les années 1950, Michelin cherche à s’implanter à Bourges. Elle installe son usine en périphérie immédiate, à Saint-Doulchard, dans le quartier du Moulon, à proximité immédiate des usines Rosières et Rosières Grandes Cuisines, qui dépendent toutes deux de l’usine Rosières de Lunery. À cette époque, de nombreuses nationalités cohabitent au sein de la cité. En 1964, ce sont les Algériens qui viennent s’installer pour travailler, des Harkis et des Kabyles. La cohabitation, si peu de temps après la guerre d’Algérie, est conflictuelle : ils sont accusés de ne pas travailler correctement et d’être violents. Ils sont vite jugés trop nombreux. Les autorités locales interviennent : la moitié des Algériens sont contraints de quitter la cité. Leur départ est selon les témoignages actuels un soulagement pour les ouvriers rosièrois qui, aujourd’hui encore, se souviennent du conflit. Les derniers migrants à venir s’installer sont les Marocains, jusqu’à ce que les arrivées cessent autour de 1972. Les Marocains deviennent rapidement la population étrangère la plus importante : ils obtiennent un lieu de prière prêté par l’usine.

29En 1975, l’usine compte 1 500 ouvriers mais les premiers importants licenciements adviennent. En 1985, l’usine licencie 322 personnes. La cité perd la moitié de ses habitants entre 1975 et 1990, passant de 1 746 à 917 personnes. Aujourd’hui, l’usine de Rosières à Lunery possède toujours quelques maisons encore habitées par des ouvriers ou retraités, malgré des installations non rénovées : les toilettes sont toujours au fond de la cour, et les maisons ne disposent ni de chauffage ni d’eau chaude.

Une mémoire ouvrière ancrée, passerelle entre ici et là-bas

30Les actions mémorielles initiées par les vieux migrants ou par leurs descendants, trouvent aujourd’hui leur place à partir du lieu de travail, précisément parce qu’elles reflètent un compromis entre un pays d’origine et un pays d’installation, où se reconstitue désormais la mémoire. Cet espace marque donc à la fois l’appartenance à un territoire vécu et à un territoire d’origine. En ce sens, la mémoire, et par là même, la présence du migrant, s’en trouve légitimée. Le travail de mémoire n’est pas sans rapport avec une volonté, un désir de légitimation émanant de ceux qui ont vécu la migration. Il s’agit a posteriori de justifier, de rendre raison au passé.

31L’intérêt porté par « les autres », ceux qui sont longtemps restés indifférents à cette aventure migratoire mais qui constituent aujourd’hui un « public » prêt à recevoir et entendre tous ces souvenirs, prend indirectement le sens d’une contribution à cette mémoire et renforce le sentiment de nécessité d’une telle patrimonialisation. Les actions mémorielles, en impliquant à la fois les anciens ouvriers (migrants ou non) et un public local récepteur, ont ainsi pour effet de réhabiliter le dur travail de cette grande époque et l’apport fondamental des migrants à l’industrie locale.

Revendication d’autochtonie

32À travers les entretiens réalisés auprès des anciens ouvriers et ouvrières de Rosières, on peut saisir une forme de définition de soi, qui est celle de la différenciation entre autochtones et allochtones. Cette dimension identitaire est nourrie d’un fort sentiment d’appartenance à la cité ouvrière et s’est construite sur la légitimité que confèrent une longue présence au sein de la cité et la participation à son histoire, ou plus exactement aux périodes les plus radieuses de son histoire. Cette forme d’identification se superpose parfois à celle que suggère l’association « OS » et « immigré ». Avec l’usine au cœur de la vie sociale du village, les habitants de Rosières ont une vision quasi communautaire de leur cité. Cette situation se manifeste par une forte interconnaissance des habitants, par la proximité spatiale et le travail commun.

  • 10 Entretien numéro 2.

33L’immigration polonaise des années 1920, fait l’objet aujourd’hui d’une certaine idéalisation, elle a manifestement contribué à « la grande époque » de l’usine. « La grande saga de Rosières » telle qu’elle est racontée aujourd’hui efface les mauvais souvenirs de la grande pénibilité de certains emplois, les mauvaises conditions de vie dans des logements très modestes, ou encore les relations parfois tendues entre Polonais et Français. Ces souvenirs deviennent incertains ou individuels, tandis qu’on reconstruit collectivement et avec plaisir la belle époque, celle de la diversité des activités proposées, d’un travail certes difficile, mais qui permettait de vivre décemment, au cœur d’une mixité ethnique telle que, au fil des années, on ne la remarquait plus. Aujourd’hui, seuls les patronymes des uns et des autres laissent entrevoir les migrations passées, et les entretiens laissent plutôt transparaître aujourd’hui un parler français plus teinté de l’accent berrichon que de l’accent polonais. Les descendants de ces migrants polonais insistent aujourd’hui sur la cohésion entre les Français et leurs ascendants : « Avant à Rosières, les Français et les Polonais, c’était main dans la main10 ». La construction d’un tel souvenir d’une insertion harmonieuse, d’une vie cohésive et solidaire semble permettre aujourd’hui de rendre pleinement légitime la venue et ensuite la longue présence de leurs parents ou grands-parents. Si cette mémoire vise à susciter la reconnaissance d’un groupe qui revendique aujourd’hui son appartenance au « Nous » majoritaire, elle participe aussi à un processus de différenciation vis-à-vis de « Eux », les autres migrants venus ensuite et qui, à leurs yeux, n’ont jamais entretenu de relations aussi bonnes avec l’environnement local.

  • 11 Ibid.

Le gouvernement français a signé assez rapidement un traité, le 3 septembre 1919, pour faire venir les Polonais. Et eux ils ont été repérés. Ils ont fait des essais sur des Nord-Africains, ça marchait pas, [ils étaient] même indésirables. Les Portugais pas mieux. Les Russes aussi, mais ça marchait pas trop bien non plus avec tout ce qui se passait au pays. Donc c’est les Polonais qui ont réussi le mieux à s’intégrer, et à travailler.11

34Ce faisant, les Français qui se disent aujourd’hui descendants de ces migrants polonais entérinent une dichotomisation sociale entre leurs ancêtres, ces migrants du début du siècle qui auraient su parfaitement « s’intégrer » et ceux, venus plus récemment, notamment dans le cadre de migrations postcoloniales. Cette frontière est actuellement très partagée et fort entretenue au sein du groupe majoritaire : les processus de mémorialisation participent-ils à la construction de cette vision différenciée voire asymétrique des migrations ?

35C’est à l’arrivée de nouvelles migrations que la représentation de la frontière ethnique s’est déplacée, les Polonais faisant désormais partie des « établis » pour reprendre le vocabulaire du sociologue Norbert Elias, tandis que les migrants arrivés plus récemment (notamment les Maghrébins arrivés dans les années 1970) sont vus comme les allochtones. Comme nous le dit ce descendant de migrant polonais, la religion et la couleur de peau des Polonais n’ont jamais été des obstacles à leur vie sociale, au contraire semble-t-il. « C’était la migration blanche » disent les descendants aujourd’hui. « Parce que les Polonais étaient très fervents de la religion catholique ». Ou encore : « le fervent catholicisme des Polonais a pu séduire une direction [d’entreprise] qui a toujours localement protégé et utilisé le clergé ». La religion a en effet joué un rôle fédérateur entre les Français, les Polonais et plus tard les Portugais, partageant le même lieu de culte. L’église de Rosières est ainsi fortement investie, et aujourd’hui encore, ce sont les habitants d’origine polonaise et portugaise qui travaillent à l’entretien de l’église et à l’animation des cérémonies. Les Maghrébins, au contraire, sont rapidement stigmatisés, et encore aujourd’hui, par le biais de leur religion, dans leur revendication d’un lieu de culte, ou encore par leur phénotype qui semble tout « naturellement » les désigner comme étranger.

  • 12 Entretien numéro 2. Les guillemets dans la citation correspondent à la lecture de ce que l’enquêté (...)

36Un « Ancien » de Rosières a pris la peine d’écrire les souvenirs qu’il a de cette période : « Après la seconde guerre mondiale, l’usine fait appel à une nouvelle main-d’œuvre afin de combler les pertes de la guerre. Italiens, Espagnols et Portugais ensuite. C’est par vagues successives que débarquent les ouvriers et ce, jusque dans les années 1960. Mais la cité ne grossit pas, beaucoup d’immigrés n’étant que de passage. La fin de la guerre d’Algérie marque une nouvelle période d’évolution à l’intérieur du village, les Harkis, nombreux, s’installent à Rosières, ce qui provoque des rapports conflictuels ». [Il commente oralement : Y’a eu des problèmes quand ils sont venus ces gens-là]. « Beaucoup de Polonais partiront mais ils seront remplacés par des Marocains de 1964 à 1970. Ceux-ci représentent aujourd’hui la majorité des étrangers installés à Rosières. Rosières vit actuellement une profonde mutation de son histoire. Le cadre et le rythme de vie de ses habitants se modifient, et l’hétérogénéité sociale s’accentue par de nouveaux occupants »12.

37Cette représentation d’une dégradation progressive du village, proposée par les descendants de migrants polonais, est directement associée à la période plus récente des migrations marocaines et qui semble avoir pour effet de provoquer « des problèmes » indéfinis. Pourtant, un entretien avec un jeune homme d’origine marocaine, qui a vécu son enfance dans la cité de Rosières, révèle que le même sentiment d’appartenance est plus largement partagé que ne le croient les descendants de familles polonaises. Lui aussi évoque la vie à la cité comme celle d’une « grande famille » (expression qui revient fréquemment dans plusieurs entretiens), il parle de Rosières comme d’un lieu où les différences ne s’exprimaient pas en terme d’origine. Ainsi, ce jeune homme confie qu’il ne savait pas ce qu’était « la différence » avant de partir de Rosières, à l’adolescence.

38La mémoire ouvrière qui aujourd’hui se recompose ressemble à un millefeuille décrit différemment par ceux qui, aujourd’hui, ont l’opportunité d’exprimer leurs souvenirs des évènements et des lieux. Pour les uns, la base de l’identité collective fut l’expérience du travail, les habitants se voyant tous et avant tout comme des salariés de l’usine Rosières. Pour les autres, les descendants de migrants polonais, il y eut et il y a encore l’enjeu de conserver la place des « premiers-venus-désormais-établis », de valoriser une autochtonie acquise de longue date et de légitimer ainsi une appartenance profonde à l’histoire du village, mais plus largement à une identité géographique (région) et politico-culturelle (nation).

39L’émergence de l’affirmation identitaire des ouvriers polonais et de leurs enfants a sans doute été influencée par le travail de mémoire ouvrière opéré par historiens, médias et syndicats sur « le temps des OS », d’une part, par la diffusion massive de la notion de modèle d’intégration républicaine, d’autre part, pour caractériser la période allant de la Troisième République aux Trente Glorieuses. L’émergence d’une mémoire maghrébine est quant à elle manifestement freinée par l’influence de l’association entre l’immigration post-coloniale et les représentations négatives des banlieues dites « sensibles ».

École, mémoire et transmission : l’aventure du journal scolaire Le Petit Fondeur

40En 1993, les élèves d’une classe de quatrième du collège de Saint-Florent (18) et ceux d’une classe de troisième réalisent entièrement sept numéros d’un petit journal de quatre pages qui seront écrits entre janvier 1993 et mai 1994.

41C’est à l’initiative de deux professeurs d’histoire-géographie que débute ce travail lorsqu’ils décident de l’inscrire dans le programme scolaire de quatrième, dans le cadre de l’étude de la Révolution industrielle. Les élèves sont amenés à faire des recherches aux Archives départementales, à interroger des personnes, à construire des entretiens et à réaliser un travail de synthèse des données recueillies, avec l’aide de leurs professeurs d’histoire-géographie, et avec la participation des autres professeurs du collège intervenant auprès de cette classe. Ainsi le professeur de français s’associe au projet en proposant dans ses cours la réalisation et la correction des questionnaires. Les autres enseignants autoriseront quelques absences les jours de collectes d’information. Le principal du collège participe lui aussi directement en écrivant les éditoriaux de deux numéros du journal. D’autres personnalités contribueront aussi à ce projet, en écrivant quelques mots, comme le maire de Saint-Florent de l’époque ou le président du comité des fêtes de Rosières.

  • 13 Le Petit Fondeur, numéro 1, janvier 1993.

42Dès le premier numéro, il est noté dans l’éditorial que « l’exemple de notre région est significatif de ce formidable développement [la Révolution industrielle]. Saint-Florent et ses environs, Rosières en particulier, ont vu la création et l’évolution d’usines dont l’histoire fait partie de notre patrimoine »13. Grâce à ce travail mémoriel, la Révolution industrielle n’est pas abordée de façon abstraite mais comme une période passée qui continue d’affecter la société actuelle, et dont il faut sauvegarder les souvenirs. Les enfants, sollicités par leurs enseignants, sont ou se découvrent personnellement impliqués dans cette histoire. Cette implication transparaît dans la rédaction des articles où l’utilisation du pronom personnel « nous », les engage à se percevoir en tant qu’héritiers de ce passé.

43L’élaboration des numéros successifs suit une logique spécifique dans les thèmes abordés. Tout d’abord un historique à partir du xviiie siècle, relatant l’avènement de l’industrie à travers l’histoire locale : les principaux personnages, industriels, les sites caractéristiques du département, en mettant l’accent sur Saint-Florent et ses environs (notamment Rosières). Ensuite, dans le deuxième numéro du Petit Fondeur, c’est l’histoire des techniques qui est abordée : matières premières, techniques de fonderie, transformation des métaux, et même un lexique sur le vocabulaire technique utilisé. Les numéros suivants insistent d’avantage sur la vie sociale de la cité ouvrière de Rosières au xixe siècle. Les articles traitent des « œuvres patronales » : écoles, chapelle, mutuelles, fanfare, retraites et habitat. Les luttes sociales seront largement abordées par la suite, avec la mention des diverses grèves qui ont marqué Rosières mais aussi Saint-Florent. Enfin, bien que l’ensemble des numéros ait fait état de l’immigration dans le monde industriel, le dernier numéro est entièrement consacré aux migrations qu’ont connues les sites locaux. C’est principalement l’exemple de Rosières et des migrants polonais qui est longuement traité, en dix pages cette fois.

44La construction rédactionnelle du Petit Fondeur suit une structure que l’on peut retrouver dans d’autres brochures sur l’histoire industrielle. Ainsi, la brochure sur les fonderies de Mazières (Pellentz et Schoevaert Mathjis, 2007), éditée par l’Institut d’histoire sociale de la CGT, respecte une progression classique à travers trois parties : une partie historique, une autre sur la vie sociale (logements ouvriers, coopératives, institutions de prévoyance) et un troisième chapitre consacré aux luttes sociales. Plus qu’une simple progression facilitant la lecture, il faut y voir une lecture socio-historique du monde industriel qui accorde aux luttes sociales une place de choix dans l’interprétation de cette période. Comme dans la brochure éditée par la CGT, les luttes sociales sont explicitement mises en avant, les professeurs et leurs élèves relayant ainsi une lecture ouvriériste qui semble aujourd’hui largement partagée.

45Chaque numéro du Petit Fondeur débute par un éditorial écrit par des personnes différentes. Le premier éditorial est signé par l’équipe éducative qui présente le projet à venir. Le second est écrit par le principal du collège de l’époque qui, en se réappropriant le passé industriel de la région, souligne son actualité aujourd’hui : « Les élèves de 4e vont nous montrer combien les bouleversements économiques sont lourds de conséquences sur les comportements sociaux. Ils nous montrent aussi qu’à un siècle de distance, les évènements qu’ils nous présentent sont d’une troublante actualité, qu’il s’agisse des “étrangers féroces, dangereux et nuisibles”, de la cupidité des intérêts privés et mercantiles, de l’absence des droits de douane qui protégeraient nos produits, ou même… de la cruelle fatalité du chômage. Plus près de nous, l’histoire devient ainsi moins abstraite et va parler autant à nos cœurs qu’à nos esprits. Elle va parler à beaucoup d’entre nous de notre condition d’émigré. Dans les pages du Petit Fondeur, nous reconnaîtrons nos anciens dans ces gens venus des campagnes, venus de Pologne, d’Italie ou d’ailleurs » (numéro 2, janvier 1993).

46Le principal du collège fait le lien entre deux époques, et par des exemples précis (précarité, racisme…) démontre une certaine continuité entre elles. Il est précisé que cette histoire locale permettra à tous de se sentir concernés, objectivement, par la reconnaissance des faits qui perdurent aujourd’hui (l’usine de Rosières), et subjectivement, par la reconnaissance de l’immigration qui ne peut pas être exclue de cette même histoire.

La chanson de Barbenzinc

47(surnom du directeur de l’usine de décolletage de Saint-Florent, lors de la grève de 1905)

Par malice et par ruse
Il expose ce fait que les outils s’usent
Et ne doivent pas se casser
Que pourrait-il faire
Si comme nous tous
Il avait comme salaire
20 à 30 sous
Que tous les prêteurs
Chassent le directeur
La main dans la main
Nous reprendrons tous le turbin
Barbenzinc mon vieux
Fais pas tant le grincheux
Car tu pourrais bien
Parfois recevoir des coups de poing
Tu n’es qu’ un bandit
Un homme sans souci
Dis-nous la raison
Pour être un si mauvais patron
Un jour pour faire scandale
T’envoyais chercher les gendarmes
Pour renvoyer un ouvrier
Que tu ne voulais pas payer
Dis-nous pourquoi tu fais ça
Tu sais bien que ça ne durera pas.

48[Source : Le Petit Fondeur, numéro 5, juin 1999.]

Chanson des ouvriers de la carrière de Saint-Florent, grève de 1907

Comme nos frères de Rosières,
Luttons avec ténacité,
Et à nos patrons téméraires
Imposons notre volonté.
Jamais le courage nous manque
Nos patrons sauront donc bientôt
Crever sur leurs billets de banque
Ou mieux payer nos durs travaux.

49[Source : Le Petit Fondeur, numéro 5, Juin.]

50Cette dynamique de sauvegarde sera encore soulignée avec l’éditorial suivant du maire de l’époque : « Merci encore une fois à nos enfants de faire ressurgir la vie passée, si rude et si violente, du Saint-Florent ouvrier. Merci d’être les gardiens de la mémoire du Saint-Florent des pauvres » (numéro 3, mars 1993), puis par celui du président du comité des fêtes de Rosières : « Rosières, terre d’accueil, faisant la richesse de notre entreprise ! Oui nous sommes fiers d’être fils de fondeurs, ces hommes et ces femmes venus de tous horizons, travaillant à la limite de leurs forces, comme dans un bagne, pour faire un nom : Rosières. Oui, le prestige de Rosières, reconnu dans tout l’hexagone et aussi hors de nos frontières, qu’on le veuille ou non, nous le devons bien à ces gens, si courageux » (numéro 4, avril 1993).

51Les habitants de Saint-Florent, mais aussi ceux de Rosières, sont ici explicitement les descendants (réels ou symboliques) des travailleurs des fonderies, des migrants et les héritiers des luttes sociales qu’ils ont menées durant le xxe siècle. Le Petit Fondeur, à partir du cinquième numéro, centre ses articles sur le mouvement ouvrier dans la région de Saint-Florent. Figurent dans ce numéro 5 des chansons de luttes, des articles sur les grandes grèves de Rosières, et un tableau récapitulant ces grèves par date, entreprise concernée, nombre de salariés et nombre de grévistes, les revendications et la satisfaction ou non de celles-ci.

52Le dernier numéro du Petit Fondeur porte également sur les luttes sociales. L’éditorial des professeurs met de nouveau l’accent sur la sauvegarde de l’histoire locale, avec l’emploi des termes « patrimoine » ou « mémoire », et en décrivant de nouveau les contemporains comme héritiers de l’histoire : « Remerciements aussi à tous ces Anciens qui nous ont confié des documents personnels d’une valeur inestimable […]. Et nos jeunes ont fini par s’attacher à leurs histoires toutes simples qui ont bien souvent rejoint la “Grande Histoire”. C’est à ces Anciens, finalement, que ce travail est dédié. »

53Un numéro supplémentaire sort un an plus tard, en mai 1994, consacré à l’immigration polonaise. C’est le principal du collège qui conclut cette série de journaux par un éditorial qui fait autant appel aux émotions qu’à l’histoire. L’extrait suivant permet de comprendre l’importance du vocabulaire utilisé pour dire l’engagement personnel et l’émotion qui sont ainsi transmis : « Je sais enfin que je serai triste en lisant les nouvelles pages qu’on va nous présenter. Triste de constater que la rude histoire du mouvement ouvrier n’a pas permis de construire un monde exempt de misères ni de préoccupations économiques, comme si, de crise en crise, les luttes d’hier n’étaient que le ferment de celles d’aujourd’hui puis de celles de demain. Je serai triste aussi de retrouver parmi les Polonais qu’on va nous présenter des silhouettes disparues et qui m’ont été familières. En lisant Le Petit Fondeur, je retrouverai ceux qui furent mes voisins. Je reverrai le chétif vieillard penché sur son jardin et que des années d’un dur travail avaient rendu incapable de se redresser. J’en reverrai un autre dont les épaisses moustaches étaient sa seule protection contre les atteintes de la silicose qui avait portant fini par l’emporter. J’entendrai de nouveau leur accent profond qui les rendait difficiles à comprendre parfois quand ils contaient “l’ancien temps”. Un accent qui nous obligeait à être plus attentifs à leurs propos et les rendait alors si proches. Je retrouverai aussi, avec nostalgie, le récit épique d’un troisième trop tôt disparu qui, avec quelle modestie, avec quel naturel, me racontait ses combats à travers l’Europe, ses combats pour l’histoire ou peut-être contre l’histoire. Je serai triste sans doute mais je saurai gré aux professeurs et à leurs élèves d’avoir su rendre hommage à ces gens simples, venus d’ailleurs, et de nous rappeler que désormais leur souvenir appartient à notre mémoire collective ».

54Tout comme dans son premier éditorial, le principal cherche à montrer les similitudes entre le passé et le présent et entrevoit dans le passé la perspective des futures luttes. La proximité spatiale est fortement évoquée tout en se confondant avec une proximité sociale revendiquée. La figure de l’ouvrier polonais apparaît ici comme celle du travailleur courageux, exténué par une vie de travail désormais inscrite dans son corps déformé. La transmission aux plus jeunes s’accompagne aussi d’un message fort : c’est à vous désormais de prendre en charge et de conserver cette mémoire.

Cartes de membre du parti communiste polonais, de la CGT, et de l’Union des Polonais anciens résistants en France, Rosières, 1947.

Cartes de membre du parti communiste polonais, de la CGT, et de l’Union des Polonais anciens résistants en France, Rosières, 1947.

[Source : cliché Guillaume Étienne.]

Tract de la CGT Rosières rédigé en arabe, 1978.

Tract de la CGT Rosières rédigé en arabe, 1978.

[Source : cliché Guillaume Étienne.]

Le Vieux Tours : histoire et mémoire 1920-1970

Rues italiennes, bourg espagnol

55Les données des recensements disponibles à l’échelle du département d’Indre-et-Loire nous apprennent que les Italiens passent de 159 à 729 personnes entre 1921 et 1936. Dès les années 1920, la communauté italienne est installée dans le centre-ville (du jardin botanique à l’Est jusqu’à la gare à l’Ouest et du boulevard Thiers au sud jusqu’aux quais de la Loire au Nord).

56Mais, plus encore, cette concentration s’affirme très nettement dans le Vieux Tours, le cœur historique que l’on connaît aujourd’hui autour de la place Plumereau jusqu’à la rue Colbert, et dans quelques rues que l’on pourrait même qualifier « d’italiennes » tant le nombre de ressortissants italiens y est élevé, dans la rue du Grand Marché par exemple, la Place des Halles, la rue Colbert, la rue de la Scellerie. Certaines grandes maisons rassemblent plusieurs générations d’une famille étendue comme celle des Spuri, famille de petits commerçants, qui vivent par exemple tous au 30 rue du Grand Marché (adresse aussi de leur commerce) avec d’une part les parents et enfants mais aussi la famille d’une de leur fille mariée.

  • 14 Il s’agit là d’observations réalisées par Clotilde Gilles dans le cadre de son travail universitair (...)

57À ces liens familiaux, s’ajoutent des liens communautaires : les logements passent entre les mains d’une famille italienne puis d’une autre du même patronyme ou de la même provenance géographique, et l’on peut réellement parler d’un réseau qui permet une rotation des logements permettant ainsi une certaine facilité d’installation pour les nouveaux migrants14.

58L’immigration espagnole quant à elle, a été constante en France depuis le xixe siècle et particulièrement importante au xxe siècle à l’issue de la guerre civile (1936-1939) mais aussi dans les années cinquante et soixante pour des raisons économiques. Ce phénomène a été relativement peu étudié pour la période s’étendant de la fin de la seconde guerre mondiale à la fin du franquisme. La thèse de Jeanine Sodigné-Loustau sur l’immigration politique espagnole dans l’actuelle région Centre, soutenue en 1995, s’arrête en 1946 et ne traitait pas du cas de l’Indre-et-Loire. Pourtant cette immigration a constitué pendant des décennies une population importante. Les Espagnols étaient au nombre de 670 dans le département en 1921 et 778 en 1936. Leur nombre décroît au recensement de 1936 et ils sont 1 468 en 1946 puis 1 481 en 1954. Cette présence était suffisamment importante pour que le quartier des Tanneurs à Tours soit qualifié, avant sa reconstruction, de « quartier espagnol ». C’est leur vécu au quotidien et leur participation associative, syndicale et politique (au sein notamment de l’Unión Général de los Trabajadores (UGT), de la « Solidaridad Democrática Española » (SDE), du Parti communiste espagnol (PCE), du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), de la « Solidaridad de Trabajadores Vascos » et du centre « Amistad Española ») que le mémoire de master de Rodolphe Ndong Ngoua a analysé à travers archives et témoignages.

59L’arrivée à la gare de Tours, première étape du séjour, figure la plupart du temps en bonne place dans les témoignages des personnes interviewées puis la découverte de leur quartier. Feliciano note :

C’était vraiment horrible, nous ne nous étions jamais imaginés retrouver ces conditions de vie après la terrible expérience des camps d’internement d’Argelès-Sur-Mer et de Saint-Cyprien. En quittant ces derniers, on nous avait dit que les conditions de vie dans les villes dans lesquelles on nous expédiait seraient meilleures.

  • 15 Feliciano et Federica (pseudonyme attribués aux interviewés) à l’époque ne formaient pas encore un (...)

Moi, dit Frederica, lorsque mon ex-mari et moi quittions les camps nous ne nous faisions pas d’illusion15. Nous nous aimions, notre seul souci était de vivre l’un à côté de l’autre. Nous ne pouvions pas nous imaginer de meilleures conditions de vie de l’autre côté des camps d’internement vu que l’on nous embarquait comme du bétail. L’arrivée à Tours n’avait fait que confirmer ce à quoi nous nous attendions : la misère une fois de plus.

60« Trou », « ratière », c’est le vocabulaire utilisé par les interviewés lorsqu’ils donnent la vision qu’ils eurent de leur quartier à l’époque. Celle d’un univers insalubre où les ordures s’entassent, où l’on s’approvisionne en eau à l’unique fontaine. Le journaliste Robert Orfèvre s’en émeut dans La Nouvelle République en 1946. « À Tours je connais un bourg espagnol, un labyrinthe de ruelles et d’impasses où les haillons multicolores sèchent aux fenêtres des masures. De mois en mois, les immigrés espagnols nouveaux et la descendance prolifique des matrones prolifiques annexent d’autres bicoques, les badigeonnent de couleurs vives, y plaquent aux flancs des murs lézardés quelques balcons de bois, des escaliers extérieurs, des logements où bientôt grouillent des poules et des lapins ».

61Si cette description reste teintée de misérabilisme et de xénophobie, elle n’en témoigne pas moins de la grande pauvreté et de la densité de l’habitat dans ce petit quartier espagnol.

62Le marché des halles est l’un des principaux lieux d’installation mais aussi de sociabilité. Les jours de marché, les femmes se retrouvent place Plumereau et vont au marché en groupe. Elles se souviennent surtout de deux étales qu’elles fréquentent régulièrement : une vieille marchande de quatre saisons qui connaît quelques mots d’espagnol et un « Algérien » qui vend des poules.

  • 16 […] ce congrès exprimait à nouveau sa solidarité avec les courageux syndicalistes opprimés par des (...)

63Les hommes sont notamment embauchés dans le bâtiment. Au recensement de 1954, sur les 737 Espagnols actifs, 72,5 % sont ouvriers. Le secteur du bâtiment représente 36,5 % des actifs, celui des industries de transformation 27,3 %. La communauté espagnole de l’agglomération commence à adhérer aux luttes ouvrières à partir de la fin des années 1950. À partir de 1956, la main-d’œuvre espagnole regroupée au sein de l’UGT et de l’Union des travailleurs basques (UTV) prend une part active dans la lutte pour l’égalité de traitement entre travailleurs immigrés espagnols et travailleurs français tourangeaux. Le 22 avril 1956, et pour la première fois, les immigrés espagnols, par l’intermédiaire du secrétaire général de l’UGT espagnole en exil, participèrent activement au congrès de l’Union départementale syndicaliste confédérée d’Indre-et-Loire16. La participation à ce congrès consistait à faire connaître les différentes mouvances syndicales espagnoles à leurs homologues de Tours.

64Entre 1951 et 1967, les sections espagnoles de l’UGT et de l’Union des travailleurs basques (UTV) participèrent à des nombreuses actions revendicatives aux côtés de Force ouvrière ou de la CGT. Les rapports mensuels de l’UGT et de l’Union des travailleurs basques que nous avons consultés dans les archives de la Fondation Francisco Largo, à Madrid, tout comme les témoignages présentent la main-d’œuvre immigrée espagnole comme plus politisée. Ils étaient nombreux à adhérer aux syndicats. Ceci les distingue des immigrés « économiques » souvent réticents à l’adhésion aux syndicats.

Être juif et étranger dans le Vieux Tours entre 1932 et 1955

Quand l’assimilation fait place à la quête mémorielle

65Parmi les familles habitant le Vieux Tours, on compte aussi un certain nombre de juifs étrangers, notamment des ashkénazes polonais mais aussi nombre de sépharades venus de Turquie ou de Salonique dans les années 1930.

66Inès est née en 1939, à Tours. Ses parents habitent le Vieux Tours. Ils viennent de Turquie où ils vivaient dans une communauté juive, dans la petite ville d’Andrinople. Au début des années trente, la politique de turquification de Mustapha Kemal commence à porter ses fruits. Alors que les communautés juives avaient eu, pendant cinq cents ans des droits collectifs protégeant leur langue et leurs traditions, les familles se voient désormais obligées de scolariser leurs enfants en turc, de parler le turc, notamment pour accéder aux postes de la fonction publique. S’ils étaient autrefois une minorité ethnique et religieuse relativement reconnue et tolérée, ils se sentent désormais minorisés. Un oncle d’Inès décide le premier de partir pour la France au tout début des années 1930. Il arrive à Tours et semble rapidement s’installer puisque son frère le rejoint en 1932. Ce dernier, qui n’est pas encore marié, travaille comme vendeur de textile sur les marchés, puis repart au pays pour se marier.

67Inès raconte :

Mon père est arrivé en 1932, il est resté un an à Tours. Il était fiancé : il est allé chercher ma mère, ils se sont mariés et ils sont revenus en 1933. Mon frère aîné est né en 1934. Ma mère racontait qu’ils habitaient à proximité de la rue Nationale à l’époque. Mon oncle y avait sans doute un petit magasin. Mes parents ont ensuite déménagé quai du Pont Neuf, près de la Loire. Mais je sais que ma mère disait qu’il fallait qu’elle s’occupe de tous les hommes ! Ils vivaient donc tous ensemble, mon oncle, mon père et mon frère, qui paraît-il était un bébé insupportable, qui braillait tout le temps ! Ma mère raconte aussi qu’un jour, un chat est passé par la fenêtre ! [Ils devaient habiter à l’étage, peut-être au-dessus du magasin].

68Puis rapidement la guerre est arrivée :

Ma mère était en France depuis six ans quand la guerre s’est déclarée. C’était une jeune femme, une très jeune femme.

69La famille, recensée sur les listes d’étrangers réalisés sous Vichy, quitte Tours pour aller se cacher non loin de là, à Châtillon-sur-Indre, où des familles entières se mobilisent pour aider ces réfugiés.

Quand on était réfugiés à Châtillon-sur-Indre, mon père ne pouvait pas travailler. Pourtant, je n’ai jamais souffert de la faim, je n’ai jamais eu peur, alors que j’imagine que mes parents devaient être sacrément angoissés.

70Son père ayant une formation de cordonnier en Turquie aidera le cordonnier de la commune. Il assurera ainsi tant bien que mal la subsistance de la famille, dépendant étroitement de l’aide des « Justes » de Chatillon qui l’ont pris en charge.

71Inès était alors toute petite, elle en garde finalement peu de souvenirs. À la fin de la guerre, la famille (parents et leurs deux enfants) revient à Tours. Tandis que la ville est sous les décombres, la vie sociale se réorganise.

Toutes les personnes qui avaient un magasin avant la guerre qui a été détruit, en centre-ville par exemple, où il y a eu d’énormes destructions, ces personnes ont été relogées dans des baraquements boulevard Heurteloup et boulevard Béranger. C’était des baraquements juste pour pouvoir reprendre leurs commerces. C’était des baraquements, sorte de préfabriqués de l’époque. ça s’arrêtait je crois un peu après la gare… si je me souviens bien. Et apparemment, ça a bien marché. Après, tous ont été relogés au centre-ville, dans les magasins nouvellement reconstruits.

72Inès a 10 ans en 1949. Ses parents habitent maintenant quai du Pont Neuf. Ils sont pauvres mais les souvenirs qu’elle a d’eux sont d’une grande richesse. Elle les évoque aujourd’hui, près de soixante ans après, en retournant sur les lieux totalement reconfigurés.

On était parmi les plus pauvres, mais je pense qu’on était parmi les mieux habillés du quartier. Il faut dire qu’on habitait le quartier du Pont Neuf, la rue des Tanneurs, la rue Bretonneau, il y avait des tas de petites rues qui ont disparu aujourd’hui et qu’il faudrait retrouver, des rues qui sont aujourd’hui remplacées par l’Université et la nouvelle rue des Tanneurs. Il y avait des petites rues tout au long de la Loire. Il y avait là des gens très pauvres, très très pauvres. Tout ce quartier des Tanneurs, qui a d’ailleurs été rasé ensuite, c’était par là. Quai du Pont Neuf, il y avait une petite manufacture de chemises, tout près de chez nous. Mais tout ce quartier-là, le quartier saint Saturnin, l’école de secteur Paul-Louis Courrier où j’ai été scolarisée, la rue des Halles, la place du Grand Marché, tout ce coin-là, c’était le quartier des immigrés pauvres. Il y avait aussi des familles espagnoles. J’avais d’ailleurs une amie qui était fille d’Espagnols. Comme à la maison on parlait le judéo-espagnol, je lui ai demandé : mais comment on dit les boulettes de viande, en espagnol ? Mais chez elle, elle ne cuisinait pas ça, elle ne faisait pas les boulettes !

  • 17 En novembre 1944, de retour de son refuge de l’Indre, il parvient à se réinscrire au registre du co (...)

73Le père d’Inès n’avait ni magasin de vêtement, ni magasin de tissus comme c’était souvent le cas dans les quelques autres familles juives originaires de Turquie qu’ils fréquentaient. Il était marchand-forain17 comme on disait à l’époque, il vendait sur les marchés.

Mon père avait juste une bicyclette et sur le porte-bagages, il avait installé deux barres de bois de la taille d’un grand carton. Il mettait deux cartons sur le porte-bagages et il partait à bicyclette faire les marchés : marché Tiers, marché Velpeau et le marché des Halles. Les Halles n’étaient pas comme elles sont aujourd’hui. Le banc, ou l’étal si vous préférez où il posait ses affaires, il était juste dans le prolongement de la rue Rabelais. Il partait le matin et il étalait sur du papier craft ses chaussettes, ses bas et ses culottes pour dames. Et voilà ! Il payait au placier ses quatre mètres. L’hiver, il partait avec des journaux sous ses pulls. Quand il revenait, il avait froid, je me dis maintenant qu’ils étaient quand même sacrément courageux, mes parents ! Quand il rentrait, la première chose qu’on lui demandait c’était : « Alors ? » et il disait : « J’ai pas étrenné… » cela voulait dire qu’il avait vu personne, qu’il n’avait pas vendu. Ou alors il disait : « J’ai un peu vendu ». Je me souviens d’un geste un peu particulier : dans ma famille, les hommes mettent tous l’argent dans la poche du pantalon. C’est ce que mon père faisait.

Ma mère ne travaillait pas. Elle avait fait de la couture en Turquie, une école de couture, une école familiale. Alors à Tours, elle faisait de la couture au noir. Elle avait peu de clientes, deux ou trois, mais elles étaient régulières et ça lui faisait son argent de poche. Alors avec ça, elle achetait du tissu pour nous faire nos vêtements. Donc nous n’avions pas de frais d’habillement, c’est elle qui faisait tout. Les vêtements de mon frère, mes vêtements et ceux de ma petite sœur quand elle est née, elle a eu pareil. Et on a toujours été très très bien habillés. Ma mère avait beaucoup de goût et elle voulait qu’on soit très bien habillés.

74La famille vivait de façon très simple au quotidien. Le logement était exigu mais bien tenu par les femmes de la maison.

C’était tout petit chez nous. Il y avait la salle à manger et une chambre. Mon frère dormait dans la salle à manger et moi je dormais dans la chambre avec mes parents, jusqu’à l’âge de quinze ans. Les toilettes étaient dans la cour, on n’avait pas de salle de bain. On se lavait dans la cuisine mais on se lavait tous les jours, matin et soir, la grande toilette. Et puis, tous les jours, je mettais les lits à l’air, ça c’est quelque chose que… tous les matins, c’est moi qui faisais les lits à la maison. J’essuyais aussi les meubles tous les jours, chez nous on faisait ça, c’était impeccable, c’était très propre.

75Pendant la semaine, chacun vaquait à ses occupations. On n’avait pas le temps de se rendre visite et puis, ça ne se faisait guère. Chacun restait chez soi. Inès ne recevait aucune amie de sa classe, mais considérait que c’était là chose normale. Le dimanche, à la belle saison, la famille partait se promener jusqu’à la place du Palais. Parfois, on s’installait au bar de l’Univers, pour prendre un verre. Quelques familles, toutes originaires d’Andrinople, se fréquentaient mutuellement. À tour de rôle, on se reçoit pour jouer aux cartes le dimanche après midi, ou pour déjeuner. Tous habitent à proximité, rue Bretonneau, place Plumereau, place Foire le Roi.

Je me souviens de la place Foire-le-Roi, c’était pauvre, c’était sombre, là-dedans, chez eux. C’était au rez-de-chaussée, des grandes pièces, je trouvais ça sombre… Aujourd’hui ce doit être superbe !

76Venus de Turquie, les parents d’Inès ne pensent pas à y retourner. Certes, une partie de la famille y est restée, mais une autre partie est dispersée dans le monde et chacun tente de faire sa vie au mieux là où on s’est installé. Pour les parents d’Inès, venir s’installer en France signifiait vivre dans un pays particulièrement important :

Venir en France voulait dire quelque chose, à l’époque. La France c’était l’image d’un pays avancé, où il est possible de se développer, où on peut faire quelque chose, je pense qu’ils partageaient cette idée.

77Ils partageaient aussi avec les gens de leur époque un fort espoir en l’école, qui devait permettre à leurs enfants d’avoir une situation meilleure que la leur. Aujourd’hui, Inès a une soixantaine d’années et vient de prendre sa retraite. Elle se souvient des recommandations de son père :

J’ai eu de bons parents, ils voulaient qu’on soit… Mon père disait toujours : « Ne soyez pas une cloche comme moi, soyez fonctionnaire ». Pour lui c’était ça. Être dans l’enseignement, être institutrice c’était très bien. Ils ont tout fait pour qu’on fasse des études, ils se sont saignés les veines pour qu’on fasse des études. Pour qu’on présente bien, pour qu’on ne manque de rien. Ils ont eu la nationalité française assez tard, à la fin des années 1950, cela faisait donc plus de vingt ans qu’ils vivaient en France. Ils ont mis trois ans à l’avoir. Quant à moi, je ne sais pas : mon père m’a toujours dit qu’il m’avait déclarée française à la naissance. C’était possible à l’époque.

78L’éducation était stricte et fortement différenciée en fonction du sexe.

Ma mère avait beaucoup d’allure, beaucoup de goût, une force morale aussi. Elle m’a enserrée quand j’étais jeune, complètement, c’était terrible. Et mon frère pendant ce temps, faisait ce qu’il voulait. La différenciation sexuelle était très forte. Moi j’ai toujours voulu être un garçon ! Forcément ! Il était libre et moi, non. Par exemple, en dehors de l’école, je n’avais pas de copine, personne ne venait à la maison, ça ne se faisait pas, mais à l’époque, c’était normal. Par ailleurs, j’étais étroitement surveillée. Quand ensuite je suis entrée au lycée Balzac, il fallait que je rentre à la maison directement. Dès que j’avais un peu de retard, ma mère me questionnait : « tu es passée par où, pourquoi tu n’es pas à l’heure… » ou bien mon père me disait : « quel chemin tu as pris, qu’est-ce qui s’est passé ? » Il n’y avait pas le téléphone, on ne pouvait pas prévenir. Et j’étais très suivie.

79Scolarisée d’abord à l’école Paul-Louis Courier, elle a de bons souvenirs de cette petite école, se souvient des noms de ses enseignantes malgré les années qui ont passé, et visite avec émotion la cour où trône encore aujourd’hui un magnifique arbre aux cent écus, ou encore l’entrée du bâtiment où le bel escalier de bois n’est plus aussi central qu’autrefois. Bonne élève, elle n’a aucun souvenir d’allusion publique à son origine ethnique ou nationale. Sans doute les élèves ne savaient-ils pas qu’elle était juive, et par ailleurs elle se souvient aujourd’hui que personne ne parlait jamais publiquement des différences culturelles en classe. Elle-même semble d’ailleurs en avoir à peine conscience, comme elle l’explique :

Je n’avais pas l’impression d’être une fille d’étranger. Jamais j’ai eu cette impression-là. Sauf un jour, ma meilleure copine, j’avais quinze ans, je n’étais plus une petite fille… Elle était venue à la maison, c’était très rare que ça arrive, mais elle, c’était la fille du prof de français, des gens fréquentables. Et c’est là qu’elle m’a dit, après avoir rencontré ma mère : « je ne comprends rien à ce que dit ta mère ». Je l’ai regardé, étonnée… Je n’avais jamais remarqué que ma mère avait un accent… Et je me suis mise à écouter ma mère. Alors qu’avant je ne l’écoutais pas ! Plutôt, je comprenais tout ce qu’elle me disait que ce soit en judéo-espagnol ou en français. Je n’avais pas de problème. Et je me suis mise à écouter mes parents et effectivement, je me suis mise à entendre leur accent !

80La langue, pas plus que l’identité, ne semble avoir posé problème au cours de cette jeunesse tourangelle.

Mes parents connaissaient le français mais ils parlaient plutôt judéo-espagnol à la maison. Mais moi, non, je répondais en français et mon frère aussi, les enfants on ne parlait qu’en français. Les rares fois où j’ai essayé de dire quelques mots en judéo-espagnol, je me suis trompée, alors…

81Inès est en réalité plongée dans un processus d’intégration qui valorise fortement la culture et la langue française, au point qu’elle en oublie l’origine de ses parents. Aujourd’hui, elle se rend compte de la force de ce contexte national qui, tout en lui offrant une place, ne lui a pas laissé le choix d’épouser la nationalité française, au prix toutefois d’une amputation de tout ce qui, en elle, ne correspondait pas directement avec l’avenir que lui dessinait l’école.

Je crois qu’il faut bien voir que nous, on est une génération où l’idéologie nationale française était très forte. On était en France, on a été à l’école laïque, l’école de la République et je crois que tout petit c’est quelque chose qui nous a marqué. Je pense que autant mon frère et ma sœur que moi, on a eu une identité négative très forte. Moi je l’ai exprimé à ma manière, vis-à-vis de mes parents, avec qui j’ai été une fille révoltée. Extrêmement révoltée, très très révoltée, vraiment ! J’ai fait tout le contraire de ce que voulait ma mère.

82Que voulait donc sa mère pour elle, lorsqu’elle avait dix-huit ans ? La marier évidemment, mais pas avec n’importe qui.

C’était normal, à l’époque, pour eux. Nous vivions entre juifs, je devais me marier avec un juif, même si des unions mixtes apparaissaient ici et là. Tous les gars juifs de Tours étaient de possibles prétendants aux yeux de ma mère, que j’épouse n’importe quel gars, n’importe qui, qu’il fasse n’importe quoi pourvu qu’il soit juif ! Et moi, j’ai tout fait pour surtout ne pas épouser un juif !

83La synagogue, dans les années 1950, est tenue par des familles ashkénazes. Les vendredis et pour les fêtes importantes, le père de Inès s’y rend. C’est le lieu des hommes, les femmes sont tenues à l’écart, s’y rendent plus rarement. Les fêtes traditionnelles sont fêtées à la maison, en famille, avec la nappe blanche mais sans pour autant respecter les traditions religieuses de façon stricte. C’est plutôt une certaine adaptation qui prévaut, en fonction des normes locales. Bien que le grand-père en Turquie fût boucher et assurât par ailleurs la mission religieuse de vérifier la kashérisation de la viande, la famille de Inès, une fois installée à Tours, ne respecte plus les règles alimentaires qui prévalent dans la religion juive.

Ma mère cuisinait à l’huile d’arachide, c’est tout. C’était la plus répandue. On ne faisait que de la cuisine turque, on ne mangeait pas de pommes de terre, essentiellement du riz. Ma mère ne savait pas cuire les pommes de terre, et moi je ne sais toujours pas non plus. Par contre on mangeait de la charcuterie. Mon père, aux halles, avait plusieurs voisins charcutiers, dont un de Savonnières, qui faisait des rillettes. Ah ! ! C’était bon !

Chez nous, on mangeait volontiers viande et fromage au cours du même repas. Mes parents n’étaient pas stricts là-dessus. Mais quand ma mère est partie en Israël, à la fin des années 1960, elle a changé ses façons de faire. Elle respectait la norme majoritaire finalement ! Elle s’est adaptée. Mais ici en France, c’est pour ça que j’ai eu une judéité très peu marquée : mes parents n’étaient pas pieux. Mon père ne faisait aucune prière à la maison. Quand il y avait une fête, cela se traduisait par un repas de fête, c’est tout, mais pas forcément un menu traditionnel. Sauf pour Pâques, où on ne mangeait pas de pain et donc on remplaçait par le pain azyme, j’adorais.

84À vingt ans, Inès quitte Tours pour faire ses études à Paris. Elle est politiquement très engagée à gauche, consacrant une partie de sa vie intellectuelle aux sciences humaines et plus précisément à l’étude des cultures d’autres groupes que celui qui fut, ou aurait pu être, le sien. Le constat d’un fort processus d’intégration sociale et culturelle dans les années 1950, ne doit pas masquer l’ambivalence qui, intérieurement, habite l’identité culturelle de cette femme aujourd’hui d’âge mûr. Tout en se sentant française, elle regrette aujourd’hui de n’avoir pas su voir et reconnaître plus tôt l’expérience migratoire de ses parents, avec qui elle n’a pas pris suffisamment le temps d’échanger sur ce passé. L’intégration rapide à la réalité française s’est faite en une génération, au prix d’une amnésie culturelle qui la laisse aujourd’hui amputée d’une partie de son identité, parvenant difficilement à s’approprier une mémoire qui ne lui a pas été transmise. Aujourd’hui, ce constat est frustrant et Inès multiplie les démarches personnelles pour tenter de comprendre le passé, la migration de ses parents, une identité culturelle qui aurait pu être aussi la sienne.

C’est vrai qu’on s’est fait assimiler, qu’on nous a assimilés, mais pendant très longtemps et encore maintenant, je n’ai jamais eu l’impression d’être vraiment chez moi en France… Ma sœur, elle ne ressent pas la même chose, mais nous avons onze ans d’écart. Et c’est moi qui l’ai élevée. Elle se sent française « par la Révolution française » comme elle dit, elle s’est complètement approprié cette histoire de la France. Mais moi, c’est plus ambivalent : je suis bien partout, ou plutôt je ne me sens mal nulle part ! Mais j’ai jamais eu cette impression d’être ici chez moi… Je ne devrais pas le dire, car je n’ai pas honte d’être française. Mais peut-être c’est parce que je sais que les frères de mon père, deux sont en Argentine, un autre aux États-Unis, un est resté en Turquie, trois d’entre eux sont en France ; du côté de ma mère, ils ont quitté la Turquie pour aller en Israël… J’ai l’impression que j’aurais très bien pu naître en Belgique ou ailleurs. C’est cette conscience internationale que j’ai intégrée qui fait que je me sens bien partout mais que… Je suis française mais je sais que j’aurais pu être autre chose, voilà, je relativise.

Les Algériens 1950-1970

85Le Vieux Tours et le quartier des Halles furent aussi un lieu d’implantation des premiers Algériens arrivés à Tours dans les années 1950. F. Bourdarias, dans un travail anthropologique très documenté, a pu retracer cette page d’histoire relativement méconnue.

« Les gens d’Adjadj »

  • 18 Un homme interviewé en 2008 et arrivé à Tours en 1958 d’Adjaj, évoque quant à lui le rôle du direct (...)

86Sur les 55 Algériens interrogés (Bourdarias, 1973) en 1971, 31 venaient de la même commune d’Adjadj (département de Mostaganem) en Algérie : « Les gens d’Adjadj viennent à Tours. Pourquoi ? Je ne sais pas, c’est comme ça depuis toujours », répond l’un d’eux. C’est en tout cas vrai pour les familles installées à Tours18. « J’avais des adresses de gens qui étaient du même pays que moi à Tours », explique l’un d’eux tandis qu’un autre âgé de 35 ans souligne : « Je ne voulais pas que ma femme et mes enfants se trouvent seuls ».

87Les chiffres montrent en effet que cette même origine géographique est moins vraie pour ceux qui arrivent seuls. En tout cas, 38 sur les 55 hommes algériens rencontrés sont venus à Tours pour y rejoindre des parents ou des amis, reflétant le système bien connu des filières d’émigration-immigration : le regroupement géographique selon le lieu d’origine est le fait de toute immigration de quelque importance, valable ici pour les Algériens comme il le fut pour les Bretons à Paris-Montparnasse ou pour les Polonais dans le Cher ou l’Est de la France. À Tours, ce regroupement a pris une certaine ampleur à partir de 1953, date à laquelle l’Association d’Entraide aux travailleurs Algériens commence à être active « sous l’impulsion de commerçants et artisans ayant fait souche à Tours ».

88Comme on le voit dans le tableau ci dessous, 29 Algériens sur les 55 rencontrés en 1971 sont venus directement à Tours depuis leur commune algérienne. Les autres sont arrivés à Tours après avoir séjourné dans d’autres villes. Ce tableau ne dit rien de ceux qui ont quitté Tours pour trouver à Paris un travail mieux payé. Certains toutefois y sont revenus après un séjour dans une autre ville, pour se marier par exemple.

Modalités de l’arrivée des migrants à Tours : directement depuis l’Algérie ou par étape

Modalités de l’arrivée des migrants à Tours : directement depuis l’Algérie ou par étape

89L’origine sociale des 55 migrants algériens rencontrés à Tours en 1971 est surtout rurale. Toutefois, si 45 d’entre eux déclarent être originaires d’une commune rurale, 20 ont résidé en ville avant leur départ vers la France. 28 sur 55 ont vécu une transition directe entre leur ancienne vie rurale et leur nouveau statut de travailleur en contexte urbain.

Origine sociale des migrants algériens installés à Tours en 1971

Fils d’ouvrier agricole ou de petit propriétaire

29

Fils de commerçant ou artisan

8

Fils d’ouvrier (arrivés comme enfant)

7

Fils de sans profession

4

Sans réponse

7

Total

55

La recherche du premier logement

90Comment le premier logement a-t-il été trouvé par les migrants algériens arrivant (sans leur famille) à Tours et de quel type de logement s’agissait-il ? Voici ce que les 55 enquêtés ont répondu, en 1971, se souvenant de leur premier logement, quelques années auparavant :

Le premier logement des Algériens de Tours rencontrés en 1971

Effectifs

Pourcentage

Hébergement par des parents ou amis

15

27,3 %

Hôtels meublés – Cafés algériens

21

38,1 %

Logement sur le chantier

4

7,3 %

Baraquements – Bidonville

11

20 %

Foyer Sonacotra

4

7,3 %

Total

55

100 %

91À son arrivée, le migrant éprouve les plus grandes difficultés à se loger. Il connaît alors les conditions de logement les plus précaires (bidonville) ou les plus coûteuses (hôtel). Beaucoup sont hébergés, à leur arrivée, par de la famille ou des amis installés en cité de transit ou en logement social, jusqu’à ce que les premiers salaires permettent de se débrouiller seul. Un homme algérien arrivé en 1958 raconte aujourd’hui le logement dans les « maisons de l’Abbé Pierre » de la cité de la Riche. Deux familles s’y côtoyaient, dès que l’une d’entre elles s’en allait, une autre venait la remplacer. Les enfants dormaient dans des lits superposés installés dans la salle de bain. Ceux qui n’ont pas eu l’opportunité de loger en cité de transit ou d’être hébergé, sont allés au quartier des Halles, trouvant une chambre à partager (avec un ou plusieurs compatriotes) ou en louèrent une directement dans l’un des deux « cafés arabes » tenus par des Algériens. « Deux copains avaient une chambre dans le Café, je suis resté plusieurs mois avec eux, je couchais par terre, sur un matelas », explique l’un d’eux. Un témoignage fait état aussi d’un foyer boulevard du Général Renault où, le soir, certains viennent occuper le lit d’un compatriote parti travailler de nuit.

  • 19 Nous revenons plus en détails sur la migration portugaise p. 114.

92Le quartier des Halles, autrefois occupé par des familles ouvrières françaises, abrite, dans les années 1970, des Algériens et des Portugais célibataires qui occupent des chambres meublées dans de petits hôtels anciens et parfois insalubres. Les locataires les plus anciens ont quitté le quartier pour se diriger vers les foyers ou les cités de transit ou HLM. En ce début des années 1970, les travailleurs algériens sont progressivement remplacés par leurs homologues portugais dont les conditions de logement sont les plus précaires19.

93L’auteure explique : « Le quartier des Halles apparaît comme le pôle d’attraction des nouveaux arrivants – l’existence dans ce quartier d’une communauté algérienne assez forte, jusqu’à ces dernières années, leur permettait de rompre leur isolement et de mieux supporter le premier choc occasionné par l’immigration. Deux cafés algériens se trouvent au centre de cette vie communautaire. Ce sont à peu près les seuls locaux où peuvent se réunir les travailleurs algériens, les juke-boxes y diffusent de la musique arabe, le restaurant permet d’observer les prescriptions coraniques, les responsables de l’amicale des Algériens y tiennent leurs réunions. Aucun Français ne fréquente ces établissements » (Bourdarias, 1973, 143). Le contexte politique et médiatique est alors peu favorable aux Algériens, ce qui contribue à ségréguer nettement les espaces de vie. « On refuse de nous servir dans les cafés français. Ou alors, si il y a la télé, on fait des réflexions sur les Algériens au moment des informations », explique l’un d’eux. Pour se loger, c’est encore pire, certains hôtels refusant d’héberger des clients de nationalité algérienne. « En déplacement, c’est dur de trouver, il y a des hôtels qui ne logent pas les Algériens, on nous dit “c’est complet”. Quand je viens à Tours, je loge toujours dans ce café », déclare un travailleur de passage.

94Cette concentration de migrants dans le Vieux Tours va bientôt être balayée par les opérations de rénovation urbaine : la dispersion des travailleurs immigrés et de leurs familles se fera inexorablement vers les périphéries, notamment vers les cités HLM de La Riche, Saint-Pierre-des-Corps, Joué-lès-Tours et du Sanitas à Tours.

Le logement : foyer, bidonville et cité

95Les travailleurs isolés logent souvent dans l’un des deux foyers réservés aux célibataires : celui de la rue Jolivet à Tours qui compte 80 personnes (fermé à toute investigation au moment de l’enquête) et celui de Joué-lès-Tours très récent à l’époque et qui abrite des célibataires de toutes nationalités, y compris des jeunes travailleurs français.

96Le foyer Jolivet est le plus ancien. Il est propre mais « présente l’aspect maussade et rébarbatif d’une caserne » (Bourdarias, 1973, 145). « L’atmosphère qu’y entretient le gérant, ancien militaire colonial, est en parfaite harmonie avec cet aspect extérieur. Les pensionnaires du foyer sont considérés comme des individus à surveiller plus que comme des locataires. Les visites des Français sont pratiquement impossibles, seuls les Algériens peuvent entrer dans le foyer sans être arrêtés par le gérant. Les visites féminines sont bien sûr strictement interdites. Le foyer prend ainsi l’allure d’un véritable ghetto. Les travailleurs sont logés dans des dortoirs de quatre lits. Le loyer mensuel est en 1971 de 100 francs, un dortoir rapportant ainsi 400 francs par mois à la Sonacotra. À chaque étage, les locataires disposent d’un réfectoire, d’une cuisine et d’installations sanitaires. Au rez-de-chaussée, le foyer comporte un bar et une salle de réunion où ont lieu les cours d’alphabétisation ».

97Plusieurs locataires dénoncent ouvertement l’atmosphère de suspicion qui règne dans le foyer, du fait de l’attitude du gérant qui oscille entre « le paternalisme humiliant » et « l’hostilité ouverte », constate l’enquêtrice. « On n’a pas de droit ici. Le gérant est un ancien colon. Il nous traite comme des colonisés » dénonce l’un d’eux. Plusieurs préfèreraient avoir une chambre dans le foyer de Joué-lès-Tours. Les travailleurs y sont logés en chambre indépendante, quoique extrêmement exiguë (7 m²). Le loyer, en passe d’augmenter sensiblement (de 120 à 137 francs en 1971) est jugé élevé par les Algériens dont les salaires oscillent à l’époque entre 800 et 1 000 francs par mois. Le gérant de ce foyer semble plus conciliant que le premier, tout en faisant respecter un règlement tout aussi strict. La vie y est organisée spatialement en couloirs de douze chambres, qui séparent les différentes nationalités cohabitant dans le foyer. On a ainsi le couloir des Algériens, celui des Français, celui des Yougoslaves, comme autant de « territoires » non mixtes. Le gérant, comme les locataires, pense sans doute éviter ainsi d’éventuelles tensions.

98Certains migrants sont logés directement par leur entreprise mais ce n’est pas courant à Tours où une seule entreprise de travaux publics offre ce service à ses ouvriers. Michelin fait de même mais aucun Algérien ne peut en profiter puisque l’entreprise ne recrute pas de Nord-Africains. Un algérien interviewé en 2008 souligne que les employeurs n’aidaient absolument pas pour trouver un logement et souligne le rôle pivot non seulement de la solidarité entre compatriotes mais aussi des assistantes sociales.

99Ceux qui, parmi les Algériens, ont dû vivre en bidonville à leur arrivée (20 % des personnes interrogées), ont connu les baraquements de Saint-Pierre-des-Corps, ou ceux situés rue des Dock à Tours, qui ont ensuite été détruits. Devant la difficulté de trouver un logement convenable et un loyer accessible, certains renoncent à faire venir leur famille. D’autres décident de revenir avec femme et enfants au risque d’une période d’instabilité éprouvante :

Avant, j’habitais dans des baraques, puis en chambre d’hôtel. En 1963, je suis venu avec la femme et les enfants. On a traîné par-ci par-là : chez des copains, puis on a trouvé à Saint-Cyr, mais on payait trop cher… Après, j’ai trouvé dans des baraquements et en 1967, on est venu ici, à la cité des Sables (chef de famille algérien, 40 ans).

  • 20 Cf. dans le chapitre suivant l’évocation des bidonvilles de Larçay et Monts.

100Au début des années 1970, le logement en bidonville est désormais l’exception pour les Algériens, alors qu’il concerne de nombreux Portugais arrivés récemment20.

101Les familles, elles, sont plus souvent logées dans les cités HLM comme celle de La Riche (la cité des Sables, délabrée) et de Saint-Pierre-des-Corps (la cité de la Rabaterie, toute récente), mais aussi à Joué-les-Tours (cité de la Rabière, récente aussi) et à Tours même, dans le quartier du Sanitas ou dans celui de Maryse-Basté, où le nombre de familles y est néanmoins moins important. Enfin, des familles algériennes ont parfois trouvé un logement dans l’une des deux cités de transit de l’agglomération, l’une étant située à Ballan et l’autre à Monts (Malicorne). La première n’abritait plus en 1971 que des familles portugaises. La seconde a été détruite en 1972.

Un réseau d’entraide entre les familles

102Comme l’explique F. Bourdarias : « La communauté des gens d’Adjadj à Tours forme un réseau d’entraide se manifestant par l’accueil des nouveaux migrants, par une aide matérielle en cas de maladie ou d’accident, ou plus simplement en rompant l’isolement de l’immigré et de sa famille : visites le dimanche ou à l’occasion des fêtes musulmanes » (Bourdarias, 1973, 51). L’installation de familles entières (parfois au sein d’une même cité HLM) favorise un relâchement des liens avec ceux restés en Algérie : les envois de lettres ou d’argent s’espacent voire sont supprimés progressivement. La venue de la femme et des enfants (souvent quatre à cinq ans après le père) amène le travailleur-chef de famille à consacrer la majeure partie de son revenu aux dépenses du ménage et à l’éducation des enfants. De même, certains enquêtés ne sont pas retournés en Algérie depuis plusieurs années. Un témoignage recueilli aujourd’hui, évoque rétrospectivement – avec sans doute plus de liberté qu’au moment de l’enquête de 1971 – l’étroit contrôle opéré dans chaque famille par les militants du FLN pour le financement du soutien à la guerre d’indépendance :

Ici il fallait cotiser, de la manne d’argent c’est tout. Comme si vous achetiez votre timbre. Il y avait un responsable qui passait, la nuit, tu as payé, tu n’as pas payé… Et si tu ne payais pas, il y avait une équipe qui venait, elle te démonte et voilà. C’était très organisé. De toute manière il fallait que tu payes, point. Et cet argent partait pour soutenir le conflit là-bas.

103Et cet homme d’une soixantaine d’années, évoque les conditions du départ durant la guerre d’Algérie :

Un point important à souligner, c’est qu’il y a des gens qui sont venus pour chercher du travail mais il y a des gens qui sont venus pour chercher de la sécurité. S’ils ne voulaient pas se faire plomber, il fallait venir en métropole comme on disait, pour être sûr de ne pas être pris dans des rafles là-bas. J’ai des souvenirs, à sept ans et demi en Algérie, on a fusillé mon oncle devant moi. Il a fallu partir aussi pour préserver le deuxième frère, le dernier, l’emmener en France. Ici il y a des règles. Là-bas, l’armée, enfin ce qu’ils appelaient le maintien de l’ordre, c’était autre chose.

104À Tours mais aussi à Joué-lès-Tours, en 1971, des cours de français sont donnés en cours du soir au sein des foyers Sonacotra. La moitié des résidants y assistent d’après le directeur du foyer. Les pères de familles, installés dans les cités aux environs, peinent à se déplacer le soir, après le travail. Ils se déclarent parfois prêts à y assister, si toutefois le cours avait lieu dans leur cité. C’est finalement ce qui va être organisé, quelques années plus tard, ETM dispensant bientôt des cours d’alphabétisation dans la plupart des grands ensembles de l’agglomération.

Un taux de chômage non négligeable

105D’après les données du recensement de 1968, il est possible d’évaluer les taux de chômage des travailleurs français et étrangers en Indre-et-Loire. Cette année-là, le taux de chômage de l’ensemble de la population active du département est de 1,9 %, celui des Algériens est de 3,42 %. Ce taux de chômage des Algériens est supérieur non seulement à celui des Français mais aussi à celui des hommes portugais (0,68 %) ou espagnols (1,8 %). En analysant les données recueillies au service de la main-d’œuvre de Tours, on observe qu’en 1971, 180 étrangers sont inscrits et constituent 8,04 % des chômeurs – demandeurs d’emploi enregistrés. Sur ces 180 étrangers au chômage, 82 sont Algériens (soit 45,5 % alors qu’ils ne représentent que 12,1 % des actifs masculins étrangers). On a donc bel et bien une sur-représentation des Algériens parmi les chômeurs étrangers. Pourtant, beaucoup ne recourent pas aux services de ce bureau de la main-d’œuvre, méconnu ou peu efficace à leurs yeux en matière de recherche d’emploi. D’autre part, beaucoup se retrouvent sans emploi après avoir « quitté volontairement » leur emploi, même si l’auteur montre que les situations sont souvent beaucoup plus ambiguës et complexes. Ils ne peuvent donc prétendre à une indemnité de licenciement ou à une allocation-chômage.

106La situation en 1971 semble s’aggraver à Tours, les migrants portugais étant embauchés de façon préférentielle aux Algériens sur les chantiers de bâtiment.

Je ne trouve pas de travail, explique l’un d’eux. On se présente à la porte d’une usine. Il y a deux Algériens et trois Portugais. On prend les Portugais et on renvoie les Algériens. Pour le moment, j’habite et je mange avec mes camarades, mais je retournerai bientôt en Algérie si je ne trouve rien (chômeur de 22 ans).

107L’auteur signale que 11 enquêtés sur les 55 rencontrés ont effectué des séjours en Algérie allant de trois à six mois, à la suite de licenciements.

108Deux autres témoignages :

Je suis au chômage et je ne touche pas d’allocations. Je cherche du travail mais on dit toujours non aux Algériens « pas de boulot ». Il y avait une demande dans les journaux… un déplacement en Allemagne. On n’a pas voulu de nous, on a embauché des Portugais (ouvrier qualifié algérien au chômage, 37 ans).

Je suis au chômage depuis plus de deux mois. C’est la première fois. J’avais demandé mon compte… alors je ne touche rien… J’avais mis une annonce dans le journal, on m’a écrit et je me suis présenté. C’était presque d’accord. Tu vois bien toi-même que je n’ai pas l’air d’un Algérien… On m’a demandé mon nom, ma carte et tout… Lors, on m’a dit de me présenter plus tard… J’y suis retourné le lendemain, cette fois c’est la secrétaire qui m’a reçu : « Monsieur, votre candidature n’est pas acceptée ». Partout c’est la même chose ! (ouvrier professionnel algérien au chômage, 28 ans).

109Le climat politique et économique tendu entre la France et l’Algérie revient plusieurs fois comme explication, lors des entretiens réalisés auprès des chômeurs :

On me dit partout qu’il n’y a pas d’embauche. Je ne sais pas ce qui se passe. C’est peut-être la question du pétrole. Mais ce n’est pas notre faute, on n’y peut rien, nous, les ouvriers (ouvrier au chômage, 28 ans).

110Ou encore :

Je vois bien les choses. Nous les Algériens, on ne nous aime pas parce qu’on ne marche pas droit, parce qu’on veut garder notre pétrole. C’était pareil pour l’indépendance. On s’est libérés, alors ça ne va plus.

111Un autre :

Pourquoi ? Je comprends bien, on se dispute pour le pétrole, le racisme a augmenté… C’est les patrons qui sont racistes… des Pieds-noirs.

112Un autre rapporte encore :

On m’a répondu : « les bicots n’ont qu’à aller bouffer leur pétrole au lieu de venir bouffer le pain des Français » (manœuvre au chômage). « Reviens avec un bidon de pétrole et on verra pour l’embauche ».

113Le conflit franco-algérien autour de la question pétrolière n’est finalement que le préambule de la crise économique qui va s’abattre sur ces années 1970. Les enquêtés algériens ont raison de s’inquiéter comme ils le font de la dégradation de leurs relations avec les Français en 1971 :

Ça me plaisait bien ici avant, l’ambiance et tout… Maintenant c’est changé, à cause du pétrole, il y a du racisme.

114Ou encore :

Avant, ce n’était pas comme ça… Notre vie a changé avec cette histoire de pétrole. Il faudra partir si ça continue…,

115conclut l’un d’eux.

116Le témoignage recueilli en 2008 auprès d’un algérien de l’agglomération, responsable associatif, souligne quant à lui la stabilité des trajectoires professionnelles de ceux qui ne travaillent pas dans le bâtiment mais dans de grosses entreprises de travaux publics, de voirie et d’enrobage des routes.

Conclusion

117À travers ces trois exemples singuliers, on aperçoit de façon fine et qualitative une partie de l’histoire de ces espaces centraux tourangeaux qui aujourd’hui ont été réhabilités et investis par les commerces, encouragés dans ce sens par leur vocation souvent piétonne et la centralité du tourisme dans l’économie locale. On comprend combien la vie de ces migrants successifs (Italiens, Espagnols, Turcs, Algériens) fut liée à ces espaces plus ou moins vétustes, certes, mais aussi aux multiples possibilités qu’offraient ces lieux puisque les activités commerciales puis politiques s’y développèrent, permises par une sociabilité souvent dense entre migrants (« célibataires » ou familles), mais aussi entre ces nouveaux venus et les « établis » comme dit le sociologue Norbert Elias (Elias et Scotson, 1997), que ces derniers soient Français de longue ou de fraîche date.

Histoire et mémoire de l’immigration portugaise depuis 1961

118La population portugaise est particulièrement représentée dans la région Centre. C’est pourquoi nous avons choisi de développer un chapitre spécifique sur cette immigration.

119La présence portugaise dans la région Centre date, comme partout ailleurs en France, des années 1960 où cette nationalité va constituer très rapidement la majorité de la population étrangère régionale. On peut néanmoins remonter un peu le fil du temps en mentionnant une présence limitée dans les années 1930. Cette première implantation concernait 2 370 personnes au recensement de 1931, dont une majorité d’hommes (89 %). Les Portugais représentent à l’époque à peine 8 % de l’ensemble de la population étrangère de la région. C’est alors le Cher qui connaît la plus forte implantation et l’on peut faire l’hypothèse de recrutements dans les usines Rosières à Lunery notamment, et à Vierzon dans l’industrie. Dans le Loiret, quelques-uns trouvent aussi une embauche en tant qu’ouvrier à l’usine Saint-Gobain dès 1922 (Pasquet, 1991) ou plus tard chez Hutchinson, mais leur présence reste très limitée. Au recensement de 1936, on ne compte d’ailleurs plus que 1 528 Portugais dans la région puis 1 331 au sortir de la guerre en 1946 et seulement 1 184 en 1954.

120Comme l’écrit M.-C. Volovitch-Tavares : « Au début du xxe siècle, les séjours en France des Portugais étaient plutôt courts : une sorte d’immigration saisonnière qui se serait prolongée quelques années. Les chiffres des recensements ne permettent guère de rendre compte du nombre de ceux qui passèrent quelques années en France, le plus souvent seuls, parfois avec leur épouse […]. Toutefois, la plupart rentraient au Portugal au bout de quelques années. Les recensements donnent donc uniquement une image instantanée, alors que la présence portugaise dans la France d’avant-guerre fut un phénomène mouvant. Le rôle de cette première génération fut fondamental : c’est elle qui traça le chemin vers la France pour l’émigration des années 50 et 60 » (Volovitch-Tavares, 1995, 18-19).

121Robert Collet a recueilli le témoignage de la famille Do Espirito Santo arrivée à Saint-Pierre-des-Corps dans les années 1920 mais ce ne sont guère que trois familles qui semblent présentes en Touraine à l’époque (Collet, 2004, 9-13). Puis d’autres familles, mais en nombre encore restreint s’installent essentiellement dans le Vieux Tours dans des conditions de logement relativement précaires. Ce n’est qu’à la fin des années 1950 que l’arrivée des Portugais devient conséquente.

Une croissance subite de 1961 à 1975

122C’est donc à la fin des années 1950 mais surtout dès le début des années 1960 qu’un nombre conséquent de Portugais s’implante dans la région, sans lien direct avec les quelques pionniers des années 1920 et 1930 mais pour des raisons surtout liées au contexte portugais de départ (pauvreté, dictature et guerres coloniales) et aux besoins de main-d’œuvre en France. Un accord franco-portugais relatif à l’immigration entre en vigueur le 31 décembre 1963 qui vient remplacer un premier accord datant de 1957, dates auxquelles les besoins de main-d’œuvre en France pour la construction de logements, mais aussi la croissance de l’industrie sont en plein développement. Quant aux guerres coloniales portugaises, elles débutent en 1961 en Angola, puis les années suivantes en Guinée-Bissau et au Mozambique et dureront jusqu’en 1974. Le 25 avril 1974, la « Révolution des Œillets » met fin à la dictature de Salazar et à l’action de sa police politique, la PIDE, qui s’efforçait de neutraliser toute forme d’opposition à son régime. Tel est le contexte expliquant, sur fond aussi de pauvreté d’une population portugaise encore largement paysanne, cette migration concentrée sur une quinzaine d’années.

123On compte déjà 2 719 Portugais en région Centre au recensement de 1962 puis 19 160 en 1968. En quelques années, ils ont fini par représenter un tiers de la population étrangère régionale. La croissance de la population portugaise dans la région est rapide, subite et continue jusqu’en 1975.

  • 21 C’est ce qui ressort des témoignages recueillis notamment par R. Collet, op. cit.
  • 22 Un autre consulat sera ouvert à Nogent-sur-Marne en 1971. Un autre à Versailles encore. La création (...)

124L’implantation portugaise concerne, en 1968, tous les départements de la région mais plus particulièrement le Loiret et l’Indre-et-Loire. Tours et Orléans font figure de villes de référence pour un certain nombre de migrants qui s’y arrêtent dès leur arrivée du Portugal, sans autre étape dans une autre région21. Les personnes interviewées dans les différentes études que nous avons consultées expliquent que ces villes sont sur la route ou la ligne de chemin de fer qui les amène depuis la frontière espagnole. En 1968, un consulat portugais s’établit à Tours compte tenu du nombre conséquent de ressortissants dans la région22. L’implantation durable dans ces deux départements et dans les deux agglomérations se lit encore dans les années 1970 et 1980 et jusqu’à aujourd’hui. À côté de la Touraine et du Loiret, l’installation dans le Loir-et-Cher est aussi significative à partir des années 1960.

  • 23 Sur le plan national, le nombre de Portugais passe d’environ 20 000 en 1958 à 700 000 en 1974.

125En 1982, les Portugais de l’Indre-et-Loire comptent 10 216 personnes et représentent la moitié des étrangers du département. Dans le Loiret, ils sont alors 15 432 et représentent près de 40 % de la population étrangère départementale. Dans le Loir-et-Cher, les 6 364 Portugais représentent 51 % des étrangers23.

126Au-delà des réalités statistiques, ce sont aussi les associations, églises, radios portugaises et autres amicales se consacrant surtout aux cours de langue, au folklore et à la pratique du football qui marquent encore aujourd’hui cette forte implantation portugaise dans les deux villes les plus importantes de la région. Nous allons maintenant nous pencher sur ces réalités locales pour analyser les principales caractéristiques de cette migration et des trajectoires suivies en France.

A salto : les premières arrivées marquées par la clandestinité

127Malgré les accords entre gouvernements et l’action de l’ONI pour prospecter de la main-d’œuvre au Portugal, l’arrivée des Portugais en France semble majoritairement marquée par la clandestinité, tout au moins pour ceux s’installant en région Centre. Plusieurs sources locales expliquent que les candidats à la migration ne remplissaient pas les critères de sélection, notamment en termes de niveau d’étude et de garantie financière. Il se trouve que la Junta de emigração, organisme officiel portugais, faisait peu de publicité sur les conditions d’émigration par manque de moyens financiers et elle proposa plusieurs amnisties pour les clandestins (Pereira, 2002, 19). Pour les candidats à l’émigration, passer par la voie officielle faisait aussi courir le risque de se faire remarquer, notamment les plus jeunes, en pleine période de mobilisation dans les guerres coloniales. Victor Peireira estime ainsi à 50 % le nombre de Portugais arrivés clandestinement en France (Pereira, 2002), il semble que cette proportion soit au moins aussi importante, voire même plus importante pour les Portugais de la région Centre. « Dans les années 1960, le passage a salto (en « sautant par-dessus les frontières ») devient presque la règle » écrit M.-C. Tavares-Volovitch (Volovitch-Tavares, 1995). A. Justo (Justo, 1994) dans son travail sur le Loiret, tout comme R. Collet sur la Touraine, évoquent nombre de ces « sauts » vers la France avec en poche une simple adresse d’un proche et quelques informations sur les possibilités d’embauche.

128L’importance des clandestins marque la trajectoire des premiers arrivés dans les années 1960 et tient une place non négligeable dans la mémoire des Portugais en France comme dans la région. Elle les met notamment dans une situation de faibles exigences face à l’emploi. Celui-ci est en effet la seule voie permettant une régularisation. Certains auteurs expliquent ainsi l’acceptation de conditions de travail difficiles et de rémunérations faibles, notamment dans le bâtiment même si beaucoup ont accepté des heures supplémentaires ou parfois du travail au noir, l’ouvrage ne manquant pas dans ce secteur dans les années 1960 et 1970. Mais il faut bien réinscrire cette clandestinité dans le contexte de l’époque où les personnes arrivées ainsi avaient relativement peu de difficultés à être régularisées par la préfecture si tant est qu’elles pouvaient prouver leur embauche. Ces régularisations ne seront plus traitées avec autant de souplesse par l’administration lors de l’arrivée d’autres courants migratoires dans les années 1970 et 1980.

  • 24 AD Indre-et-Loire, versement 44 W 271. Preuve à la fois de la précarité liée à la clandestinité mai (...)

129Dans les années 1966-1968, les courriers du préfet d’Indre-et-Loire André Dubois-Chabert à son ministère de tutelle, témoigne d’une pratique administrative relativement souple, ce qui ne l’empêche pas de déplorer l’arrivée massive de Portugais dirigés par les services frontaliers vers son département et de demander leur refoulement par les postes frontaliers. Il explique en effet que jusque-là, « pour des considérations humanitaires », il « dérogeait à la règle du refoulement en délivrant à ces étrangers un récépissé de demande de carte de séjour, portant la mention “pour démarche à la main-d’œuvre” en les invitant à régulariser leur situation en se présentant d’une part dans nos services et d’autre part aux services de la police ou de la gendarmerie, en vue de l’accomplissement des formalités anthropométriques réglementaires »24.

130À l’échelle de la région toute entière, et particulièrement lorsqu’on se penche sur la situation dans d’autres départements que celui de l’Indre-et-Loire, on s’aperçoit que les ouvriers qui arrivent du Portugal de façon régulière sont aussi nombreux. Ils ont avec eux des promesses d’embauche d’entreprises de l’industrie qui ont besoin de main-d’œuvre non qualifiée : c’est le cas à Joué-lès-Tours chez Michelin mais aussi dans le Loiret chez Hutchinson à Chalette-sur-Loing bien sûr ; chez Michelin encore à la Chapelle Saint-Mesmin ou dans la verrerie chez Saint-Gobain dans la même commune ; à Saran dans l’usine de tracteurs John Deere ; à Gien dans la faïencerie et à la manufacture de céramique de Briare ; dans le bâtiment et les travaux publics ou le génie civil, enfin, chez Frot-Plisson-Dulac ou Davum à Dampierre-en-Burly sur le gros chantier de la centrale nucléaire à la fin des années 1970.

131La main-d’œuvre masculine n’est pas la seule concernée par ces embauches, puisque des entreprises comme la SIV à Villemandeur, tout près de Montargis (entreprise de confection de 250 employées) comptait une majorité de femmes portugaises (Pasquet, 1991, 54) tout comme à Châteaudun dans l’Eure-et-Loir, la MAFCA spécialisée dans la fabrication textile (bâches, sièges, tentes, sacs militaires) qui emploie une main-d’œuvre féminine importante (Hardy, 2006, 57). À Pithiviers, également, dans l’Eure-et-Loir, où des industries agroalimentaires telles que la malterie, la fabrique d’engrais, la biscuiterie et la sucrerie font appel à une main-d’œuvre étrangère dans les années 1970, la population de nationalité portugaise atteint 2 230 personnes en 1975 soit près du quart de la population locale et 67 % des étrangers de la ville (Paraiso, 1981, 79).

Le secteur du bâtiment perd vite de sa prédominance

  • 25 Selon les fichiers de la préfecture versés en série W aux archives départementales.

132Le bâtiment fait partie des secteurs et métiers dans lesquels la main-d’œuvre portugaise abonde. C’est le cas pour les hommes qui occupent des emplois de maçons et terrassiers, particulièrement en Touraine où, accompagnant les immenses chantiers tourangeaux destinés à développer la périphérie sud (Rabière, Rives du Cher, Fontaines) puis Nord (quartier Europe), ils forment encore 49 % de la population active portugaise masculine en 197725. On compte alors 66 % d’ouvriers spécialisés ou de manœuvre parmi eux.

133L’industrie constitue également un secteur attractif et on ne peut, ici, que relativiser le stéréotype qui veut que les Portugais se soient tous orientés vers le bâtiment pour se lancer ensuite – selon une success story bien ancrée dans les représentations – dans l’artisanat en se mettant à leur compte. On note en effet que la prédominance du bâtiment ne perdure pas longtemps en Indre-et-Loire et qu’elle n’a pas existé dans le Loiret où les offres d’embauche sont plus importantes dans l’industrie, en pleine période de délocalisations d’entreprises de la région parisienne vers la périphérie que constitue notamment Orléans. Le tableau ci-dessous permet de le constater.

134Sur le plan national, l’enquête « Mobilité géographique et insertion sociale » réalisée en 1992 par l’INED (en collaboration avec l’INSEE) auprès des immigrés et non pas seulement des étrangers, permet aussi de déconstruire ce stéréotype : « Le cliché du maçon portugais qui a construit seul sa maison ne trouve cependant pas confirmation : bien que 44 % des actifs nés au Portugal trouvent à s’employer dans le BTP, les propriétaires n’y sont pas significativement plus nombreux que dans les autres secteurs d’activités (42 % au lieu de 37 %) » (Simon, 1994, 4). Il faut noter néanmoins que, en région Centre, les stratégies d’acquisition de logements par des immigrés Portugais semblent plus abouties qu’ailleurs en France, avec sans doute des variations d’un contexte local à l’autre suivant la pression foncière et la situation économique : « En 1999, plus de 60 % des ménages de la région étaient propriétaires de leur logement, mais seulement 46 % des ménages immigrés. Les propriétaires sont surtout d’origine européenne. Plus de 75 % des ménages italiens et 55 % des ménages portugais sont propriétaires : l’importance des travailleurs portugais dans le bâtiment ainsi que le fort taux d’emploi des femmes portugaises (qui permet l’apport d’un deuxième revenu et la constitution d’un capital) ont favorisé l’accession à la propriété », note l’Atlas de l’immigration en région Centre (INSEE & FASILD, 2005, 29).

Population active portugaise dans l’Indre-et-Loire et le Loiret en 1968 et 1975. Catégories socioprofessionnelles et secteurs d’activité

Population active portugaise dans l’Indre-et-Loire et le Loiret en 1968 et 1975. Catégories socioprofessionnelles et secteurs d’activité

Source : INSEE, recensements de la population, pourcentages calculés par nos soins.

135Le premier enseignement de ce tableau tient au taux important de travailleurs du bâtiment avec en gros un tiers de la population active portugaise employée dans ce secteur dans les deux départements et sur les deux années recensées. A. Justo dans les années 1990 mentionne des entreprises de bâtiment et travaux publics tels que Sogea ou Dalla Vera qui emploient des Portugais en grand nombre (Justo, 1994, 90). Cependant, seul l’Indre-et-Loire en 1968 voit plus de la moitié des actifs portugais travailler dans la construction ou les travaux publics mais cette forte proportion chute sept ans plus tard. Ce qui s’avère surtout significatif, c’est le nombre de plus en plus important d’immigrés du Portugal qui sont embauchés dans l’industrie. Dès 1968 dans le Loiret, la moitié des actifs sont occupés dans ce secteur.

136Les taux concernant l’Indre-et-Loire en 1975 (dans l’avant dernière colonne) méritent un rapide commentaire à propos d’une certaine diversification des emplois qui semble ici la conséquence des caractéristiques du bassin d’emploi. En effet, à côté des deux gros tiers (environ 36 %) travaillant dans le bâtiment et dans l’industrie, 6,1 % des actifs de nationalité portugaise de ce département travaillent dans l’agriculture et la sylviculture ainsi que 2 % dans les industries agricoles et alimentaires, près de 7 % dans les services marchands, 3,4 % dans le commerce et près de 8 % dans les « autres activités » qui renvoient notamment aux emplois de services aux particuliers où on retrouve certainement des femmes de nationalité portugaise employées dans l’entretien, comme « femmes de ménage ». Parmi les catégories professionnelles, la catégorie « gens de maison et femmes de ménage » regroupe d’ailleurs 5,71 % des Portugais en 1975 dans l’Indre-et-Loire. Parmi les 350 étrangers (étrangères le plus souvent) occupant ce type de position sociale et d’emploi dans le département, 275 sont de nationalité portugaise. Plusieurs études considèrent ces chiffres sous-estimés dans la mesure où, dans ce secteur, nombres d’emplois et d’heures de travail – dans le cas d’une activité à temps partiel – ne sont pas déclarés. Les femmes de ménages portugaises restent une réalité souvent visible aux yeux du majoritaire mais qui confine au stéréotype. Un travail de recension des trajectoires des femmes portugaises dans l’industrie reste à entreprendre, tant dans les grandes agglomérations que dans les villes petites et moyennes, dans des PME notamment.

137Il faut enfin, dans ce tableau, comparer rapidement les différentes nationalités. En 1975, les Marocains d’Indre-et-Loire travaillent pour 43,6 % d’entre eux dans le bâtiment et les travaux publics et les Algériens pour 58,1 %. Pour ces derniers, les entreprises Colas, Cochery ou Plée constructions notamment, réalisant surtout voiries et revêtements de routes mais aussi des bâtiments, seront d’importants employeurs. Ces chiffres finissent de relativiser la représentation dominante des Portugais occupant une niche professionnelle dans le bâtiment. On peut noter en outre que les Marocains installés dans le Loiret travaillent quant à eux surtout dans l’industrie (52,7 % en 1975) et peu dans le bâtiment et les travaux publics. Il est vain de rechercher une quelconque spécialisation selon les nationalités, en revanche tous sont concernés par des situations de travail où se conjuguent la faible qualification, la pénibilité et la modestie des rémunérations. La structure de la population active reste cependant étroitement dépendante des opportunités d’embauche et des spécificités économiques locales.

138Pour ce qui est du statut d’emploi et de la qualification enfin – même si les catégories statistiques agglomèrent ici différentes situations – on constate bien la faible qualification des Portugais tant en 1968 qu’en 1975 et dans les deux départements. En effet, les deux tiers des actifs sont ouvriers spécialisés ou manœuvres et seuls 20 à 22 % sont qualifiés, voire contremaîtres ou « chefs d’équipe ». Dans la population active totale, beaucoup plus stratifiée bien sûr, seuls 21 à 24 % des actifs sont ouvriers spécialisés ou manœuvres. Les taux observés pour les Portugais s’avèrent sensiblement équivalents, par contre, à ceux d’autres nationalités bien représentées tels les Algériens et les Marocains. Les Portugais sont à peine plus qualifiés que les Algériens, ils s’avèrent même en Indre-et-Loire – toujours en 1975 – un peu moins représentés dans la catégorie des ouvriers qualifiés et contremaîtres que les Marocains.

  • 26 Versement 1383 W 274.

139Beaucoup de témoignages insistent, lorsque le travail est abordé, sur l’ardeur à la tâche des Portugais, leur acceptation de rudes conditions et la recherche d’heures supplémentaires servant un projet d’accumulation relative des revenus salariaux facilité par la situation de plein-emploi à leur arrivée. La pénibilité du travail, voire les risques inhérents aux missions qui leur sont confiées, entrainent cependant de fréquents accidents du travail. Les dépôts d’archives en témoignent avec ce taux de 10 % de la population portugaise hospitalisée en 1971 dans un recensement préfectoral26. De même R. Collet y fait-il allusion dans son ouvrage bien documenté.

140Un Franco-Algérien interviewé au cours de notre étude, qui fut plombier sur les chantiers des HLM de l’agglomération tourangelle au cours des années 1960 et 1970 et y côtoya des collègues portugais, se souvient de la stratégie de ces derniers sur les chantiers. Lorsqu’un cadre était annoncé pour l’inspection des travaux en cours, certains Portugais employés comme simples manœuvres laissaient de côté le gâchage du ciment auquel ils étaient affectés pour saisir la truelle et monter un muret. Le cadre demandait s’ils étaient maçons, s’enquérait de la qualité du travail et les ouvriers répondaient que oui, sans avoir à certifier de leur qualification. Ainsi, par cette « négociation » basée sur la preuve concrète de compétences, certains ouvriers s’efforçaient-ils de gagner une évolution dans les postes occupés et de maigres augmentations de salaires.

141Les conditions de travail sont difficiles, y compris dans l’industrie. Et lorsque la situation professionnelle s’améliore, d’autres problèmes surgissent. R. Collet a recueilli un témoignage sur l’expérience du rejet chez Michelin et le phénomène désormais bien connu du « plafond de verre » lorsqu’un immigré accède à des responsabilités d’encadrement : « J’ai un regard sur 33 ans de travail à l’usine Michelin. J’ai acquis qualification et compétence qui ont conduit la direction à me confier de réelles responsabilités. Je me sentais bien, mais mes responsabilités professionnelles m’amenaient à donner des ordres qui n’étaient pas toujours bien reçus… Il y avait un peu de dépit, voire un peu de racisme. J’avais un bon poste qui a provoqué des jalousies. Ma femme à qui je me confiais m’a souvent dit : “Manuel, ne te laisse pas faire”. Maintenant que je suis en retraite, je repense parfois aux vexations » (Collet, 2004, 44).

Mobilité résidentielle et implantations péri-urbaines

142Les conditions de logement des Portugais de la région Centre semblent avoir été plus favorables que dans d’autres régions, comme dans ces bidonvilles évoqués par Marie-Christine Tavares-Volovitch à Champigny-sur-Marne. A. Justo souligne l’absence d’habitat précaire dans le Loiret tout comme celle de l’hébergement en foyer collectif. En Touraine, cependant, nombre de Portugais semblent avoir transité par un habitat précaire notamment à Monts et Larçay dans l’agglomération tourangelle.

143C’est alors Véretz qui s’avère la commune la plus attractive : les Portugais y représentent plus de 28 % de la population où ils sont semble-t-il « bien intégrés » (Debon, 1974), ce qui n’est pas le cas à Larçay où un bidonville de 112 habitants a fait conflit en 1970, ou encore à Monts où le camp de Malicorne rassembla une quarantaine de familles de façon précaire. L’habitat précaire se concentre ici dans les maisons vétustes et abandonnées des hameaux. Ces situations sont aujourd’hui souvent tombées dans l’oubli, les témoins de l’époque omettant volontiers cette période peu glorieuse de leur territoire. Dans l’ouvrage richement illustré de Robert Collet, une photo des baraques de Larçay figure (Collet, 2004, 13) mais l’évocation des conditions de vie dans ces dernières reste discrète.

  • 27 Témoignage de Perolina de Jesus Silva.
  • 28 Ibid., p. 18. Une femme arrivée du Maroc à Tours à la fin des années 1950 rencontrée au cours de no (...)
  • 29 En cette période, les rives du Cher et le futur quartier des Fontaines en sont en effet à l’étape d (...)
  • 30 Il s’agit de ce que l’on trouve en série W aux Archives départementales et émanant du bureau de l’é (...)
  • 31 Versement 1383 W 274 déjà cité.

144La précarité de l’habitat à l’arrivée et dans les premières années de vie en France est par contre un peu plus documentée avec des témoignages rapportant des phénomènes de méfiance voire de rejet par des voisins, y compris en ville, dans le Vieux Tours27. Antonio Paulino arrivé en 1965 témoigne de conditions précaires de logements de quatre compatriotes du village d’Alpalhão près de Nisa au cœur du quartier du Sanitas à Tours où ceux-ci logent dans une baraque d’entreprise près de l’église Saint-Paul et de la cheminée de chauffage, en face du Palais des Sports28. À l’époque, lui-même est logé par une entreprise durant un mois, dans une cabane située dans ce que l’on appelle aujourd’hui le quartier des Fontaines mais qui n’est alors qu’un grand projet29. Une auberge rue du Général Renault ou d’autres chambres dans le Vieux Tours procurent des logements un peu plus confortables. Les données disponibles30 montrent qu’en 1971, 391 Portugais vivent dans des logements considérés comme insalubres. La situation tend alors à s’améliorer puisque cet effectif correspond à un pourcentage d’à peine 5 % de mal-logés. Cependant, en 1978, des inspections établissent des constats de délabrement de certains wagons utilisés comme logis au sein de certaines entreprises31.

  • 32 Échantillon ou totalité de cette population portugaise à Tours ? On sait en tout cas que les Portug (...)

145Joël Debon, aménageur et géographe a cherché à cerner l’implantation des Portugais au sein des communes de l’agglomération tourangelle. Son travail repose sur un échantillon32 de la population portugaise résidant dans l’agglomération de Tours au premier trimestre 1971 (1 427 individus de plus de 16 ans, 927 hommes et 460 femmes). L’échantillon porte sur cinq communes péri-urbaines et six communes appartenant à l’agglomération de Tours. Les Portugais représentent entre 10 à 25 % de la population dans certaines de ces communes. La commune d’Esvres est plus spécifiquement étudiée avec une cartographie précise et révèle une forte implantation portugaise. La carte tirée de cette étude permet de visualiser, ci-après, l’implantation des Portugais dans le département.

Répartition de la population portugaise en Indre-et-Loire au 31 décembre 1971

Répartition de la population portugaise en Indre-et-Loire au 31 décembre 1971

Source : J. Debon, « Les Portugais en Touraine. Étude d'un flux migratoire », Revue Norois, no 83, 1974, p. 202. [Carte : D. Andrieu, MSH Val de Loire, janvier 2013.]

  • 33 État récapitulatif versé aux Archives départementales cote 1383 W 230. Dépouillement effectué par A (...)

146Dans le département d’Indre-et-Loire, cette mobilité résidentielle des Portugais apparaît dès les années 1970. L’état récapitulatif des Portugais de ce département établi au 31 décembre 1970 par la préfecture d’Indre-et-Loire, montre en effet une certaine dispersion dès cette époque où la plupart des Portugais sont arrivés depuis tout au plus une dizaine d’années33.

Implantations périurbaines des Portugais en Indre-et-Loire en 1970

Commune

Effectif

Part des Portugais dans la population communale

Ballan-Miré

230

9 %

Esvres-sur-Indre

215

9 %

Monts

181

5 %

Truyes

69

9 %

Larçay

112

15 %

Véretz

232

23 %

La Ville-aux-Dames

134

7 %

Saint-Genouph

125

19 %

Azay-le-Rideau

376

14 %

Langeais

344

9 %

Source : AD Indre-et-Loire, cote 1383 W 230.

  • 34 Certains témoins de l’époque évoquent cette sociabilité et ce mode de vie rural au sein des pavillo (...)

147Comme l’illustre le tableau ci-dessus, ce sont notamment les communes rurbaines proches de l’agglomération de Tours qui sont privilégiées car elles permettent l’accès à des logements moins onéreux et des terrains – pour ceux qui s’installent dans un pavillon – plus abordables. Elles permettraient aussi une continuité plus aisée avec le mode de vie au pays d’origine, ouvrant la possibilité d’un jardin, d’un poulailler par exemple34. Le recensement établi par la préfecture totalise 4 026 Portugais installés dans ces cantons ruraux et rurbains. On peut estimer l’effectif de ceux qui habitent alors l’agglomération tourangelle à un peu plus de 6 000.

148Ce tableau restitue en fait des situations variées, de l’habitat précaire déjà évoqué à Monts et Larçay (mais aussi une cité de transit à Ballan) à l’implantation périurbaine fruit d’une première ou seconde étape de mobilité résidentielle après un passage par le logement social (dans les quartiers les plus anciens comme, par exemple, le Morier à Joué-lès-Tours qui logera beaucoup d’ouvriers de chez Michelin). Pour Langeais, c’est l’implantation de l’entreprise Polyflex (nouvellement Plastivaloire) recrutant une main-d’œuvre portugaise qui explique vraisemblablement l’installation dans la commune.

149Le recensement de 1999 révèle la pérennité de certaines implantations si l’on en juge par l’indicateur imparfait que constitue la statistique des habitants de nationalité étrangère, bien des Portugais ayant acquis depuis la double nationalité. À Ballan-Miré par exemple, siège de la RAP radio antenne portugaise d’ailleurs, 131 des 167 étrangers sont de nationalité portugaise en 1999.

150Cette insertion résidentielle relativement éclatée dans les agglomérations et dans de petites communes rurbaines ou rurales permet aussi de s’assurer de relations plus étroites et personnalisées avec les élus locaux, les notables, les instituteurs. Plusieurs témoignages révèlent, en Touraine, certaines protections ou aides accordées par les uns ou les autres à l’échelle de la commune, qui pour encourager la scolarité d’un enfant, qui pour faciliter des démarches d’emploi ou en matière de santé. Cette particularité distingue sans doute la migration portugaise d’autres migrations qui lui ont immédiatement succédé, et qui se sont insérées socialement dans un cadre plus anonyme de grands ensembles de logements sociaux nouvellement construits, même si certains contextes locaux – comme nous le verrons dans le quartier de la Rabière à Joué-lès-Tours – témoignent d’une densité et d’une richesse des relations sociales dans ces quartiers dits de « banlieue ».

151Dans le Loiret, cette mobilité résidentielle semble accrue. En tout cas, les implantations des Portugais sont géographiquement plus éclatées, ce qui renvoie aux bassins d’emplois plus importants et variés dans ce département (Montargis et Chalette, Gien et Briare, Pithiviers, Beaugency, etc.). Ainsi, en 1975, seulement 45 % des Portugais du Loiret habitaient dans l’agglomération orléanaise alors qu’en Indre-et-Loire, l’agglomération tourangelle rassemble à la même date près de 74 % d’entre eux. Pour le Loir-et-Cher, une implantation rurbaine domine, puisque ce sont seulement 32,8 % des Portugais qui résident dans l’agglomération blésoise en 1975.

152À Orléans, la mobilité résidentielle intra-urbaine semble plus marquée et la distribution des Portugais dans les différents quartiers assez spécifique. A. Justo, dans une étude cartographique détaillée de l’implantation portugaise dans l’agglomération, note ainsi que la carte de leurs implantations résidentielles dans les années 1990 donne une image symétriquement inverse à celle de l’ensemble des étrangers. Au quartier de la Source, où la population étrangère est en gros de 50 % à l’époque, « il est frappant de constater que la distribution des Portugais à l’intérieur de ces secteurs est complètement à l’opposé des autres nationalités », note-t-il. « Tandis que l’essentiel des étrangers se trouve concentré autour des secteurs de Bélassor, d’Adelaïde de Savoie et de Camille Flammarion, le pourcentage des Portugais y est assez bas, il n’atteint pas 20 % ».

153A. Justo affine encore son analyse en notant : « C’est dans le sous-quartier d’en face, autour du centre commercial “2002” et dans les HLM gérés par la société “Pierre et Lumières” que leur proportion demeure la plus forte, elle avoisine 30 %, tandis qu’on y enregistre un taux de résidents étrangers inférieur à 20 %. Ces secteurs sont les plus agréables à vivre en raison de leur état d’entretien, de l’aspect extérieur et de l’environnement immédiat. Mais globalement, le quartier de la Source se vide de ses habitants d’origine portugaise. Seul l’Argonne, quartier découpé en deux sous-quartiers […] présente globalement un taux de Portugais égal à celui des étrangers, environ 20 % », même si l’auteur note une légère préférence pour l’Argonne sud. Il conclut enfin : « Pour la ville d’Orléans, désormais [il écrit en 1994] la majorité des Portugais habite les quartiers rénovés, notamment ceux de la Mouillère, Saint-Marceau et surtout la Madeleine où ils constituent à eux seuls parfois plus de 50 % des étrangers. Dans tous ces quartiers, le pourcentage de l’ensemble des étrangers dépasse rarement 8 % » (Justo, 1994, 73).

154Nous le verrons plus loin, on retrouve – quoique dans une moindre mesure – cette distribution différenciée des étrangers de différentes nationalités dans les sous-quartiers de la Rabière à Joué-lès-Tours dans l’Indre-et-Loire. Les effets cumulés des représentations sociales de l’espace habité, de la politique d’attribution des logements sociaux, de la date d’accès à ceux-ci, des quotas de logements réservés par certaines grosses entreprises locales pour y loger leurs salariés, permettent d’expliquer cette distribution ainsi que diverses stratégies et choix résidentiels. On peut aussi faire l’hypothèse, souvent évoquée, d’un stéréotype positif à l’égard des Portugais qui aurait facilité leur mobilité, contrairement aux immigrés plus récents ou arrivés à la même période, notamment les migrations postcoloniales du Maghreb et d’Afrique noire. Toutefois, l’état actuel des diagnostics sur les discriminations dans le logement, y compris le logement social, ne permet pas d’aller plus loin dans la vérification d’une telle hypothèse.

155Ce que décrit Justo à Orléans renvoie sans doute à une plus forte stratification sociale et ethnique de l’espace de cette ville avec l’importance de l’habitat en foyer durant de nombreuses années pour les travailleurs venus des pays du Maghreb et la forte différenciation entre des quartiers de logements sociaux (La Source, Argonne, Salmonerie) et le reste de la ville. Saint-Jean-de-la-Ruelle – qui compte en 1999 13,6 % d’étrangers – a vu l’implantation d’un nombre important de familles portugaises et, en 1999 encore, en ne prenant en compte que les étrangers, les habitants de nationalité portugaise représentent 22 % des étrangers de la ville, taux légèrement supérieur à celui d’Orléans (où l’ensemble des étrangers représentent 10,8 % de la population totale).

156Albano Cordeiro, spécialiste reconnu de l’émigration/immigration portugaise, écrit : « Les familles portugaises, tout au long de leur séjour, ne cesseront de se disperser (vicissitudes des itinéraires résidentiels). Le développement de leurs activités, professionnelles ou autres, va aussi les absorber et renforcer les liens avec des non-Portugais (Français ou pas). Pour un nombre croissant d’entre eux, la centralité du milieu portugais ne s’impose plus, bien que différentes formes de liens puissent persister ». Ce désengagement de la vie sociale intra-ethnique portugaise vis-à-vis des seules contraintes de l’installation et de l’insertion en France explique sans doute la centralité de l’action culturelle, voire folklorique, mais aussi sportive au sein du mouvement associatif portugais, nous le verrons.

157L’importance donnée par les ménages portugais aux stratégies résidentielles a sans doute partie liée, enfin, avec leur valorisation de la propriété y compris dans des projets de construction et d’achat de terrain dans le pays d’origine. Ceci nous amène à évoquer la structure familiale et la place qu’y prennent les femmes.

Regroupement familial précoce et travail des femmes

158L’immigration portugaise en région Centre comme ailleurs en France a la particularité d’avoir réalisé un regroupement familial précoce. Beaucoup de témoignages mentionnent le fait que les épouses ont vite rejoint leurs maris après quelques années de vie en France. Le taux de masculinité de la population de nationalité portugaise dans les deux départements sur lesquels nous nous sommes jusqu’ici concentrés s’avère, en effet, significatif. Comme on peut le lire dans le tableau ci-dessous, le pourcentage d’hommes faiblit pour toutes les nationalités mais plus rapidement pour les Portugais qui comptent plus de femmes que la moyenne des étrangers dès 1968. Ce regroupement familial a été plus tardif chez les migrants du Maghreb et il est intervenu plus souvent dans les années de crise et de montée du chômage.

  • 35 On peut ici rappeler la facilité des régularisations déjà soulignée qui a accéléré la possibilité d (...)

159On ne peut réellement parler de regroupement familial pour les femmes portugaises puisque celles-ci, contrairement à la noria des hommes algériens par exemple, s’inscrivent de plain-pied dans le projet migratoire de la famille. A. Justo écrit : « à l’image des hommes, elles sont presque toutes venues pour travailler et ainsi permettre au couple de capitaliser rapidement le nécessaire pour le retour » (Justo, 1994, 96)35. Ceci se traduit par leur recherche d’un emploi et leur insertion professionnelle qui – bien qu’elle ne soit certes pas aussi forte que dans la population totale – s’avère significative en comparaison des autres femmes immigrées des années 1960 à 1980.

Taux de féminité parmi les actifs occupant un emploi en 1982 selon la nationalité, Indre-et-Loire et Loiret

Taux de féminité parmi les actifs occupant un emploi en 1982 selon la nationalité, Indre-et-Loire et Loiret

Source : INSEE, recensement de la population, calcul par nos soins.
Lecture : en 1982, 31,9 % des actifs occupant un emploi de nationalité portugaise sont des femmes.

160Ce tableau montre qu’en 1982, après une quinzaine d’années de vie en France en moyenne, la population portugaise active occupée est pour un tiers féminine, pourcentage sans commune mesure avec les autres nationalités (y compris les Espagnols arrivés depuis plus longtemps) et tendant à se rapprocher du taux de féminisation de la population active de nationalité française. Cette importance de l’activité professionnelle des femmes se confirme y compris dans le Loir-et-Cher avec un taux de 36,4 % de femmes parmi les actifs portugais ou dans le Cher (33,6 %).

161Pour plusieurs auteurs, l’accès au travail des femmes a fait de celles-ci un vecteur important de contact avec des Français comme avec d’autres nationalités et a facilité leur apprentissage de la langue française, notamment dans le cas où les maris travaillaient dans des équipes constituées de « compatriotes », dans le bâtiment par exemple, où toute l’équipe s’exprime alors quotidiennement en portugais.

Mouvement associatif et mémoire de l’immigration

  • 36 On peut citer, sans prétention à être exhaustif, les Portugais de Joué, l’Union portugaise sociale (...)

162Pour clore cette évocation de l’immigration portugaise, il faut souligner l’importance du mouvement associatif et la question de l’émergence d’une mémoire de l’immigration. Les associations portugaises sont nombreuses en région Centre et particulièrement actives dans le champ sportif, avec des clubs de football fort anciens (comme l’AC Portugal fondé en 1967 à Tours, parmi beaucoup d’autres)36 et des groupes folkloriques très actifs (de musique et de danse notamment) à Bourges, Vierzon, Mehun, Lucé, Dreux, Montlouis, Saint-Pierre-des-Corps, Blois, Selles-sur-Cher, Meung, Chalette, Malesherbes, Saint-jean-de-Braye, etc.

163On trouve ainsi beaucoup moins, dans le paysage associatif portugais, d’associations à vocation sociale et d’entraide que pour d’autres courants migratoires, plus récents il est vrai. Non que cette solidarité n’existât pas bien sûr, mais le mouvement associatif portugais est parvenu, on va le voir plus loin, à l’âge d’une certaine patrimonialisation – à travers la prédominance du folklore – centrée sur la culture lusitanienne davantage que sur la diffusion d’une mémoire de l’immigration. Les échanges facilités avec le pays d’origine proche et intégré à l’union européenne, le formidable accélérateur de ces échanges qu’a été la « révolution des Œillets » contemporaine de l’immigration et vécue à distance mais de manière intense par les immigrés, comptent parmi les facteurs permettant d’expliquer ce registre très culturel. Mais il faut souligner aussi que le mouvement associatif portugais n’a pas souffert des mêmes difficultés que d’autres groupes. Il est frappant par exemple de constater la précocité de la fondation de l’important club de football de Tours (en 1967) à l’époque où Yougoslaves et Maghrébins du quartier de la Rabière à Joué-lès-Tours par exemple (nous y reviendrons), peinaient à être reconnus. Quant à l’organisation du culte, il faut rappeler que les Portugais ont bénéficié d’aumôniers dès leur arrivée et que certaines paroisses furent dédiées à la « communauté » (la paroisse Saint-Julien à Tours par exemple).

164Les Portugais sont de plus en plus considérés comme assimilés à la société française. C’est une réalité pour une partie d’entre eux sans doute, membres de ce que l’on nomme abusivement une « deuxième génération » et, aujourd’hui une « troisième ». Quelques éléments sur l’insertion professionnelle, la mobilité résidentielle, le regroupement familial précoce ont été avancés qui permettent de comprendre les phénomènes d’accommodation et d’adaptation progressive des Portugais de la région. Il faut souligner aussi l’effet des représentations majoritaires sur la manière dont s’est structurée la vie collective franco-portugaise dans la région comme partout en France. Ces représentations puissantes demeurent différenciées d’une collectivité à l’autre. Les Portugais n’ont pas fait l’objet, à l’évidence, du même traitement médiatique, politique et social que les Maghrébins notamment, alors qu’ils ont partagé souvent les mêmes lieux, au travail, dans le logement, mais aussi sur les terrains de sport et dans les centres de loisirs.

165Au moment où a commencé à émerger une mémoire de la continuité culturelle, ces représentations et ce traitement social différenciés ont pleinement joué dans la structuration du militantisme portugais et franco-portugais. Ceci est vrai particulièrement pour la génération des enfants des immigrés des années 1960 qui, dans les années 1980 ont tenté de participer au mouvement de la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, dénonçant déjà les discriminations et les prétentions trop assimilationnistes de ce que l’on n’appelait pas encore le « modèle républicain d’intégration ».

166Évoquant ces timides tentatives, J.-B. Pingault emploie le dénominatif de « mouvance thos » (pour « Portos ») qui sonne de façon presque exotique aujourd’hui si on le compare à la banalisation de la catégorie de « Beur ». Et il constate : « les jeunes issus des immigrations maghrébine et portugaise sont soumis à des sorts très différents dans les représentations comme dans la réalité de la discrimination : d’un côté les “mauvais immigrés à problèmes”, de l’autre les “bons immigrés sans histoire” ». José Vieira, réalisateur d’origine portugaise, remarque lui aussi, de façon significative que : « Après Convergence 84, il y a eu un repli communautaire des Maghrébins […] ; ils pensaient que c’était super-important de se replier sur leur communauté parce qu’ils étaient, ils étaient attaqués quoi, ce que je comprenais un peu ». Confrontée à des problèmes différents, chaque partie cherche à les résoudre de façon différente. Cette faiblesse du conflit entre la société française et les Portugais, José Vieira en vient presque à la regretter parce qu’elle n’a pas permis, selon lui, un mouvement « thos » d’une ampleur semblable du mouvement « beur » : « Dans les années 80, le conflit est entre les Arabes, les Maghrébins et surtout les Algériens et les Français quoi… Mais nous, on rêve d’autre chose, de quelque chose qui ressemblerait à ça, où les gens feraient des films, feraient des œuvres d’art. Ce conflit de la société française avec les Maghrébins est largement responsable de l’absence de visibilité des jeunes d’origine portugaise » (Pingault, 2004, 77).

  • 37 Des entrepreneurs soutenus par des banques portugaises, entre autres, installées à Tours ou à Orléa (...)

167Il ne s’agit pas d’opposer une minorité contre une autre ni de stigmatiser les jeunes d’origine maghrébine et ce n’est pas ce que veut nous signifier l’auteur. Il s’agit d’interroger ce que le traitement social opéré par le regard majoritaire a produit et de questionner cette mémoire de l’immigration comme, également, une mémoire de configurations différenciées de relations interethniques, une mémoire des représentations, des uns et des autres, des uns comme des autres. Ainsi peut-on comprendre combien le mouvement associatif portugais, tout en restant discret et méconnu, quasi invisible dans les médias, a pu structurer différents champs d’action, de la défense du folklore, à la sociabilité autour du sport mais aussi la défense d’intérêts éventuellement économiques et la mise en avant – bien perceptible dans le livre de R. Collet sur les Portugais en Touraine – d’une élite économique d’entrepreneurs37.

168Loin du stéréotype de « l’intégration réussie » des migrants portugais, il semble donc important – pour faire évoluer les représentations – de rendre compte, sans victimisation ni misérabilisme, d’une histoire en partie commune aux différents courants migratoires contemporains, mais aussi de ses divergences. D’autant que les lieux de « mixité » ethnique sont de plus en plus importants comme en témoigne par exemple la pratique du sport. Certains clubs dits portugais présentent des équipes « plurielles » avec des joueurs venant de tous horizons, issus de familles maghrébines, africaines autant que portugaises. De même pour l’encadrement, ces clubs recrutent dans la région des éducateurs sportifs souvent d’origine maghrébine. L’investissement de militants associatifs donne lieu à des projets fédérés autour du sport où, par exemple, le club portugais devient le club local, où l’investissement associatif est basé sur le partage d’une même passion (le football) et un ancrage territorial. Toutefois, cette banalisation du mouvement associatif portugais qui s’opère finalement, n’est pas acquise pour le mouvement associatif maghrébin, nous allons le voir dans ce qui suit avec l’exemple de Joué-lès-Tours et de l’immigration algérienne.

169Enfin, les tensions entre Maghrébins et Portugais, sensibles dans le travail dans les années 1970 et perceptibles dans les stratégies résidentielles – sans qu’on puisse parler d’évitement – sont désormais de l’ordre du passé. Si elles restent peu exposées dans les témoignages – tout comme les tensions avec les Nationaux – des pères et des mères, il semble bien que, désormais, sur la base du sport par exemple, une mémoire plurielle de l’immigration, croisée avec la mémoire sportive et la mémoire de quartier ou de commune, puisse trouver les conditions de son émergence.

Les foyers de travailleurs migrants en région Centre

170La région Centre ne fait pas partie des régions les plus dotées en foyers de travailleurs migrants, qui sont plutôt implantés en Ile-de-France, dans la région lyonnaise ou encore la région PACA. Néanmoins, le Centre comprend tout de même vingt foyers, qui représentent une capacité d’accueil globale d’environ 2 000 places. Aussi, ce parc de logement spécifiquement dédié aux immigrés n’est pas négligeable. Un des éléments notables reste l’hétérogénéité des situations locales, même si des tendances communes apparaissent, et notamment celle des liens très forts entre implantation des foyers et industries locales. Par ailleurs, les foyers de travailleurs migrants de la région révèlent aujourd’hui des évolutions importantes, en particulier en ce qui concerne la population logée. Comme dans d’autres régions françaises, la population des foyers a vieilli et s’est diversifiée. Le bâti a vieilli lui aussi, ne suivant pas toujours l’évolution des normes d’habitat et de confort. Ce faisant, le rôle des foyers dans l’ensemble du secteur du logement a évolué et leur devenir est aujourd’hui en question.

De fortes disparités entre départements

171La région compte aujourd’hui vingt établissements, gérés par trois organismes différents :

  • ADOMA (ancienne Sonacotra, Société nationale de construction de logements pour les travailleurs) gère neuf établissements,

  • l’AFTAM (Association pour la formation des travailleurs africains et malgaches) en gère trois,

  • le COATEL (Comité d’accueil des travailleurs en Eure-et-Loir) en gère huit. La répartition territoriale des foyers de travailleurs migrants en région Centre est très inégale selon les départements. Le département comptant le plus grand nombre d’établissements est l’Eure-et-Loir. Hormis le foyer ADOMA de Dreux, les huit autres foyers de ce département ont la particularité d’être gérés par un organisme local, le COATEL. Ils sont principalement implantés dans les agglomérations drouaise et chartraine, excepté le foyer de Châteaudun. Outre les besoins en main-d’œuvre des industries du département, l’existence d’un tel organisme gestionnaire local a favorisé l’implantation d’un nombre important de foyers en Eure-et-Loir. Le Loiret compte cinq foyers, dont trois implantés dans l’agglomération orléanaise. L’implantation des deux autres foyers du Loiret est liée aux besoins locaux en main-d’œuvre au cours des décennies précédentes : ceux de l’usine Hutchinson à Chalette-sur-Loing, ceux de la centrale nucléaire à Gien (notamment pour sa construction).

172Les départements du Cher, de l’Indre-et-Loire et de l’Indre comptent un nombre moins important de foyers : respectivement trois, deux et un. Ces foyers sont situés dans les principales villes des départements. Il n’existe aucun foyer dans le Loir-et-Cher.

173Les foyers de la région Centre présentent en outre une grande diversité, et se différencient en premier lieu par leurs capacités d’accueil, c’est-à-dire le nombre de lits ou de logements qu’ils offrent : de 18 pour le plus petit (Courville-sur-Eure) à 346 pour le plus grand (Saint-Jean-Le-Blanc). La typologie des logements proposés est également variable : chambres à lits multiples, chambres individuelles organisées en unités de vie (c’est-à-dire avec cuisine et sanitaires communs), studios ou encore appartements de type Ti. Plusieurs types de logements différents coexistent parfois au sein d’un même foyer.

Des foyers adossés aux industries locales

174La plupart des foyers de la région Centre, tous gestionnaires confondus, ont été implantés au début des années 1970, excepté le grand foyer de Bourges mis en service en 1968. D’après les gestionnaires rencontrés, l’histoire de l’immigration et des foyers en région Centre se démarque peu du contexte historique national. S’ils ne connaissent pas précisément l’origine locale de la création des foyers, les responsables d’établissements savent à quelles entreprises ou industries locales est liée l’implantation de ces foyers (Hutchinson à Chalette-sur-Loing, la Société française de matériel agricole et industriel rachetée par la société américaine CASE à Vierzon par exemple).

175L’histoire de ces foyers est en effet indissociable de celle des industries locales. C’est particulièrement vrai dans le cas des foyers COATEL, association que les notables industriels locaux avaient participé à fonder en 1970 (Monsieur Hébert des Moulins Hébert, Monsieur Gilbert Barthélémy, secrétaire général de la Chambre de la métallurgie notamment). Pour preuve, jusqu’au milieu des années 1990, les entreprises versaient directement, au titre de leur participation à l’effort de construction, des subventions annuelles au COATEL en échange de logements réservés aux salariés de ces entreprises. Le directeur général du COATEL relie ainsi chaque foyer à une usine ou entreprise particulière :

  • l’implantation du foyer de Mainvilliers est liée à la fonderie SAM ;

  • celle du foyer de Courville est liée à l’usine Metalor et aux besoins du secteur maraîcher dans le secteur ;

  • celle des foyers de Lucé est liée à l’usine Philips Éclairage ;

  • celle du foyer de Châteaudun est liée à l’usine Hutchinson ;

  • celle du foyer de Saint Rémy à l’usine Sacred (qui employait et emploie toujours de nombreux Maliens) et aux laboratoires Abotte.

Cartographie des foyers recensés en région Centre

Cartographie des foyers recensés en région Centre

Source : d'après H. Béguin. [Carte : D. Andrieu, MSH Val de Loire, février 2013.]

176Par ailleurs, il faut noter que le COATEL a la particularité d’avoir précisé dans ses statuts, depuis son origine, sa vocation à loger les travailleurs immigrés mais aussi les « migrants de l’intérieur », c’est-à-dire les Français en situation de mobilité professionnelle.

Accompagner le vieillissement des Chibanis (Anciens) et valoriser leur mémoire

  • 38 En 2007 : 92 % de résidents originaires des pays du Maghreb, 54 % de résidents âgés de plus de 65 a (...)
  • 39 En 2007 : environ 50 % de résidents originaires des pays du Maghreb, 40 % de résidents retraités.

177Les anciens travailleurs migrants originaires d’Algérie et du Maroc, aujourd’hui souvent retraités, constituent une part importante de la population résidente. Il est difficile d’évaluer la part exacte qu’ils représentent sur le total de la population occupant les foyers de la région, mais plusieurs foyers accueillent tout particulièrement ces résidents : le foyer Aftam de Saint-Jean-le-Blanc38, les deux foyers ADOMA de Bourges39, Gien, Joué-les-Tours et Dreux, ainsi que, dans une moindre mesure, les foyers Coatel de Lucé, Saint-Rémy-sur-Avre et Châteaudun. Parmi cette population de Chibanis, considérés comme le « public traditionnel » des foyers par les acteurs gestionnaires, nombreux sont ceux qui effectuent des allers-retours réguliers entre le foyer et leur pays d’origine. Il est cependant difficile de recueillir des données précises sur les caractéristiques et les pratiques de cette population car les organismes gestionnaires des foyers n’en disposent pas nécessairement, et que cette population est mobile.

178Le passage à la retraite et le vieillissement des immigrés posent la question de l’adaptation du bâti des foyers mais aussi de l’accès aux droits (droits à la retraite, au minimum vieillesse, aux services d’aide à domicile, au portage de repas…). Aussi, des associations sont investies sur ces questions dans les foyers. C’est le cas notamment de l’ADAMIF (Association départementale pour l’accompagnement des migrants et de leur famille) dans le Loiret et d’accueil et promotion dans le Cher. Ces deux associations interviennent dans les foyers de leurs départements respectifs pour y tenir des permanences régulières d’aide à l’accès au droit. Toutes deux ont également initié des enquêtes auprès des résidents des foyers pour évaluer la situation de ces personnes au regard de l’accès aux soins, de l’environnement médical, de l’appréciation subjective de leur santé mais aussi de l’accès aux droits, de la situation administrative ou encore des souhaits exprimés en matière de logement. Parmi les résultats communs de ces deux études, on peut relever la part importante de la population âgée de plus de soixante ans et la faible part de personnes disposant d’une couverture médicale complémentaire. L’étude menée par l’ADAMIF a également mis en avant une proportion non négligeable de personnes ayant fait des démarches pour obtenir un logement social (presque 25 % de la population interrogée, soit 467 résidents), infirmant l’idée reçue selon laquelle ces Anciens souhaitent tous vieillir entre le foyer et le pays d’origine.

179Outre ces enquêtes, des initiatives ont également été entreprises par l’ADAMIF et Accueil et Promotion dans le but de favoriser l’inscription du vieillissement des immigrés en foyers sur l’agenda politique local, ou tout au moins, une réflexion des acteurs locaux sur ce problème. L’ADAMIF a en effet initié la création d’un groupe de réflexion multi partenarial sur le vieillissement des migrants, réunissant tous les acteurs locaux concernés (travailleurs sociaux des CPAM, CRAM, conseil général, services d’aide à domicile, organismes gestionnaires des foyers…) autour de trois thématiques : évaluation de l’autonomie des personnes, accès au logement autonome, accès au droit. De même, Accueil et Promotion souhaitait organiser en 2007 une journée de réflexion sur le vieillissement des résidents des foyers.

180Enfin, la question de la mémoire et de sa transmission sont également des thèmes sur lesquels ces deux associations ont souhaité s’investir. Le recueil de témoignages et récits de parcours individuels par l’ADAMIF, avec le concours d’un écrivain (Laurent Boron), a abouti à la publication d’un livre : Comme ici, comme là-bas (2003). Un film intitulé Un jour je repartirai et réalisé par Chantal Richard a également été produit, revenant sur la vie des résidents du foyer de Saint-Jean-Le-Blanc, sur l’illusion du retour au pays, sur les longues années passées en France entre les allers-retours. Quant à l’association Accueil et Promotion, elle a le projet de réaliser un travail de mémoire auprès des résidents du foyer de Bourges, dont certains résidents ont même travaillé à la construction, d’origine immigrée ou non. Le projet consistant au recueil, par des jeunes, de récits de vie des résidents du foyer, il vise à la fois le développement de liens intergénérationnels et la valorisation du parcours des résidents du foyer.

Diversification de la population et passage en « résidences sociales »

181Les foyers de la région Centre ne logent pas uniquement des personnes originaires des pays du Maghreb. En effet, les vagues migratoires successives ont entraîné l’arrivée de migrants originaires d’Afrique sub-saharienne (Maliens, Sénégalais, Mauritaniens). Ceux-ci sont présents dans certains foyers (le foyer ADOMA de Vierzon, les foyers AFTAM de Saint-Jean-Le-Blanc et de Chalette-sur-Loing, le foyer COATEL de Saint Rémy-sur-Avre) et dans de faibles proportions par rapport à l’ensemble des résidents. C’est surtout l’arrivée de résidents non immigrés et de demandeurs d’asile qui constitue l’évolution la plus remarquable de la population logée dans les foyers de la région. Le Centre fait partie des régions dans lesquelles les besoins des industries en main-d’œuvre peu qualifiée ont diminué avec la récession économique et la désindustrialisation depuis les années 1980. Par conséquent, les foyers, dont on a montré le lien fort avec les industries locales, ont été affectés par cette évolution : certains ont connu une désaffection d’autant plus grande qu’ils correspondaient de moins en moins aux normes de confort, et donc une période de sous-occupation. Cette vacance a favorisé, selon une logique de gestion, l’ouverture des foyers à de nouvelles populations ou la restructuration du bâti pour diminuer le nombre de places disponibles et améliorer l’attractivité des logements offerts (c’est le cas des foyers COATEL notamment).

182Une part non négligeable de la population résidente est donc désormais constituée de personnes d’origine française plus précaire, fragilisée sur le plan économique et ne parvenant pas à se loger ailleurs, ou encore des personnes ayant besoin d’un logement bon marché de façon temporaire. Ces résidents s’inscrivent dans ce que les gestionnaires nomment les « nouveaux publics », par opposition au « public traditionnel » que constituent les travailleurs migrants immigrés, retraités ou actifs. Les foyers COATEL accueillent désormais principalement ces nouveaux résidents et particulièrement des personnes en situation de mobilité professionnelle qui disposent de revenus peu élevés : les étrangers ne représentent plus que 27 % de l’ensemble des résidents des foyers gérés par cet organisme. Il en est de même au foyer AFTAM de Châteauroux ainsi que dans les foyers Sonacotra de Bourges, de Vierzon et de Tours.

183Dans certains foyers, la vacance a pu être comblée par l’implantation de CADA (Centre d’accueil de demandeurs d’asile) au sein des foyers. C’est par exemple le cas à Saint-Jean le Blanc, où le foyer compte désormais un CADA de cinquante places en son sein, ou encore à Gien. Enfin, il existe des spécificités propres à certains foyers : c’est le cas du foyer Sonacotra de Dreux, qui compte aujourd’hui 62 anciens combattants marocains, primo-arrivants entrés dans le foyer depuis 1998. Ici, outre la démarche volontaire du responsable du foyer de l’époque, lui-même d’origine marocaine, d’accueillir dans le foyer des anciens combattants marocains, le fait que des places soient disponibles a permis l’arrivée de ces personnes prises en charge dans le dispositif spécifique mis en place pour les anciens combattants marocains à Bordeaux (DAPA : Dispositif d’accueil des primo-arrivants).

184Ce faisant, le rôle des foyers a de fait évolué. Logements pour les travailleurs immigrés à l’origine, les foyers sont devenus à la fois des maisons de retraite pour vieux immigrés, des logements par défaut pour des personnes en situation précaire, et des lieux d’hébergement pour des demandeurs d’asile. Mais ces évolutions de fait s’accompagnent parallèlement d’évolutions réglementaires : depuis 1994, les foyers de travailleurs migrants sont tous amenés à être reconvertis en « résidences sociales », forme de logement supposé temporaire et destiné aux personnes défavorisées, sans autre distinction. Des services d’accompagnement social visant à favoriser l’insertion des résidents sont proposés dans ces résidences. Par ailleurs, les foyers ne répondant pas aux normes d’habitat et de confort actuelles (chambres à lits multiples, chambre de taille particulièrement réduite…), leur restructuration est engagée à travers le Plan de traitement des foyers de travailleurs migrants, mis en place en 1997, et qui concerne plusieurs foyers de la région, à Saint-Jean le Blanc et à Chalette-sur-Loing en particulier.

Le poids de l’histoire : l’Ile de Corse à Saint-Jean-le-Blanc

185L’Ile de Corse, c’est ainsi qu’est dénommé le site sur lequel est implanté le foyer de travailleurs migrants à Saint-Jean-Le-Blanc. 396 lits répartis dans 99 chambres de 17 m² comprenant chacune 4 lits et organisées en 18 unités de vie (5 ou 6 chambres regroupées autour de cuisines et sanitaires communs), l’organisation du bâtiment n’a guère changé depuis 1972. Ne répondant pas aux normes d’habitabilité actuelles, le foyer est inscrit parmi les sites prioritaires pour le Plan de traitement des foyers de travailleurs migrants, et, depuis dix ans, un projet de restructuration est à l’ordre du jour. Le projet a été difficile à monter, les blocages sont de diverses natures, mais le programme est désormais acté : le foyer actuel sera démoli, et à sa place seront érigés 220 logements individuels autonomes d’environ 15 m² chacun. Pour compenser la perte en capacité d’accueil, un autre bâtiment sera construit dans l’agglomération orléanaise.

186Tout proche des bords de Loire, l’établissement est néanmoins isolé du reste de la ville : absence de commerces à proximité, mal desservi par les transports en commun, éloignement des premières habitations. L’histoire du site sur lequel a été construit le foyer explique peut-être cet isolement. En effet, lorsqu’il est construit en 1972, il prend la place de baraquements provisoires qui avaient été installés sur le terrain au début des années 1950. Au sujet de ces baraquements et de leur implantation sur la parcelle, les archives du Loiret (Série S, 1048 W 40732) disposent de documents tout à fait intéressants, notamment un ensemble de correspondances entre le maire d’Orléans, le maire de Saint-Jean-Le-Blanc, le préfet du Loiret et les services du ministère de la Reconstruction et du Logement de l’époque. Ces documents montrent que la parcelle sur laquelle se trouve le foyer est située sur la commune de Saint-Jean-le-Blanc, mais qu’elle avait été achetée dans les années 1920 par la commune d’Orléans pour lui servir de canche, autrement dit de dépôt d’ordures.

  • 40 Mairie de Saint-Jean-Le-Blanc, extrait du registre des délibérations du conseil municipal, 26 octob (...)

187Par ailleurs, ces correspondances témoignent des tractations qui ont eu lieu autour de 1955-1956 entre la ville d’Orléans, la ville de Saint-Jean-Le-Blanc et les services de l’État suite à la volonté du maire d’Orléans de l’époque d’implanter sur ce site des baraquements provisoires pour loger des populations sans abri ou habitant des logements insalubres. Les oppositions sont alors vives au sein du conseil municipal et de la population de Saint-Jean-Le-Blanc contre ce projet : Qui financera les installations nécessaires pour l’accès à l’eau et à l’électricité des habitants ainsi que l’évacuation des eaux usées ? Qui prendra en charge la scolarité des enfants ? Qui assurera la surveillance de ce « nouveau quartier » ? « La prise en charge de cette population supplémentaire en matière d’assistance médicale gratuite restera-t-elle à la charge de la ville d’Orléans, puisque résidant sur un terrain lui appartenant ? »40. Telles étaient les objections soulevées par le conseil municipal de Saint-Jean-Le-Blanc.

188Malgré ces réticences, la ville d’Orléans, arguant de la très sévère crise du logement et de l’urgence de la situation qui touche la commune, obtient alors l’autorisation des services de l’État, et propose à la ville de Saint-Jean-Le-Blanc des compensations suffisantes pour implanter les baraquements. Il semble que les baraquements en question soient restés sur le site jusqu’à la construction du foyer en 1972, mais ceci resterait à vérifier. L’histoire de ce site destiné à accueillir du « logement provisoire » depuis 50 ans apparaît finalement assez emblématique de la place occupée par les foyers dans les villes au sein desquelles ils ont été implantés. Un héritage parfois lourd à porter pour les acteurs en charge du projet de restructuration de l’établissement, pour qui l’intégration du foyer dans la ville et la reconnaissance par les politiques locales est un des enjeux.

Les foyers, à la croisée des parcours individuels et familiaux

189Si les foyers sont peuplés essentiellement d’hommes seuls, quelques entretiens avec des résidents, anciens résidents ou proches de résidents suffisent pour révéler que le foyer est aussi une affaire de famille et d’entourage. Étape avant un regroupement familial, lieu de rencontre entre amis ou proches, point de retour après un échec de regroupement familial ou après le départ de l’appartement des enfants devenus adultes, le foyer joue des rôles différents dans le parcours de chacun, et cache des trajectoires individuelles et familiales plus complexes.

  • 41 Ce travail d’enquête a été réalisé par Hakima Karraï, assistante sociale et étudiante en master de (...)

190Quelques extraits d’entretiens réalisés début 2007 dans deux foyers de la région viennent en témoigner41. Les personnes rencontrées font état de leurs faibles ressources et de conditions de logements jugées difficiles à cause de l’étroitesse des lieux et de la promiscuité. Certains disent qu’ils « sont dans le foyer » mais ne se définissent pas comme résident ou locataire d’une chambre. Pour ceux-là, la chambre au foyer fait surtout office de boîte à lettres. Vivre dans le foyer leur permet d’avoir une résidence en France et une adresse afin de pouvoir justifier de leur domiciliation pour l’octroi de ressources (retraite, minimum vieillesse ou RMI). Simple domiciliation postale ? Certains payent en effet l’équivalent d’un loyer afin de voir maintenir leurs droits.

Le foyer, c’est important. Sans le foyer, j’ai plus rien, j’ai plus de pension. Quand je vais au Maroc, j’appelle le directeur du foyer, je lui demande s’il y a des lettres pour moi (M. A., 86 ans, retraité et ancien combattant).

191Si le sociologue A. Sayad, dans ses travaux, souligna souvent la dimension provisoire qui collait au statut de travailleur immigré, on voit ici que ce statut provisoire semble être aussi celui de certains retraités. Leurs droits semblent liés à une adresse et sont remis en cause dès que les courriers ne parviennent pas à leur destinataire, tenu de rester en France pour attendre la correspondance administrative qui lui assure une partie de sa situation économique. L’absence à une convocation ou la non-réponse à un courrier reçu et les droits de ces vieux immigrés s’envolent puisqu’ils doivent justifier de leur présence pour « débloquer » leurs droits. Une absence prolongée, pour le décès d’un proche par exemple, provoque parfois une cascade de tracas administratifs. Ce vieil homme a perdu ainsi six mois de droits et le bénéfice de sa carte de résident. Son titre de séjour est à l’étude à la Préfecture, pour vérifier son droit de séjour :

Ma femme a été malade au Maroc, alors je suis rentré pour la voir. Je suis resté huit mois à côté d’elle. Elle est morte… que Dieu ait sont âme… Je savais que j’aurai des soucis si je restais au Maroc, mais je suis quand même resté. Il le fallait… Maintenant, je ne peux plus y retourner. La Préfecture a gardé ma carte de séjour. Je veux aller voir mes filles qui sont encore là-bas, je ne peux pas… (larmes) (M. M., 73 ans).

192D’autres vivent un dilemme permanent que symbolisent bien ces allers-retours incessants entre la France et le pays d’origine.

Je ne veux pas rentrer définitivement en Algérie je préfère faire des allers-retours. Je reste deux ou trois mois, et je reviens. Si je suis malade, je rentre en France, c’est mieux et le docteur me connaît.

193Ou encore :

Je suis obligé de faire des allers-retours. Tu veux que je reste ici, dans une chambre tout seul ? Là-bas, on a notre famille, nos enfants… Mais ici j’ai ma pension et mon docteur.

194Un autre évoque clairement la dimension identitaire de cette ambivalence que le temps a creusée vis-à-vis du pays d’origine :

Je suis Algérien, de nationalité algérienne, mais dans mon caractère je suis Français. Je suis né en Algérie, c’était la France à l’époque, j’ai grandi dans l’Algérie française. Ensuite, à 19 ans, je suis venu en France pour faire l’armée. Ça fait longtemps, j’ai quitté en 1963. Je me sens français, j’ai toujours connu la France. Là-bas, j’ai construit une maison pour ma femme et mes enfants. À chacune de mes visites, je reste avec eux. Je ne sors pas avec des amis là-bas, c’est trop dur… faut que je revienne en France, ici c’est la paix. Quand je pars, je paye ma chambre d’avance pour qu’ils me la gardent.

195Le va-et-vient permet de maintenir un lien régulier mais finit par exclure la notion de retour qui pourtant était pleinement comprise dans le projet migratoire au départ. Vivre longtemps en France a fait de ces migrants vieillissant des « étrangers » ici et là-bas, des « absents » là-bas et des surnuméraires ici. Pour beaucoup, ce retour est impossible comme s’il signifiait « faire le chemin inverse » : ils préfèrent alors rester dans cet entre-deux et continuer finalement à « sacrifier leur vie », comme ils disent, de la même manière qu’ils le faisaient autrefois, lorsqu’ils étaient en activité.

Notes

1 AD Indre-et-Loire, 10M120, statistiques.

2 AD Indre-et-Loire, 10M 122, dossier de Zofia Dubiel, lettre de novembre 1933 à Julie Duval.

3 AD Indre-et-Loire, 10M121-124, contrat de travail.

4 AD Indre-et-Loire, 10M121-124, contrat de travail.

5 AD Indre-et-Loire, 10M 121, dossier de Katarzyna Brudz, lettre de son patron Hersant Hupenoire à Julie Duval, le 12 mars 1935.

6 Lettre du docteur Denoyelle à Mme Duval citée par Mathieu Henner, 2006, p. 169.

7 Les informations concernant l’histoire du département et de Rosières sont tirées du mémoire de Raphaël Goguely et de Des usines et des Hommes, L’industrie entre Bourges, Saint-Florent et Vierzon de 1781 à 1939, conseil général du Cher, 2001.

8 L’usine de Mazières, après de multiples rachats licenciera la plupart de ses salariés en 2000. Un petit groupe, Delamarre Hauffmann Industries, reprendra la direction de l’usine en 2002, conservant une quarantaine d’emplois.

9 L’exposition réalisée à l’occasion des 100 ans de la CGT à Rosières montre que le syndicalisme a été par la suite littéralement investi par les populations migrantes.

10 Entretien numéro 2.

11 Ibid.

12 Entretien numéro 2. Les guillemets dans la citation correspondent à la lecture de ce que l’enquêté avait écrit et préparé pour notre entretien.

13 Le Petit Fondeur, numéro 1, janvier 1993.

14 Il s’agit là d’observations réalisées par Clotilde Gilles dans le cadre de son travail universitaire. Ainsi, le Boulevard Tonnelé à proximité du Vieux Tours, apparaît quinze fois dans le registre avec l’occupation du n o 110 sept fois, le numéro 6 quatre fois et ce pour douze patronymes. De même, la rue Blaise Pascal est occupée sur la période 1924-1925 par 37 personnes réparties sur onze numéros (dont certains sont présents plus de six fois comme les no 6, 3, 40) et comptant 28 patronymes. Et pour la période 1926-1927 ces numéros sont encore présents mais les patronymes ont changé.

15 Feliciano et Federica (pseudonyme attribués aux interviewés) à l’époque ne formaient pas encore un couple. Ils vivaient dans le même quartier et ce n’est qu’à partir 1970 qu’ils ont décidé de vivre ensemble. Federica, de temps à autre, fait allusion à son ex-mari dans son discours.

16 […] ce congrès exprimait à nouveau sa solidarité avec les courageux syndicalistes opprimés par des régimes totalitaires et condamnait les méthodes de répression auxquelles ils assistaient, notamment en Espagne franquiste.

17 En novembre 1944, de retour de son refuge de l’Indre, il parvient à se réinscrire au registre du commerce comme le mentionne le fichier mis à jour par l’association ARESHVAL (Association de recherche et d’étude historique sur la Shoah en Val-de-Loire) que nous remercions ici d’avoir bien voulu nous donner accès à ces sources complémentaires du présent entretien.

18 Un homme interviewé en 2008 et arrivé à Tours en 1958 d’Adjaj, évoque quant à lui le rôle du directeur du foyer d’hébergement lui-même originaire de cette région.

19 Nous revenons plus en détails sur la migration portugaise p. 114.

20 Cf. dans le chapitre suivant l’évocation des bidonvilles de Larçay et Monts.

21 C’est ce qui ressort des témoignages recueillis notamment par R. Collet, op. cit.

22 Un autre consulat sera ouvert à Nogent-sur-Marne en 1971. Un autre à Versailles encore. La création de celui de Tours dès 1968 témoigne bien de l’importance numérique, en dehors de la région parisienne, des Portugais de la région Centre.

23 Sur le plan national, le nombre de Portugais passe d’environ 20 000 en 1958 à 700 000 en 1974.

24 AD Indre-et-Loire, versement 44 W 271. Preuve à la fois de la précarité liée à la clandestinité mais aussi des pratiques de régularisation, les statistiques des titres de séjour délivrés à des Portugais de plus de 16 ans en Indre-et-Loire de 1959 à 1986, montrent l’importance des cartes de séjour temporaire et titres précaires qui culmine en 1964 (48 % des titres délivrés) pour quasiment disparaître à partir de 1974.

25 Selon les fichiers de la préfecture versés en série W aux archives départementales.

26 Versement 1383 W 274.

27 Témoignage de Perolina de Jesus Silva.

28 Ibid., p. 18. Une femme arrivée du Maroc à Tours à la fin des années 1950 rencontrée au cours de notre enquête, témoigne elle aussi de cet habitat précaire au sein du Sanitas alors en construction, rejoignant aussi le récit d’un vieil homme maghrébin dans le film documentaire Quartier de Mémoire réalisé en 2001 sur le quartier.

29 En cette période, les rives du Cher et le futur quartier des Fontaines en sont en effet à l’étape du grand chantier d’endiguement, d’assainissement et de remblaiement.

30 Il s’agit de ce que l’on trouve en série W aux Archives départementales et émanant du bureau de l’état-civil et des étrangers ou d’inspections du travail dans les entreprises.

31 Versement 1383 W 274 déjà cité.

32 Échantillon ou totalité de cette population portugaise à Tours ? On sait en tout cas que les Portugais représentent 5 072 personnes dans l’ensemble du département au recensement de 1968. Ils seront deux fois plus en 1975.

33 État récapitulatif versé aux Archives départementales cote 1383 W 230. Dépouillement effectué par Alexandra Colin dans le cadre de son master d’histoire à l’université de Tours en 2006-2007.

34 Certains témoins de l’époque évoquent cette sociabilité et ce mode de vie rural au sein des pavillons avec des jardins construits en bord de Loire près de l’Ile Aucard et du quai Paul Bert à Tours.

35 On peut ici rappeler la facilité des régularisations déjà soulignée qui a accéléré la possibilité du regroupement familial.

36 On peut citer, sans prétention à être exhaustif, les Portugais de Joué, l’Union portugaise sociale d’Orléans, le club des Portugais de Pithiviers, l’Association sportive des Portugais de Bourges, l’Olympique portugais de Mehun-sur-Yèvre, l’ASC des Portugais de Blois, le FC des Portugais de Bourre, l’AS portugaise Mer, l’AAMS portugaise de Salbris, etc.

37 Des entrepreneurs soutenus par des banques portugaises, entre autres, installées à Tours ou à Orléans par exemple.

38 En 2007 : 92 % de résidents originaires des pays du Maghreb, 54 % de résidents âgés de plus de 65 ans.

39 En 2007 : environ 50 % de résidents originaires des pays du Maghreb, 40 % de résidents retraités.

40 Mairie de Saint-Jean-Le-Blanc, extrait du registre des délibérations du conseil municipal, 26 octobre 1955.

41 Ce travail d’enquête a été réalisé par Hakima Karraï, assistante sociale et étudiante en master de sociologie et diplôme supérieur de travail social à l’université de Tours. Ses entretiens se sont souvent déroulés en arabe, permettant ainsi une réelle proximité avec les personnes rencontrées.

Table des illustrations

Titre Lettres de Franciszka Kasprzak et sa patronne madame Galland à Julie Duval, écrites en juillet 1934
Légende [Source : dossier de Franciszka Kasprzak, AD Indre-et-Loire, 10M 124 (cliché A. Gomoluch).]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13751/img-1.jpg
Fichier image/, 572k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13751/img-2.jpg
Fichier image/, 460k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13751/img-3.jpg
Fichier image/, 356k
Titre Groupe de Polonais. Village de Pontlevoy (41) en 1934.
Légende [Source : fonds Clergeau, AD Loir-et-Cher.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13751/img-4.jpg
Fichier image/, 236k
Titre Polonais et ukrainiennes de la ferme de la Pastourellerie (41) en 1925.
Légende [Source : fonds Clergeau, AD Loir-et-Cher.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13751/img-5.jpg
Fichier image/, 168k
Titre Cartes de membre du parti communiste polonais, de la CGT, et de l’Union des Polonais anciens résistants en France, Rosières, 1947.
Légende [Source : cliché Guillaume Étienne.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13751/img-6.jpg
Fichier image/, 392k
Titre Tract de la CGT Rosières rédigé en arabe, 1978.
Légende [Source : cliché Guillaume Étienne.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13751/img-7.jpg
Fichier image/, 140k
Titre Modalités de l’arrivée des migrants à Tours : directement depuis l’Algérie ou par étape
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13751/img-8.jpg
Fichier image/, 52k
Titre Population active portugaise dans l’Indre-et-Loire et le Loiret en 1968 et 1975. Catégories socioprofessionnelles et secteurs d’activité
Légende Source : INSEE, recensements de la population, pourcentages calculés par nos soins.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13751/img-9.jpg
Fichier image/, 108k
Titre Répartition de la population portugaise en Indre-et-Loire au 31 décembre 1971
Légende Source : J. Debon, « Les Portugais en Touraine. Étude d'un flux migratoire », Revue Norois, no 83, 1974, p. 202. [Carte : D. Andrieu, MSH Val de Loire, janvier 2013.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13751/img-10.jpg
Fichier image/, 260k
Titre Taux de féminité parmi les actifs occupant un emploi en 1982 selon la nationalité, Indre-et-Loire et Loiret
Légende Source : INSEE, recensement de la population, calcul par nos soins.Lecture : en 1982, 31,9 % des actifs occupant un emploi de nationalité portugaise sont des femmes.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13751/img-11.jpg
Fichier image/, 56k
Titre Cartographie des foyers recensés en région Centre
Légende Source : d'après H. Béguin. [Carte : D. Andrieu, MSH Val de Loire, février 2013.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13751/img-12.jpg
Fichier image/, 181k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540