Version classiqueVersion mobile

Étrangers dans le berceau de la France ?

 | 
Pierre Billion
, 
Hélène Bertheleu
, 
Sylvie Aprile

Partie I. Cinq vagues migratoires

Cinq vagues migratoires

Texte intégral

1789-1850 : une immigration politique

1Le début du xixe siècle n’appartenait pas au départ au cadre de l’enquête mais il est ici d’une grande importance car y émerge un certain nombre de réalités et de représentations pérennes de l’immigration dans la région. Cette implantation n’est pas volontaire, elle est liée à la situation régionale : éloignée des frontières et distante de la capitale.

2Trois caractéristiques migratoires sont ainsi déjà identifiables : une origine variée (surtout espagnole et polonaise), une migration socialement clivée (des élites souvent aisées parfois célèbres et des travailleurs et travailleuses modestes et anonymes), une organisation et une gestion de l’immigration contrainte qui posent, dès ses origines, les questions qui sont au cœur des processus migratoires : celles de l’accueil, de l’assistance et de l’emploi. L’administration française institue des dépôts pour les émigrés chassés de leur pays qui reçoivent une subvention pour leur permettre de vivre en attendant de trouver un travail. Ce système permet d’exercer une surveillance constante sur les étrangers qui touchent leur subvention chaque mois à la mairie, mais aussi de les répartir.

Les émigrés carlistes espagnols

3Les querelles de succession sur le trône d’Espagne et les enjeux de la modernisation politique et économique ont conduit les partisans du prétendant au trône espagnol à se réfugier en France. L’accueil fut à la fois chaleureux et prudent. L’Indre est un des départements récepteurs de Carlistes et à partir de novembre 1833, les réfugiés commencent à affluer à Châteauroux, ce qui nécessite, en 1834, la mise en place de secours extraordinaires puis réguliers.

4On note aussi la présence de quelques réfugiés italiens dans l’Indre à la suite de l’insurrection de Modène de février 1831.

  • 1 Voir en bibliographie les travaux portant sur cet aspect.

5Si l’accueil est dans un premier temps plutôt bon, le mois de février 1835 est cependant marqué par des violences contre les réfugiés. En 1837, ils sont assignés aux travaux du canal de Berry (chantier de Augy-sur-Aubois), participant à la lente et difficile mise en valeur de la région. Deux ans plus tard, en 1839, on dissout le dépôt : avec l’arrivée de Don Carlos à Bourges, on préfère éloigner ses partisans qui sont alors dirigés vers Arras, Alençon et Amiens. Ces émigrés carlistes qui ne se sont pas installés durablement sont cependant bien connus et ont déjà fait l’objet de plusieurs études dans le cadre départemental1.

La « grande émigration » polonaise

  • 2 Voir notamment le recueil de notes de René Lacour où sont résumés les faits marquants qui se sont (...)

6C’est surtout l’émigration polonaise qui retient plus durablement l’attention car elle a laissé plus de traces. L’arrivée des réfugiés polonais se situe, pour l’essentiel, à partir de 1832 – au lendemain de l’insurrection manquée de 1830 et de sa répression par l’armée russe – elle est suivie par des vagues successives en 1840 et en 1863. Les travaux de recherche menés plus spécifiquement sur l’Indre et l’Indre-et-Loire permettent d’avoir une vision générale mais aussi singulière de cette première migration polonaise2. Ces réfugiés – opposants au régime tsariste – appartiennent pour l’essentiel à la noblesse et à la bourgeoisie intellectuelle polonaise. Le recensement de 1851 témoigne de cette présence polonaise puisque les Polonais sont la deuxième nationalité la plus représentée dans la région (14,7 % de l’ensemble des étrangers, ce taux n’étant pourtant que de 2,5 % pour toute la France). Ils sont plus nombreux dans le Loiret et dans le Cher. Les recensements suivants ne prennent malheureusement plus en compte la catégorie des Polonais jusqu’au retour à l’indépendance du pays en 1918. Il est vraisemblable que ceux-ci soient dénombrés parmi les Austro-Hongrois et Russes, d’ailleurs sur-représentés en région Centre par rapport au reste de la France (même s’ils ne dépassent guère quelques centaines).

7Quelques personnalités célèbres ont permis également de garder la trace de cette première émigration polonaise, comme celle de l’abbé Kowalki, médecin oculiste, réputé pour la guérison des maux d’yeux et plus encore celle du Comte Branicki. En 1849, Xavier Branicki, fils d’une illustre famille polonaise, devient le propriétaire du château de Montrésor (Indre-et-Loire) et des 2 000 hectares de terres situées dans les environs, incarnant à la fois la figure du propriétaire local, du généreux châtelain et de l’exilé fidèle à son pays. Le comte Branicki reconstruit presque entièrement le logis d’Imbert de Bastarnay, dont il ne restait plus que les pignons et les murs porteurs intérieurs. Grand amateur d’art et collectionneur avisé, il a constitué peu à peu dans son château un véritable musée (meubles de la Renaissance italienne, trophées de chasse, et aussi pièces d’orfèvrerie provenant des anciens rois de Pologne). Il a joué un rôle dans les relations franco-polonaises : il a accompagné le prince Napoléon à Constantinople, lors de la guerre de Crimée, et a tenté de former un régiment polonais. Il fut aussi un important financier qui participa à la création du Crédit Foncier de France. Auteur d’ouvrages économiques, politiques et historiques, le nouveau châtelain de Montrésor fut aussi, pour sa commune (dont il fut le maire de 1860 à 1870), un généreux mécène. Sa situation n’est pas exceptionnelle : Jean Antoine Ostroswki membre également d’une riche famille polonaise a acheté la propriété de Madères à Vernou. Ces grands propriétaires constituent des pôles d’attraction pour les Polonais réfugiés : les régisseurs de leurs domaines sont polonais ainsi que toute la domesticité. De nombreuses tombes au cimetière de Montrésor en témoignent. Les déclarations de 1851 donnent un aperçu plus varié des métiers exercés : typographes, employés dans les travaux publics, relieurs, professeurs de langues, médecins. Beaucoup se marient : on célèbre trente-quatre mariages de 1836 à 1852. Dix ans plus tard, soit parce qu’ils ont changé de résidence, qu’ils sont rentrés en Pologne ou qu’ils ont trouvé ailleurs un emploi stable, ils ne sont plus que treize.

1850-1918 : une immigration de travail encore modeste

8Cette première partie de notre enquête est certainement aujourd’hui encore, paradoxalement, la période la plus méconnue de l’immigration dans les départements qui constituent la région, ce qui s’explique principalement par un apport numérique beaucoup plus faible que dans d’autres régions de France. La région compte en 1886 seulement 6 625 étrangers, soit à peu près autant pour l’ensemble de la région que, par exemple, dans les départements de l’Hérault et de la Gironde. À titre de comparaison encore, les seuls départements des Bouches-du-Rhône et du Nord comptent à l’époque, respectivement 45 609 et 153 524 étrangers, le département frontalier des Ardennes 19 868. Loin des frontières et souvent éloignés des grands centres industriels, les départements qui constitueront la région Centre sont peu touchés par l’arrivée des vagues migratoires importantes en cette période de forte industrialisation. Au regard d’autres régions françaises plus attractives, les créations industrielles, souvent en milieu rural, et la construction urbaine sont le plus souvent alimentées par la seule main-d’œuvre locale et l’exode des bassins ruraux avoisinants.

9Les analyses statistiques et la cartographie mettent en évidence un fort clivage ville/campagne et le développement d’une forme d’immigration de services (domesticité urbaine féminine de nurses et gouvernantes, masculine de cochers puis de chauffeurs). La présence dans trois villes moyennes, Chartres, Dreux, Bourges, de nombreuses et anciennes communautés religieuses accentue encore cette présence féminine. La présence britannique est aussi marquée par sa féminisation. Dans tous les départements ou presque, les étrangers de cette nationalité sont plus souvent des femmes (inversant ainsi la tendance classique à l’immigration masculine). Ceci est particulièrement vrai pour les recensements de 1891 puis de 1911 en Indre-et-Loire et dans le Loiret. On note également, avant 1914, une émigration souvent saisonnière belge et italienne marquée par une forte empreinte rurale. Entre les recensements de 1851 et de 1886, le nombre de Belges dans la région est multiplié par 8,7 alors que le nombre total d’étrangers est quant à lui multiplié par 3,8. Les Belges sont surtout présents en Eure-et-Loir et dans le Loiret.

Analyse comparée des recensements de 1886 et 1911

10Il paraît intéressant pour approcher d’un point de vue statistique cette période de comparer les données des différents recensements, de 1851 à 1911. Nous avons choisi le recensement de 1886 comme référence de cette période puisque cette année connaît le pic de la présence étrangère dans la région au cours de la période étudiée. Nous esquisserons quelques comparaisons de détail avec le dernier recensement précédant la Grande Guerre. La lecture des deux graphiques (page suivante) retraçant l’évolution de la population étrangère de 1851 à 1911 révèle trois caractéristiques majeures de cette période : la montée puis la décrue du nombre total d’étrangers durant cette période d’une part ; la prépondérance des Belges parmi quatre nationalités de pays frontaliers fortement représentées d’autre part ; une diversification, enfin, des nationalités dans la dernière période intercensitaire 1891-1911 avec l’arrivée d’Espagnols et la catégorie des autres nationalités en progression contrairement aux autres catégories.

11Ces évolutions sont visibles sur le premier graphique figurant par des aires les effectifs des principales nationalités. Quant au second graphique représentant le poids relatif, en pourcentage, des principales nationalités par rapport au nombre total d’étrangers pour chacun des quatre recensements étudiés, il montre une représentation assez stable des nationalités au fil des années, malgré un poids plus important des Belges à la fin du dix-neuvième et la catégorie des autres nationalités difficile à interpréter dans la mesure où les effectifs des Austro-Hongrois et Polonais ne peuvent être suivis d’un recensement à l’autre.

Étrangers en région Centre : évolution des effectifs par nationalité recensements de 1851 à 1911

Étrangers en région Centre : évolution des effectifs par nationalité recensements de 1851 à 1911

Région Centre 1851-1911. Poids relatif des principales nationalités par rapport au nombre total d’étrangers (en %)

Région Centre 1851-1911. Poids relatif des principales nationalités par rapport au nombre total d’étrangers (en %)

Une faible présence étrangère

12La région Centre dans son ensemble compte, au recensement de 1886, 6 625 étrangers, soit 0,34 % de la population alors que les étrangers représentent 2,97 % de la population de la France entière. La région n’est donc pas un lieu de destination fréquent pour les étrangers. Les disparités entre les départements sont importantes en termes d’effectifs de population étrangère, mais sont négligeables pour ce qui est des principales nationalités représentées. L’Eure-et-Loir figure en tête des six départements de la région avec 1 984 étrangers (0,69 % de la population) suivi du Loiret (1 615 étrangers, 0,43 % de la population). Hormis l’Indre-et-Loire (1 264 étrangers), les trois autres départements comptent seulement cinq à six cents étrangers.

13En 1911, la région ne compte plus que 3 949 étrangers et la proportion d’étrangers dans la population totale tombe à 0,21 %, décrue plus importante que dans la France entière (2,86 % d’étrangers). Cette décroissance du nombre d’étrangers s’explique sans doute par le nombre de naturalisés de la fin du dix-neuvième siècle et du début du vingtième. Ainsi, en 1911, le nombre de personnes immigrées et d’origine étrangère, arrivées récemment en France, est-il peut-être plus important que ne laisse paraître la forte décroissance du nombre d’étrangers. Le tableau ci-après révèle en effet que, entre 1886 et 1911, le nombre des naturalisés a plus que doublé dans la région et dans la plupart des départements. Il triple même dans l’Indre et l’Indre-et-Loire. Le détail des données par sexe révèle que, contrairement aux effectifs d’étrangers de la région, les naturalisés sont plus souvent des femmes que des hommes.

Étrangers et naturalisés en région Centre

Étrangers et naturalisés en région Centre

Principales nationalités

14Parmi les nationalités recensées en 1886, les Belges arrivent en tête et représentent un tiers (32,47 %) des étrangers de la région. Dans les six départements, cette nationalité est largement la plus représentée (de 30 à 40 %) sauf en Indre-et-Loire où elle représente seulement un peu plus de 20 % des étrangers mais demeure néanmoins en tête de toutes les nationalités. En 1911, la proportion de Belges décroît sensiblement (19,32 % des étrangers de la région ; soit 763 Belges sur 3 949 étrangers) même si cette nationalité demeure la plus nombreuse. Les Belges sont, à la veille de la guerre, toujours moins nombreux en Indre-et-Loire où la population étrangère présente une plus grande diversité de nationalités.

15Ce sont, ensuite, les Allemands et les Suisses qui représentent les deux autres nationalités les plus représentés avec, en 1886, respectivement 16,72 et 14,96 % des étrangers de la région.

16Les nationalités de ces trois pays frontaliers représentent à elles seules les deux tiers des étrangers de la région. Suivent enfin les Italiens (10,57 %) et les Anglais, Écossais et Irlandais (8,14 %). En 1911, la situation est sensiblement identique même si les Italiens pèsent désormais d’un poids relatif plus important au sein des étrangers et que, surtout, le nombre d’Espagnols n’a pas décru contrairement aux autres nationalités.

17Localement, par département, quelques particularités peuvent être notées à la lecture du recensement de 1886. On observe une sur-représentation des Belges dans le Loiret. Ils y sont 664, ce qui fait 41 % des étrangers du département et près de 31 % des Belges de la région : il s’agit ici d’implantations à la fois ouvrières et/ou rurales. En 1911, ils ne sont plus que 204 dans ce département (environ 20 % de la population étrangère locale).

18On remarque aussi, en 1886 comme en 1911, une sur-représentation relative des Anglais, Écossais et Irlandais en Indre-et-Loire et en Loir-et-Cher. En 1886, ces deux départements regroupent plus de la moitié des 539 Anglais, Écossais et Irlandais de la région. Parmi les Anglais, on recense des rentiers, étudiants, des domestiques hommes et femmes (cochers, nurses).

  • 3 AD Indre-et-Loire, 4M480-4M389.

19Les chiffres donnés pour la seule ville de Tours confirment cette importance ainsi qu’une présence féminine supérieure à la moyenne. Une étude des registres nominatifs3 montre l’importance des Anglaises dans la domesticité et dans les services d’éducation. La sur-représentation féminine tient aussi à la présence de religieuses, telles ces Irlandaises du couvent Saint-Symphorien.

20On notera encore une relative sur-représentation des Suisses dans l’Eure-et-Loir. On peut faire les mêmes constats pour les Italiens qui sont un peu plus nombreux que dans la moyenne de la région dans l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher en 1886. En 1911, c’est le Loiret qui connaît cette fois une plus forte implantation italienne.

21D’une façon générale, la population étrangère en Indre-et-Loire, en 1886 comme en 1911, s’avère relativement plus diversifiée qu’ailleurs dans la région en termes de nationalités. On y trouve en 1886 par exemple, 102 Espagnols, 53 Américains du Nord et du Sud, 42 Hollandais et Luxembourgeois, 38 Russes aux côtés des autres nationalités déjà citées. Ceci étant dit, comme dans tous les autres départements, la présence étrangère est très discrète dans ce département avec 1 264 étrangers pour une population départementale de 340 989 habitants.

La répartition par nationalité comparée à la situation nationale

22Le recensement de 1886 en région Centre peut aussi être comparé à l’ensemble de la France. L’immigration régionale recoupe grossièrement les tendances nationales. La répartition par nationalité dans les six départements de la région suit globalement la même logique que dans la France entière. Néanmoins, si on compare toujours au reste du pays, les Allemands, les Suisses et, même s’ils sont moins nombreux, les Anglais, Écossais et Irlandais sont sur-représentés dans la région Centre, au détriment des Belges et surtout des Italiens particulièrement sous-représentés cette fois.

23En 1911, nous l’avons dit, le nombre de naturalisés croît de façon importante. On peut donc faire l’hypothèse que, malgré une baisse importante de la population étrangère par rapport à 1886, l’immigration et la représentation des différentes nationalités étrangères et des nationalités d’origine des naturalisés, restent globalement stables et sans changement majeur tout au long de cette période de la seconde moitié du dix-neuvième à la grande guerre.

24On peut aussi décrire les étrangers de la région en citant les principales nationalités représentées dans les différents départements, ce qui donne une autre lecture que les taux relatifs cités jusqu’ici. Il faudrait en fait une cartographie plus fine, mais les effectifs sont faibles et on ne peut s’en tenir qu’à une appréhension globale. Pour 1886 par exemple : 664 Belges dans le Loiret, 259 Belges en Indre-et-Loire, 213 Belges dans le Cher, 211 Belges dans l’Indre, 203 Belges en Loir-et-Cher, 601 Belges dans l’Eure-et-Loir, 520 Allemands en Eure-et-Loir, 404 Suisses en Eure-et-Loir, 195 Anglais, Écossais et Irlandais en Indre-et-Loire. Tel est le portrait de l’immigration dans la région, en valeur absolue, si l’on s’arrête aux nationalités dépassant deux centaines (ou quasiment) dans les différents départements.

La répartition hommes-femmes

25En ce qui concerne la répartition entre hommes et femmes, la population étrangère de la région est, en 1886, plus souvent masculine qu’ailleurs dans le pays. En effet, le taux de masculinité est de 54,82 % pour la France entière, alors qu’il atteint 61,22 % pour la région Centre, toutes nationalités confondues bien sûr. Cela correspond à 4 056 hommes étrangers dans la région pour 2 569 femmes.

26Ce taux de masculinité augmente significativement pour l’Eure-et-Loir (66,22 %) et le Loiret (64,64 %), dans une moindre mesure pour le Loir-et-Cher (61,04 %). On peut y voir clairement la marque des emplois industriels drainant une main-d’œuvre plus souvent masculine. Seul l’Indre-et-Loire est en dessous de la moyenne nationale et compte presque autant d’hommes étrangers que de femmes (663 pour 601) ce qui renvoie à la population de nurses et gouvernantes dont nous avons déjà parlé.

27Dans le détail des nationalités, les Allemandes comme les Anglaises, Écossaises ou Irlandaises sont ainsi plus nombreuses que les hommes de même nationalité, ce qui n’est pas vrai pour la France entière.

28On notera par exemple en 1886, dans l’Indre-et-Loire, 120 Anglaises, Écossaises ou Irlandaises pour 75 hommes, 104 Allemandes pour 71 Allemands ou encore, dans le Loiret, 71 Anglaises, Écossaises ou Irlandaises pour 37 hommes de même nationalité, et 119 Allemandes pour 72 Allemands. En 1911, et même si les effectifs sont moins importants, on voit se perpétuer – notamment en Indre-et-Loire et dans le Loiret – ce qui a déjà été noté pour 1886 : la demande d’une qualification féminine spécifique (institutrices, nurses). Pour Chartres, la sur-représentation féminine irlandaise tient à la présence de dix religieuses sur les treize Irlandais présents dans la ville.

29À l’inverse, d’autres nationalités connaissent une forte proportion d’hommes. Parmi les 664 Belges du Loiret, le taux de masculinité est de plus de 78 % en 1886. Il atteint près de 75 % en Eure-et-Loir pour la même nationalité.

30Les migrants belges et italiens représentent une main-d’œuvre peu qualifiée et masculine que l’on retrouve dans toute la France. En 1911, l’écart entre les taux de masculinité des principales nationalités est important puisqu’il descend à 31 % pour les Britanniques et les Allemands, les Espagnols, seule nationalité dont l’effectif a augmenté entre 1886 et 1911, ayant un taux de masculinité de 62,9 %.

31Les résultats du recensement de 1886 ne présentent pas de répartition par secteur d’activité ou profession et ce sont surtout les approches micro-historiques qui permettent d’approcher au mieux la réalité de l’immigration régionale de cette période. En effet, on comprend à la lecture des pages précédentes qu’une histoire quantitative de l’immigration basée sur les recensements reste d’une pertinence limitée pour la période concernée. Il est donc nécessaire d’approcher de façon plus micro-historique les réalités, ce que nous avons entrepris à propos des demandes de naturalisation.

Approche micro-historique des demandes de naturalisation de 1849 à 1914

32La population des naturalisés, 1 086 pour toute la région, est infime en 1886, comme dans toute la France d’ailleurs, 103 000 personnes sur près de 38 millions d’habitants. Les quelques personnes qui font la demande méritent néanmoins que l’on comprenne plus finement le sens de leur démarche. Ces recherches sont par ailleurs délicates car ce n’est qu’en 1884 qu’apparaissent des questionnaires de demande de naturalisation dans les préfectures (données sur l’âge d’entrée en France et la durée du séjour, et l’état marital et le nombre d’enfant). Cinquante-trois dossiers ont d’ores et déjà été étudiés de 1849 à 1888 (Josse, 2007).

33Les Allemands sont les plus nombreux devant les Italiens et représentent un tiers des candidats à la naturalisation, soit onze naturalisations enregistrées pour cette période. Cette première place de la communauté allemande parmi les candidats à la naturalisation contraste avec leur importance numérique considérée dans l’ensemble de la population étrangère en Indre-et-Loire. En effet, en 1886, les Allemands représentent 13,84 % de la population étrangère derrière les Belges, les Britanniques et les Italiens.

34La présence de cette communauté allemande est ancienne, en Indre-et-Loire comme en France, ce qui explique en partie cette forte présence parmi les candidats à la naturalisation. Si l’on reprend l’explication de Gérard Noiriel, « on retrouve une fois de plus le facteur de l’ancienneté d’implantation comme élément décisif du taux de naturalisation au sein de chaque communauté. Si l’on examine la proportion des effectifs naturalisés dans les groupes de même origine […], on remarque que les nationalités les plus tôt installées en France […] ont les plus fortes proportions de naturalisés […] » (Noiriel, 1988, 206). Les Britanniques sont également présents depuis fort longtemps sur le territoire national et dans le département (ils représentent 15,4 % de la population étrangère en Indre-et-Loire en 1886), mais un seul Anglais dépose un dossier qui conduit à sa naturalisation. Ceci s’explique par le fait que « la distinction aristocratique [opérée par les Britanniques] veut que l’on conserve sa nationalité d’origine » (Josse, 2007). Les stratégies communautaires face à la naturalisation ne sont pas suffisantes : une autre raison explique la prépondérance des Allemands parmi les demandeurs de la nationalité française durant cette période. En effet, la guerre de 1870 avec la Prusse aggrave la situation des ressortissants allemands présents sur le sol français et pour ne pas en pâtir alors qu’ils sont déjà bien installés, la naturalisation apparaît alors comme une solution.

35Les Belges viennent en troisième position des candidatures. Toutes ces demandes obtiennent une décision favorable, ce qui contraste avec le cas allemand ou polonais notamment. Là encore, la proportion des Belges dans l’ensemble de la population étrangère en Indre-et-Loire, qui est de 20,49 % en 1886, ne se reflète pas dans celle de l’ensemble des candidats à la naturalisation. Il en va de même pour les Suisses qui comptent 154 ressortissants en Indre-et-Loire (12,18 %) et seulement un demandeur sur cinquante-trois, mais qui acquière la nationalité française.

  • 4 AD Indre-et-Loire, 6M812, dossier Sokolwski.

36De même, les Italiens ne représentent que la quatrième nationalité des candidats avec seulement trois demandes dont une est sans suite. La population italienne en Indre-et-Loire est, elle, de 182 individus en 1886, soit 14,4 % de la population étrangère. En revanche, de nouvelles nationalités apparaissent : Polonais, Hollandais, Luxembourgeois et Mexicains. Les premiers déposent huit demandes. Cette présence peut être considérée comme un écho de la venue de réfugiés Polonais en 1832. L’un d’entre eux se dit arrivé en Indre-et-Loire en 1832 en tant que réfugié4. Mais seulement trois obtiennent une réponse positive.

37La majorité des candidats à la naturalisation réside à Tours, c’est-à-dire 60 % d’entre eux. Si l’on y ajoute la présence de postulants à Amboise, Loches, Descartes (3 333 habitants en 1851), Bléré (5 062 habitants) et Bourgueil (3 405 habitants), villes de moindre importance, cela montre que les candidats à la naturalisation sont, pour pratiquement les trois-quarts, des urbains.

38Il est à noter que les candidats résidant à Montrésor sont tous Polonais. Parmi eux, le comte Xavier Branicki, le châtelain dont nous avons déjà parlé. Il obtient sa naturalisation en 1854. Le second n’est autre que l’administrateur des propriétés du comte qui acquière la nationalité française en 1867. L’examen des professions des demandeurs montre que 30 % des postulants sont employés dans les Compagnies du chemin de fer de l’État, d’Orléans et de Vendée. Les candidats à la naturalisation, employés par les Compagnies du chemin de fer sont en majorité des ouvriers.

  • 5 AD Indre-et-Loire, 6M813, dossier Trigaux.

39La concurrence entre travailleurs français et étrangers peut expliquer cette prépondérance des employés aux chemins de fer parmi les demandeurs de la nationalité française. Ces tensions ont donc pu pousser certains étrangers à vouloir acquérir la nationalité française pour ne plus être inquiétés dans leur travail. Elles sont vives durant la seconde république et dans les années 1880. Par exemple, le 11 février 1850, la majorité des 1 800 ouvriers français des chantiers de terrassement pour la voie de chemin de fer, à Joué et à Monts, font grève pour obtenir le renvoi des ouvriers belges (Leveel, 1988). Le second élément peut-être considéré consécutif au premier et n’est autre que la pression des Compagnies qui poussent leurs employés étrangers à se faire naturaliser pour garder leur travail. Et, « dès 1888, le directeur de la Compagnie d’Orléans exige de ses ouvriers la preuve qu’ils sont français. Ceux qui ne le sont pas doivent se faire rapidement naturaliser ou partir » (Leveel, 1988). Ainsi, un Belge, ingénieur au chemin de fer de l’État qui s’occupe de l’un des plus importants services et dirige près de huit cents agents et ouvriers, déclare vouloir être naturalisé pour ne plus être considéré comme un étranger « dont les intentions sinon les actes sont avec plus ou moins de raisons respectées »5. La forte présence des travailleurs étrangers sur les chantiers de chemin de fer, déjà étudiée pour la Normandie par Pierre-Jacques Derainne, ne semble pas avoir eu le même impact sur les naturalisations.

40Hormis les chemins de fer, le deuxième groupe professionnel concerné est celui des commerçants qui représentent 15 % du total. Cinq d’entre eux sont naturalisés et trois autres dossiers classés sans suite. Cette fois-ci ce sont les Allemands qui dominent avec six représentants sur huit dans ce groupe, dont un brasseur, un horloger bijoutier, un débitant de tabac et un négociant notamment. On comprend que leur situation professionnelle les amène à renoncer à leur nationalité. Arrivent ensuite les professions libérales où c’est encore le secteur de la médecine qui domine puisque sont présents trois médecins, un pharmacien de l’hospice général et un vétérinaire, avec seulement un dossier classé sans suite. L’analyse réalisée à partir des recensements et des dossiers individuels permet, à une échelle numériquement négligeable, de souligner deux autres données peu mobilisées dans notre enquête et sur le territoire national à une échelle plus macro : celle de l’importance du chantier comme lieu de construction de l’identité des immigrés et celle de l’histoire des conflits, ici le souvenir de la guerre franco-prusienne. Les chantiers des chemins de fer ont été l’une des premières formes d’encadrement de la main-d’œuvre étrangère par des entrepreneurs parfois eux-mêmes étrangers. On peut relier à ces chantiers ferroviaires de la fin du xixe siècle, les entreprises du bâtiment italien dont les nombreuses ramifications témoignent du dynamisme.

  • 6 Cf louvrage de P. Andenino et al. en bibliographie.
  • 7 Le barrage d’Éguzon, CDDP de l’Indre, 1988.

41L’installation dans l’ouest français des Novello, date de la fin du siècle, l’entreprise connaît une forte croissance en Indre-et-Loire dans les années 1920-19306. Elle bénéficie d’une forte empreinte à travers la construction des monuments auxquels elle a participé, comme l’église du Christ Roi ou le collège Saint Grégoire à Tours. Les sources archivistiques déposées aux archives départementales d’Indre-et-Loire, et notamment les photographies, ont permis aux chercheurs italiens et français qui ont déjà esquissé ces travaux à une échelle plus vaste de déterminer l’importance, la durée, et le rayon d’action de ces réseaux familiaux de solidarité et d’entraide. L’entreprise Novello, dont on peut lire la présence en termes de réussites professionnelles et d’ascension sociale, peut constituer, jusqu’à nos jours, le fil conducteur d’une autre lecture de l’histoire de l’immigration, qui s’avère complémentaire de celle plus largement connue. D’autres types de chantiers comme celui du barrage d’éguzon, projet d’électrification d’intérêt national ont nécessité la venue d’une main-d’œuvre étrangère nombreuse. Ce chantier qui a débuté en 1916 s’est achevé en 1926. La cité créée alors pour loger les ouvriers rassemble jusqu’à 1 500 étrangers soit l’équivalent de la population d’éguzon même, originaires d’Europe, d’Afrique et d’Asie7.

Élites, femmes et domestiques, trois caractéristiques des migrations du xixe siècle

42La faiblesse numérique du phénomène migratoire ne doit pas en limiter l’analyse ici plus qualitative que quantitative. Un certain nombre de situations qui se retrouvent au xxe siècle prennent ici naissance. Les étrangers venus en Touraine par exemple s’inscrivent dans des migrations souvent brèves, non définitives, par étapes. Ils sont constitués par des rentiers et des oisifs ainsi que des métiers de services dans lesquels les migrants surtout allemands et anglais sont réputés : chauffeurs et surtout nurses et gouvernantes. Ceci entraîne une féminisation qui ne traduit pas un enracinement par la famille, ce sont des femmes jeunes et célibataires. Ces premiers résultats renvoient aux quelques analyses qui ont été menées surtout sur des grandes villes, Paris et Bordeaux. Dans ces deux cas ce sont des domestiques allemandes qui constituent l’échantillon étudié. Les sondages réalisés dans les sources des archives départementales d’Indre-et-Loire semblent témoigner plutôt d’une présence britannique et d’un fort turn-over, indication d’un va-et-vient et d’une forte mobilité de ces migrantes souvent très jeunes. La disparition subite de certaines d’entre elles témoigne certainement de situations précaires et difficiles. Les témoignages des élites sont aussi une source : Marie de Flavigny a raconté dans ses souvenirs d’enfance les lectures de Grimm faites avec sa nurse allemande.

43Ceci ne doit pas faire oublier l’existence de courants migratoires venus des autres pays voisins comme la Belgique et formant une main-d’œuvre industrielle et rurale masculine dispersée encore moins visible si ce n’est dans le cadre de l’analyse des recensements villageois (dans les cinq départements) et dans une perspective d’analyse micro-historique et multiscalaire.

La période de la Grande Guerre

44La période de la guerre entraîne une présence et une gestion spécifiques des migrants (Rygiel, 2001). On note en « région Centre » comme dans tout le territoire français, le développement de la méfiance et de la surveillance vis-à-vis des étrangers, surtout des Allemands et des nomades. Les études menées en Eure-et-Loir et dans le Cher permettent de dresser un tableau des zones rurales et des villes qui, comme Bourges, abritent d’importantes usines d’armement.

45Il faut distinguer tout d’abord la situation spécifique de zones rurales déjà largement tributaires, avant la guerre de main-d’œuvre saisonnière, « étrangère au département ». C’est surtout le cas du département de l’Eure-et-Loir, étudié par J.-C. Farcy où la grande exploitation qui fait traditionnellement appel à une main-d’œuvre saisonnière se tourne vers des travailleurs étrangers venus essentiellement et de façon provisoire de Tunisie.

  • 8 On peut se reporter ici aux travaux de l’historien Philippe Rygiel.

46La position centrale du Cher explique la présence de nombreuses usines dont la production augmente durant la guerre et qui nécessite un apport de main-d’œuvre8. Beaucoup de ces nouveaux venus sont des étrangers et des travailleurs coloniaux. Ainsi, 1 200 « travailleurs musulmans » sont présents à Bourges au début de 1918. En 1916, Vierzon accueille environ quatre cents « Coloniaux » et cent « Chinois » sont comptés à Mehun-sur-Yèvre en 1918. Les sujets des pays ennemis sont, eux, employés sur les exploitations agricoles.

  • 9 Nous reviendrons sur Rosières dans une des approches développées dans le second volet.

47Ce sont deux mille étrangers que l’on comptabilise à la fin de 1918 dans ce département, mais c’est très certainement sans compter avec la forte mobilité des étrangers passés par le Cher : Espagnols et Italiens qui sont venus s’employer dans les localités industrielles, notamment dans les fonderies de Lunery-Rosières9. Cette présence étrangère est largement commentée dans la presse locale où l’on compte de nombreux articles sur les Kabyles en Eure-et-Loir et les Tunisiens. Elle provoque des réactions d’hostilité et, surtout, une surveillance policière accrue dans un cadre réglementaire qui s’intensifie. Les dispositions réglementaires étaient, avant-guerre, limitées à la loi du 8 août 1893, laquelle obligeait les étrangers désirant exercer un emploi à s’inscrire, après avoir apporté la preuve de leur identité, sur les registres d’étrangers de leur commune de résidence. La loi d’avril 1917 change les choses : elle instaure la carte d’identité d’étranger, qui ressemble au carnet anthropométrique imposé en 1912 aux populations nomades.

48La présence des soldats « indigènes », récemment remise en mémoire par le cinéma et les lois d’indemnisation, a donné lieu également en région Centre à un regain d’intérêt dont témoignent les conférences faites récemment par l’historien Philippe Rygiel à Bourges.

1918-1945 : une présence plus forte, des empreintes mémorielles plus vives

49C’est ici que la présence historique et la mémoire de l’immigration sont les plus marquées et les mieux connues. On note, en effet, en premier lieu une croissance très forte dès la fin de la première guerre mondiale et qui atteint son apogée en 1936. Si elle reste marquée par le maintien d’une activité rurale prédominante, l’immigration est aussi étroitement liée, durant cette période, au développement des entreprises qui vont faire appel aux migrants : Hutchinson et Rosières pour ne citer que les plus célèbres. C’est le nom de l’entreprise qui fait alors l’identité des bastions migratoires.

50Les vagues migratoires sont très variées et présentent des traits originaux : Russes blancs, femmes polonaises, enfants arméniens, militants chinois, réfugiés espagnols. Cette diversité des origines nationales tient parfois au hasard, comme pour l’arrivée des Russes blancs et des Ukrainiens à Chalette-sur-Loing. Elle tient aussi à la distance par rapport à Paris (l’éloignement ou au contraire la proximité vont justifier le choix ou la contrainte de l’installation dans les départements de la région). Certaines localités sont toutefois interdites aux étrangers en raison de la présence d’établissements travaillant pour la défense nationale (la poudrerie de Ripault par exemple).

  • 10 Centre d’étude et de recherche sur les camps d’internement dans le Loiret et la déportation juive, (...)

51Plus importante, l’immigration a aussi bénéficié de l’intérêt des chercheurs, non sans une certaine fragmentation et un émiettement en travaux de maîtrise réalisés dans les deux grands pôles universitaires de la région. On doit néanmoins souligner l’apport, à la fois à l’histoire régionale et à la méthodologie concernant l’étude des trajectoires sociales et géographiques de lignées d’immigrés entrées dans le département du Cher, de la thèse de Philippe Rygiel (Rygiel, 2001). Le développement d’un centre de recherche (le CERCIL10) et d’associations mémorielles sur les camps permet aussi une connaissance et une diffusion plus large des sources et des témoignages.

Les années 1920 ou l’afflux des migrants

52Durant les années 1920, on assiste à l’arrivée massive de migrants tant dans les zones urbaines que rurales. La population étrangère de la région, tombée à 3 949 personnes en 1911, atteint en effet 10 600 personnes en 1921 puis 30 418 en 1931. On peut constater en premier lieu l’émergence de pôles remarquables comme Chalette-sur-Loing qui constitue, on va le voir, un cas très particulier de la place majeure tenue par l’immigration dans quelques communes de la région. On assiste aussi à une recomposition des nationalités.

53La carte ci-après, tirée du recensement de 1931, permet de visualiser cette recomposition des nationalités intervenue dès les années 1920.

54Les Polonais vont devenir très vite, dès 1926, la nationalité la plus fortement représentée dans les six départements de la région, excepté en Eure-et-Loir où ils sont encore supplantés par les Belges. Dès 1931, ils représentent 27 à 38 % des étrangers dans le Cher, l’Eure-et-Loir, l’Indre et le Loiret. En Indre-et-Loire et dans le Loir-et-Cher, ils représentent 18,1 et 23,5 %, les Espagnols étant aussi fortement représentés dans ces deux départements (respectivement 14,3 et 16,2 % de l’ensemble des étrangers). De 406 dans les six départements de la région, les Polonais sont 1 860 en 1926 puis 8 938 en 1931. Le plus fort effectif de cette migration polonaise se trouve d’abord dans le Loir-et-Cher où, en 1921, réside un tiers de l’ensemble des Polonais de la région, presque exclusivement des hommes. À cette migration masculine, succède un nombre de plus en plus important de polonaises, avec déjà en 1926, 320 femmes pour 184 hommes dans le Loir-et-Cher (cf. carte en page suivante). C’est surtout, en 1926 puis en 1931, dans le Cher, que s’installent ces migrants polonais, également dans le Loiret à partir de 1931. Le contraste entre une migration plutôt masculine dans l’Eure-et-Loir et une migration plutôt féminine dans le Cher est manifeste dès 1926 (carte ci-après). En 1931, on retrouve cette sur-représentation des femmes parmi les étrangers de nationalité polonaise dans l’Indre-et-Loire (534 femmes pour 455 hommes dans ce département). Plus encore, en 1936, ce sont 757 Polonaises pour 429 Polonais qui résident dans ce département (nous y reviendrons).

1931 – Répartition des principales nationalités par département

1931 – Répartition des principales nationalités par département
  • 11 Recensement de la population immigrée étrangère en Indre-et-Loire de janvier 1923. AD Indre-et-Loi (...)

55D’autres sources permettent, pour les années 1920, d’appréhender cette recomposition des nationalités, y compris à l’échelon local. Ainsi, en 1923, d’après l’enquête préfectorale11, les Espagnols et les Belges représentaient 59,8 % de l’ensemble des effectifs étrangers en Indre-et-Loire. À partir de 1926, la baisse est significative. Polonais et Tchèques représentent désormais environ 28 % des étrangers et les Italiens 13 %.

56Ceci s’explique par l’application du traité de travail entre la France et l’Italie du 30 septembre 1919 et de la convention France-Pologne du 3 septembre 1919. D’autre part, même les immigrés venus dans le cadre d’une immigration organisée et répartis au hasard des premiers contrats vont rapidement mettre sur pied des filières et des réseaux permettant d’appeler auprès de soi proches et parents. Ils sont aussi nombreux, après quelques jours, à gagner une localité que les informations recueillies désignent comme plus prometteuse, que le travail y soit moins pénible ou les salaires meilleurs, ou bien encore qu’ils puissent y rejoindre de la famille ou des connaissances. L’usine métallurgique de Rosières dans le Cher, faisant largement appel durant les années vingt à l’immigration polonaise, ne parvient ainsi à retenir qu’une minorité des travailleurs qui lui sont affectés. Plus de 65 % d’entre eux la quittent moins d’un an après leur embauche, comme le souligne l’historien P. Rygiel. La présence de cette usine explique néanmoins la forte immigration polonaise vers ce département du Cher et son taux de masculinité plus élevé qu’ailleurs. En 1931, 1 647 hommes de nationalité polonaise (pour 727 femmes) sont recensés dans le Cher, soit près de 29 % des hommes polonais présents dans la région. La forte demande des campagnes, la structure des contrats de travail, la représentation que l’on se fait alors du migrant polonais comme « dur aux travaux des champs » expliquent que cette nationalité, la plus fortement représentée dans l’entre-deux-guerres, s’établisse aussi largement dans les zones rurales. Cette migration est aussi celle qui a actuellement suscité le plus de recherches et dont les sources sont encore riches et nombreuses à exploiter.

57La présence des immigrés reste diffuse et contrastée. À ces quelques pôles industriels s’ajoutent, outre la migration dans le monde rural pour les travaux agricoles, deux autres domaines souvent négligés : l’exploitation forestière et « l’usine aux champs », c’est-à-dire la constellation de petites entreprises en milieu rural comme les usines de chaux.

58Dans le tableau ci-après tiré du recensement de 1926, on voit que la population active étrangère de l’Eure-et-Loir ou encore du Loir-et-Cher est occupée en majorité dans le secteur du forestage et de l’agriculture. Une situation fort contrastée avec celle des actifs étrangers du Cher et du Loiret. Dans le Loir-et-Cher, la population active étrangère du secteur agricole est fortement féminisée dès 1926, avec 343 femmes pour 476 hommes, proportion sans commune mesure avec les autres départements.

Polonais en 1926 – Répartition par sexe et par département

Polonais en 1926 – Répartition par sexe et par département

Répartition des actifs étrangers en 1926 dans les principaux secteurs d’activité (en %)

Répartition des actifs étrangers en 1926 dans les principaux secteurs d’activité (en %)

Source : Recensement de la population de 1926, INSEE.

Le cas de Chalette-sur-Loing : à la fois classique et atypique

59Nous avons ici un cas très particulier de la place majeure tenue par l’immigration dans quelques communes de la région. C’est, ici, tout autant l’histoire que la mémoire qui est en jeu, car le cas de Chalette est à la fois classique et atypique (Pasquet, 1991). C’est un cas classique car l’origine en est l’implantation d’une entreprise industrielle, l’usine de caoutchouc Hutchinson, fondée en 1851, elle-même d’origine étrangère, son fondateur étant l’Américain Hiram Hutchinson dont les besoins de main-d’œuvre créent un pôle migratoire. Elle est atypique car c’est aussi par sa population singulière (Russes, Ukrainiens et Chinois) qu’elle a suscité et retient encore l’attention aujourd’hui, comme le montre un article que lui a consacré le journal Le Monde en septembre 2006.

60Les Russes et les Ukrainiens sont arrivés à Chalette en raison des relations entretenues par la femme du directeur de l’usine Hutchinson avec les milieux tsaristes. En 1922, ils sont près de 1 200 personnes, quoique leur nombre décline très vite – ils ne sont plus que 650 deux ans plus tard. Car la présence ukrainienne s’est maintenue, notamment à travers les églises (Saint André et Sainte Olga) et la création des compagnies de danse (les ballets Zaporogues et les ballets Hopak). L’origine de ces ballets se trouve dans les associations culturelles (huit recensées) qui se sont formées dès l’arrivée des immigrés à Chalette. Un Ukrainien enfermé dans un camp de personnes déplacées en 1919 y rencontre un maître de ballet qui lui apprend quelques pas, savoir qu’il transmet à son arrivée. Ce premier groupe de danseurs est progressivement ouvert à tous les immigrés slaves (le ballet a pris le nom de Ballet des Cosaques zaporogues en 1962). Un second groupe de danseurs s’est formé en 1977, en étroite relation avec la ville d’Ukraine jumelée à Chalette, Dniepprovski. À ces deux groupes s’est ajoutée une communauté arménienne, conservant elle aussi une forte identité à travers un véritable quartier à la Folie, dénommé la Petite Arménie.

61Il se trouve, par ailleurs, que le dirigeant chinois Deng Xiaoping est venu travailler dans cette même usine Hutchinson, Montargis devenant une sorte de berceau politique de la Chine nouvelle. Un certain nombre d’étudiants travailleurs sont, en effet, venus en 1920 de Shanghai munis d’une lettre de recommandation du consul Albert Bodard, le père de Lucien Bodard. Leur venue a été alors facilitée par le mouvement Travail-Études, fondé en 1912 par un philanthrope, Li Shizeng, qui admirait la culture française et avait étudié à l’école agricole du Chesnoy à Montargis. Il a ainsi fondé à la Garenne Colombe une usine de transformation de soja employant 25 à 30 ouvriers, tous chinois.

62Ce mouvement a patronné le séjour d’étudiants qui ont été pour la plupart des compagnons de Mao, comme Cai Hesen, Li Fuchun, Chen Yi et de jeunes femmes comme Xiang Jinhiu et la sœur de Cai Hesen, Chang. Les jeunes gens sont pris en charge par l’instituteur Chapeau, les filles vont à l’école de Chinchon, et formées par Mme Dumont la mère de l’agronome René Dumont. L’une des photos dont on dispose présente une réunion de ces jeunes Chinois au jardin Durzy en juillet 1920, lors de la venue d’un certain Zhou qui n’est autre que Zhou En Lai. À cette présence chinoise est attachée la légende du mariage des deux héros de la révolution chinoise Xian Jinjiu et Cai Hesen, qui repartent en 1921 et meurent tous deux suppliciés en 1928 et 1931. Le futur économiste du parti, Chen Yi maréchal puis chef de la diplomatie, a d’abord été dans une école à Bayeux. Il a ensuite travaillé aux laminoirs du Creusot situés en banlieue parisienne. Entré chez Hutchinson en février 1922, recommandé par le consul de France, il part ensuite travailler à Billancourt.

63Chez Hutchinson, comme dans le contexte d’une cité patronale comme Rosières : « […] la structure socioprofessionnelle […] recoupe pour l’essentiel le registre du personnel de l’usine locale et, à Rosières, l’espace social est structuré principalement selon deux critères : celui de la place tenue dans le processus de production et celui de la situation de famille. À chaque modalité possible de ce couple de valeur correspondent des modalités particulières de logement, de rémunération et de sécurité de l’emploi. Les étrangers, et plus encore que les autres (les Polonais) derniers arrivés, n’ont pas accès, à quelques rares exceptions près, aux positions d’employé, d’ouvrier qualifié ou de contremaître » (Rygiel, 1997).

Polonais et Polonaises dans les fermes d’Indre et d’Indre-et-Loire

64Récemment analysée par l’historien Ronald Hübscher comme un des éléments majeurs de l’histoire de l’immigration française et de la vie des campagnes dans l’entre-deux-guerres, la situation des migrants agricoles est une des spécificités longtemps oubliée et encore méconnue de l’histoire régionale. Deux travaux de master réalisés à l’université de Tours par Mathieu Henner et Anna Gomoluch (Gomoluch, 2007 ; Henner, 2006) sur les migrants polonais ont permis de mieux apprécier l’importance de cette migration mais aussi de travailler à travers des sources très abondantes sur la réception locale des migrants. Ces deux jeunes chercheurs n’ont pas seulement analysé les migrants et surtout les migrantes en tant que travailleurs agricoles, ils se sont intéressés à leur comportement, aux difficultés physiques et psychologiques auxquelles ils sont confrontés, aux formes de contrôle qu’ils subissent, aux pathologies et aux formes de sociabilités notamment durant les louées. Notre attention a surtout été retenue par les sources qui concernent plus spécifiquement les femmes. En décembre 1928, est créé le Comité d’aide et de protection des femmes immigrantes, présidé par le préfet et composé de personnalités bénévoles, ayant à sa disposition une inspectrice du travail parlant polonais. Cette inspectrice zélée en Indre-et-Loire, Mme Duval, a laissé un volumineux ensemble de rapports sur son activité dès 1930 et une correspondance fort précieuse où elle juge sans aménité le rapport entre patrons et ouvrières jusqu’en 1938. 1 592 lettres ont ainsi été reçues par Jeanne Duval et 1 601 envoyées.

  • 12 Rapport présenté à la conférence annuelle des inspectrices par Jeanne Duval, inspectrice d’Indre-e (...)

On admet partout que ces filles [qui] nous arrivent saines et bien portantes, fortes soient rendues à ceux qui nous les ont prêtées, quand de par notre faute, on ne peut plus s’en servir » OUI parfaitement « s’en servir » c’est l’expression consacrée en Indre-et-Loire par les placeurs et les patrons. Cet outil cassé, on n’a qu’à le jeter. Répare qui veut, nous nous en lavons les mains.12

  • 13 J. Ponty (2003), p. 170.

65Puisque la main-d’œuvre est toujours nécessaire, mais les possibilités de rémunérations restreintes, on recrute de plus en plus de femmes. En effet, « elles accomplissent un travail d’homme pour un salaire de femme »13. En général, la part des ouvriers agricoles polonais augmente en dépit d’une situation économique qui se dégrade et le nombre des femmes travaillant dans l’agriculture augmente proportionnellement plus. Dans la Partie II, un éclairage est consacré à ces jeunes Polonaises souvent oubliées.

Une présence malgré tout toujours diffuse et contrastée

  • 14 Cf. Estelle Garcia-Dugénit.

66Ceci ne doit pas faire oublier la grande dissémination des populations étrangères masculines et leur implication dans l’industrie régionale. À Issoudun, par exemple, la Fonderie du Pied-selle emploie et loge des travailleurs étrangers. Ses besoins la conduisent en 1931 à créer une petite cité ouvrière (29 Français sur 215 personnes logées)14. En témoignent également d’autres exemples comme la présence de Marocains dans les usines à chaux de Paviers, Saint-Benoit et Rivarennes, ou d’Espagnols employés dans la forêt de Chinon.

67Les étudiants étrangers sont aussi nombreux à Tours, des Polonais et Roumains étudiant surtout à l’école de Médecine dont le prestige est ancien. En effet, le dynamisme de l’école préparatoire de Médecine et de Pharmacie de Tours qui devient une école officielle par ordonnance royale en 1841, fait de la ville de Tours dès le xixe siècle, le lieu d’exercice et de formation de grands médecins renommés (Leveel, 1988).

68La région reste aussi une zone d’attraction pour les élites étrangères attirées par la « douceur des bords de Loire ». Cette présence étrangère saluée mais aussi critiquée sert même de toile de fonds au roman de Maurice Bedel, intitulé, Molinoff, Indre-et-Loire, paru chez Gallimard en 1928. Le décor de cette intrigue romanesque est le château « imaginé » de Fontecreuse acheté par un planteur bolivien. La demeure située près d’Azay-le-Rideau est alors remaniée par un architecte monégasque. Les amis du propriétaire sont étrangers tout comme son personnel. Le héros du roman est un cuisinier, ancien comte russe chassé par la révolution qui tombe amoureux de la jeune fille d’un châtelain voisin. Les quiproquos amoureux sur fonds de vie de la noblesse de province acquise à l’Action française traduisent une certaine ambivalence des élites locales à l’encontre des étrangers venus s’installer dans la région. La presse est beaucoup plus unanime à saluer quelques années plus tard le mariage du Duc de Windsor au château de Candé dans la demeure de son propriétaire franco-américain. Cette image d’un certain cosmopolitisme des bords de Loire donne un éclairage certes très minoritaire mais qui n’est pas aussi anecdotique qu’on pourrait le croire : il correspond à une image traditionnelle et pérenne de l’attraction exercée par la région sur les élites étrangères. Le château de Candé appartenait jusqu’en 1929 à la famille Del Castillo, acquis en 1853, par l’aïeul Sandiago Drake del Castillo, fils d’un planteur cubain et d’une mère espagnole.

  • 15 Nous avons restitué une des cartes tirées du recensement de 1931 (voir supra p. 29).

69Les vagues migratoires sont donc très variées. L’analyse statistique et cartographique permet de visualiser et de synthétiser15 l’apport numérique de cette période qui marque durablement les migrations, confortant les pôles majeurs urbains et industriels et le caractère diffus de la migration dans le monde rural. Le poids des contraintes politiques joue ici également un rôle déterminant, prolongeant une caractéristique apparue avec la première guerre mondiale. La nécessaire adaptation aux exigences de la demande locale montre aussi les limites des politiques nationales, surtout lorsqu’elles sont coercitives.

Les années 1930 : stabilisation des migrants économiques et retour à une immigration politique et forcée

70Si la période précédente a été marquée pour toute la France par une arrivée massive, l’histoire nationale de l’immigration dans les années 1930 est marquée par un double processus : le départ, par le biais des procédures de rapatriement mises en place à partir de 1933 et l’arrivée contrainte, encadrée elle aussi, des réfugiés. Si la situation de la région recoupe ce constat plus général, elle conserve également des traits originaux.

Des migrants qui restent ?

71L’analyse des procédures de renouvellement des cartes d’identité dans le Cher montre en réalité que la politique gouvernementale de restriction est un semi échec ou reste en deçà des espérances de ses promoteurs et agents. Ceci ne tient pas à une plus ou moins grande mansuétude des autorités mais aux particularités économiques de la région. Le secteur agricole est prédominant. En Indre-et-Loire, il occupe 52,3 % de la population active en 1921 et 47,2 % en 1931. La crise y a un impact plus faible qu’ailleurs sur la population étrangère car la volonté des autorités de « purger le marché du travail », selon l’expression de l’époque, se heurte aux logiques nataliste et économique des entrepreneurs qui obtiennent des révisions. Ceci conduit à une différenciation selon la nature de l’entreprise et l’origine nationale. La situation dans le domaine encore prédominant de l’agriculture est encore différente car les contingentements n’y sont pas exigés. Ceci entraîne le maintien d’une forte présence de migrants venus de Pologne directement ou après avoir travaillé dans une autre région par le jeu des rééquilibrages entre secteurs d’embauche et départements.

L’arrivée des réfugiés espagnols

72Leur histoire nous est bien connue grâce aux travaux de Janine Sodigné-Lousteau (Sodigné-Lousteau, 1996) qui a consacré sa thèse à l’immigration politique espagnole en région Centre (Cher, Eure-et-Loir, Indre-et-Loire et Loiret) en 1995, complétée par les travaux de Karine Guéritat menés récemment dans le cadre départemental du Loiret. L’accueil des réfugiés espagnols, notamment des civils, obéit à des nécessités quelque peu contradictoires : aux préoccupations prioritaires du maintien de l’ordre se mêlent les difficultés liées aux frais de transport et d’hébergement loin de la frontière. Dès le début du mois de novembre 1934, les premiers réfugiés espagnols catalans arrivent à Orléans. Ils sont une centaine et leur hébergement est lié à la décision du ministère de l’Intérieur. Le Loiret fait à nouveau partie des départements sélectionnés pour recevoir d’éventuels réfugiés comme il le sera d’ailleurs au moment de l’arrivée des rapatriés d’Algérie trente ans plus tard. Ils sont logés dans des locaux municipaux situés dans le faubourg Saint-Vincent.

73En juillet 1935, ils quittent la ville et se rendent dans les nombreux lieux de résidence qui leur sont assignés. En Indre-et-Loire en 1936, 30 % des Espagnols présents sont arrivés récemment. Au recensement de la même année, ils sont déjà six cents dans ce département, représentant la troisième nationalité la plus représentée après les Polonais et les Italiens. Les arrivées de migrants s’intensifient jusqu’en 1939. Les modalités d’hébergement et d’aide varient de l’atomisation à la concentration. Ils bénéficient du soutien d’associations humanitaires et antifascistes. Les comités antifascistes du Loir-et-Cher, sous l’impulsion de R. Larcade, responsable départemental du Secours ouvrier international et du Mouvement Amsterdam-Pleyel, ouvrent des souscriptions au bénéfice des réfugiés espagnols et des sudètes. Le Comité mondial des femmes, particulièrement actif en 1937 dans le Cher, réserve une partie de l’argent qu’il collecte aux enfants d’Espagne du département. Les réfugiés ne sont plus seulement des hommes mais aussi des femmes et des enfants. En 1937 pour le Cher, seul département pour lequel nous possédons des informations, 11,62 % des enfants sont des orphelins, placés chez des particuliers.

74En février 1939, le Loiret devient une véritable terre d’accueil : 1 500 femmes et enfants arrivent en gare d’Orléans, suivis par un second convoi de 1 100 personnes une semaine plus tard. Réunis tout d’abord dans la salle du Campo Santo, ils sont ensuite transférés dans une usine désaffectée de la verrerie des Aydes. Montargis accueille aussi des réfugiés espagnols.

Les camps et la guerre : une installation contrainte

  • 16 Centre d’étude et de recherche sur les camps d’internement dans le Loiret et la déportation juive, (...)

75En 1940, le gouvernement de Vichy supprime les Centres de refuge et tous les réfugiés sont classés en deux catégories. La catégorie A comprend ceux qui doivent rentrer obligatoirement en Espagne, la catégorie B, ceux qui peuvent rester en France. Appartiennent à celle-ci, ceux qui peuvent occuper un emploi salarié ou qui travaillent dans l’armée : ils sont donc minoritaires. Le camp de Chateaufer est ainsi fermé. De nombreux Espagnols pourtant réussissent à se maintenir, voire à trouver refuge dans les zones rurales qui manquent de main-d’œuvre. Plusieurs familles d’agriculteurs les ont ainsi sauvés de l’expulsion et par là même d’un destin tragique. Ils sont néanmoins surveillés et les contrôles se multiplient surtout après l’évasion en 1942 de 490 Espagnols du camp de la Pallice en Charente-Maritime. Les réfugiés travaillant dans les fermes du département se retrouvent internés dans le camp de Jargeau au printemps 1944. Dans ce camp furent internés également d’autres populations jugées indésirables comme les Tziganes, qui ne furent pas envoyés en Allemagne mais y vécurent dans des conditions épouvantables. Le Cercil16 a depuis une vingtaine d’années retracé et établi la mémoire de ce lieu. L’histoire de la région est aussi marquée par la création d’autres camps d’internement : Beaune-la-Rolande et Pithiviers ont vu l’internement successif des populations juives françaises et étrangères puis de ressortissants allemands et italiens. S’y ajoutent les trois centres de rassemblement pour étrangers qui sont ouverts dans le Loiret : un aux Aydes, à Orléans, le second à Saint-Jean-de-la-Ruelle dans une institution pour sourds et muets et le troisième sur le territoire de la commune de Cepoy. Tout ceci constitue un passé qui n’appartient pas à la seule région Centre et l’intègre étroitement aux grands lieux de mémoire de la seconde guerre mondiale et de la Shoah. Les villes de la zone de démarcation gardent aussi la mémoire de l’arrivée massive de réfugiés et clandestins (Osterman, 2008).

1946-1973 : une présence limitée et encore méconnue

76La région semble, durant cette nouvelle période d’après-guerre, suivre plus nettement qu’auparavant, la situation nationale avec ses vagues migratoires (portugaise et maghrébine) et leur installation durable dans les centres industriels et urbains. Mais deux caractéristiques distinguent cependant la région. La présence et la demande demeurent fortes dans le monde rural et l’industrialisation est en réalité lente et concentrée dans quelques agglomérations. Elle n’entraîne pas, dès l’après-guerre, de bouleversements urbanistiques et sociaux. Les secteurs du bâtiment et des travaux publics ne deviennent prédominants qu’à partir des années 1960.

  • 17 Ce secteur est en effet fortement sollicité par la reconstruction à la suite des bombardements des (...)

77Ainsi, au recensement de 1954, les deux principales nationalités que sont encore les Polonais et les Espagnols ne travaillent pas uniquement, loin s’en faut, dans ce secteur du bâtiment en pleine expansion dans cette période de reconstruction. Bien au contraire, comme en témoigne le tableau ci-dessous sur les actifs de ces nationalités, le secteur de l’agriculture tient bien une grande place encore, particulièrement pour les Polonais qui sont non seulement ouvriers agricoles mais aussi hommes et femmes agriculteurs (particulièrement dans l’Indre-et-Loire et le Cher). C’est seulement dans l’Indre-et-Loire que le bâtiment apparaît comme prédominant pour les Espagnols17, quoique la structure des actifs apparaisse assez diversifiée parmi ceux-ci, avec une présence dans le secteur industriel mais aussi 9 % de travailleurs dans le secteur du commerce.

Population active polonaise et espagnole par département en 1954. Principaux indicateurs en pourcentage de la population active totale occupant un emploi

Population active polonaise et espagnole par département en 1954. Principaux indicateurs en pourcentage de la population active totale occupant un emploi

Source : INSEE, recensement de la population 1954, tableaux N2 et N3.

78Ces situations très contrastées d’une nationalité à l’autre renvoient à chaque spécificité locale des départements et à l’ancienneté de la migration polonaise déjà présente, nous l’avons dit, dans le secteur agricole dès les années 1920.

  • 18 Cf. dans la deuxième partie de ce travail, le chapitre consacré justement au Vieux Tours.

79Les banlieues et quartiers d’immigration sont nés dans les années 1960 et 1970. Dans ces décennies d’après guerre, la question du logement des immigrés reste peu visible, les migrants urbains continuent à investir comme à la période précédente les centres villes dégradés. Le Vieux Tours comme le cœur d’Orléans restent les lieux majeurs de chaînes migratoires et de situations de transit18. L’immigration venue du Maghreb, et particulièrement les migrations coloniales puis post-coloniales après 1962 venues d’Algérie apparaissent peu dans les données de recensement compte tenu des variations de catégories pour les prendre en compte et de leur caractère de « noria ». Comme nous le développons ci-après, leur poids sera de plus en plus important dans la région au fur et à mesure que l’on s’avance vers les années 1960.

  • 19 Cf. les souvenirs d’enfance de Gérard Depardieu et d’Alain Corneau, le film Châteauroux district, (...)

80Autre originalité, la présence américaine par ses bases militaires qui, si elle est restée assez repliée sur elle-même, a cependant marqué l’histoire de Châteauroux et d’Orléans dans les années 1950 et au début des années 1960. Les résultats du recensement de 1962 montrent bien, d’ailleurs, l’impact numérique et donc social de ces bases, puisque les Américains représentent plus de 58 % des étrangers du département de l’Indre (4 524 ressortissants sur 7 757 étrangers au total). Dans le Loiret, les 7 592 Américains atteignent 41,2 % de la population étrangère du département. Les cités américaines constituent alors un monde à part qui fascine certains et exaspère les mal-logés de l’après-guerre (Ménudier, 1991)19.

1946-1962 : de la noria à l’immigration

La reconstruction : cadre de l’immigration algérienne

  • 20 En Indre : ADI 802w art. 2-ZE 6521 préfecture.

81La région reste encore fortement rurale et l’agriculture qui manque de bras fait appel dans un premier temps à une main-d’œuvre étrangère contrainte : celles des prisonniers de guerre20. Certains d’entre eux sont aussi employés en ville : cinquante prisonniers de guerre allemands sont ainsi employés par la ville de Châteauroux dans le cadre de la reconstruction, à des travaux d’adduction d’eau potable.

82C’est aussi dans le cadre de la reconstruction que la communauté algérienne se développe à Tours, entre 1945 et 1962, période étudiée par Fanny Dufour (Dufour, 1998). L’entre-deux-guerres avait vu une première communauté kabyle s’établir mais elle exerçait surtout des activités commerciales. Déjà, le recensement de 1936 montrait la présence d’« Africains du Nord sujets français » (c’était la catégorie employée officiellement) dans l’Indre surtout (436 personnes) mais aussi en Indre-et-Loire (154). En 1946, les ressortissants de l’« Union française d’Outre-Mer » (autre catégorie employée dans le recensement par la métropole permettant de ranger les colonisés parmi les étrangers) sont les plus nombreux en Indre-et-Loire (508 parmi les 1 284 présents dans la région). La venue d’une partie des Algériens se fait par l’intermédiaire de la section tourangelle de l’Association des Musulmans nord-africains (AMNA), dissoute pendant la guerre, et qui renaît en 1945, installée dans un café du centre-ville. Elle recrute des soldats démobilisés sortant des casernes d’Indre-et-Loire. En chiffres, la croissance de l’immigration algérienne est forte et se modifie : formée de 180 hommes seuls en 1945, ce sont 1 017 hommes, femmes et enfants qui la composent en 1962, selon les travaux de F. Dufour.

83La croissance est néanmoins lente : en 1954, ils ne sont encore que trois cents et occupent une faible place dans la communauté algérienne en France : 0,14 %. Ils travaillent pour l’essentiel dans les secteurs du bâtiment et des travaux publics (47,5 % dans le bâtiment en 1952) et sur un total de 120 ouvriers, 79,2 % sont manœuvres. Ils constituent une main-d’œuvre flottante et leurs perspectives d’emploi dans la grande industrie sont faibles – seules deux sociétés ont plus de cinq cents ouvriers dans la période de l’immédiate après-guerre et elles ne recourent pas à la main-d’œuvre étrangère, se satisfaisant du vivier local de population peu qualifiée venue des campagnes environnantes. Compte tenu de cette configuration de l’emploi, les séjours des Algériens en Touraine sont assez courts, quelques mois en moyenne. En situation précaire, ils s’installent dès 1945 pour l’essentiel dans le centre de la ville en ruines, et vont y conserver longtemps des lieux d’hébergement et de sociabilité, notamment dans le quartier des Halles (voir le chapitre consacré au Vieux Tours).

84En 1953 est ouvert le centre d’hébergement de la rue Raspail dont la gérance est confiée à des « Nord-Africains », jusqu’à sa fermeture en 1960. Le gérant originaire de l’Oranais encourage ses compatriotes à venir s’installer à Tours. Cette facilité d’hébergement favorise l’arrivée des Bosquetiens, originaires d’un village proche de celui où est né le gérant. Le regroupement villageois s’accentue encore avec l’arrivée des femmes à la fin des années 1950, originaires elles aussi de Bosquet : entre 1958 et 1968, sur 41 femmes qui arrivent, 31 viennent de Bosquet. Au recensement de 1968, les Algériens de l’Indre-et-Loire se répartissent entre 884 hommes et 308 femmes.

  • 21 Sources : archives de l’Association entraide migrants, revue de presse à l’occasion de la remise d (...)

85Une association, créée en 1952, structure la communauté : il s’agit de l’Association d’entraide nord-africaine (AENA) dont l’action va être soutenue par les autorités locales convaincues de la non-appartenance de son fondateur, Sayah Chelaghendib, aux mouvements indépendantistes. Sayah Chelaghendib, né à Mascara en 1924 d’une famille d’agriculteurs, est engagé volontaire à dix-sept ans dans le 3 e régiment de tirailleurs algériens. S. Chelaghendib a combattu sur les fronts de Tunisie et d’Italie pendant la guerre, avant d’être blessé aux jambes, en 1944, par des éclats de mine. Décoré de la croix de guerre et de la médaille militaire, il devient interprète au Tribunal de Constantine. Il raconte21 qu’en 1946, un ami juif l’invite à son mariage… à Tours. Au lieu du séjour d’une semaine tel qu’il était prévu, il reste travailler comme salarié d’abord (peintre en bâtiment) puis devient son propre patron dans le bâtiment en 1956. Il développe rapidement des activités sociales, de façon à organiser l’accueil des migrants qui arrivent nombreux d’Algérie, souvent seuls et non qualifiés.

86À l’aide de précieux contacts avec diverses personnalités locales (dont les Pères Gaston Pineau et Raymond Gautier notamment), il crée l’Association entraide nord-africaine en 1952 qui a pour objectif d’abord l’hébergement. Elle lui permet d’ouvrir, dès 1953, un centre d’accueil et de secours dans le quartier du Sanitas. Puis en 1958, ouvre le centre Jolivet qui deviendra ensuite le foyer Sonacotra. En 1965, les pouvoirs publics confient à S. Chelaghendib l’accueil de l’ensemble des étrangers arrivant à Tours, l’AENA devient l’Association d’entraide aux travailleurs nord-africains et aux étrangers.

87M. Chelaghendib va aussi être à l’origine de la création de la mosquée de Tours et sera président, à partir de 1983, de la communauté Islamique d’Indre-et-Loire. Il a reçu récemment, le 12 mai 1999, la médaille de la Légion d’Honneur par le préfet Daniel Canépa. Cette tradition associative n’est certes pas singulière mais elle constitue un fil conducteur majeur pour saisir l’implantation locale des immigrés.

1962-1975 : une région d’immigration maghrébine et portugaise

88Entre 1962 et 1975, la région enregistre des arrivées venant compenser la pénurie de main-d’œuvre liée à un exode rural tardif. En 1962, un peu plus de 64 000 immigrés résident dans la région, ce qui reste limité comparativement à d’autres contrées plus industrielles : les immigrés représentent 3,3 % de la population régionale. La répartition par origine géographique s’est profondément modifiée : les vagues d’immigration en provenance du Maghreb succèdent à celles venant du sud de l’Europe. Depuis 1968, la part des immigrés d’origine européenne n’a cessé de diminuer, avec quelques nuances : les flux en provenance de l’Italie décroissent dès 1962, alors que les Espagnols ont continué à venir s’installer dans la région jusqu’en 1968 et que l’immigration portugaise connaît une croissance subite puis constante entre 1962 et 1975.

89C’est à la fois dans le cadre de travaux historiques, déjà menés de façon sporadique, et d’enquêtes sociologiques de terrain que l’on peut puiser une analyse qui doit être, à plus long terme, développée de façon systématique. Les études portant sur la population ouvrière, les centres industriels de la région, l’urbanisation des années 1950 à 1970 fournissent en complément des données précieuses sur la présence des immigrés mais aussi sur l’accueil qui leur est réservé.

Les années algériennes, espagnoles et portugaises

90La sociologue F. Bourdarias (Bourdarias, 1973) a réalisé durant ses études une enquête à la fois quantitative et qualitative, qui laisse aujourd’hui un travail particulièrement riche, à plusieurs égards. Nous avons choisi d’en restituer une part non négligeable ici, tant elle nous éclaire sur les conditions de vie des migrants à Tours au début des années 1970, et nous fait entrevoir la manière dont la société tourangelle accueillit ces migrants pendant les décennies 1960 et 1970. Le travail statistique comparatif réalisé avec les migrants de nationalité espagnole et portugaise qui voisinaient les Algériens à Tours à l’époque, tant dans les espaces de vie des cités que sur les chantiers du bâtiment, permet de saisir, par exemple, les relations de concurrence qui semblent dominer avec les Portugais. Bien que derniers arrivés et confrontés à des conditions de vie précaires eux aussi, les migrants portugais échappent néanmoins aux préjugés coloniaux et postcoloniaux que l’actualité de l’époque nourrit abondamment vis-à-vis des ressortissants algériens.

91L’enquête par entretiens réalisée auprès de 55 travailleurs algériens dont la moitié sont des chefs de famille, donne une idée à la fois juste et située du vécu de ces personnes, dont une partie sont probablement, aujourd’hui encore, des résidents de l’agglomération tourangelle. Le travail statistique est réalisé à partir du recensement de 1968 et des registres de la préfecture, sur les résidences déclarées dans le département. L’auteure évalue la population algérienne en Indre-et-Loire tout en signalant que les chiffres de la préfecture sont incomplets car ne comptent pas les moins de 16 ans, ni les stagiaires, ni les fonctionnaires d’organismes algériens, ni les saisonniers.

Population algérienne en Indre-et-Loire en 1968

Population algérienne en Indre-et-Loire en 1968

Source : Bourdarias, 1973.

Forte présence des Portugais à Tours

92En 1968, les Portugais constituent la colonie étrangère la plus importante d’Indre-et-Loire, devant les Espagnols et les Algériens. Ces trois nationalités représentent 71,8 % de la population étrangère totale d’Indre-et-Loire. L’écart n’a fait que croître les années suivantes. L’essor de la population portugaise est, en France, un phénomène général. En revanche, une telle stagnation de l’immigration algérienne semble particulière au département d’Indre-et-Loire.

93Les recensements de 1962 et de 1968 montrent la prédominance des Portugais et des Algériens et une évolution distincte : l’augmentation forte de la présence portugaise en Indre-et-Loire et la baisse de la proportion des Algériens au sein de la population étrangère (même si leur nombre en chiffres absolus se maintient).

Populations algérienne, espagnole et portugaise en Indre-et-Loire en 1962 et 1968

Populations algérienne, espagnole et portugaise en Indre-et-Loire en 1962 et 1968

Source : Recensement 1962-1968, INSEE.

  • 22 Nous reviendrons plus loin dans un éclairage spécifique sur les implantations des Portugais et leu (...)

94Les Portugais, pour leur part, représentent les deux tiers des étrangers recensés en 1971, en Indre-et-Loire, soit 16 300 personnes en tout. Alors que leur présence tend à s’affaiblir pour l’ensemble de la France, leur présence dans le département se renforce. 40 % des actifs portugais travaillent dans le bâtiment et les travaux publics, 52 % dans l’industrie, dont 16 % dans le caoutchouc. Ils résident particulièrement à Saint-Pierre-des-Corps, Joué-lès-Tours, Véretz, Esvres, Ballan, etc22. Entre les deux recensements, on note l’augmentation du nombre des femmes algériennes ce qui révèle le développement d’une immigration plus familiale. La proportion d’hommes reste néanmoins très forte si on la compare à celle de la population espagnole ou de la population portugaise.

95La population algérienne en Indre-et-Loire apparaît également plus jeune que les populations espagnole et portugaise (77,9 % de moins de 35 ans alors que ce chiffre est de 66,3 % pour les Portugais). La forte proportion de jeunes de moins de 17 ans explique d’ailleurs un taux d’activité des Algériens (66,6 %) plus faible que chez les Portugais (73,9 %) en Indre-et-Loire. En prenant les chiffres de la préfecture, qui ne comptabilise pas les moins de 16 ans, on obtient un taux d’activité des Algériens entre 16 et 59 ans de 98,64 % en 1970.

Répartition des étrangers actifs masculins ayant un emploi par secteur d’activité économique pour quelques nationalités en Indre-et-Loire en 1968

Algériens

Portugais

Espagnols

Agriculture

1,4 %

11,03 %

6 %

Industrie

17,7 %

22,25 %

44,4 %

Bâtiment

63,2 %

61,40 %

34,1 %

Transport
Commerce
Services

17,7 %

5,32 %

15,5 %

100 %

100 %

100 %

96Les Algériens travaillent plus souvent dans le bâtiment et moins souvent dans l’industrie. L’un d’eux explique que, dans les années 1970, les Algériens préféraient travailler dans le bâtiment où les salaires étaient finalement plus conséquents pour celui toutefois qui acceptait de faire beaucoup d’heures. Il souligne aussi, dans ce qui suit, l’instabilité des travailleurs qui parvenaient, plus facilement qu’aujourd’hui, à changer d’entreprise pour trouver une meilleure place :

J’ai travaillé d’abord dans une usine mais ça ne me plaisait pas. C’était un endroit enfermé et puis j’étais mal payé. À l’époque, dans les usines, on ne payait pas bien. C’était le bâtiment qui était mieux payé et puis, dans le bâtiment, on peut être en congé et en même temps travailler chez un particulier, on n’exige pas d’arrêter pendant les vacances […]. Enfin, toutes les personnes que je connaissais travaillaient dans le bâtiment. Alors j’ai décidé de faire un autre stage, j’ai appris la plomberie, la soudure et la tuyauterie. Après j’ai commencé à travailler dans le bâtiment. J’étais mieux payé, il fallait se déplacer beaucoup. J’ai souvent changé d’entreprise, parce que si on reste, on n’avance pas, on devient comme les vieux meubles, on vous habitue à faire toujours la même chose. J’ai changé six à sept fois d’entreprise. J’améliorais ainsi ma paye et j’ai fait des déplacements dans toute la France. Je ne suis pas le seul à avoir souvent changé d’entreprise, j’en connais même qui en ont changé vingt fois (Saadoddine, 1986).

97Cette sous-représentation dans l’industrie s’explique aussi à Tours par la réticence de certains gros employeurs comme c’est le cas de l’entreprise Michelin (industrie chimique) qui, en 1973, au moment de l’enquête, emploie des travailleurs portugais et espagnols, également des Yougoslaves (recrutés directement dans leur pays d’origine) mais refuse systématiquement de recruter des gens originaires d’Afrique du Nord. À la fin des années 1970 et au début des années 1980, un préjugé favorable jouera aussi, dans certaines unités de production de cette entreprise, en faveur de l’embauche de réfugiés d’Asie du sud-est, souvent catégorisés comme des boat people.

98Pour ces Algériens, l’auteure de l’enquête signale qu’en ce début des années 1970, les tensions restent vives. Elles sont avivées par un conflit diplomatique entre la France et l’Algérie à propos du pétrole. Le gouvernement algérien cherche à mieux contrôler l’exploitation des richesses de son territoire. La presse écrite et la télévision en font écho et les journaux de droite tiennent un discours agressif sur l’Algérie. Des observateurs notent également une recrudescence des cas d’agression physique dont sont victimes des ressortissants algériens. L’un d’eux, établi avec sa famille à Tours, évoque clairement cette situation au cours d’un long entretien réalisé en 1986. Il explique que les travailleurs migrants célibataires, plus nombreux, sont particulièrement stigmatisés et souligne, au-delà de l’actualité politique et économique tendue, la dimension post-coloniale de cette catégorisation défavorable aux Algériens.

Je crois que les problèmes comme l’insécurité ou une certaine agressivité que l’on attribue aux immigrés célibataires n’est qu’une invention politique. Bien sûr il y a eu et il y aura des cas, mais il ne faut pas généraliser. En fait ce problème a commencé un peu après l’Indépendance… Avant, on appelait les Algériens Sidi, c’est-à-dire « Monsieur ». On était comme les Français. À l’époque, on aimait bien l’Algérien parce qu’il était considéré comme un Français, bien que Français de deuxième catégorie. Mais après l’Indépendance, les problèmes ont commencé. Les gouvernants se sont succédé en Algérie et il y a eu cassure entre les deux pays. Et puis il y a eu d’autres histoires comme le pétrole qui a été nationalisé. Donc il y a toujours eu des escarmouches entre les deux pays. Et ce sont les travailleurs algériens qui ont payés les pots cassés. Alors il faut dénigrer les Algériens, dire qu’ils ne sont pas sérieux, qu’ils n’ont pas d’éducation et tout ça pour encourager les gens à se méfier des Algériens. Quand je suis arrivé, en 1963, il n’y avait pas encore ce problème-là. Plus le chômage augmente, plus on parle de l’Algérien, enfin de « l’immigré », et souvent du « Nord-Africain » (Saadoddine, 1986).

  • 23 Il n’est pas inutile de souligner combien ces années 1970, comme les décennies qui suivirent, sont (...)

99La crise a des répercussions nettes sur les conditions de travail et de recrutement des travailleurs algériens en France. Les menaces d’expulsion n’étaient pas rares à l’égard de ceux qui, comme certains des enquêtés à Tours, étaient au chômage ou avaient des activités politiques ou syndicales. Les conditions d’enquête directe auprès des Algériens eux-mêmes ont d’ailleurs été affectées par cette situation, la police soupçonnant l’étudiant – enquêteur de provoquer de l’agitation politique et entravant certains de ses entretiens qui se déroulèrent dans un café, tandis que, du côté des Algériens eux-mêmes, la distance voire la méfiance imprégnait les premiers contacts23.

Date d’arrivée en France et durée de séjour des 55 enquêtés algériens en 1971

Date d’arrivée en France

Isolés

Chefs de famille

Ensemble

1950-1955

2

9

11

1956-1961

8

10

18

1962-1964

8

4

12

1965-1967

3

3

1968-1970

9

2

11

Total

55

Source : Bourdarias, 1971.

100On remarque que les familles arrivent avant ou pendant la guerre d’Algérie pour leur majorité, tandis que les célibataires ou ceux qui sont séparés de leur famille arrivent plutôt après. La moyenne de la durée de séjour pour les célibataires est de 7-8 ans tandis qu’elle est de 13 ans pour les familles. Si le contingent de travailleurs isolés tend évidemment à se renouveler beaucoup plus rapidement que les familles, l’auteure note toutefois que la durée de séjour semble à Tours beaucoup plus longue que dans d’autres villes ou régions. À Grenoble par exemple, à la même époque, la durée moyenne du séjour des travailleurs algériens est inférieure à 6 ans. L’auteure y voit la confirmation d’une stagnation de la migration algérienne vers Tours, faute de perspectives d’emplois (plus développées ailleurs).

101Cette faible proportion des Algériens dans l’industrie semble toutefois être un phénomène particulier à l’Indre-et-Loire, car on ne la retrouve pas au niveau national. Les chiffres montrent par ailleurs que les Espagnols travaillent plus souvent dans l’industrie, ce qui peut s’expliquer par l’ancienneté de leur migration : avec le temps, ils ont cherché à délaisser le bâtiment qui est un secteur plus pénible et moins bien payé. En revanche, les Portugais, parce qu’ils sont les derniers arrivés, sont plus représentés dans l’agriculture.

102Pour ce qui est de l’agglomération tourangelle, la répartition par secteur d’activité des actifs algériens masculins ayant un emploi est la suivante en 1968 :

Répartition par secteur d’activité des actifs algériens en 1968

Secteur d’activité

Effectifs

Agriculture

4

Métaux

12

Industrie mécanique

28

Industrie automobile

4

Industrie chimique

4

Bâtiment

236

Transports

20

Commerce

12

Services

52

Total

372

103Les actifs algériens sont en grande partie employés dans le bâtiment (pour 63,2 % d’entre eux) et à des postes peu qualifiés d’ouvriers spécialisés ou de manœuvres (71 % des actifs). Pour ces moins qualifiés, le bâtiment propose des emplois jugés durs et sales. Beaucoup déclarent que « la pelle et la pioche, c’est notre vie en France », « Nous, les Algériens, c’est la pelle et la pioche, les Français, eux, trouvent un travail en usine, je préférerais, c’est moins dur et c’est moins sale », ou encore, « je n’aime pas le bâtiment, c’est sale, je voudrais travailler à l’intérieur, dans un garage ». Les durées hebdomadaires de travail dans le bâtiment sont de 44 heures en hiver et 48 heures en été (sans compter les heures supplémentaires), selon 34 travailleurs algériens du bâtiment rencontrés à Tours en 1971. Pour ceux qui travaillent dans l’industrie, la durée moyenne est de 44 heures. La plupart de ces ouvriers du bâtiment sont payés à l’heure, même si, à l’époque, un accord de mensualisation est en cours d’application. Ceux qui travaillent dans l’industrie sont plus souvent mensualisés, bénéficiant alors de « la semaine de 40 heures » et des heures supplémentaires lorsque l’on va au-delà.

104La proportion d’ouvriers qualifiés (22,6 %) parmi la population active masculine algérienne semble nettement plus importante en Indre-et-Loire que dans d’autres départements (6 % par exemple en Isère), ce qui s’expliquerait par des durées de séjour plus longues qu’ailleurs.

105La majorité trouve un emploi par le biais d’un ami ou d’un parent, le recours au bureau de la main-d’œuvre pour trouver un emploi est extrêmement rare. « J’avais un copain à Saint-Pierre qui travaillait chez Cavello. Il m’y a fait entrer comme manœuvre » explique ainsi un manœuvre algérien de 40 ans. Ou encore : « C’est mon oncle qui a trouvé le boulot. Il travaillait là depuis longtemps » (OS algérien, 20 ans). D’autres se présentent directement sur les chantiers en cours : « Je savais qu’il y avait des chantiers aux Rives du Cher. J’y ai été voir, on m’a embauché, on m’a prévenu que les chantiers fermaient dans deux mois. Je suis parti tout seul avant la fermeture » (manœuvre algérien dans le bâtiment). L’employeur recrute ainsi la main-d’œuvre dont il a besoin au jour le jour, et se sépare des travailleurs quand il n’en a plus besoin, sans indemnité de licenciement.

Les années 1970 : les ricochets d’une industrialisation tardive

106La politique d’aménagement du territoire des années cinquante visant à corriger le déséquilibre entre la région parisienne et son environnement, s’est résumée à une politique de déconcentration des activités industrielles qui a transformé ces villes en « ateliers de la région parisienne » notamment dans l’Eure-et-Loir et le Loiret. Les années 1970 sont ainsi des années fastes pour l’économie orléanaise. La décentralisation proposée par le gouvernement et le patronat trouve un terrain propice dans cette ville de 110 000 habitants au carrefour de la Beauce, de la Sologne et du Berry, à une heure de train de Paris et dont l’industrialisation n’avait pas connu l’essor d’autres villes de la Grande Couronne. La main-d’œuvre va donc s’installer à la périphérie près de la zone industrielle. La situation est similaire pour toutes les villes de la région situées à une centaine de kilomètres où la décentralisation et l’industrialisation tardive ont entraîné une concentration élevée d’habitants d’origine étrangère dans les mêmes quartiers. En 1982 une personne sur trois est d’origine étrangère à Dreux (en comptant les rapatriés français musulmans) et 50 % des jeunes ont au moins un parent immigré. S’y ajoutent une forte ségrégation spatiale et une image dégradée aggravée par la fin des « trente glorieuses » qui touche de plein fouet un tissu industriel sans autonomie.

107Les données sont désormais fournies par les enquêtes sur les travailleurs étrangers dans la région Centre. La première enquête menée est celle qui a été réalisée par Marie-Thérèse Dupraz en 1971. Elle s’intitule les Travailleurs étrangers dans la région Centre et s’insère dans un programme d’ensemble du ministère du Travail. Elle témoigne des profondes mutations qui font de la région, « une région récemment marquée par l’industrialisation et la décentralisation ». Les modifications structurelles qui en résultent expliquent-elles la place de la main-d’œuvre étrangère ? Telle est la question posée et l’enquête constitue aujourd’hui une sorte d’instantané sur la terminologie et les perceptions de l’immigration. Car si la méthode et les sources sont données par l’INSEE et les chiffres des ministères, et construisent la première partie statistique, la seconde partie est plus originale car elle repose sur l’élaboration d’un questionnaire auprès des employeurs et complété par enquête auprès de « personnes connaissant la main-d’œuvre étrangère ».

108L’auteur souligne d’ailleurs les limites de son travail, mené par questionnaire, auprès des seuls entrepreneurs et qui ne prend en compte que la seule question du travail sans y intégrer la place du logement. Ce questionnaire, établi auprès d’entreprises de plus de cinquante salariés, donne des informations générales mais reflète aussi les préoccupations de l’époque sur le rôle et la place de ces travailleurs et sur les bénéfices que les employeurs peuvent en tirer. Les questions posées cherchent à cerner « le rôle positif ou négatif de la main-d’œuvre étrangère », ainsi que « les raisons de son absentéisme ».

  • 24 Les Portugais représentent 5 072 personnes dans l’ensemble du département au recensement de 1968. (...)

109On peut aussi s’appuyer pour cette période sur le travail mené par Joël Debon sur les Portugais (Debon, 1974), qui repose sur un échantillon24 de la population portugaise résidant dans l’agglomération de Tours au premier trimestre 1971 (1 427 individus de plus de 16 ans, 927 hommes et 460 femmes). L’échantillon porte sur cinq communes périurbaines et six communes appartenant à l’agglomération de Tours. Le taux d’activité masculine est très élevé (96 % d’actifs), il ne comptabilise pas les retraités. Le taux d’activité féminine est faible (25 %) et plus modeste que pour les femmes tourangelles (38 %) mais il invite à la prudence car il faut tenir compte de la part du travail non déclaré qui viendrait sûrement nuancer cette différence. Le regard de l’auteur est celui d’un aménageur et géographe et son approche de la place des Portugais au sein des communes de l’agglomération tourangelle n’est pas socio-professionnelle. Joël Debon refuse de voir l’immigré comme une force de travail et le définit plutôt comme un « courant social » entre région de départ et espace d’accueil, recueillant des éléments d’appréciation aussi bien sur le lieu d’habitation au Portugal, que sur la situation familiale en France.

110Les Portugais représentent entre 10 % et 30 % de la population dans certaines des communes de son échantillon. Au sein de l’agglomération tourangelle, la commune la plus attractive est Véretz : les Portugais y représentent plus de 28 % de la population où ils sont selon l’auteur « bien intégrés », ce qui n’est pas le cas à Larçay où ils sont peu nombreux mais vivent à l’écart dans un bidonville qui a encore 112 habitants en 1970, ou encore à Monts où le camp de Malicorne rassemble une quarantaine de familles de façon précaire. Les bidonvilles portugais de la périphérie de Tours ressemblent-ils aux bidonvilles de la banlieue parisienne analysés par l’historienne Christine Volovitch-Tavares ? L’habitat « clandestin » se concentre ici dans les maisons vétustes et abandonnées des hameaux. Ce qui les unit, c’est l’oubli qui les entoure aujourd’hui. L’histoire de la mémoire de ces situations pourrait être faite parallèlement à la collecte de sources archivistiques et orales. L’attention portée aux immigrés passe aussi par le logement pour dénoncer l’insalubrité et la précarité de l’habitat qui leur étaient réservées à l’époque.

111Les migrations portugaises et marocaines continuent également à fournir une main-d’œuvre agricole notamment pour la récolte et le binage des betteraves à sucre qui alimentent les sucreries d’Artenay et de Sandillon. Le travail est saisonnier : en 1969 sur 203 étrangers employés entre mai et novembre dans le Loiret, 45 sont marocains et 157 portugais.

Naissance d’un symbole : Dreux

112De façon quelque peu paradoxale, si l’on songe à la place modeste de l’immigration dans les approches démographiques et économiques mais aussi dans l’image même que se fait la région d’elle-même, elle devient pourtant emblématique, au cours des années 1980, à travers la situation sociale et surtout politique de Dreux.

113La présence des immigrés à Dreux n’est pas, dans les débuts des années 1980, une nouveauté. De lointaines attaches familiales, nouées sous l’Ancien Régime, ont entraîné une présence ancienne d’une importante communauté allemande. La ville a attiré de nombreux migrants de l’intérieur, Normands, Bretons, anciens forçats interdits de séjour à Paris, et, plus récemment, des réfugiés espagnols dont la venue a été encouragée par Maurice Viollette, maire de Dreux de 1908 à 1959 et ministre du Front populaire.

114Cette tradition d’accueil est reprise par son successeur Georges Rastel, maire de Dreux qui prend en charge, en 1962, 150 familles de Harkis installées dans le quartier de Murger Bardin où existe une association musulmane. Cette population a été particulièrement étudiée par le général Maurice Faivre qui avait sous sa responsabilité, en 1960-1961, 80 Harkis, supplétifs engagés dans l’armée française. Il a ensuite suivi les trajectoires de ces familles, de 1964 à 1990, à travers les fiches familiales de l’assistance sociale, les données de l’état civil et l’enquête sociale de la sous-préfecture consacrée à la situation de l’ensemble de la communauté des rapatriés musulmans du département. Il témoigne du rôle des assistantes sociales, souligne la bonne intégration qu’il apprécie par le fait qu’ils ont quitté les HLM du quartier de Murger Bardin pour devenir propriétaires.

115Mais les années 1970 sont celles d’un véritable tournant et d’une forte croissance. Dreux est déjà devenue une ville-dortoir de la région parisienne. La politique d’aménagement du territoire des années 1950 visant à corriger le déséquilibre entre la région parisienne et son environnement offre ici un exemple de mise en dépendance économique des villes moyennes du bassin parisien. Cette politique de décentralisation s’est résumée à une politique de déconcentration des activités industrielles qui a transformé ces villes en « ateliers de la région parisienne » comme l’explique Michèle Tribalat (Tribalat, 1999). Si la première greffe économique date de 1956 avec l’implantation de la Radiotechnique, puis Dana en 1964 entreprise pharmaceutique (dont les registres sont encore consultables pour certains), c’est l’automobile et la mécanique (Floquet monopole, Rossi et Renault) qui ont entraîné le développement de la ville et de l’immigration. De nombreux Portugais sont appelés pour travailler dans le bâtiment tandis que les immigrés d’origine maghrébine constituent une main-d’œuvre ouvrière pour les entreprises.

116Alors que la ville ne dénombrait que 1,5 % d’étrangers en 1954, elle en compte 15 % en 1975. En 1976, une première grande enquête est menée par la jeune chambre économique de Dreux, il en résulte un constat qui est ensuite largement commenté : « les habitants se disent inquiets de la présence immigrée ». Une enquête similaire est même menée auprès des enfants des écoles. Nous allons revenir, dans la partie qui suit, à cette situation drouaise qui mérite quelques approfondissements.

Depuis les années 1970 : l’immigration fait partie de l’histoire régionale25

  • 25 P. Bachelard, Les étrangers dans la ville (p. 377) : « Les immigrés sont nombreux dans trois ville (...)
  • 26 Dès les débuts de la politique de la ville, le taux de population étrangère au sein des quartiers (...)

117La période est marquée, ici comme pour le reste du territoire national, par la fermeture des frontières, les politiques de retour et de regroupement familial, les demandes d’asile d’exilés du Chili, d’Asie du Sud-Est, du Rwanda, du Kosovo, etc., le développement du tissu associatif dont les archives doivent être répertoriées et étudiées. Cette période est aussi celle de l’émergence – à partir de 1977 et surtout de 1981 – des politiques de la ville centrées sur l’amélioration des conditions de vie de ce qu’on appelle désormais les « quartiers sensibles » ou prioritaires26.

118Les immigrés se répartissent toujours inégalement, trois départements regroupent à eux seuls les 70 % des immigrés vivant dans la région : le Loiret, l’Indre-et-Loire et l’Eure-et-Loir, soit les départements les plus urbanisés. La taille moyenne des ménages immigrés est supérieure à la moyenne des ménages : 3,2 personnes contre 2,4 dans la population totale. En 1999, 44 % des ménages immigrés habitaient des logements collectifs contre seulement 27 % des ménages en moyenne dans la région. De même, ils sont moitié moins à être propriétaires de leur logement. On assiste à un vieillissement de la population immigrée, et à une diminution de la part des jeunes. Il s’agit en réalité d’un chiffre à nuancer : par définition, leurs enfants nés en France ne sont pas des immigrés. Ils sont aussi plus affectés par le chômage que les autres actifs. Leur taux d’activité est supérieur mais ils sont plus touchés par le chômage : dix points de plus que le taux de chômage national.

De nouvelles vagues migratoires

  • 27 Aujourd’hui, la population turque représente 10,9 % de la population étrangère avec environ 11 000 (...)

119On note, malgré tout, de nouvelles vagues migratoires avec notamment le développement d’une importante communauté turque. Au recensement de 1990, 10 668 personnes de nationalité turque résident dans la région, soit 9,15 % de la population étrangère. Elles atteindront 12,2 % des étrangers en 199927.

120Elles sont désormais la troisième nationalité la plus représentée derrière les Portugais et les Marocains. Plus récemment, des populations venant d’Europe de l’Est et d’Afrique sont arrivées en région Centre mais leur proportion reste plus modeste par rapport aux nationalités citées ci-dessus, présentes depuis plus longtemps sur le territoire.

Les Turcs : la dernière vague

121Les Turcs s’implantent surtout dans le Loiret, puis l’Eure-et-Loir et le Loir-et-Cher. Dans ce dernier département, ils représentent en 1990 près de 18 % de la population étrangère et sont alors aussi nombreux que les Marocains. Au regard de cette migration récente, la région Centre se situe alors au 5e rang derrière l’Ile-de-France, Rhône Alpes, Alsace et Lorraine. Derniers venus, ils subissent souvent une forte stigmatisation, constituant la figure même de l’étranger du fait de leur migration récente. Il s’agit d’une migration familiale qui, dans le Cher et l’Indre-et-Loire par exemple, comptent légèrement plus de femmes que d’hommes.

122La population turque en France et en Europe est assez bien connue grâce à différents travaux. Ceux de Yildiz Sertel (Sertel, 1987) nous intéressent ici parce que son enquête a été menée à Paris, à Lyon mais aussi à Dreux en 1977, puis en 1982, aux Chamards, où résidaient sept cents Turcs. Les contacts ont été établis via l’Association locale des travailleurs de Turquie. Elle rassemble cent vingt familles et cent travailleurs sans famille venus des régions les plus pauvres : Province de Tunceli, Anatolie du Nord et Nord-Est. Les premiers sont venus dans les années 1972-1973 par le biais, comme à Chalette-sur-Loing pour Hutchinson, de contrats de travail déjà signés en Turquie. Ils sont embauchés dans le bâtiment, mais aussi dans toutes sortes d’entreprises allant des secteurs automobile, à la métallurgie et à celui du plastique, en passant par une fabrique de gants, Comasec, qui est la seule à employer des femmes turques.

123L’auteur voit la vie de ces familles évoluer en l’espace de cinq ans. En 1977, l’impact de la crise n’est pas encore visible, les gens travaillent mais la population turque reste relativement isolée. À son retour en 1982, Y. Sertel constate qu’une partie des ouvriers a été licenciée et plusieurs usines ont fermé. D’autre part, une nouvelle immigration a vu le jour : trois cents nouveaux immigrés sont arrivés sans les papiers requis. Ils viennent de divers pays européens, espérant régulariser leur situation sur place ; certains sont des réfugiés politiques kurdes. Selon l’auteur, cette nouvelle situation crée des tensions entre anciens et nouveaux immigrés. Il constate par ailleurs, qu’avec le temps, ils améliorent progressivement leur habitat, le rendant à la fois plus confortable et plus « européen ».

Les demandeurs d’asile

  • 28 Crée en 1962 par Stéphane Hessel, cette association est spécialisée dans l’hébergement social et l (...)

124Les migrations de demandeurs d’asile (comme les réfugiés cambodgiens, laotiens et vietnamiens, les Rwandais, les Kosovars) sont également présentes dans la région même si l’appareil statistique ne permet pas d’évaluer leur présence dans le détail. Comme dans beaucoup d’autres villes moyennes françaises, les villes de la région Centre ont vu l’implantation de foyers, d’abord des Centres provisoires d’hébergement (CPH) puis des Centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA). L’association AFTAM28 par exemple gère plusieurs foyers à Châteauroux et à Tours, mais aussi sous forme d’hébergement dit « éclaté » en appartements au sein des cités de logement social. La mobilité des familles obtenant le statut de réfugié est grande à la sortie de ces dispositifs spécifiques d’accueil, compte tenu des opportunités d’embauche et de logement, de la proximité de la région parisienne, mobilité accrue par les difficultés d’insertion économique en période de crise.

125La spécificité de cette migration – jugée souvent par l’opinion publique et dans le discours politique comme typique d’une « France terre d’asile », ce fut le cas notamment lors de l’accueil des réfugiés d’Asie du Sud-Est – semble avoir été, avec le recul historique, passagère et assez exceptionnelle, compte tenu des profondes difficultés des dispositifs d’accueil aujourd’hui, de l’évolution européenne du droit d’asile et des mesures restrictives contribuant à produire une partie des « sans papiers » résidant actuellement en France.

Des étrangers toujours nombreux dans le monde rural

  • 29 Contact : D. Colas, chambre régionale d’agriculture, enquête d’Audrey Dupond, étudiante en histoir (...)

126Une toute autre réalité mérite également qu’on s’y attarde, en milieu rural cette fois. Si la part des exploitants agricoles étrangers n’est pas remarquable et son pourcentage similaire à la moyenne française pour les ressortissants de l’Europe, l’intérêt porté à cette question par la chambre d’agriculture régionale traduit la pérennité de la présence étrangère dans les zones rurales. Dans le cadre d’un programme lancé par la communauté européenne sur les mobilités professionnelles, le service de la chambre régionale d’agriculture a réalisé une enquête et un rapport de synthèse sur les ressortissants européens depuis les années 1980. Cette étude fait état d’une installation régulière et stable d’étrangers venus de la communauté européenne et plus particulièrement d’agriculteurs belges et hollandais. Leurs motivations sont économiques mais aussi sociales et « environnementales » et les enquêtés expriment leur volonté d’un enracinement dans le temps et dans l’espace. Leurs enfants nés en France désirent plus que les autres enfants d’agriculteurs reprendre l’exploitation familiale29.

Une immigration indissociable de la croissance urbaine

127En région Centre, comme partout ailleurs, la visibilité de l’immigration passe par l’aménagement urbain, et accompagne la réflexion qui émerge avec la croissance des villes.

La ZUP de la Rabière à Joué-lès-Tours30

  • 30 Plusieurs travaux ont été consultés par Pauline Beurnardeau, étudiante en sociologie, au centre de (...)

128En 1960, la création de la ZUP représente, dans les articles du journal municipal consacrés à la construction du quartier, rien moins que « l’avènement d’une ville moderne ». On vante les avantages d’un quartier moderne, tout équipé. Les articles de l’époque manient la symbolique de la modernité, de la ville neuve. En effet, dans un contexte de crise du logement, l’emménagement dans un appartement neuf de la ZUP de Joué constituait une promotion sociale enviée par les mal-logés. Les jeunes ménages y trouvaient des logements jugés confortables et destinés aux couples avec deux ou trois enfants, plutôt qu’aux familles nombreuses (l’ensemble comprend plus de 70 % de logements de type F4). On va s’apercevoir bientôt que des erreurs urbanistiques (isolation thermique et phonique insuffisantes, peintures écaillées, pierre de taille noircie, etc.) ont été faites et que la conception standardisée de logements étriqués ne correspond plus, après les années 1970, aux aspirations des classes moyennes qui vont globalement quitter les HLM.

129Passées les années 1970, on assiste à un total renversement dans le vocabulaire employé pour décrire la ZUP. Avant 1975, la ZUP est encore le « quartier phare » que l’on présente à la presse et en carte postale.

130Le renversement sémantique est lisible dans le discours municipal, dans le vocabulaire utilisé pour désigner les lieux. Entre 1960 et 1970, on parle de ZUP. Puis ce terme prend des connotations péjoratives. Alors, on parle désormais par écrit de « la zone d’habitation de la Rabière ». Après 1975, on note que la « Rabière » est employé seul pour désigner le quartier tandis que le mot ZUP est banni du langage municipal. « ZUP de la Rabière » reste néanmoins dans le langage quotidien d’une majorité d’habitants qui se désignent en fonction de leur implantation dans le quartier comme venant de la ZUP 1, 2 ou 3.

131Après 1975, le quartier devient progressivement le point noir du paysage urbain, au milieu d’un paysage bucolique, pavillons mis en avant. Le quartier représente le tiers de la population jocondienne mais développe peu de liens avec le tissu urbain ancien du fait de sa position géographique particulièrement excentrée. Coupé du centre-ville par la route de Chinon, il est parfois comparé à un corps étranger qui ne s’est jamais intégré. La ZUP apparaît aux anciens jocondiens comme une ville dans la ville avec son organisation propre, ses équipements sportifs et commerciaux, son centre médico-social, fréquentée par les seuls habitants du lieu du fait d’une disposition des barres en îlots fermés. À cette séparation spatiale forte du centre-ville, s’ajoute une ségrégation entre les îlots, une organisation spatiale qui facilite les clivages entre groupes de construction de statuts différents. Les observateurs de l’époque notent peu de relations sociales entre les locataires des HLM et les propriétaires de pavillon. Les enfants sont tous scolarisés dans les mêmes écoles mais ne jouent pas ensemble après la classe, disent-ils.

132Ce portrait rapide mérite d’être relativisé par un approfondissement que nous développerons dans la deuxième partie, montrant notamment le dynamisme et l’impact local des associations de quartier et des travailleurs sociaux.

Une population ouvrière et migrante

133La population est majoritairement ouvrière (Roudeau, 1994). Les logements du grand ensemble sont essentiellement occupés par des ménages modestes (en HLM comme en accession à la propriété), les chefs de familles étant principalement ouvriers d’usines ou employés. Hormis la présence de cadres et de fonctionnaires dans les groupes de logements en accession, la composition sociologique du quartier est homogène. De plus, conformément à la tendance nationale qui veut que les HLM s’ouvriérisent au cours des années 1970, le taux des actifs ouvriers dans le parc HLM est en augmentation progressive, ceci étant dû au départ des classes moyennes après les années charnières 1974 et 1975.

134Dès 1972, l’arrivée récente d’un nombre important de familles d’origine étrangère dans les logements HLM de la ZUP se révèle être un problème pour la municipalité puisque sur l’initiative du maire une réunion est organisée à ce sujet à la mairie (Delfino, 1972). Le résumé de cette réunion informe que « la dégradation actuelle de l’image du quartier » est un sujet d’inquiétude pour la mairie et l’office HLM, celui-ci ayant essuyé « 43 refus de la part d’ouvriers de l’usine Michelin, depuis 1970 », ces refus venant de potentiels locataires ne voulant pas loger dans les logements conventionnés de l’usine, à cause de la présence des immigrés. Durant cette réunion, les participants (maire, directeurs d’offices locatifs) s’interrogent sur la possibilité de « freiner l’implantation des étrangers à la Rabière » et sur « la mise en place d’une politique d’attribution-rente ».

Le spectre du « ghetto »

135La problématique essentielle de la réunion résume parfaitement la dégradation rapide de l’image de la ZUP de la Rabière : « Le quartier peut-il être autre chose qu’un ghetto ? » Pour résoudre ce problème, le directeur de l’Office HLM propose « la mise en place de programmes de logements F1 et F3 adaptés à une clientèle française pour parvenir à un meilleur équilibre social ». Or, cinq ans plus tard, en 1977, dans un article du journal municipal, le maire se plaint que des habitants de la ZUP aient envoyé « des pétitions au préfet et au ministère de l’Intérieur » pour demander l’expulsion de familles étrangères dont les membres auraient commis des actes de délinquance dans le quartier : la pétition fait état de l’insécurité des personnes, des agressions commises : vols dans les magasins, sur le marché et elle dit textuellement : « Sans être racistes, les habitants de la ZUP demandent que soient expulsées de ce secteur les familles immigrées qui se livrent à des tels actes […] ». Ainsi, en cinq ans, on est passé d’une attitude de refus de cohabiter à des réflexes de xénophobie. Ces réactions de rejet des étrangers révèlent un malaise latent qui éclate au grand jour.

136En effet, entre 1970 et 1980, le nombre de familles d’origine étrangère dans les logements HLM continue d’augmenter, cette évolution est perceptible dans les trois études sociologiques. À leur lecture, on peut noter qu’elles ont toutes en commun le souci de quantifier avec exactitude le nombre exact de familles d’origine étrangère résidant dans la ZUP de la Rabière. Avec le recul, on peut s’interroger sur l’utilité de ces comptages successifs qui d’ailleurs n’ont été possible que grâce au dépouillement des dossiers des bailleurs.

  • 31 GERU, op. cit., p. 87.

137Dès 1972, le grand ensemble de la Rabière est un quartier pluriethnique avec la présence de communautés maghrébines (19,5 % des ménages), yougoslaves (10,5 %) et espagnole et portugaise cumulées (70 % des familles logeant dans les HLM) (Delfino, 1972). En 1979, on note une érosion de cette population espagnole et portugaise (59 % des ménages), une stabilité de la population maghrébine (19,5 % comme en 1972) tandis que de nouvelles nationalités font leur apparition : 5,8 % de ménages sont originaires de Turquie et 3,2 % sont des réfugiés de l’ex-Indochine (du Cambodge, Vietnam, Laos). La population yougoslave (dont de nombreux chefs de familles travaillent à l’usine Michelin) est en augmentation (12,5 % des ménages)31.

138La ZUP de la Rabière n’est pas un ghetto au sens strict du terme, puisqu’une diversité de nationalités et de statuts cohabitent dans ces logements, y compris bien sûr des ménages français, mais cette image désormais indélébile est encouragée par la concentration des familles étrangères dans les îlots les plus denses en logements. Aujourd’hui, avec le recul, ce quartier constitue un véritable laboratoire du peuplement urbain de l’époque mais surtout de la politique de la ville et de l’action sociale et culturelle décentralisée, caractéristique qui inspire l’approfondissement que nous lui consacrons plus loin.

Travail social et militantisme associatif

139La période des années 1985 à 1995 a vu, dans le quartier, une intense activité sociale d’animation et de prévention sous l’égide des politiques de la ville mais surtout d’initiatives fortes de la part de coordinations de travailleurs sociaux et de militants associatifs. Ces actions ont contribué à développer une vie sociale importante dans le quartier et un sentiment d’appartenance indéniable au quartier. Loin de l’image du ghetto, perçue de l’extérieur, le quartier est aussi – considéré cette fois de l’intérieur par ses habitants – un point d’ancrage identitaire. Même lorsque des jeunes partent s’installer ailleurs, il n’est pas rare qu’ils y gardent une partie de leur sociabilité. Le marché du jeudi matin, particulièrement cosmopolite et actif, les lieux d’implantation des diverses associations, les lieux de culte, les activités sportives et de loisirs nombreuses constituent également des points de référence positifs.

Dreux : mythes et réalités

140En 1982, un Drouais sur cinq est étranger (Dreux compte alors 33 000 habitants). 50 % des jeunes ont au moins un parent immigré, issu du Maghreb et pour la majorité du Maroc. Un fort sentiment « anti-arabe » se développe alors au sein de la population française, favorisant la montée du Front national qui fait son entrée en 1983 à la mairie de Dreux, grâce à sa fusion avec la liste RPR de Jean Hieaux. À partir de 1977, Françoise Gaspard, maire de Dreux, par sa personnalité médiatique, fait de sa ville un enjeu politique, la question de l’immigration est au cœur des débats, libérant une parole alors nouvelle sur l’immigration.

141Si de nombreux travaux de politistes ont été menés sur Dreux analysant le vote Front national en 1983 et les mécanismes de la rumeur, il y a peu – nouveau paradoxe – d’études sociologiques et historiques approfondies (hormis les travaux de Françoise Gaspard elle-même, Michèle Tribalat et Corinne Bouchoux). Ceci tient très certainement à l’éloignement des centres universitaires majeurs de la région et de l’ancrage de Dreux dans l’orbite de la région parisienne. Beaucoup reste à faire. L’étude exploratoire menée dans l’Eure-et-Loir permet néanmoins de rassembler déjà quelques éléments d’histoire et d’élargir l’observation à une réalité non seulement drouaise mais aussi départementale (incluant Vernouillet).

142Ce qui frappe surtout à Dreux, c’est la forte ségrégation spatiale entre le cœur ancien et les quartiers des « plateaux » : le plateau sud-est avec les cités Les Rochelles, Michelet, les Chamards, et le plateau nord-ouest avec les cités Foch et les Bates. Le plan de la ville laisse clairement deviner l’enclavement des quartiers des plateaux séparés du reste de la ville par la RN12, la voie ferrée et la rocade.

143Dans la plupart des esprits, cette concentration et cette ségrégation sont directement associées à un fort taux de délinquance, devenu un enjeu politique majeur. Si les enquêtes montrent que la délinquance est bien une réalité, celle-ci a pu être plus finement analysée. Comme le souligne M. Tribalat (Tribalat, 1999) : « Même si le sentiment d’insécurité est une notion complexe, comprenant des éléments subjectifs, il ne peut être déconnecté des faits de délinquance et de leur évolution. La peur de la délinquance varie avec l’évolution de celle-ci ». Selon l’enquête, seule la délinquance acquisitive et destructrice semble liée à la concentration de populations défavorisées, mais le taux de délinquance globale n’est pas lié à la concentration en population d’origine étrangère. Toujours selon M. Tribalat : « Il faut cependant en faire le constat : il y a bien eu hausse de la délinquance. La bataille politique ne doit pas porter exclusivement sur l’énoncé des faits. Ce n’est pas donner raison au Front national que de reconnaître la gravité d’une situation. La réalité n’appartient pas au Front national, elle est ».

144La crise économique a été à Dreux particulièrement spectaculaire dans un tissu industriel sans autonomie. Le chômage a exacerbé les clivages sociaux et ethniques. Dreux dans les années 1980 a connu « un reflux du contrôle social collectif marqué par la désertion de l’espace public et des pressions maffieuses », la « désertion du faire ensemble » (Tribalat, 1999). Certains projets ont alors échoué, comme la tentative de mixité sociale lors de la réhabilitation du quartier des Chamards. Dès 1981, une antenne locale de la commission Dudebout pour l’habitat social a été installée dans ce quartier (Baschman et Leguennec, 1995).

145Depuis, des initiatives locales ont vu le jour et traduisent avec des ambitions modestes, une capacité de transformation à travers notamment la mise en place de régies de quartier. Les expériences en matière sociale ne marchent que si elles sont faites avec les habitants. La difficulté venant souvent de leur dite « passivité », laquelle est souvent en réalité l’expression d’une situation de relégation et d’exclusion intériorisée. « Il faut rechercher les modalités de la participation aux projets urbains d’habitants qui n’y sont pas habitués et qui ne disposent pas des moyens culturels habituels, en privilégiant la pratique plutôt que la parole ou l’écrit, l’expression directe plutôt que la médiation, en prévoyant la négociation à toutes les étapes du projet et des éléments de concrétisation rapides même si le projet s’étale dans le temps » (Tribalat, 1999). Aujourd’hui, Dreux reste une ville à forte population immigrée : 18,7 % en 1999, 20,4 % en 2006, pour une moyenne départementale de 4,6 % et une moyenne nationale de 5,6 %. Les recensements de 1999 et 2006 montrent, pour la population étrangère, une forte présence marocaine (particulièrement jeune), turque mais aussi portugaise.

Pérennité des bastions migratoires et nouveaux venus

146Les premiers lieux de l’immigration industrielle comme Rosières et Chalette ont continué à attirer les migrants. Mais leur situation a considérablement changé. À Rosières, après la seconde guerre mondiale, de nombreuses familles polonaises sont retournées dans leur pays. Ceux qui restent, s’insèrent dans la vie locale par le biais de l’école, du travail, des mariages, de la vie de quartier et de la sociabilité locale. Ils reprennent les logements autrefois réservés aux ouvriers français (maisons jumelées) [voir en Partie II]. Les Polonais partis vont bientôt être remplacés par de nouveaux migrants venant d’Italie, d’Espagne et du Portugal. Certains arrivent avec en main un contrat de travail, les autres l’obtiennent en se présentant à l’usine à leur arrivée.

Je suis venu clandestinement, on a dû passer la montagne à pied (les Pyrénées) comme des lapins. On s’est retrouvé quatre-vingt-dix bonhommes ensemble, dans un camion, qui est monté à Paris. On était comme des cochons, tous serrés. À Paris, les gens prenaient des chemins différents. Moi je suis parti vers Rosières, pour venir ici travailler. Et ma femme m’a rejoint en 1966, avec les deux premiers enfants (entretien auprès d’un retraité portugais réalisé en 1993).

147Dans les années 1950, dix-sept nationalités cohabitent au village de Rosières, près de Bourges, dont des Suisses, Anglais, Yougoslaves, Roumains, Grecs. Les Français restent cependant majoritaires. En 1964, des Harkis et des Kabyles s’installent à Rosières, suivis un peu plus tard de Marocains, jusqu’à ce que les arrivées cessent autour en 1972. Les Marocains deviennent rapidement la population étrangère la plus importante.

148À Chalette, on note peu de nouvelles implantations, il reste toujours Hutchinson devenu MAPA, entreprise qui employait en 1975, 860 étrangers, soit trente-deux nationalités. Au recensement de 1999, elle est encore la commune du Loiret à la plus forte présence étrangère (19,4 % de sa population, soit beaucoup plus qu’à Orléans ou encore à Saint-Jean-de-la-Ruelle), les Turcs représentant alors 40 % des étrangers de la commune. Chalette conserve une tradition de « multiculturalisme » mais le rapport entre habitat et emploi s’est transformé. Si les immigrés se sont installés à Chalette depuis les années 1920 pour y travailler et y vivre, aujourd’hui la majorité d’entre eux travaille en dehors de la cité. Les villes voisines n’ont guère développé d’habitats sociaux et Chalette continue à loger la majorité des immigrés.

Conclusion

149On peut ici esquisser déjà un premier ensemble de conclusions. La spécificité des migrations dans la région tenait à l’origine dans sa faiblesse numérique et sa faible importance dans l’identification régionale. Elles sont indépendantes des premières phases de l’industrialisation. Elles sont souvent peu visibles, il s’agit de migrations rurales et féminines, la migration rurale apparaissant à chaque période comme une tradition cachée. D’autres spécificités marquent son histoire et soudent peut-être des espaces aux histoires locales peu connexes.

Les lieux de travail très variés : entreprise industrielle, chantier, campagne

150La question du travail et de l’emploi doit être analysée dans le cadre des entreprises et notamment des grandes entreprises concentrées dans quelques centres urbains (Dreux, Vierzon, Bourges) et les deux grandes villes (Orléans, Tours). Mais aussi hors de l’usine dans des espaces où l’histoire et la mémoire de l’immigration sont à construire : le monde rural et le chantier (espace éphémère mais qui est un fil conducteur des migrations régionales : les archives en portent la trace à travers les entreprises de bâtiment et notamment celles de la famille Novello). Ces entreprises, par leurs ramifications familiales, rattachent les migrations en région Centre à un ensemble plus vaste, les migrations dans l’Ouest français. Le chantier est un espace majeur : lieu où se mêlent des migrants anciennement installés et des migrants récents, des migrants qualifiés et non qualifiés, où avant l’implantation des commerces ethniques se sont réalisées les premières histoires d’ascension sociale.

151Cette histoire liée au développement du bâtiment n’a été menée souvent que pour la région parisienne et comme celle de son revers, les bidonvilles. Ce qui nous renvoie à la diversité de l’habitat.

Un habitat souvent contraint : bidonvilles, chambres vétustes, foyers, cités de transit

152L’analyse de l’agglomération tourangelle montre bien l’importance de l’habitat vétuste et contraint, comme à l’échelle fine de Larçay (bidonville détruit, 112 habitants en 1970, 63 en 1971) ou du camp de Malicorne à Monts. L’habitat « clandestin » se concentre dans les maisons vétustes et abandonnées des hameaux. Ici encore, c’est à la fois l’histoire de la mémoire et de l’oubli de ces situations qui doit être faite parallèlement à la collecte de sources archivistiques et orales.

153Cette attention portée au logement comme angle d’approche est aussi privilégiée par les travaux menés par Hélène Béguin [Partie II] sur les foyers Sonacotra qui sont ici comme dans bon nombre de régions françaises, « les lieux de vie » des migrants, ancrage provisoire qui dure parfois jusqu’à la fin de vie.

Des migrations politiques et des lieux d’internement

154Un rappel ancien : la figure d’Abdel Kader interné au château d’Amboise sous le Second Empire. De par sa situation géographique, la région Centre a paradoxalement accueilli toutes les grandes vagues de migrations contraintes. Si de nombreux travaux ont été menés sur les réfugiés espagnols et sur les camps de la guerre, leur mémoire est encore en construction à l’échelle locale. Un partenariat plus étroit entre les spécialistes locaux, nationaux doit permettre de mieux faire connaître les travaux et grilles d’analyse déjà mises en place pour l’étude du camp de Jargeau par le Cercil. L’histoire et la mémoire doivent à la fois être capables de faire apparaître des traces de solidarité et des souvenirs peu glorieux qui doivent être contextualisés.

Une migration d’élite relayée aujourd’hui par le tourisme

  • 32 AD Indre-et-Loire, 74J fonds université, 1960-1994 ; fiches individuelles des étudiants inscrits ( (...)

155Il semble nécessaire, sans y attacher une importance démesurée, de rappeler que la migration n’est pas, dès les origines, une migration de main-d’œuvre non qualifiée : une élite étrangère souvent anglo-saxonne a depuis le xixe siècle choisi de s’installer dans la région de façon durable ou temporaire, s’implantant notamment dans le monde de châteaux et des châtelains. Une main-d’œuvre qualifiée a elle aussi été attirée vers la région Centre pour répondre à une demande de « services » qui sont attachés à leur nationalité : nurses anglaises, gouvernantes allemandes et suisses. À cette tradition s’ajoute le cas des étudiants étrangers, notamment ceux du Stanford College32.

156Les châteaux ont attiré une élite étrangère qui résidait de façon régulière en Touraine et aujourd’hui encore de façon plus temporaire comme en témoigne notamment l’exemple du château de Fourchette, à Pocé-sur-Cisse près d’Amboise.

Une population régionale dont l’immigration fait désormais partie

157Même si la proportion d’immigrés dans la région est relativement faible, la croissance de la population immigrée a contribué à la progression de la population totale régionale depuis 1962. Entre 1962 et 1999, la population de la région s’est accrue de 31 %, augmentation en partie due à la forte croissance de la population immigrée régionale. En effet alors que cette dernière a presque été multipliée par deux entre ces deux dates au niveau métropolitain, elle s’est accrue de moitié. Au cours de cette période, ce sont les vagues portugaises, maghrébines et turques qui se sont succédées et enracinées. Entre 1962 et 1975 la région enregistre des arrivées qui viennent compenser la pénurie plus tardive que dans d’autres régions de main-d’œuvre. Le rythme de croissance s’accélère surtout à partir de 1968 : alors que la progression était de 3 % entre 1962 et 1968, elle est de 7,5 % sur la période 1968-1975. L’origine des flux est aussi transformée : les immigrés originaires d’Europe ne sont plus qu’un peu moins de 31 % parmi les immigrés résidant dans la région en 1999 au lieu de 66 % en 1968 et 45 % en 1982.

  • 33 INSEE recensement de la population, 2006.

158Comme le signalent les récents travaux statistiques réalisés sur la région Centre33, aujourd’hui comme hier, les immigrés se répartissent de façon inégale sur le territoire régional. Ils se concentrent dans les zones situées sur l’axe ligérien, dans celles jouxtant les franges franciliennes ainsi que dans la vallée du Cher. Le Loiret, l’Indre-et-Loire et l’Eure-et-Loir, départements les plus urbanisés, en regroupent les trois quarts pour deux tiers de la population non-immigrée. Plus d’un immigré sur trois réside dans le Loiret où ils représentent 8 % de la population en 2006.

159Si le nombre d’immigrés est resté globalement stable, il masque en fait les acquisitions de la nationalité française. Ainsi entre 1990 et 1999, plus de 25 200 immigrés sont arrivés alors qu’un peu moins de 23 000 en partaient. Les nouveaux migrants reflètent le profil migratoire de l’ensemble de la population. On note néanmoins que près d’un tiers d’entre eux arrivent de l’île-de-France, parmi les deux tiers restant, un peu moins de la moitié arrivent d’un autre pays d’Europe. La région Centre continue ainsi à être une région de passage mais aussi le temps et le lieu de l’enracinement pour les immigrés d’aujourd’hui.

  • 34 Données tirées des travaux de l’INSEE, à partir du recensement de la population, 2006.

160En matière de logement, si certains migrants arrivés de longue date ont pu accéder à la propriété d’un appartement ou d’une maison, une part importante réside aujourd’hui encore dans les logements sociaux. « Le Centre se place au 3e rang des régions concentrant le plus d’immigrés en logement social, après la Haute-Normandie et la Champagne-Ardennes ». Quatre ménages immigrés sur dix vivent en HLM, soit trois fois plus souvent que les non-immigrés. Moins fréquemment propriétaire de son habitation un ménage immigré sur deux vit en appartement, contre un ménage non-immigré sur quatre »34.

161En matière d’activité en région Centre, l’INSEE montre que, en 2006, près de deux immigrés sur trois travaillent dans le tertiaire (63 %). Cette part est inférieure à celle des non-immigrés (71 %) et de dix points inférieure à celle observée en métropole. Les immigrés sont au contraire surreprésentés dans l’industrie et la construction. Ils sont particulièrement présents (plus de 20 %) dans certains secteurs : le nettoyage, les services domestiques, la maçonnerie et le bâtiment. Dans la construction, 12 % de la main-d’œuvre est immigrée contre 6 % pour l’ensemble des secteurs.

162D’autre part, ces travaux montrent aussi que le taux de chômage des immigrés est aujourd’hui particulièrement fort en région Centre (plus de 20 %) par rapport aux non-immigrés (9 %). « Il s’élève même à 40 % pour les immigrés venant de pays hors Union européenne. Les actifs immigrés originaires de l’Union européenne sont moins exposés au chômage que le reste de la population. À l’inverse, les actifs immigrés d’origine turque et algérienne sont 3,5 fois plus souvent au chômage que les non-immigrés » signalent les démographes de l’INSEE. Cet écart de chômage entre immigrés et non-immigrés est plus important dans la région Centre que la moyenne métropolitaine : « si un actif du Centre est moins au chômage que la moyenne, un immigré y est plus exposé, subissant une inégalité accrue ». Ces difficultés ne sont toutefois pas uniformes puisque « dans les cantons de Bourges, Saint-Pierre-des-Corps, Dreux, Montargis et Blois, près d’un immigré sur trois est au chômage contre un sur quatre dans ceux de Chartres, Orléans, Tours et Châteauroux ». Cet écart des taux de chômage est encore plus perceptible chez les femmes (un taux de près de 9 points supérieur aux hommes) et chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans pour qui les difficultés sont les plus fortes avec un jeune sur trois qui est au chômage. Lorsque l’on croise la variable de l’âge avec celle du sexe et de la migration, on obtient la population qui subit le taux le plus élevé de chômage puisque 43 % des jeunes femmes immigrées sont actuellement au chômage en région Centre (soit 15 points de plus que les hommes).

Notes

1 Voir en bibliographie les travaux portant sur cet aspect.

2 Voir notamment le recueil de notes de René Lacour où sont résumés les faits marquants qui se sont produits lors du séjour des Polonais de 1832-1840 – cote F 549 ADI.

3 AD Indre-et-Loire, 4M480-4M389.

4 AD Indre-et-Loire, 6M812, dossier Sokolwski.

5 AD Indre-et-Loire, 6M813, dossier Trigaux.

6 Cf louvrage de P. Andenino et al. en bibliographie.

7 Le barrage d’Éguzon, CDDP de l’Indre, 1988.

8 On peut se reporter ici aux travaux de l’historien Philippe Rygiel.

9 Nous reviendrons sur Rosières dans une des approches développées dans le second volet.

10 Centre d’étude et de recherche sur les camps d’internement dans le Loiret et la déportation juive, Orléans.

11 Recensement de la population immigrée étrangère en Indre-et-Loire de janvier 1923. AD Indre-et-Loire, série 4M.

12 Rapport présenté à la conférence annuelle des inspectrices par Jeanne Duval, inspectrice d’Indre-et-Loire le 23/05/1933. Cité par Mathieu Henner. Versé en cote 10M17 aux Archives départementales d’Indre-et-Loire.

13 J. Ponty (2003), p. 170.

14 Cf. Estelle Garcia-Dugénit.

15 Nous avons restitué une des cartes tirées du recensement de 1931 (voir supra p. 29).

16 Centre d’étude et de recherche sur les camps d’internement dans le Loiret et la déportation juive, Orléans.

17 Ce secteur est en effet fortement sollicité par la reconstruction à la suite des bombardements des bords de Loire et des gares au cours de la seconde guerre mondiale.

18 Cf. dans la deuxième partie de ce travail, le chapitre consacré justement au Vieux Tours.

19 Cf. les souvenirs d’enfance de Gérard Depardieu et d’Alain Corneau, le film Châteauroux district, de Philippe Charigot (1987).

20 En Indre : ADI 802w art. 2-ZE 6521 préfecture.

21 Sources : archives de l’Association entraide migrants, revue de presse à l’occasion de la remise de la médaille de la Légion d’Honneur. Entretien réalisé auprès d’Imad Saleh, ancien directeur d’ETM et actuel directeur de l’association AFCM (Association formation culture migrants) à Tours.

22 Nous reviendrons plus loin dans un éclairage spécifique sur les implantations des Portugais et leur mobilité résidentielle.

23 Il n’est pas inutile de souligner combien ces années 1970, comme les décennies qui suivirent, sont marquées par un climat tendu entre une partie de la population française et les résidents algériens en France. Quand l’auteure de l’enquête explique que « Face à la recrudescence du racisme et aux menaces d’expulsion, la communauté algérienne a encore accentué son repli sur elle-même » (Bourdarias, p. 41), on ne peut s’empêcher de penser à la généalogie entre cette période et celle d’aujourd’hui marquée par un climat économique et politique défavorable aux enfants et petits-enfants de ces familles.

24 Les Portugais représentent 5 072 personnes dans l’ensemble du département au recensement de 1968. Ils sont deux fois plus nombreux en 1975.

25 P. Bachelard, Les étrangers dans la ville (p. 377) : « Les immigrés sont nombreux dans trois villes moyennes : Dreux, Montargis, Vierzon et les deux agglomérations Orléans et Tours ». M. Michel (1984), 37 % de la population étrangère de l’agglomération. Dreux en 1975 compte autant d’étrangers que tout le reste du département.

26 Dès les débuts de la politique de la ville, le taux de population étrangère au sein des quartiers sera un des indicateurs permettant de les caractériser.

27 Aujourd’hui, la population turque représente 10,9 % de la population étrangère avec environ 11 000 personnes recensées en région Centre.

28 Crée en 1962 par Stéphane Hessel, cette association est spécialisée dans l’hébergement social et l’accompagnement à l’insertion.

29 Contact : D. Colas, chambre régionale d’agriculture, enquête d’Audrey Dupond, étudiante en histoire, 2007.

30 Plusieurs travaux ont été consultés par Pauline Beurnardeau, étudiante en sociologie, au centre de documentation de la mairie de Joué. Cf. aussi le travail de maîtrise d’histoire de Catherine Roudeau (1994). Il est possible d’analyser l’évolution sociologique de la ZUP de la Rabière car le grand ensemble a fait l’objet de trois études successives en moins de dix ans. En 1972, C. Delfino (Delfino, 1972), une étudiante de géographie choisit comme sujet de mémoire de maîtrise « L’étude de la population de la zone d’habitation de la Rabière » ; en 1978, le cabinet d’architectes Architurone livre à la mairie une étude en deux volets pour « faire agréer le projet de transformation de la ZUP par le comité interministériel Habitat et vie sociale » ; en 1979, le GERU (Groupe d’études et de recherche en urbanisme) de Paris remet à la municipalité les résultats d’une enquête sociologique parce que « le comité interministériel HVS a demandé que le dossier Architurone soit complété par une étude sociologique du GERU animé par Mme Kerhuel ».

31 GERU, op. cit., p. 87.

32 AD Indre-et-Loire, 74J fonds université, 1960-1994 ; fiches individuelles des étudiants inscrits (74J31).

33 INSEE recensement de la population, 2006.

34 Données tirées des travaux de l’INSEE, à partir du recensement de la population, 2006.

Table des illustrations

Titre Étrangers en région Centre : évolution des effectifs par nationalité recensements de 1851 à 1911
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13745/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Région Centre 1851-1911. Poids relatif des principales nationalités par rapport au nombre total d’étrangers (en %)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13745/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Étrangers et naturalisés en région Centre
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13745/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre 1931 – Répartition des principales nationalités par département
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13745/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Polonais en 1926 – Répartition par sexe et par département
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13745/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Répartition des actifs étrangers en 1926 dans les principaux secteurs d’activité (en %)
Légende Source : Recensement de la population de 1926, INSEE.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13745/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Population active polonaise et espagnole par département en 1954. Principaux indicateurs en pourcentage de la population active totale occupant un emploi
Légende Source : INSEE, recensement de la population 1954, tableaux N2 et N3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13745/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Population algérienne en Indre-et-Loire en 1968
Légende Source : Bourdarias, 1973.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13745/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Populations algérienne, espagnole et portugaise en Indre-et-Loire en 1962 et 1968
Légende Source : Recensement 1962-1968, INSEE.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13745/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search