Version classiqueVersion mobile

Étrangers dans le berceau de la France ?

 | 
Pierre Billion
, 
Hélène Bertheleu
, 
Sylvie Aprile

Introduction. Comment faire l’histoire de l’immigration en région Centre ?

Texte intégral

  • 1 La région Pays de la Loire compte 1,8 % d’immigrés en 2006 et la région Poitou-Charentes 2,6 % pour (...)

1La région centre comptait plus de 143 000 immigrés au recensement de 2006. Ce chiffre place la région au 11e rang de l’ensemble des régions françaises, loin derrière l’Ile-de-France, Rhône-Alpes ou la région PACA certes, mais néanmoins parmi les régions qui accueillent un nombre conséquent d’immigrés, plus que le Nord Pas-de-Calais par exemple – en proportion de la population régionale totale – une région considérée pourtant comme possédant un important héritage migratoire. Les régions qui entourent le Centre présentent un pourcentage d’immigrés beaucoup moins important1 et l’immigration des années 1960 à 1980 a fortement contribué, en région Centre, à la progression de la population régionale totale (croissance de 31 % entre 1962 et 1999). Les immigrés représentaient ainsi 3,3 % de la population régionale en 1962, 5 % en 1999 et représentent aujourd’hui 4 %.

2Ces caractéristiques récentes recoupent en gros les caractéristiques nationales : une immigration de main-d’œuvre d’abord, puis correspondant au regroupement familial ; surtout installée en ville, où le poids des populations venues du Maghreb et de Turquie progresse. Mais ces données générales doivent être confrontées à l’histoire de la région Centre et à ses réalités socioéconomiques, ce que cette recherche tente de faire dans ce qui suit, par l’examen d’une pluralité de situations locales.

3Ni région frontalière ni région polarisée par une grosse métropole régionale, la région Centre se révèle particulièrement intéressante à analyser du point de vue de la diversité géographique de l’implantation des immigrations (milieu rural et agricole, villes grandes et moyennes mais aussi petites villes industrielles et industries en milieu rural), du point de vue aussi de la proximité de la région parisienne (pour le Loiret et l’Eure-et-Loir). Il faut tenir compte enfin que cette région, sans réelle unité culturelle et économique, présente une diversité de bassins de vie et d’emploi qui laissent présager d’une diversité des trajectoires socio-professionnelles : l’immigré n’est et ne fut pas systématiquement, dans ce contexte, un ouvrier citadin. La région est touchée également par les problèmes actuels des quartiers pauvres et du racisme, Dreux ayant même pendant la décennie 1980, fait figure de ville emblématique du « malaise français » (Tribalat, 1999).

4L’immigration est méconnue dans la région Centre, elle ne constitue pas un élément clé de l’histoire de la région (contrairement aux régions traditionnelles d’accueil) alors qu’elle est pourtant un élément constant et toujours mouvant du développement économique et démographique local. L’héritage migratoire n’y est donc pas véritablement valorisé, la région Centre – et plus particulièrement le Val-de-Loire – étant plutôt perçue comme un noyau constitutif de la construction nationale française et souvent présentée comme le « berceau de la France » notamment sur le plan linguistique et culturel. Cette représentation dominante est renforcée par le développement de la vocation touristique de la région au sein de l’espace national, et de l’économie nationale au sein de l’Europe.

5Pourtant – et c’est là l’un des intérêts de notre enquête – on note une demande mémorielle croissante au cours des deux dernières décennies nourrie par un secteur associatif actif.

6Cette histoire méconnue de l’immigration est également diffuse, plurielle et très diversifiée pour peu qu’on s’attache non seulement à la période récente – abondamment documentée – mais aussi au xixe et dans la première partie du xxe siècle : Russes, Arméniens, Chinois, Polonais, Espagnols, Italiens, Américains, Maghrébins, Turcs, etc. s’y sont succédés. Les courants migratoires, envisagés sur le temps long de 1789 à aujourd’hui, présentent déjà deux caractéristiques originales qui peuvent être relevées. La première est celle d’une tradition de migrations forcées : Carlistes et émigration polonaise au xixe siècle, réfugiés espagnols pendant et après la guerre civile durant les années 1930, présence de camps d’internement ; la seconde est celle d’une immigration rurale peu visible à double titre car agricole et féminine, notamment durant l’entre-deux-guerres avec l’arrivée de jeunes femmes polonaises mais aussi plus récemment avec l’emploi de Turcs dans la sylviculture et le maraîchage. Cette dimension fait aujourd’hui l’objet d’une redécouverte à l’échelle nationale, marquée notamment par la publication très récente de l’ouvrage de Ronald Hübscher (Hübscher, 2005) sur l’immigration dans les campagnes françaises, qui fait suite aux travaux et réflexions déjà entrepris par Gérard Noiriel (1994). Aussi, dans ce qui suit, nous avons entrepris l’approfondissement de contextes aussi bien ruraux que rurbains et urbains.

  • 2 Le rapport de recherche à l’origine de cette publication proposait un troisième volet constitué de (...)

7Certaines nationalités sont aujourd’hui fortement représentées en région Centre, comme les Portugais, les Marocains et les Turcs qui sont sensiblement plus nombreux parmi les immigrés en région Centre que dans les autres régions. Cette présence témoigne à la fois des structures classiques de l’emploi et du logement des immigrés mais aussi d’une industrialisation plus récente. Ces fortes concentrations dans un ensemble migratoire numériquement modeste donnent une dimension particulière à la présence de l’immigration dans la région. Comme nous allons le voir, une approche statistique2 et simplement comptable, si elle peut apporter des éléments de compréhension, ne permet pas de saisir la diversité et l’impact des migrations successives sur les territoires.

8Le premier volet de travail est constitué par une synthèse qui met en récit l’histoire de l’immigration étrangère dans la région Centre entre 1850 et les années 2000. Elle retrace à grands traits les grandes vagues migratoires et montre comment elles s’articulent à une chronologie nationale.

9Nous sommes parvenus pour l’instant à une synthèse provisoire qui vise à la fois à établir de façon précise et chiffrée les apports de l’immigration, ses géographies, ses échelles d’analyse, et à proposer parallèlement une réflexion d’ensemble sur la place de ces flux de migrations dans la construction de la région, et dans les mémoires locales. L’ambition de cette première partie de la recherche est triple :

  • décrire les principales vagues migratoires observées en région Centre (approche chronologique et statistique) ;

  • comprendre les modalités d’émigration et d’immigration des populations concernées, c’est-à-dire le statut de la migration et le type de projet migratoire : migration de main-d’œuvre, réfugiés et exilés, étudiants, saisonniers, etc., mais aussi migrations masculines, féminines, familiales ;

  • identifier les territoires dans lesquels ces populations de migrants se sont installées en essayant d’en tirer une typologie sur une base statistique (représentativité) mais aussi suivant le critère de la singularité ou de l’exemplarité : zones rurales, urbaines, secteurs d’activité agricole et/ou industrielle, caractéristiques des bassins de vie ou milieux d’installation des migrants.

10Au-delà de la présentation d’un cadre chronologique, les objectifs retenus visent à remédier aux déséquilibres spatiaux des analyses précédemment menées, à rééquilibrer les périodes d’enquêtes par une approche à la fois générale et particulière en sélectionnant et constituant une série de « photographies » de situations variées. Le second volet présente donc de façon synthétique les spécificités régionales et les traces mémorielles de l’immigration. Sujet d’étude particulièrement récent dans notre région, les éclairages choisis privilégient des situations qui nous ont semblé intéressantes, soit parce qu’elles sont représentatives, soit plus rarement parce qu’elles sont atypiques.

Notes

1 La région Pays de la Loire compte 1,8 % d’immigrés en 2006 et la région Poitou-Charentes 2,6 % pour 4 % en région Centre.

2 Le rapport de recherche à l’origine de cette publication proposait un troisième volet constitué de différents instruments de recherche destinés aux chercheurs, aux services d’archives et au public. Il était composé d’un appareil statistique réalisé à partir de données statistiques issues des recensements de 1851 à 1999, concernant la population étrangère, sa composition par nationalité d’origine, sexe. Les données statistiques ne sont pas restituées directement ici mais sont exploitées dans les différents éclairages proposés. Ce volet statistique constitue désormais une base de données et une documentation chiffrée et cartographique qui faisait jusqu’ici défaut. Le rapport comprenait aussi une bibliographie inédite la plus exhaustive possible. La majeure partie des travaux y figurant sont non publiés et disséminés dans les bibliothèques et laboratoires universitaires d’histoire et de sociologie, de langues et de géographie. Cette bibliographie est aujourd’hui accessible sur le site Mémoires Plurielles qui permet grâce à son classement thématique et chronologique de retrouver aisément les informations qui concernent les différentes nationalités et les vagues migratoires. Sur ce même site, on trouve aussi un inventaire des sources concernant la question de l’immigration depuis le milieu du xixe siècle, disponibles dans les centres d’archives départementaux et de documentation. Cette recension vise à compléter les volumes publiés par l’association Génériques et la base Magellan qu’elle a élaborée.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search