Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Mémoires des migrations, temps de l’histoire

 | 
Laure Teulières
, 
Hélène Bertheleu
, 
Marianne Amar

Conclusion

Sabrina Loriga

Volltext

- I -

1Lieux de départ : Espagne, Portugal, Grande-Bretagne, Istrie et Dalmatie, Voïvodine, Grèce, Égypte, Caucase russe, Ukraine, Pologne, Galicie, Indochine.

2Lieux d’arrivée : Allemagne, Italie, France, Grande-Bretagne, Israël, États-Unis, Brésil, Canada, Australie…

3La lecture des contributions recueillies dans cet ouvrage, centrées essentiellement sur le xixe et le xxe siècles, suggère tout de suite l’image d’un monde peuplé de dizaine de millions d’individus en quête d’une nouvelle « patrie ». On circule entre des histoires qui dépassent le cadre national et restent souvent peu connues.

4Parfois, les migrations sont volontaires mais nombre d’entre elles ont été provoquées par des persécutions ou des expulsions massives. C’est le cas des bagnards britanniques, débarqués, avec des colons libres et des administrateurs, sur le continent australien, en 1788. Des juifs victimes des pogroms en Europe orientale, arrivés en Grande-Bretagne au début du xxe siècle. Des réfugiés arméniens, dont l’histoire d’exil se déroule sur fond de révolution d’Octobre et de conquête du Caucase par l’Armée rouge (1920-1921). Des vingt mille Indochinois, arrivés en France, entre novembre 1939 et juin 1940, requis par la métropole pour travailler dans les industries de guerre. Des Donauschwaben, qui ont dû quitter le Banat et la Voïvodine, après la seconde guerre mondiale. Des italophones d’Istrie et de Dalmatie, expulsés de la seconde Yougoslavie. Des juifs d’Égypte, obligés d’abandonner le pays en deux grandes vagues successives : en 1948 et en 1956, avec la crise du Canal de Suez ; puis, selon un flux continu, jusqu’à la guerre des Six Jours en 1967. Des exilés espagnols, victimes du franquisme.

  • 1 Les liens des immigrés avec le pays dit d’accueil ne peuvent être dissociés de ceux qu’ils entreti (...)

5Il faut le redire : la distinction entre la migration volontaire et consentie et celle forcée demeure peu satisfaisante. Les migrants qui se déplacent pour trouver du travail ne sont pas toujours des « volontaires ». Les Grecs étudiés par Nicole Immig sont des « simples » travailleurs, qui ont choisi d’émigrer dans les années 1960, après la conclusion d’un accord de recrutement entre leur pays et la République Fédérale d’Allemagne. Mais leurs ancêtres avaient été forcés de quitter la région du Pont et de la chaîne pontique, sur les bords de la mer Noire, à la suite de l’échange de populations grecque et turque, en 1923. De la même manière, comme Bruno Tur le montre, la hiérarchie informelle qui distinguait très clairement exilés et émigrés dans l’Espagne des années 1960, les premiers étant des héros poussés au déracinement, les seconds des travailleurs partis de leur propre volonté, ne correspond pas à la réalité de l’expérience et de la mémoire de la migration. D’autre part, parmi ceux que certains appellent « déportés », se trouvent des migrants qui ont choisi de partir. Comme le raconte Liêm-Khê Luguern, contrairement aux représentations communes, la jeunesse instruite qui formait l’encadrement de la Main-d’œuvre indigène nord-africaine et coloniale (MOI), est souvent partie pour la France de son propre chef. Pour saisir cette dimension, l’histoire de la migration des travailleurs indochinois doit étudier finement les situations individuelles au départ. Ainsi, tout en revêtant un caractère coercitif – d’où l’usage par certains journalistes et représentants du terme « déportation » –, la décision de partir pour la métropole, en 1939, s’inscrit aussi dans un mouvement de migration volontaire entamé dès les années 1920 par une partie des jeunes de l’élite locale. L’expérience et le récit de la migration apparaissent alors déterminés par ce qui était au commencement : on se définit par rapport à un « chez soi » perdu1.

6La distinction entre migrations volontaire et forcée s’avère d’autant plus difficile que leur histoire se nourrit en partie, s’articule à d’autres expériences de déplacement. En arrière plan des Grecs émigrés en Allemagne, apparaissent en filigrane les minorités ethno-religieuses de l’Empire ottoman. Nous rencontrons très souvent cet « effet d’écho », d’amplification de la migration. À côté des Souabes du Danube, se tiennent les millions d’Allemands expulsés d’Europe de l’Est. Derrière les Ukrainiens du Brésil, apparaît la minorité des Ruthènes uniates de la province de Galicie. Derrière les Britanniques-canadiens, on trouve des Écossais, habitants des Orcades, des Anglais, des Gallois et des Cornouaillais. À côté des forçats britanniques émigrés en Australie, on trouve encore quarante mille migrants chinois venus participer, après 1850, à la ruée vers l’or. Derrière les Arméniens qui ont quitté le Caucase lors de la soviétisation du pays et de l’échec des projets indépendantistes au tournant de 1920-1921, apparaissent les Arméniens qui avaient pris le chemin de la Russie, un siècle durant (1813-1912), en provenance des provinces historiques sises dans l’Empire ottoman. Après les juifs d’Europe orientale arrivés en Grande-Bretagne au début du xxe siècle, il y a les réfugiés fuyant le nazisme dans les années 1930, notamment les enfants venus via les Kindertransport, ou, plus récemment, les Asiatiques expulsés d’Ouganda dans les années 1970. De ce point de vue, l’émigration est souvent réémigration.

7La plupart des constructions mémorielles analysées dans cet ouvrage sont inscrites dans l’horizon d’États qui se pensaient comme États-nations, mais ne l’étaient pas : elles renvoient à des interactions qui dépassent les frontières étatiques et qui ont du mal à être intégrées dans un récit national. Je ne prendrais que deux exemples. Patrizia Audenino souligne que les Souabes du Danube et les Italiens d’Istrie et de Dalmatie ont, tous les deux, hérité de siècles d’installation dans diverses régions de l’Empire des Habsbourg. Après sa chute, ils furent intégrés au nouveau royaume de Yougoslavie. Durant la seconde guerre mondiale, ils furent soumis à une propagande nationaliste intensive, par l’Italie fasciste d’un côté et par l’Allemagne nazie de l’autre. Après le conflit, ils furent expulsés d’Europe de l’Est. En ce qui concerne la région qui allait devenir le « Canada », Dirk Hoerder rappelle que les contacts mettaient en jeu des acteurs nombreux : des compagnies marchandes ayant leur siège dans les plus grandes villes d’Europe, les équipages des navires de commerce qui servaient d’intermédiaires le long des routes transocéaniques, des trafiquants de fourrures courant les routes transcontinentales, et les chasseurs de fourrures, sédentaires ou nomades, de nombreuses cultures indigènes. Dans de nombreux cas, le phénomène migratoire se présente comme un phénomène à la fois local et transnational, que l’analyse à l’échelle nationale appréhende mal. La migration, comme ses mémoires, ne peuvent donc pas être pensées sous l’angle univoque de la nationalité. Ainsi, comme le montre Anouche Kunth, une étude fine de la diaspora arméno-caucasienne conduit à minorer le critère ethnique. Côté turc, les persécutions ont ciblé les Arméniens sur une ligne ethno-confessionnelle ou « nationale », indépendamment de tout autre critère. Mais, côté russe, les persécutions ont suivi une ligne idéologique, s’en prenant aux classes possédantes de l’Empire tsariste indépendamment de leur appartenance ethnique.

- II -

8Il ne saurait être question de suivre ce recueil, issu du colloque organisé par la Cité nationale de l’histoire de l’immigration en novembre 2012, dans tous les détails. Les contributions sont trop riches en observations et réflexions de toutes sortes pour se laisser aisément condenser en quelques lignes. Je tiens simplement à souligner quelques enjeux importants. Comme Marianne Amar l’a rappelé, dans son introduction en ouverture du colloque, le premier concerne « ce qui fait mémoire et ceux qui font la mémoire » : à savoir, les modalités de formation, transmission et appropriation de la mémoire. À cet égard, les contributions montrent que celle-ci est assurée par une grande pluralité de protagonistes. On peut distinguer différents cercles concentriques : la famille, les associations de réfugiés et d’immigrés, les intermédiaires « externes », et les représentants politiques.

  • 2 Sur la question de la honte, cf. Grinberg Léon et Grinberg Rebeca, Psicoanalisis de La Migración y (...)
  • 3 Lors du colloque, le rôle de la famille a été analysé par d’autres interventions : cf. Escafré-Dub (...)

9Premier cercle : la famille. En tant qu’institution, elle semble cultiver une mémoire amnésique. D’une part, elle nourrit une mémoire corporelle, sensible, pré-réflexive, souvent nostalgique, faite de saveurs, parfums, d’objets matériels, de rituels, d’images chargées de passé. Patrizia Audenino rappelle que les Souabes du Danube conservent et transmettent jalousement des recettes « balkaniques », qui ont gagné le statut d’un paradis perdu, caractérisé par une cohabitation respectueuse et des rapports amicaux entre les différents groupes. Cette mémoire culinaire a permis de compenser, au fil des générations, non seulement la rupture avec la patrie d’origine, mais aussi l’effacement de la mémoire à travers une identité « détachée du sol » et déterritorialisée. Michèle Baussant raconte, pour les juifs d’Égypte, le télescopage rituel, lors du Seder de Pessa’h, entre l’Exode et l’expulsion forcée des décennies 1950 et 1960. Le premier, célébré comme une libération et une alliance fondatrice, se superpose à la déchirure récente de la terre natale : « L’accent est mis à la fois sur l’histoire longue des juifs en Égypte, sur l’incorporation de l’Égypte dans une géographie sacrée de la tradition juive et sur une histoire contemporaine, s’étirant sur moins de deux siècles où, de terre d’immigration, l’Égypte devient un homeland. Cohabitent ainsi des références à l’ancestralité et au caractère récent de la présence des juifs en terre d’Égypte, à une inscription de tout temps – des temps “immémoriaux” – et dans un temps déterminé ». D’autre part, la famille a parfois du mal à surmonter, seule, les blancs et les non-dits qui accompagnent des expériences traumatiques. Irène Dos Santos écrit ainsi à propos de la migration portugaise : « Dans l’espace privé, au niveau des familles, l’expérience migratoire n’a pas fait l’objet d’une mise en récit valorisée et transmise entre les générations. L’étude des récits de vie des descendants de migrants portugais montre que les souvenirs de l’expérience migratoire vécue et transmise apparaissent sous forme de bribes : la misère sous la dictature, l’expérience de la guerre coloniale des pères, l’émigration clandestine, l’habitat précaire en France, le racisme, le projet de retour, la pratique associative, etc. ». Elle rejoint l’analyse proposée par d’autres chercheurs sur la faible valeur du passé migratoire dans les familles immigrées ». Face à des expériences jugées honteuses, la transmission entre les générations inclut le silence et l’aphasie, donc l’évitement et l’inhibition des sujets sensibles et conflictuels2. De l’autre côté de l’Atlantique, Paulo Guérios remarque que la mémoire des immigrés ukrainiens du Brésil apparaît souvent marquée par une déchirure profonde : les descendants restent liés, dans leurs pratiques quotidiennes, aux habitudes de leurs grands-parents ou arrière-grands-parents, mais ils ne mentionnent pas leurs origines ou la migration dans la ville de Prudentópolis : celle-ci apparaît, « dans leurs discours et leurs pratiques, comme naturalisée ». La conservation des coutumes ne va donc pas toujours de pair avec le récit construit autour du lieu d’origine et du déplacement3.

  • 4 Sur le travail de mise en forme, mise en ordre et mise en sens des souvenirs, accompli par les ass (...)

10Ensuite, il y a le milieu associatif, qui, dans la plupart de cas, s’adonne à la récolte et à la sauvegarde de documents, d’ouvrages, de journaux, d’objets ; encourage l’écriture de souvenirs autobiographiques ; et transmet ou invente des rituels collectifs (fêtes, emblèmes, etc.). Grâce à ces activités, les associations accomplissent un travail de mise en forme, d’encadrement et d’homogénéisation des souvenirs. Michèle Baussant met en lumière cette dimension fondamentale, en ce qui concerne l’Association de sauvegarde du Patrimoine des juifs d’Égypte en France : « ce qui, ayant été vécu par les individus et déjà interprété en fonction des diverses appartenances de groupe des individus, peut être partiellement ou quasi totalement élaboré et réinterprété par une mémoire collective particulière ». D’où l’écriture d’un grand récit identitaire, dans laquelle certains chercheurs jouent un rôle essentiel, qui raconte le départ des communautés juives au Maghreb et au Mashreq. Par ailleurs, les associations peuvent représenter aussi un lieu de médiation et d’interaction, en mesure d’influer sur les politiques publiques des États d’origine et des États d’accueil (cf. Patrizia Audenino et Nicole Immig)4.

  • 5 Le rôle des arts a été souligné également par Kealhofer Leslie, « Mères, filles, et transmission d (...)

11Troisième cercle concentrique, les intermédiaires « externes ». Si la « cause » des Grecs pontiques a été défendue par un sociologue et par un historien, et celle des travailleurs indochinois par un journaliste, dans d’autres cas, l’escalade mémorielle a été favorisée par des artistes. Ainsi, Éléonore Biezunski raconte le rôle mémoriel de la musique klezmer. Par exemple, la chanson Ikh benk nokh der Ist Sayd fun amol (« Je me languis de l’East Side de jadis ») met en scène la nostalgie des immigrés juifs de New York pour le shtetl, « lieu sordide et moribond pour certains, objet de tendresse et d’ironie pour d’autres » mais aussi celle pour les premières années d’immigration. On y évoque Castle Garden, centre d’immigration par lequel environ dix millions d’immigrants arrivent aux États-Unis entre 1830 et 1892 (année d’ouverture d’Ellis Island), ainsi que l’ascension sociale qui a conduit les immigrants à quitter le Lower East Side. Derrière ces expériences actuelles, et à travers la référence à « Erets Yisroel » (la Terre d’Israël), la chanson mentionne aussi la sortie d’Égypte et l’exil de Babylone jusqu’à suggérer le « retour » en Terre sainte, la venue du Messie, la rédemption et la résurrection des morts : « L’East Side est transfiguré en une Terre promise plus ironique qu’onirique, une “étrange mémoire du futur”, selon les termes de Barbara Cassin. […] Nostalgies, espoirs et aspirations s’empilent et ricochent, d’Ouest en Est, de New York au shtetl et du shtetl à la Terre promise ». Pour sa part, Irène Dos Santos souligne que la sortie du film documentaire réalisé par le cinéaste portugais José Viera (La photo déchirée. Chronique d’une émigration clandestine, en 2001), a fait surgir des souvenirs interdits et promu l’écriture d’une « contre-mémoire aux mémoires officielles » accoutumées à représenter l’immigré portugais comme « invisible mais intégré5 ».

12Vient, enfin, la politique stricto sensu. En Italie, les partis d’extrême-droite ont joué un rôle fondamental dans le soutien politique aux revendications des réfugiés italiens d’Istrie et de Dalmatie : la plus grande réussite de cette lutte politique a été l’établissement d’un Giorno del Ricordo (journée du souvenir), par une loi approuvée en mars 2004 (cf. Patrizia Audenino). En Espagne, l’exil et l’émigration ont fait l’objet d’un discours officiel et d’une « redécouverte » dont la conséquence politique a été l’adoption de trois lois mémorielles entre 2005 et 2007 (cf. Bruno Tur). En France, le maire de Saint Maur-des-Fossées a encouragé les commémorations des quarante ans de la révolution des Œillets, dans l’espoir de gagner le vote des immigrés portugais, qui représentent environ 18 % de la population locale (cf. Irène Dos Santos).

13Bien sûr, il est difficile de mesurer la résonnance réelle des récits de migration produits par la famille, le milieu associatif, les intermédiaires « externes », et la politique. Michèle Baussant demande : « Les décisions prises au niveau politique sont-elles automatiquement réappropriées par les individus ? Réduire la mémoire à ces décisions, ainsi qu’aux versions de certains porte-paroles associatifs ou encore à des documents puisés dans des fonds archives parfois peu diversifiés, n’est-ce pas ignorer les acteurs qui la portent ? ». Tout en partageant ces questions, il me semble que la mémoire est, en fait, une « coproduction », fruit de l’intervention de différents protagonistes. On pourrait, par ailleurs, en étendre la liste en y ajoutant les églises, l’école, les groupes de pression, les musées, les agences de voyage, les réseaux sociaux, etc.

  • 6 Bloch Maurice, « Mémoire autobiographique et mémoire historique du passé éloigné », Enquêtes : ant (...)

14Or, la mémoire autobiographique et celle historico-sémantique – pour reprendre la distinction proposée par Maurice Bloch – ne vont pas toujours ensemble6. Pour cette raison, la coproduction n’implique pas nécessairement une unification des mémoires. Les tentatives d’encadrement des souvenirs des migrants n’aboutissent pas toujours à des représentations socialement partagées du passé ; au contraire, ils peuvent demeurer segmentés, hétérogènes et discordants. Comme l’écrit Anouche Kunth à propos de la diaspora arménienne, « le passage du morcellement au ralliement des consciences à un référent-origine commun ne va pas “de soi” ».

  • 7 Sur la « gestion » de désaccords mémoriels, cf. Abel Olivier, « L’indépassable dissensus », dans A (...)

15Parfois, cette hétérogénéité mémorielle peut remettre en question certains des idéaux constitutifs de la nation. Dirk Hoerder explique les difficultés de Serafina Petrone, née de parents italiens, à Port Arthur (Ontario), à se reconnaître dans l’histoire canadienne : pour devenir enseignante, elle fut confrontée à des simplifications « nationalisantes », fondées sur une version britannique du passé. à partir de cette expérience, il propose de renoncer au projet d’une histoire unique et consensuelle. Cette perspective ouvre une interrogation centrale pour l’avenir de nos sociétés : comment répondre à la demande de pluralité posée par les flux de migrations ? à son tour, cette interrogation débouche sur d’autres questions. Doit-on intégrer les mémoires ignorées et minoritaires dans la mémoire nationale ? Peut-on vivre ensemble avec des passés, des histoires et des mémoires différents ? Comment former des « désaccords », qui respectent l’épaisseur du passé et portent une responsabilité mieux partagée au présent ?7

- III -

16La question de la formation et de la transmission de la mémoire entraîne celle des usages publics du passé. Les familles, les associations, les intermédiaires « externes », les partis politiques proposent des représentations ou des récits historiques.

17Ainsi, les juifs d’Égypte utilisent le terme nakba juive. Il s’agit d’affirmer qu’Israël n’est pas le produit de la Shoah mais l’expression de l’autodétermination d’un peuple moyen-oriental indigène opprimé, dont la présence précède l’islam et la conquête arabe au Moyen-Orient (cf. Baussant). Les associations d’immigrés pontiques s’appuient sur quatre références passées – l’histoire archaïque et antique de la région et de la langue pontique ; l’héritage hellénique et chrétien ; la valorisation du rôle des Pontiques dans la région de la mer Noire comme vecteur de modernité et de progrès, à l’inverse de la population musulmane ; l’expulsion violente de la population pontique – pour revendiquer la reconnaissance officielle d’un « génocide pontique » (cf. Immig). Les récits historiques demeurent, dans ces deux cas, minoritaires ou communautaires. Cependant, ils peuvent parfois jouer un rôle politique crucial et contribuer à fonder le « roman des origines » de la nation. Soit quatre exemples.

18Tout d’abord, la mémoire de la société canadienne. Même si elle est le résultat d’expériences multiples et de récits fondateurs contradictoires (comme « une tapisserie faite de nombreux fils »), la codification de différentes versions en un récit fondateur résulte de rapports de pouvoir (hiérarchies ethnoculturelles et raciales, classe et statut, genre, âge et génération). Comme Dirk Hoerder le montre, le pays a été représenté comme « fondé sur une hiérarchie stricte : des autochtones sans importance ; des minorités ethniques avec un rôle à jouer, mais tenues pour rustres et étrangères ; et une nation duelle, française et britannique ».

19Ensuite, le Portugal postcolonial : Maria Isabel João explique que l’émigration a été étroitement associée à l’ancienne épopée des découvertes géographiques. Ainsi, le discours nationaliste a été remanié afin de valoriser l’émigration comme élément fondamental de la « grandeur » de la nation. Alors que le régime de Salazar cherchait à cacher la réalité de l’émigration, si peu accordée avec l’image d’un pays impérial au destin grandiose, après le 25 avril 1974, le régime démocratique a vu dans les émigrants la capacité du Portugal à se répandre par le monde, à entrer fraternellement en relation avec d’autres peuples et d’autres cultures, d’où le rapide développement, au cours des trois dernières décennies, d’un art public commémorant l’émigration portugaise (cf. également Irène Dos Santos sur l’invention de la catégorie de « lusodescendance »).

20Le troisième exemple concerne l’Australie. à partir d’une analyse de l’histoire de la commémoration de l’arrivée des premiers colons européens, le 26 janvier 1788, J. Olaf Kleist distingue entre deux formes de mémoire. D’un côté, la mémoire culturelle ou « communautaire » des Nationalistes souligne la continuité historique entre les premiers colons et les Nationalistes eux-mêmes, et exclut ceux qui ne sont pas nés en Australie (comme les immigrants anglais et surtout asiatiques). De l’autre, la mémoire civique prônée par les Loyalistes : ils voient, dans la Première Flotte, une confirmation de leurs liens à la Grande-Bretagne et à l’histoire de l’Empire britannique. « Dans ces usages antagonistes de la commémoration, des formes distinctes de mémoires étayaient des positions politiques distinctes par le biais de l’idée d’appartenance. Alors que les sans-droits utilisaient une mémoire culturelle axée sur l’idée d’une communauté australienne, qui allait devenir ensuite la base du nationalisme australien, la mémoire civique des commémorations officielles visait à construire une société civile sous l’aile de l’Empire ».

  • 8 Cf. London Louise, « Whitehall and the refugees : the 1930s and the 1990s’ », Patterns of Prejudic (...)
  • 9 Sur l’usage de la migration dans la représentation de la nation, cf. Glynn Irial et Olaf Kleist J. (...)

21Dernier exemple, le Royaume-Uni. Les déclarations récentes du Home Office (Ministère de l’Intérieur) et la documentation officielle qui accompagne les tests de citoyenneté insistent sur l’accueil favorable qui a été fait dans le passé aux demandeurs d’asile. Ce récit, fondé sur la générosité du pays, tire un fil à travers l’histoire, des huguenots français jusqu’à nos jours. Mais il efface ainsi les pratiques de rejet des réfugiés, qui ont notamment été étudiées par Louise London et d’autres chercheurs8. En conclusion de son texte sur les prostituées juives en Angleterre, Tony Kushner remarque que « se souvenir de la Grande-Bretagne comme d’une nation tolérante à l’égard des minorités – à l’inverse de ses anciens ennemis, qu’il s’agisse de la France de Louis XIV, de l’Allemagne d’Hitler ou même de son alliée récente, l’Amérique ségrégationniste – exige un oubli collectif du racisme populaire (par exemple, les émeutes racistes et antisémites de 1919, 1947 et 1958), mais aussi étatique, comme celui qui aboutit à l’expulsion de plusieurs centaines de Tziganes allemands en 1905 et 19069 ».

  • 10 De ce point de vue, la proposition de Saul Friedländer d’une « histoire intégrée », où le témoigna (...)

22Loin de céder à la rhétorique selon laquelle les représentations des migrants sont toujours « authentiques » ou de proposer une vision instrumentale, exclusivement stratégique, de leurs mémoires, ces textes suggèrent que la frontière entre la mémoire et l’histoire est souvent incertaine. Si l’histoire contribue sans cesse à la formation de la mémoire, celle-ci peut jouer un rôle de révision, dans le sens critique du terme, de certaines représentations historiques10.

Anmerkungen

1 Les liens des immigrés avec le pays dit d’accueil ne peuvent être dissociés de ceux qu’ils entretiennent avec leurs pays de départ : cf. Sayad Abdelmalek, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999.

2 Sur la question de la honte, cf. Grinberg Léon et Grinberg Rebeca, Psicoanalisis de La Migración y del Exilio, Alianza, Madrid, 1984, trad. fr. Psychanalyse du migrant et de l’exilé, Lyon, Cesura Lyon Editions, 1986.

3 Lors du colloque, le rôle de la famille a été analysé par d’autres interventions : cf. Escafré-Dublet Angéline, Simon Patrick, « Transmission intergénérationnelle des mémoires. Le fait colonial au prisme de l’immigration » ; Jedlicki Fanny, « Transmissions familiales de la mémoire de l’exil chilien : retour réflexif sur la construction et l’analyse de l’objet » ; Mariani Léo, « Mémoire familiale, mémoire sensible. Ce que le retour au Cambodge fait aux identités » ; Pape Elise, « Transmissions familiales de la mémoire. Entre l’incorporation d’un passé colonial complexe et l’incorporation de l’histoire du pays d’accueil » ; Voldoire Julie, « Hériter d’une expérience migratoire ou la mémoire d’une rupture. Portraits d’héritiers et “tableaux de famille” au sein de la Pologne et de la diaspora juive polonaise du Nord-Pas-de-Calais ».

4 Sur le travail de mise en forme, mise en ordre et mise en sens des souvenirs, accompli par les associations, cf. Jouhanneau Cécile, « Would-be Guardians of Memory. An association of camp inmates of the 1992-1995 Bosnian War Under Ethnographic Scrutiny », dans Mink G. et Neumayer L. (dir.), History, Memory and Politics in Central, East and Southeast Europe, Londres, Palgrave Macmillan, 2013, p. 23-38.

5 Le rôle des arts a été souligné également par Kealhofer Leslie, « Mères, filles, et transmission de la mémoire dans les documentaires des réalisatrices franco-maghrébines » ; et par Lobodenko-Senani Kateryna, « L’enfant perdu du fripon. Les arts visuels russes face à la mémorisation de l’exil ». Comme le remarque Laacher Smaïn, Le peuple des clandestins, Paris, Calmann-Lévy, 2007, p. 12, dans les deux dernières décennies on a assisté à un engouement pour le thème de l’exil dans le domaine des arts, avec la valorisation du réfugié en tant que victime et héros. Pour un panorama des manières dans lesquelles le roman, le cinéma, et le théâtre s’emparent aujourd’hui des thèmes de la migration et de l’exil, cf. Alexandre-Garner Corinne et Keller-Privat Isabelle (dir.), Migrations, exils, errances, écritures, Paris, Presses Universitaires de Paris Ouest, 2012.

6 Bloch Maurice, « Mémoire autobiographique et mémoire historique du passé éloigné », Enquêtes : anthropologie, histoire, sociologie, 1995, 1, p. 43-50 : la mémoire autobiographique se rapporte au souvenir des événements que le sujet a vécus, alors que la mémoire historico-sémantique se rapporte aux faits que le sujet a appris par l’intermédiaire d’autres personnes.

7 Sur la « gestion » de désaccords mémoriels, cf. Abel Olivier, « L’indépassable dissensus », dans Abel O. et Loriga S. (dir.), La juste mémoire. Lectures autour de Paul Ricœur, Genève, Labor et Fides, 2006.

8 Cf. London Louise, « Whitehall and the refugees : the 1930s and the 1990s’ », Patterns of Prejudice, vol. 34, no 3, 2000 ; Holmes Colin, A Tolerant Country ? Immigrants, Refugees and Minorities in Britain, Londres, Faber & Faber, 1991 ; Kushner Tony, The Battle of Britishness : Migrant Journeys 1685 to the Present, Manchester, Manchester University Press, 2012.

9 Sur l’usage de la migration dans la représentation de la nation, cf. Glynn Irial et Olaf Kleist J., History, Memory and Migration. Perceptions of the Past and the Politics of Incorporation, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2012.

10 De ce point de vue, la proposition de Saul Friedländer d’une « histoire intégrée », où le témoignage deviendrait une composante nécessaire de la représentation d’ensemble de la Shoah, me semble pertinente pour toute analyse historique : Friedländer Saul, « Pour une histoire intégrée de la Shoah », Conférence Marc Bloch, 2008 : http://cmb.ehess.fr/302.

Autor

Gehm, Crh, EHESS

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540