Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires des migrations, temps de l’histoire

 | 
Laure Teulières
, 
Hélène Bertheleu
, 
Marianne Amar

Partie III. Mémoires de migrations et histoire nationale

Chapitre 13. Écrits de vie des immigrants et histoire « nationale » du Canada

Écrire l’histoire dans une nouvelle perspective

Dirk Hoerder

Texte intégral

  • 1 Cet essai est fondé sur 300 histoires de vie, des années 1830 à nos jours, d’immigrants au Canada (...)
  • 2 Pour contrer les vues à sens unique de l’histoire après la guerre totale entre les États-nations d (...)

1L’histoire des états et des sociétés – cette distinction est importante – s’écrit le plus souvent de haut en bas. Dans certains cas, la construction du récit relève d’institutions et de structures ; dans d’autres, elle repose sur des mythes fondateurs et des grands hommes. Si cela semble « tomber sous le sens » pour les sociétés « anciennes » – l’empire Chinois ou la France de l’époque mérovingienne – dans des sociétés « jeunes » comme les États-Unis et le Canada, cette codification de mémoires multiples en un récit fondateur apparaît moins évidente1. En effet, si l’on veut y intégrer toutes les mémoires, il est important d’évaluer avec précision les expériences dont chacune garde trace2. L’écriture de l’histoire doit laisser une place à l’ensemble des acteurs du passé – les gagnants et les perdants, les serfs et les empereurs, les hommes, les femmes ainsi que les enfants.

2L’histoire d’une région – plus pertinente que l’approche par pays – commence par l’arrivée de migrants sur des terres qui leur sont étrangères, mais dont ils connaissent quelques passages par lesquels ils peuvent entrer. Une fois installés dans un lieu – prenons l’exemple d’un quartier ethnique de Winnipeg – ils en comprennent petit à petit le mode de vie et ainsi, transforment un lieu géographique en un espace social, au sein duquel ils peuvent mener leur existence. Ils développent également une vision de leur nouveau monde : le pays devient alors un paysage géographique ; le quartier devient un paysage social. Cela exige de leur part une importante capacité d’adaptation car, en arrivant sans argent ni économies, ils doivent être capables de gagner très vite leur vie, en s’aidant de leurs expériences antérieures. Leurs activités sociales, et partant, leur contribution à la société, se trouvent ainsi conditionnées à la fois par la mémoire et les facultés individuelles. De manière générale, les sociétés et les cultures s’avèrent toujours dynamiques, ou transitoires, ce qui exige de retravailler et repenser sans cesse la mémoire.

  • 3 Voir une excellente introduction à l’histoire canadienne dans Bumsted J. M., The Peoples of Canada (...)

3Lorsque l’on travaille sur une société « jeune » comme le Canada, et sur son développement historique, il est possible d’analyser en détail la formation de ses structures sociales et politiques (plurielles) et de mettre en lumière le processus qui a conduit à les agréger en un « tout », à travers le travail et les transmissions intergénérationnels. La tâche, ici, apparaît double : d’abord analyser les conditions de ce développement historique, et ensuite, le discours mémoriel qui s’y est attaché. Le Canada a été une « bi-nation », anglaise et française, nous y reviendrons. L’activité des habitants comme des migrants a fini par constituer un « tout », mais un tout segmenté, multiple, pluriel. Les revendications de propriété sur la mémoire sociétale ont été nombreuses. Les gardiens du dogme et les élites ont essayé de se les approprier en fonction de leurs propres objectifs. Mais d’autres facteurs ont influencé la construction des mémoires : hiérarchies ethnoculturelles et raciales, classe et statut, genre, âge et génération. Dans tous les cas, quand une mémoire particulière se trouve inscrite dans un texte faisant autorité, ou intégrée à une identité singulière et figée, la dynamique qui articule la société et les individus se trouve bloquée et finit par se réduire à des points de référence canonisés3.

Contre l’historiographie du pays unique : du « Nouveau monde » aux nombreuses sociétés sans Canada à l’horizon

4Quand les Européens « découvrirent » les rivages nord-américains et entreprirent d’explorer le littoral et les fleuves accessibles à leurs grands vaisseaux de mer – le Saint-Laurent notamment – ces terres étaient habitées par des migrants déjà installés, appelés Indiens, classés comme « païens » et parfois affublés du code couleur « peaux-rouges » par les nouveaux « visages-pâles ». Tentons d’imaginer le point de vue des habitants. Sont-ils restés muets de stupéfaction devant ces grands vaisseaux ? Ont-ils été curieux des perspectives nouvelles qui s’offraient à eux ? Ou ont-ils avant tout pensé que ces étrangers ne leur avaient pas demandé la permission d’aborder ? Les Européens venaient faire du commerce et de la pêche ; ils voyageaient pour le compte de leurs empires ; ils entendaient tirer profit de leurs expéditions. Pour éviter une approche purement « blanche » et atlantico-centrée, il faut également mentionner les marins et les artisans chinois qui débarquèrent dans les années 1790 sur la côte pacifique, et les marins africains employés dans le transport maritime britannique qui s’installèrent à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Au Nord de la région de la traite des fourrures, deux acteurs mondiaux, dont le siège était à Londres, se faisaient concurrence : la Compagnie de la Baie d’Hudson dans la Baie James, et la Compagnie des Indes orientales dans l’île de Vancouver. La monarchie française était le troisième acteur mondial de l’affaire, qui s’appuyait sur des activités économiques contrôlées par l’État. Son commerce des fourrures s’étendait de la vallée du Saint-Laurent jusqu’à Saint-Boniface (aujourd’hui Winnipeg), en passant par Montréal. Dans le monde, le commerce des fourrures s’étendait, à l’Est, de la Scandinavie jusqu’à la Sibérie et l’Alaska, et à l’Ouest, de l’Amérique du nord à la Sibérie.

  • 4 Van Kirk Sylvia, ‘Many Tender Ties’ : Women in Fur Trade Society in Western Canada, 1670-1870, Win (...)
  • 5 Les historiens gardiens du dogme euro-canadien ont nié cette dernière agression. Ceux de l’Ontario (...)

5Qu’il s’agisse de population, de migration, d’activité humaine et d’échanges culturels, dans cette région qui allait devenir le « Canada », les contacts mettaient en jeu des acteurs nombreux : des compagnies marchandes ayant leur siège dans les plus grandes villes d’Europe, les équipages des navires de commerce qui servaient d’intermédiaires le long des routes transocéaniques, des trafiquants de fourrures courant les routes transcontinentales, et les chasseurs de fourrures, sédentaires ou nomades, des nombreuses cultures indigènes. Les liens transcontinentaux des intermédiaires leur permettaient de connaître les demandes sur tout le continent ; les familles résidentes connaissaient la langue locale, les pratiques de la vie quotidienne, et le commerce des animaux à fourrure. Les deux parties avaient chacune des intérêts économiques et des émotions, et le besoin de communiquer. C’est ainsi que de « tendres liens » – des mariages selon la coutume du pays, sans Église ni État – entre des hommes migrants et des femmes résidentes devinrent le nœud de ces échanges. En Europe, les fourrures étaient des objets de luxe ; dans le Nouveau monde, les ustensiles domestiques en fer étaient très appréciés : ils remplacèrent les fragiles outils en os et transformèrent ainsi la vie des femmes et des communautés locales. Peut-on parler de « progrès » ? Dans certaines cultures indigènes, les hommes commencèrent à « acquérir » des femmes pour en faire des productrices, par exemple de fourrures, fort rentables dans les bénéfiques échanges commerciaux de longue distance. En reconnaissance des « coutumes du pays », la Compagnie de la Baie d’Hudson versait de petites pensions aux femmes indigènes quand leurs partenaires écossais retournaient dans leurs îles natales – un « foyer » qu’ils n’avaient pas vu depuis des années, voire des décennies4. C’est aux premiers récits faits de ces procédés que nous devons les « tribus » et les « squaws », les « derniers des Mohicans », le « premier homme blanc » et la « verroterie » troquée contre les fourrures. Les générations ultérieures allaient tisser ces multiples liens culturels pour les transformer en un « Canada » unique. Mais les enfants issus des unions interculturelles, les métis écossais et les métis français en seraient exclus – leur nom même effaçant l’apport culturel des femmes et des peuples autochtones. Plus tard, les récits faits par les Anglais, aussi brutaux que l’avait été la conquête militaire, allaient également effacer les colonies de métis francophones du Manitoba5.

6Par un lent glissement, les commerçants ambulants devinrent des colons, les femmes eurent des enfants, de nouvelles générations virent le jour. La France avait construit des places fortifiées : l’Acadie et la « Nouvelle France » (le Québec), qui constituaient deux cultures distinctes, se trouvèrent en concurrence avec la Grande-Bretagne, qui envoyait des bateaux par fournées pour coloniser la « Nouvelle Angleterre » et d’autres régions. Passé le temps de la migration, il n’était pas possible de reproduire les structures européennes, dans des environnements naturels et sociaux si différents. La « Nouvelle France » et la « Nouvelle Angleterre » étaient donc des noms absurdes, or les noms ont un impact sur les modes de pensée et les conceptualisations/constructions de la mémoire. En outre, une troisième puissance envoya des émissaires : l’Église de Rome. Les autochtones, les Hurons en particulier, acceptèrent l’enseignement des missionnaires jésuites en ajoutant le dieu chrétien aux leurs – un processus que les scribes de l’Église allaient narrer en de tout autres termes, vantant auprès de leurs supérieurs des « conversions réussies ». Il ne fallut guère de temps pour édifier un récit masculin et blanc de ces « événements ». Mais la tâche s’avère autrement plus ardue, si l’on veut les reconstruire à partir de sources et inclure tous les acteurs dans le récit mémoriel.

7Les deux empires européens, engagés dans une guerre sans fin, étendirent leur conflit aux Amériques et eurent « leurs » migrants respectifs pour mener « leurs » guerres aux côtés des soldats, ces « migrants forcés » des corps expéditionnaires. Les Français envoyés pour acquérir la « Nouvelle France » étaient uniquement des hommes, et il fallut expédier des « filles du Roy » pour qu’une société puisse se développer et s’enraciner à travers les générations. Les colons acadiens français furent les premiers à être conquis par la Grande-Bretagne, avant d’être déportés une guerre plus tard, tandis que la région était rebaptisée « Nova Scotia » et repeuplée par des Écossais et des « protestants étrangers » germanophones. La Grande-Bretagne était elle-même fondée depuis peu quand, en 1707, elle imposa militairement sa domination sur les Écossais des Lowlands et des Highlands. Les familles fraîchement débarquées comme celles qui étaient installées depuis des générations furent réduites à de simples pions dans ces luttes entre dynasties impériales. La construction des sociétés s’en trouva retardée d’autant. La mémoire historique a besoin d’intégrer tous les agents, les vainqueurs comme les perdants, les agriculteurs producteurs comme les soldats porteurs de destructions.

8La seconde colonie française, la « Nouvelle France », succomba lors d’une nouvelle guerre avec les forces britanniques en 1760. En 1763, au cours des négociations de paix, confrontée au choix de conserver ses colonies des Caraïbes, très profitables mais peuplées d’Africains, ou de garder la colonie du Saint Laurent, de culture française mais peu rentable, la France choisit la rentabilité. Pour les habitants francophones de la Nouvelle France, cet abandon apparut comme une libération. L’économie, jusque-là placée sous le contrôle de l’État, devint plus dynamique et plus ouverte, sous l’influence d’une domination britannique, combinant politique dynastique et intérêts des marchands. C’est plus tard, à partir des années 1840, que les historiens catholiques du Québec qualifièrent ce changement de « conquête ». Ils inaugurèrent alors un récit nourri de lamentations et firent de Rome la troisième capitale étrangère du Canada, au moment où il commençait à émerger.

9Ces interactions complexes entre les empires européens et les communautés fondées par les colons firent émerger plusieurs sociétés qui allaient constituer le Canada. Mais il faudrait y ajouter l’apport d’autres migrants : pour les colonies britanniques, plus au sud, les deux émigrations « loyalistes » ; dans la région nord du lac Ontario, les colonies de langue écossaise, irlandaise, gaélique et anglaise, et d’autres encore. Vers 1840, les « deux Canada », le Bas-Canada (le Québec) et le Haut-Canada (l’Ontario), furent réunis en une seule colonie, dotée de sa propre assemblée. Mais pour l’autorité britannique, il existait une hiérarchie dans laquelle les Québécois étaient « un peuple sans histoire et sans littérature ». Enfin, à cette époque, se constituèrent aussi les colonies maritimes de la Nouvelle Écosse et du Nouveau Brunswick et, sur la côte pacifique, la Colombie-Britannique. Elles furent toutes intégrées à l’État moderne du Canada en 1867, un État constitué de sociétés multiples, dotées de mémoires multiples et de récits fondateurs contradictoires (et pluriels !).

10Les peuples autochtones – ou les Premières Nations, comme ils commencèrent à se désigner dans les années 1980 – les Métis et les Inuits avaient été exclus de cette construction du Canada. Ils furent ensuite effacés de la mémoire historique, par des historiens blancs et masculins issus des classes moyennes et supérieures. Seuls quelques chercheurs respectèrent leur contribution mais leurs écrits furent également tenus à l’écart de la mémoire officielle. Ils seront redécouverts bien plus tard par des historiens soucieux d’approcher les sociétés dans leur totalité. Au cours d’un séjour dans le difficile environnement d’une communauté Inuit de Baffin Island, l’anthropologue Franz Boas eut ainsi ce commentaire : « Je me demande souvent quels avantages possède notre “bonne société” sur celle des “sauvages”, et plus je me familiarise avec leurs coutumes, plus je pense que nous n’avons aucune raison de les considérer avec mépris ». Un autre observateur de la vie des Inuits, A.P. Low, notait : « En tant que peuple, ils sont très aimables et hospitaliers ; mais comme d’autres sauvages, ils ne tarderaient sans doute pas à se lasser des efforts permanents qu’on leur impose pour entretenir des Blancs inutiles, surtout quand ceux-ci se sentent supérieurs à leurs hôtes ». L’un et l’autre regardaient un peuple, et non une construction fondée sur des préjugés nationaux et raciaux. Sur la côte pacifique, les employés de la Compagnie du Nord-Ouest et de la Compagnie de la Baie d’Hudson épousèrent des femmes indigènes, et leurs enfants développèrent la culture métisse régionale. Compte-tenu de leur place dans la hiérarchie du pouvoir, ils purent un temps poser en fondateurs, avant d’être submergés par le caractère « britannique » de la colonie, construit et affiché dans son nom de Colombie-Britannique.

11À partir des années 1830, les migrants européens commencèrent à arriver en grand nombre. Ils s’installèrent dans un territoire où vivaient déjà plusieurs groupes distincts : ceux qui parlaient anglais et ceux qui parlaient français ; les habitants des villes, des bourgs et des zones rurales ; ceux des mines du Nord et ceux des vallées tempérées de la Colombie britannique. Ce qui allait devenir « l’histoire canadienne » réunissait des peuples autochtones et des immigrants récents. Leurs expériences, leurs projets et leurs échanges prenaient aussi des formes différentes selon les régions et les localités. Les migrants qui traversèrent l’Atlantique à partir du début du xixe siècle, et le Pacifique dès la fin des années 1850, enrichirent à leur tour ce mélange de cultures. La mémoire historique est une tapisserie faite de nombreux fils. Écrire l’histoire suppose de les tisser ensemble, sans en rompre la continuité ; aucun moment singulier ne peut en être extrait pour être exposé à part.

Mémoires de migrants : construire des sociétés locales et régionales dans le cadre du « Canada »

  • 6 Hughes Everett C., Hughes MacGill Helen, Where Peoples Meet : Racial and Ethnic Frontiers, Glencoe (...)

12Pour comprendre les manières d’agir et la construction de la mémoire, il faut prendre en compte les différences de région, de classe et de genre, mais aussi celles entre communautés rurales, semi-rurales et urbaines. Les migrants – qui n’ont pas toujours choisi de devenir des immigrants – arrivent dans des sociétés locales édifiées par leurs prédécesseurs, déjà dotées d’une mémoire historique et forte de leur propre dynamique sociale. Dans les années 1930 et 1940, deux chercheurs de Montréal, Everett Hughes et Helen MacGill Hughes, l’ont compris : aucune société d’installation n’offre jamais un modèle unique d’acculturation6. À cet égard, ils ne succombèrent pas au point de vue des hommes de l’École de sociologie de Chicago, selon lequel les immigrants étaient désorganisés et déracinés.

  • 7 Fergusson C. Bruce (dir.), The Diary of Adolphus Gaetz, Halifax, Public Archives, 1965.

13Les histoires de vie rédigées par les migrants des régions canadiennes à partir du xixe siècle éclairent les processus qui permettent la construction d’une « nation », ou plutôt d’une « société ». En 1832, Adolphus Gaetz, venu d’un territoire du sud-ouest allemand – l’État allemand n’existait pas encore – arriva à Lunenburg, en Nouvelle-Écosse. Il avait quitté une région sans grand avenir, pour un territoire où vivaient des « protestants étrangers » de langue allemande. Les communautés locales étaient solides et le commerce transatlantique prospérait. Adolphus Gaetz apporta ses propres talents à cette société de Nouvelle-Écosse, et sans doute un peu de capital. Il se choisit une identité euro-canadienne, considérant avec condescendance les autochtones et les résidents d’origine africaine. Par son mariage, il s’intégra dans une famille de marchands locaux, ce qui lui offrit un réseau commercial et un capital social. Il devint ainsi un membre respecté de la communauté7.

  • 8 Tivy Louis (dir.), « Your Loving Anna ». Letters From the Ontario Frontier (1882-1891), Toronto, U (...)

14Dans les années 1880, Anna Leveridge arriva d’Angleterre avec ses enfants dans l’est de l’Ontario. Contrainte de suivre son mari après un soudain désastre financier, elle souffrait de vivre dans une cabane au milieu de nulle part. Pour parvenir à reconstruire sa vie en fondant une ferme, la famille dût se séparer. Le mari et les fils devinrent des travailleurs itinérants et les filles furent expédiées dans d’autres fermes pour y être nourries. Au fil des ans, Anna parvint à créer un « foyer ». Elle vendit des tricots aux travailleurs des campements installés dans les environs, et réussit à reconstruire une vie de famille. Son travail, et celui de ses voisins, permit de transformer une terre en friche en une véritable communauté rurale et de faire venir ses sœurs – elle voulait de la compagnie – contribuant ainsi à la croissance de la population8. Si les lettres de cette famille témoignent d’une vie dure mais finalement réussie, d’autres parcours sont plus complexes : parfois, un itinéraire à travers plusieurs territoires de l’empire britannique ; dans d’autres cas, un manque de compétences et une dégringolade qui pousse une destinée aux marges de l’agriculture. Pourtant, en termes de « produit provincial brut » et de mémoire collective, chacun de ces hommes et de ces femmes a apporté sa contribution.

  • 9 Anderson Kay, Vancouver’s Chinatown. Racial Discourse in Canada, 1875-1980, Montréal, McGill-Queen (...)

15Il en va de même des Chinois remontant le Fraser sur la côte pacifique – expression qui permet d’éviter celui de « Colombie-Britannique », qui n’a aucun sens. Le terme de « Chinois » est, d’ailleurs, lui aussi, inapproprié : les migrants en route vers la côte pacifique étaient tous issus de quelques localités de la province de Guangdong et parlaient des dialectes très différents. Cette migration chinoise se développa, contrainte et forcée, quand l’Empire britannique devint, avec les « guerres de l’opium », le plus grand cartel de drogues du monde. En favorisant ainsi les addictions, il provoqua une hausse massive de la pauvreté et accéléra les migrations de travail vers les colonies britanniques. La mémoire de cet épisode historique apparaît clivée : il figure dans les manuels chinois au même titre que le sac du Palais d’été de Pékin par les troupes britanniques et françaises (de cultures “occidentales” ?), mais il est absent des manuels britanniques et français. Quoi qu’il en soit, les hommes venus du Guangdong se joignirent à la ruée vers l’or du Fraser et commencèrent à se regrouper en communautés, les unes socialement ségrégées dans les Chinatowns urbains, les autres installées dans des taudis, aux marges de nombreuses communautés minières. Dans un cas comme dans l’autre, ils contribuèrent à l’économie provinciale, les Chinatowns étant un élément de la société au même titre que l’étaient les maisons de maître des classes supérieures9.

  • 10 « Maki Fukushima », dans Makabe Tomoko, Picture Brides. Japanese Women in Canada, Tokyo, 1983, Tor (...)

16Si, en Chine, les migrants quittèrent leur pays en raison de la pénurie de terres et du désir d’améliorer le sort de la famille, au Japon, ce furent les lourds impôts de l’ère Meiji, imposés aux paysans par un coûteux programme d’industrialisation, qui contraignirent les familles des zones rurales à émigrer. À son arrivée au Canada en 1914, Maki Fukushima changea rapidement d’apparence en optant pour des vêtements « occidentaux ». Mais le changement était superficiel. En revanche, son existence connut une transformation en profondeur, qui la fit passer d’une vie propre et rangée dans son village natal, à la cuisine, sale, ouverte à tous vents, plantée au milieu d’un campement où se fabriquaient des traverses pour les chemins de fer. Elle en était inconsolable mais, comme Anna Leveridge, elle comprit qu’« il y avait du pain sur la planche » et pas de temps à perdre en tristes ruminations. Elle aussi conserva des liens avec sa famille, à travers les échanges de correspondance. Elle éleva ses enfants et, avec le temps, « n’envisagea plus jamais de repartir ». L’acculturation avait fait son chemin, s’insinuant en elle de façon imperceptible. Par sa lenteur même et en raison de la difficulté à le percevoir, ce processus devait finalement laisser peu de place dans la mémoire10.

  • 11 Hoerder D., Creating Societies…, op. cit., chap. 11-15.

17Les Prairies canadiennes constituaient la troisième grande région proposant un modèle spécifique pour l’insertion des migrants. Cette dernière pouvait revêtir deux formes : soit profiter d’une niche économique juste après l’arrivée, soit entamer un processus d’acculturation plus lent, installé dans la durée. L’histoire de ces fermiers a trouvé place dans la mémoire privée des économies familiales. Mais elle vit également, de manière plus officielle, dans les tonnes de blé expédiées à l’Est, pour nourrir les villes canadiennes ou pour l’exportation. En revanche, on trouve rarement trace des familles de fermiers envoyées par les bureaucrates de l’immigration dans des régions vivant en marge des marchés, et des échecs qui en ont découlé. L’insistance mise sur l’agriculture, et la rhétorique du « blé d’or », s’inscrivent dans la construction, par des historiens de l’élite, d’une imagerie nationale devenue mémoire populaire. Les tonnes de blé et le défrichage familial de l’herbe des prairies ne disent rien des boutiques et des restaurants « chinois » isolés au milieu de nulle part, dépourvus de communications et privés de liens sociaux. Ils ne prennent pas non plus en compte la contribution des petits entrepreneurs, porteurs de cultures multiples, qui ont construit l’économie urbaine de la région. Pourtant, les sources existent qui racontent ces histoires et rendent possible un enregistrement exhaustif de la mémoire11.

18Les histoires de vie de ces hommes et de ces femmes disent leur contribution à l’édification de la société canadienne, à l’échelle locale et régionale. Toutes ensemble, en y ajoutant les vies de ceux qui n’ont pas laissé de récit de leurs tribulations et de leurs réussites, elles contribuent à l’écriture d’une histoire du Canada. Mais pour les réinsérer dans la chronologie et le récit historique, il faut écarter les narrations dominantes, laisser place à chaque homme, femme et enfant et les considérer tous comme des acteurs à part entière. Sans eux, ni les provinces, ni les gouvernements provinciaux, ni le Canada lui-même n’existeraient.

  • 12 Hoerder Dirk, « Maria Chapdelaine de Louis Hémon : Roman du terroir ou critique de l’idéologie », (...)

19Parmi les cinq grandes régions du Canada, le Québec était un cas à part. À partir de 1840, l’Église et son clergé bâtirent une société fermée, de foi catholique et de langue française. Ce repli sur soi entraîna un développement économique plus lent et des infrastructures médiocres dans le domaine de l’éducation. Le clergé, qui vivait de la dîme versée par les paroissiens, s’opposa à l’émigration vers les Prairies, une route empruntée alors par toute une génération de jeunes sans terres de l’Ontario. Dès lors, rares furent les immigrants – à l’exception des Italiens à Montréal – qui choisirent le Québec. Inversement, des centaines de milliers de Québécois durent émigrer vers les filatures de la Nouvelle-Angleterre. Les sociétés fermées sont peu attirantes et nuisent au bien-être de leurs habitants. Elles exigent, par ailleurs, un strict encadrement pour empêcher que des mémoires alternatives ne viennent contester le récit construit par la propagande institutionnelle. Quand, au début des années 1920, l’écrivain Louis Hémon visita le Québec et écrivit Maria Chapdelaine, qui critiquait de façon subtile mais explicite l’idéologie du terroir, le clergé fonda une association pour reformuler sa critique en affirmation. Le principal personnage du roman, Maria, voit s’ouvrir plusieurs choix de vie possibles : partir vers une grande ville, s’installer avec un coureur des bois et mener une vie loin des contraintes sociales du village, ou rester au pays et se marier avec le fils du voisin. Pour le clergé, les villes étaient des lieux de perdition et les coureurs des bois restaient incontrôlables. Se marier dans la paroisse et y rester apparaissaient donc comme le seul destin raisonnable. Après la mort prématurée de l’auteur, le clergé fonda une association pour réunir ses lecteurs. Dans leurs discussions, ils éliminèrent soigneusement deux des options possibles – la vie urbaine et celle loin des contraintes – et érigèrent Maria en modèle pour toutes les femmes, elle qui avait choisi de se marier à son jeune voisin, resté attaché à son sol. Le puissant groupe conservateur bloqua ainsi toute histoire alternative mais également le développement de la province12. Ce type de fermeture a existé et continue de le faire. Pour qu’il fonctionne, il faut réussir à contrôler à la fois les frontières et la mémoire.

  • 13 Hoerder Dirk, Cultures in Contact : World Migrations in the Second Millennium, Durham, N.C., Duke (...)
  • 14 Gervereau Laurent, Milza Pierre, Temine Émile (dir.), Toute la France. Histoire de l’immigration e (...)

20Si le Canada offre l’exemple d’une société construite à partir de rien – mais détruisant au passage les peuples autochtones – la comparaison avec des sociétés au développement plus ancien ou plus rapide, s’avère pertinente. La contribution des immigrants y fut comparable, en dépit d’un cadre différent. À partir de 1880, l’industrialisation des États-Unis a dû son dynamisme à des millions d’immigrés, hommes et femmes. La France n’aurait pas pu construire ses infrastructures ni exploiter ses mines sans l’arrivée saisonnière ou permanente de générations d’Italiens. L’agriculture allemande et les mines de Lorraine ont prospéré grâce à des centaines de milliers de Polonais13. Ces contributions ont souvent été ignorées des historiens et délibérément expulsées de la mémoire. Mais un second processus, inconscient, contribue à la « nationalisation » de la mémoire : on se contente en général d’examiner des résultats, des biens matériels, sans s’intéresser aux mécanismes de production, ni à leurs agents. Il se produit alors un glissement qui conduit d’« étranger » à « autre », puis à « utile », à « des nôtres », à « des nôtres depuis un temps immémorial ». La « cuisine viennoise », par exemple, est la création de femmes tchèques de Bohême employées dans les cuisines de la bourgeoisie, mêlée d’habitudes alimentaires hongroises et balkaniques. Cette dénomination masque la dynamique à l’œuvre dans cette création culinaire et l’apport des migrants. De même, le développement des infrastructures de la France n’est pas relié à la « main-d’œuvre italienne », la vie des familles parisiennes aux « bonnes allemandes », les mines de Lorraine aux « ouvriers étrangers14 ». En outre, les migrants sont implicitement des hommes, ce qui pose une autre « question de mémoire ». Le rôle des familles et des femmes se trouve en général passé sous silence, dans la culture d’origine quand les hommes migrent de façon saisonnière ou dans le processus de construction communautaire quand les femmes migrantes donnent naissance à des enfants et perpétuent ainsi les générations. Ces silences mémoriels conduisent à homogénéiser le passé et interdisent toute reconnaissance de la différence. Il s’agit ici d’une simplification sélective – intentionnellement sélective.

  • 15 Petrone Penny, Breaking the Mould. A Memoir, Toronto, Guernica, 1995.
  • 16 Colley Linda, Britons : Forging the Nation, 1707-1837, New Haven, Yale University Press, 1992 ; Co (...)
  • 17 La construction de l’histoire de France a fait l’objet d’une analyse critique dans l’exposition «  (...)

21Si nous revenons au Canada des années 1930, nous rencontrons Serafina Petrone, née de parents italiens, à Port Arthur (Ontario), qui fut confrontée à ces simplifications « nationalisantes ». Elle dut lutter contre son milieu environnant, culturel, scolaire et identitaire. Pour devenir enseignante, elle fut forcée d’apprendre que « l’éducation en Ontario était britannique en substance. Britannique et canadien étaient synonymes ». Elle dut mémoriser les mesures anglo-saxonnes et les « hauts faits » britanniques masculins dans le monde colonisé, de la guerre des Boers à Calcutta et Khartoum. Il avait, en effet, échappé au Ministère de l’Enseignement et à ses gardiens de la tradition bien rémunérés que la Grande-Bretagne et le Canada étaient deux pays distincts, séparés par un océan. Ces mêmes hommes accusaient pourtant les migrants d’avoir des comportements claniques et de s’accrocher aux cultures du Vieux monde. Serafina Petrone dut se débattre avec ses identités multiples : était-elle canadienne, italienne, britannique, ou britannique-canadienne, ou canadienne-italienne15 ? Mais ceux qui se vantaient d’être britanniques avaient effacé de leurs mémoires le fait qu’ils étaient construits d’un mélange de peuples : Écossais, habitants des Orcades, Anglais, Gallois et Cornouaillais16. L’Empire et la culture devaient conduire à la construction d’un impérialisme culturel, tout comme la construction unique de la mémoire aboutit en France à « nos ancêtres les Gaulois17 ». Le pouvoir de définition laissé à quelques-uns conduit à gommer la mémoire. Mais les individus peuvent choisir de se définir eux-mêmes : la capacité d’agir de chacun, les discours et les structures sociales sont indissociables. La construction d’une mémoire imposée peut détruire des personnalités. Les historiens qui gardent le dogme, et les enseignants nationaux, tenant d’une culture unique, peuvent être des agents de démolition.

« Peuples fondateurs » versus immigrants : la quête vaine des historiens d’une identité nationale

  • 18 Hoerder Dirk, « Transnational – transregional – translocal : transcultural », dans Vargas-Silva C. (...)

22Comme la plupart des migrants, ceux qui arrivaient dans l’immensité du Canada venaient de petites localités. Ils s’installaient dans de petites localités, au cœur de régions qui n’avaient ni les mêmes perspectives, ni les mêmes contraintes économiques. Ceux qui arrivaient à Toronto ou à Vancouver, à Moose Jaw ou à Timmins, n’avaient pas les mêmes objectifs et devaient s’adapter à des environnements sociaux, économiques et naturels différents18. Des années 1830 aux années 1920, le « Canada » ou « le gouvernement » jouèrent un rôle mineur dans la vie des migrants. Ces derniers appréciaient que les portes d’entrée du continent soient ouvertes, que le service postal leur permette de garder contact avec la famille et les amis restés au pays, et – dans l’ouest – que les fermiers en difficulté puissent être exonérés d’impôts en échange de l’entretien et de l’amélioration des routes locales. La police, peu nombreuse mais fiable, empêchait que ne s’installe une culture violente et armée, comme ce fut le cas dans le « Far West » des États-Unis. Le gouvernement fédéral apparaissait donc à la fois distant et localement conciliant. En revanche, la puissance des grandes compagnies de chemin de fer et leur monopole sur le tarif du fret étaient perçus comme une menace. À l’échelle de la société, de la province ou de la nation, les programmes de sécurité sociale mis en place durant la Grande dépression par la branche saskatchewanaise de la Fédération du Commonwealth coopératif furent perçus comme un élément de justice sociale.

  • 19 Pendant un temps, une idéologie des « deux France » fut propagée : la France d’Europe, qui abdiqua (...)

23Les gardiens du dogme, en revanche, se concentrèrent sur les politiques nationales et fédérales en réduisant les immigrants et tout leur apport à des « minorités ethniques ». Leur Canada était fondé sur une hiérarchie stricte : des autochtones sans importance ; des minorités ethniques avec un rôle à jouer, mais tenues pour rustres et étrangères ; et une nation duelle, française et britannique. Mais ces gardiens étaient eux-mêmes divisés. Les deux producteurs de mémoire des « peuples fondateurs » revendiquaient l’un la Grande-Bretagne, l’autre la France comme origines, à quoi venait s’ajouter Rome pour les idéologues québécois. Rome plutôt que Paris : urbanisée et industrialisée, la capitale française avait, à leurs yeux, dégénéré jusqu’à laisser la Commune s’y installer, serait-ce pour une courte période19. Ainsi, les gardiens du dogme vivaient au Canada mais ne pouvaient s’accorder sur l’idée d’une identité culturelle nationale, ni décider si elle devait être canadienne ou rester soit européenne-britannique soit européenne-française. La double élite de ces gardiens finit par postuler deux identités en concurrence et en conflit, sans se soucier réellement des immigrants – censés avoir moins de culture. Dans l’espace mental qui leur était ainsi laissé, ils purent développer discrètement leurs propres manières de voir. Mais leurs enfants eurent, eux, à subir les points de vue étrangers – britanniques, ou français et catholiques – de leurs enseignants totalement déconnectés des réalités canadiennes.

24Tandis que les gardiens se disputaient pour savoir lequel des deux héritages européens allait devenir « le Canada », la démographie favorisa le côté anglophone, donnant un ascendant aux producteurs de mémoire de l’Ontario sur ceux du Québec. La position des élites de l’Ontario fut renforcée avec l’arrivée à Toronto des intellectuels des provinces maritimes en déclin. Ils y devinrent des tenants particulièrement bruyants de l’anglicité tandis que l’expansion vers l’Ouest faisait émerger de nouveaux porte-parole anglophones régionaux. Les universités de Winnipeg et les institutions académiques de Vancouver jouèrent alors un rôle croissant sur la côte pacifique et la prépondérance de Toronto se trouva ainsi défiée par l’Ouest, y compris par les premiers mouvements féministes du Manitoba. Quand, dans une solide analyse économique, un historien de Toronto qualifia la région agricole des Prairies, ainsi que la ceinture du bois de coupe du Nord, d’« arrière-pays » pour l’économie urbaine de Toronto et des villes de la vallée du Saint Laurent, les Canadiens des Prairies lui opposèrent une analyse sociétale : pourquoi leurs projets de vie et leurs idées seraient-ils un simple arrière-pays ? Les chaînes de fourniture économique n’étaient pas censées aboutir à une hiérarchisation sociale et intellectuelle ! Le régionalisme bravait la centralisation intellectuelle et conservatrice.

  • 20 Les Chinois migraient partout dans le monde et étaient prêts à se défendre contre la discriminatio (...)

25Si la situation canadienne était particulière, elle n’était pas unique. Dans une perspective comparative, imaginons qu’en France, la position des producteurs de mémoire de Paris ait pu être défiée avec succès par Lyon et Marseille, par l’Auvergne et la Dordogne et, plus impensable encore, par la Bretagne et le Pays basque. En Allemagne, en revanche, les discours distinguèrent le Nord et le Sud, la Prusse et la Bavière, souvent sous forme de clichés. La compétition pour le pouvoir entre les dynasties Hohenzollern et Habsbourg conduisit finalement à scinder l’aire germanophone en deux États distincts. En France et en Grande-Bretagne, seule une élite avait en charge la production de mémoire : au Canada, deux élites se faisaient concurrence. Cela laissa du champ à une troisième force – les immigrants européens étiquetés « ethniques ». Les peuples autochtones, en revanche, furent longtemps incapables de se constituer une niche. Quant aux migrants asiatiques, ils devaient affronter une situation complexe. À l’échelle locale, ils purent construire leur propre récit mémoriel, mais ce dernier ne pesait pas à l’échelle fédérale. Ils étaient en butte au racisme anti-asiatique, notamment en Colombie-Britannique, racisme que les bureaucrates fédéraux – des hommes blancs – inscrivirent dans le Chinese Immigration Act de 1885. L’intitulé de la loi visait à dissimuler ses réelles intentions : la limitation ou l’exclusion des migrants. La Chine avait autrefois bâti sa grande muraille pour se protéger des barbares ; les législateurs canadiens parurent s’en inspirer en édifiant un grand « mur de papier » pour tenir à l’écart les « Orientaux ». Face à cette loi qui menaçait leur avenir, mais impuissants à la modifier, les Chinois-Canadiens la subvertirent en créant des enfants « de papier ». Munis de faux papiers, qui en faisaient des enfants de Chinois résidents au Canada, ces filles et ces garçons purent ainsi entrer dans le pays et contourner les restrictions20. Aujourd’hui encore, chez les Canadiens issus de cultures asiatiques, la mémoire de cette discrimination demeure forte.

  • 21 Citons, parmi ces travaux : Adachi Ken, The Enemy That News Was : A History of the Japanese Canadi (...)

26Il a fallu attendre les années 1980 pour que les historiens de Colombie-Britannique et d’ailleurs complètent la mémoire historique par une analyse académique21. En fait, jusqu’aux années 1960, la mémoire produite par les « historiens » des deux nations fondatrices fut, pour l’essentiel, sans intérêt, construite par des esprits fermés et « auto-colonisés ». Seules quelques approches plus exhaustives et équilibrées faisaient exception, comme celles d’historiens et de féministes vivant pour la plupart à l’ouest et enseignant dans les universités de Winnipeg.

Retravailler la mémoire : les discours multiculturels depuis les années 1960

  • 22 L’Institut canadien d’Études ukrainiennes d’Edmonton forma de jeunes étudiants qui abandonnèrent l (...)
  • 23 Burnet Jean R., « Minorities I Have Belonged To », dans Juteau-Lee D. et Roberts B. (dir.), « Ethn (...)

27Dans les années 1960, l’identité canadienne très vivante, mais assez mal en point, fit l’objet de nombreux débats. Le gouvernement fédéral mit sur pied une Commission royale sur le bilinguisme et le biculturalisme (Royal Commission on Bilingualism and Biculturalism), chargée d’étudier la question du dualisme ou des « deux solitudes », et il recommanda de mener une politique de biculturalisme intégrateur. L’époque était propice : les Québécois de la « révolution tranquille » se libéraient du régime suffocant de l’Église, et les jeunes de l’Ontario d’une anglicité rassie. Parmi ceux que l’on qualifiait d’« ethniques », la communauté bien organisée des Ukrainiens et les chercheurs en études slaves, aux origines diverses, critiquèrent cette approche bi-culturelle. Dans ce pays doté de cultures aussi variées, ils en appelaient à une approche multiculturelle de la société et de la politique22. La Commission dite « Bi-and-Bi » réagit rapidement. Pendant un an, elle mena un travail de recherche intensif, sous la direction de la sociologue Jean Burnet, collectant les données qui allaient être publiées dans le quatrième volume de son rapport, volume qui servira de fondement aux politiques multiculturelles. D’origine écossaise, Jean Burnet n’avait jamais succombé à la rhétorique de l’anglicité. Par ailleurs, comme femme appartenant à la nouvelle génération, elle avait déjà été confrontée à des positions étroites, défendues par des hommes plus âgés23.

  • 24 « La croissance de l’État-nation moderne impliquait non seulement de désigner certains peuples com (...)

28À l’époque de la publication de ce rapport, les temps avaient changé et avec eux la contextualisation des mémoires. La politique avait évolué avec l’accession de Pierre Trudeau, du parti libéral, au poste de premier ministre. En 1971, quand le gouvernement lança sa politique de multiculturalisme, ce n’était pas une innovation, mais le simple reflet de pratiques déjà à l’œuvre dans la société : la reconnaissance de la diversité des langues, des coutumes et des religions. Il faut noter que cette reconnaissance de la différence existait, en fait, déjà dans les sociétés dynastiques d’Ancien régime. Leurs dirigeants négociaient (ou accordaient) des statuts particuliers, en exigeant, comme seul facteur d’unité, la reconnaissance du statut de sujet. Cela changea quand les Lumières basculèrent dans l’ère des révolutions. La fierté légitime pour la culture des peuples se transforma en une conscience de groupe fondée sur le peuple ou la nation. à la fin du xixe siècle, les élites qui se voulaient gardiennes du récit dominant le transformèrent en chauvinisme national porteur d’exclusion. Il réduisait les Autres à des minorités, et désignait les immigrants comme étrangers, qui devaient se soumettre à une assimilation sans conditions. Les pires conséquences furent la déportation ou l’« importation » de populations, depuis ou vers n’importe quel « Reich », selon qu’il les rejetait ou les réclamait24.

  • 25 Taylor Charles, Multiculturalism and the « Politics of Recognition », Princeton, Princeton Univers (...)
  • 26 En Autriche, par exemple, Bauböck Rainer, Transnational Citizenship. Membership and Rights in Inte (...)

29Au tournant des années 1960-1970, au moment où le Canada revendiqua le multiculturalisme et où les sociétés européennes se transformèrent sous l’impact de la rébellion étudiante et d’une nouvelle immigration, le concept même de « reconnaissance » dut être repensé. Les penseurs politiques canadiens25 et des chercheurs de tous horizons s’y attelèrent. Leurs réflexions devaient déboucher sur un changement de perspectives. Au Canada, aujourd’hui, l’homogénéité de la société est fondée sur la Charte des Droits, construite sur les droits de l’homme plutôt que sur l’identité nationale26.

Notes

1 Cet essai est fondé sur 300 histoires de vie, des années 1830 à nos jours, d’immigrants au Canada (Hoerder Dirk, Creating Societies : Immigrant Lives in Canada, Montréal, McGill-Queens, 1999), et sur une évaluation critique de l’historiographie, des sciences sociales et des humanités au Canada (Hoerder Dirk, ‘To Know Our Many Selves’ : From the Study of Canada to Canadian Studies, Edmonton, Athabasca University Press, 2010).

2 Pour contrer les vues à sens unique de l’histoire après la guerre totale entre les États-nations de 1937 à 1945, un projet de l’UNESCO a abouti en France à l’ouvrage de Febvre Lucien et Crouzet François, Nous sommes des sang-mêlés. Manuel d’histoire de la civilisation française, (ms 1950), sous la direction de Crouzet D. et Crouzet É., Paris, Albin Michel, 2012. En Allemagne, une commission franco-allemande lança en 1951 un projet de manuels reflétant le point de vue de tous les anciens belligérants (Deutsch-französische Vereinbarung über strittige Fragen europäischer Geschichte). En 1975, le Georg-Eckert-Institut für Schulbuchforschung (f. 1949/50) lança un projet germano-polonais. Eckert était l’ancien président de la commission allemande de l’UNESCO.

3 Voir une excellente introduction à l’histoire canadienne dans Bumsted J. M., The Peoples of Canada, 2 vol., 1992, 3rd ed., Toronto, Oxford University Press, 2008.

4 Van Kirk Sylvia, ‘Many Tender Ties’ : Women in Fur Trade Society in Western Canada, 1670-1870, Winnipeg, Watson, 1980 ; Van Kirk Sylvia, Towards a Feminist Perspective in Native History, Toronto, OISE, 1987 ; Burley Edith I., Servants of the Honourable Company : Work, Discipline, and Conflict in the Hudson’s Bay Company, 1770-1870, New York, Oxford University Press, 1997.

5 Les historiens gardiens du dogme euro-canadien ont nié cette dernière agression. Ceux de l’Ontario n’ont pas dénoncé le rôle des spéculateurs venus de l’Ontario dans cette intervention, et ceux du Québec ont monopolisé le terme de « conquête » pour qualifier l’intégration de la « Nouvelle France ». En réalité, l’Empire britannique autorisa les francophones annexés à conserver leur culture, leur langue, leur religion et leur régime juridique, mais il expulsa les Métis du Manitoba.

6 Hughes Everett C., Hughes MacGill Helen, Where Peoples Meet : Racial and Ethnic Frontiers, Glencoe, Ill., Free Press, 1952 ; Hoerder Dirk, « ‘A Genuine Respect for the People’ : The Columbia University Scholars’ Transcultural Approach to Migrants », à paraître.

7 Fergusson C. Bruce (dir.), The Diary of Adolphus Gaetz, Halifax, Public Archives, 1965.

8 Tivy Louis (dir.), « Your Loving Anna ». Letters From the Ontario Frontier (1882-1891), Toronto, University of Toronto Press, 1972.

9 Anderson Kay, Vancouver’s Chinatown. Racial Discourse in Canada, 1875-1980, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1991 ; Roy Patricia, A White Man’s Province. British Columbia Politicians and Chinese and Japanese Immigrants 1858-1914, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1991 ; Ward Peter, White Canada Forever : Popular Attitudes and Public Policy Towards Orientals in British Columbia, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1978.

10 « Maki Fukushima », dans Makabe Tomoko, Picture Brides. Japanese Women in Canada, Tokyo, 1983, Toronto, MHSO, 1995, p. 37-65.

11 Hoerder D., Creating Societies…, op. cit., chap. 11-15.

12 Hoerder Dirk, « Maria Chapdelaine de Louis Hémon : Roman du terroir ou critique de l’idéologie », Zeitschrift für Kanada-Studien, t. 25.1, 2005, p. 104-118 ; Hoerder D., « To Know Our Many Selves »…, op. cit., p. 37 passim ; Hoerder D., Creating Societies…, op. cit., chap. 5.

13 Hoerder Dirk, Cultures in Contact : World Migrations in the Second Millennium, Durham, N.C., Duke University Press, 2002, chap. 14.1.

14 Gervereau Laurent, Milza Pierre, Temine Émile (dir.), Toute la France. Histoire de l’immigration en France au xxe siècle, Paris, Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine, 1998 ; Temine Émile, France, terre d’immigration, Paris, Découvertes Gallimard, 1999 ; Milza Pierre, Français et Italiens à la fin du xixe siècle, Rome, École Française de Rome, 1981 ; König Mareike, « Bonnes à tout faire » : Deutsche Dienstmädchen in Paris im 19. Jahrhundert », dans König M. (dir.), Deutsche Handwerker, Arbeiter und Dienstmädchen in Paris. Eine vergessene Migration im 19. Jahrhundert, Munich, Oldernburg, 2003, p. 69-92.

15 Petrone Penny, Breaking the Mould. A Memoir, Toronto, Guernica, 1995.

16 Colley Linda, Britons : Forging the Nation, 1707-1837, New Haven, Yale University Press, 1992 ; Cohen Robin, « Fuzzy Frontiers of Identity : the British Case », Social Identities, t. 1, 1995, p. 35-62.

17 La construction de l’histoire de France a fait l’objet d’une analyse critique dans l’exposition « Les Gaulois, une expo renversante », Cité des Sciences et de l’Industrie, Paris, oct. 2011-sept. 2012.

18 Hoerder Dirk, « Transnational – transregional – translocal : transcultural », dans Vargas-Silva C. (dir.), Handbook of Research Methods in Migration, Cheltenham, UK, Edward Elgar, 2012, p. 69-91.

19 Pendant un temps, une idéologie des « deux France » fut propagée : la France d’Europe, qui abdiquait son rôle de cadre de référence du fait de sa modernisation, et le Québec, gardien de la francité définie par le terroir et l’Église, avec Rome pour référence.

20 Les Chinois migraient partout dans le monde et étaient prêts à se défendre contre la discrimination. En Australie, trois marchands chinois s’opposèrent en 1879 aux contraintes qu’on voulait leur imposer. Rygiel Philippe, Une impossible tâche ? L’Institut de Droit International et la régulation des migrations internationales 1870-1920, Mémoire d’habilitation, Université Paris 1, 2011, p. 281.

21 Citons, parmi ces travaux : Adachi Ken, The Enemy That News Was : A History of the Japanese Canadians, Toronto, McClelland & Stewart, 1976 ; Buchignani Norman et Indra Doreen, Continuous Journey : A Social History of South Asians in Canada, Toronto, McClelland & Stewart, 1985 ; Johnston Hugh, The Voyage of the ‘Komagata Maru’. The Sikh Challenge to Canada’s Colour Bar, Vancouver, University of British Columbia Press, 1989.

22 L’Institut canadien d’Études ukrainiennes d’Edmonton forma de jeunes étudiants qui abandonnèrent les approches ethno-centriques pour constituer l’Association canadienne d’Études ethniques à l’Université de Calgary, et fonder sa revue, Canadian Ethnic Studies/Études ethniques du Canada (est. 1969).

23 Burnet Jean R., « Minorities I Have Belonged To », dans Juteau-Lee D. et Roberts B. (dir.), « Ethnicity and Femininity », numéro spécial de Canadian Ethnic Studies, t. 13.1, 1981, p. 24-36 ; Burnet Jean R., Palmer Howard, ‘Coming Canadians’. An Introduction to a History of Canada’s Peoples, Toronto, McClelland & Stewart, 1988 ; Burnet Jean R., Multiculturalism in Canada, Toronto, McClelland & Stewart, 1988. Entretien de Dirk Hoerder avec Jean Burnet, 9 Nov. 2000.

24 « La croissance de l’État-nation moderne impliquait non seulement de désigner certains peuples comme des ennemis de la nation, mais aussi d’expulser des groupes significatifs dont l’État ne pouvait ou ne voulait pas assumer la responsabilité », et beaucoup périrent au cours des déportations. Marrus Michael R., The Unwanted. European Refugees in the Twentieth Century, Oxford, Oxford University Press, 1985, p. 51.

25 Taylor Charles, Multiculturalism and the « Politics of Recognition », Princeton, Princeton University Press, 1992 ; Kymlicka Will, Multicultural Citizenship. A Liberal Theory of Minority Rights, Toronto, Oxford University Press, 1995 ; Kymlicka Will, Finding Our Way. Rethinking Ethnocultural Relations in Canada, Toronto, Oxford University Press, 1998.

26 En Autriche, par exemple, Bauböck Rainer, Transnational Citizenship. Membership and Rights in International Migration, Aldershot, Ashgate, 1994 ; aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, en Allemagne et au Canada, les essais de Veit Bader, Christiane Harzig et Tariq Modood dans Harzig Christiane, Juteau Danielle, Schmitt Irina (dir.), The Social Construction of Diversity : Recasting the Master Narrative of Industrial Nations, New York, Berghahn, 2003, p. 131-167, 168-185, 263-183. Sur l’histoire européenne en général : Hoerder Dirk, Harzig Christiane, Shubert Adrian (dir.), The Historical Practice of Diversity : Transcultural Interactions from the Early Modern Mediterranean to the Postcolonial World, New York, Berghahn, 2003. En France, voir l’étude empirique et théorique de Noiriel Gérard, Le Creuset français : histoire de l’immigration, xixe-xxe siècles, Paris, Seuil, 1988.

Auteur

Salzbourg, Autriche

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540