Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Mémoires des migrations, temps de l’histoire

 | 
Laure Teulières
, 
Hélène Bertheleu
, 
Marianne Amar

Partie III. Mémoires de migrations et histoire nationale

Chapitre 12. Les lois mémorielles ou l’histoire au parlement

La « dette historique » de l’Espagne envers ses émigrants des années 1960

Bruno Tur

Texto completo

1L’émigration constitue l’un des phénomènes les plus importants de l’histoire de l’Espagne au xxe siècle. L’exil politique de 1939, consécutif à la guerre civile espagnole, et l’émigration économique des années 1950-1960, pendant le régime franquiste, représentent les deux vagues migratoires les plus étudiées. Elles ne sont pas les seules, mais symboliquement, en Espagne, qui dit « exilio » et « emigración » pense inévitablement à ces deux vagues, au cours desquelles des millions d’hommes et de femmes se sont exilés ou ont émigré dans les pays européens – en France particulièrement – ou vers l’Amérique Latine.

2Dans le contexte du débat sur la « réhabilitation de la mémoire historique », qui a marqué la société espagnole ces dernières années et qui interroge les crimes et la répression de la guerre civile (1936-1939) et de la dictature franquiste (1939-1975), l’exil et l’émigration ont fait l’objet d’un discours officiel et d’une « redécouverte » dont la conséquence politique a été l’adoption de trois lois mémorielles entre 2005 et 2007.

3Cet article entend, dans un premier temps, analyser l’étape de « redécouverte » du passé migratoire des Espagnols puis, dans un second temps, étudier les lois mémorielles résultant de cette « redécouverte », avant d’interroger les conséquences de la récente crise économique que connaît le pays : la réactivation des départs de jeunes Espagnols vers l’étranger a en effet écarté du débat public les émigrations passées et reconfiguré les notions actuelles « d’exilé » et « d’émigrant ».

« Redécouverte » du passé migratoire et concept de « dette historique »

4L’émigration a toujours fait partie de l’histoire contemporaine des Espagnols, mais elle n’a jamais été aussi importante que pendant la dictature franquiste. Les flux se sont dirigés d’abord vers les pays d’Amérique Latine, puis, à partir de la fin des années 1950, vers les pays du Nord de l’Europe, principalement la France, l’Allemagne et la Suisse. Ainsi, au cours des années 1960 des centaines de milliers d’Espagnols – des hommes, des femmes, mariés ou célibataires, adultes et jeunes, voire mineurs – sont partis travailler à l’étranger. Leur stratégie consistait à demeurer peu de temps dans les pays d’accueil pour épargner un maximum d’argent et revenir en Espagne. De ce fait, en investissant essentiellement leur épargne dans le pays d’origine, les émigrants ont joué un rôle considérable dans le développement économique de l’Espagne.

5Pourtant, après la transition démocratique et l’avènement de la démocratie en Espagne (1975-1978), l’émigration, en tant que phénomène historique, est tombée dans l’oubli, malgré quelques initiatives émanant principalement du monde associatif de l’émigration espagnole dans les pays d’accueil. Il a fallu attendre la fin des années 1990 pour que la société espagnole commence à reconnaître l’apport des émigrés au développement économique du pays, une « redécouverte » dont il faut analyser le processus et les acteurs.

6Le contexte migratoire des années 1990 tient, à cet égard, une place centrale. Alors que l’Espagne était traditionnellement un pays d’émigration, les flux se sont inversés et elle est devenue un pays d’immigration. La population immigrée, qui comptait environ 200 000 personnes dans les années 1980, n’a cessé de croître à partir du début des années 1990 : 360 655 étrangers en 1991, 542 314 en 1996, 923 879 en 2000, puis 2 664 168 en 2003, les cinq millions étant dépassés en 2008. En 1991, la population étrangère représentait 0,91 % de l’ensemble de la population de l’Espagne ; en 2011, ce taux était passé à 12,2 % : on peut donc considérer qu’en deux décennies, en matière d’immigration, l’Espagne est devenue un pays d’arrivée pour la première fois de son histoire.

  • 1 Oso Casas Laura, La migración hacia España de mujeres jefas de hogar, Thèse de doctorat en sociolo (...)
  • 2 Oso Casas Laura, Domestiques, concierges et prostituées : migration et mobilité sociale des femmes (...)

7Ce phénomène nouveau a suscité l’intérêt des chercheurs – principalement les sociologues – et des journalistes. Les premières études ont vu le jour en Espagne au début des années 1990, et ont augmenté à partir du milieu de cette décennie. À cette époque, dans un souci de comparaison, certains chercheurs ont voulu comparer l’arrivée de ces nouveaux immigrés aux départs des Espagnols dans les années 1960. Prenons, à titre d’exemple, la trajectoire formatrice de la sociologue Laura Oso Casas, l’une des meilleures spécialistes de la question en Espagne. En 1997, elle a d’abord soutenu une thèse sur les femmes « cheffes » de foyer ayant émigré seules vers l’Espagne1, avant de soutenir une seconde thèse quelques années plus tard dans laquelle elle comparait, cette fois-ci, l’émigration vers Paris de femmes espagnoles dans les années 1960 et l’immigration de femmes équatoriennes et colombiennes en Espagne dans les années 19902. Comme elle, d’autres chercheurs ont souhaité interroger le passé d’émigrants des Espagnols, pour mieux comprendre ce phénomène inédit de l’immigration très contemporaine.

  • 3 Devenu depuis le Centro de Documentación de las Migraciones.
  • 4 http://www.1mayo.ccoo.es/nova/NPortada?CodPortada=1102 et http://www.aemic.org, consultés le 2 sep (...)
  • 5 « La olvidada emigración española », El País, 1er juillet 2002.
  • 6 Voir par exemple Alted Alicia et Ansenjo Almudena (dir.), De la España que emigra a la España que (...)
  • 7 Documentaire de Marta Arribas et Ana Pérez (2005) sur l’immigration des femmes espagnoles en Allem (...)
  • 8 Fiction de Carlos Iglesias (2006) sur l’immigration espagnole en Suisse.

8Cet intérêt des scientifiques est également repérable dans la création de deux institutions qui ont joué un rôle important dans l’accumulation d’un savoir historique sur l’émigration des années 1960. En 1995 était créé le Centro de Documentación de la Emigración Española (CDEE)3 par la Fundación Primero de Mayo, elle-même fondée par le syndicat Comisiones Obreras. Dirigé par deux historiens spécialistes du travail et de l’émigration, le CDEE a produit plusieurs études pionnières sur la question de l’émigration, à partir principalement des archives des associations espagnoles à l’étranger, archives que le CDEE collecte et conserve. Par ailleurs, la Asociación para el Estudio de los Exilios y Migraciones Ibéricos Contemporáneos (AEMIC) a vu le jour à Madrid en 1996. Dès 1997, elle a édité la première revue scientifique spécialisée dans l’histoire de l’exil et de l’émigration : 27 numéros ont été publiés depuis lors4. À la même époque, la presse espagnole, qui s’était déjà intéressée aux immigrés arrivés depuis peu dans le pays, a consacré quelques articles à « l’émigration oubliée5 » des années 1960. En écho aux travaux des chercheurs et à ces reportages, de nombreuses expositions, parfois itinérantes, ont également contribué à faire « redécouvrir » l’émigration des années soixante, mais aussi l’exil politique de 1939, en présentant dans des lieux publics – les mairies, les gares – des photographies, des documents divers et des témoignages sur le passé migratoire des Espagnols. Certaines de ces expositions – généralement les plus connues et celles bénéficiant des budgets les plus importants – ont publié des catalogues dans lesquels les spécialistes de la question ont pu présenter leurs travaux6. Mais le grand public a particulièrement « redécouvert » l’émigration à travers des productions audiovisuelles, des documentaires et des fictions, dont les plus connus sont El tren de la memoria7 et, pour les fictions, Un Franco, 14 pesetas8. Ces deux films, qui ont connu un grand succès en Espagne, lors de leur exploitation en salle puis dans leur édition en DVD, ont largement contribué à faire ressurgir et à dynamiser le débat sur l’émigration espagnole.

9Toutes ces initiatives ont eu d’autant plus d’audience qu’elles se sont déroulées en plein débat sur la réhabilitation de la mémoire historique (recuperación de la memoria histórica), débat particulièrement intense au sein de la société espagnole depuis la fin des années 1990. Il soulevait la question des crimes commis pendant la guerre civile et de la sévère répression mise en œuvre pendant le conflit puis sous la dictature. Le débat posait également la question des responsabilités des différents acteurs et beaucoup réclamaient que justice soit rendue aux victimes. Parmi celles-ci, si les exilés politiques avaient leur place, il n’en allait pas de même pour les émigrés. On considérait que leurs seules motivations pour émigrer avaient été économiques et qu’ils n’étaient pas partis à l’étranger pour fuir la répression, ni pour sauver leur vie ou préserver leur liberté. Dans le lien établi entre la guerre civile et le franquisme d’un côté, les départs à l’étranger de l’autre, une hiérarchie informelle distinguait très clairement exilés et émigrés, les premiers étant des héros poussés au déracinement, les seconds de simples travailleurs partis parce qu’ils le voulaient bien.

10C’était sans compter sur les associations et les chercheurs : leurs travaux ont montré que l’émigration des années 1960 ne fut pas qu’une « aventure » individuelle. Si les migrants partaient pour augmenter leur épargne, ils le firent au bénéfice de l’Espagne toute entière, non seulement en libérant des places de travail dans les zones de départ, mais également en investissant en Espagne leurs économies constituées en France, au prix de sacrifices et d’un retour au pays espéré mais sans cesse repoussé. En outre, si tant d’Espagnols avaient dû partir travailler à l’étranger, c’était que le régime franquiste était incapable de résorber le chômage et d’améliorer les conditions de vie dans les campagnes et les villes espagnoles.

  • 9 « Ley 25/2002 », Boletín Oficial del Estado (BOE), 26 décembre 2002.
  • 10 « Decreto 205/2003 », Boletín oficial del Principado de Asturias, 17 octobre 2003.

11Ces analyses ont donné lieu, dès les années 2000, à l’apparition d’un concept, celui de la « dette historique » de l’Espagne et des Espagnols envers l’émigration et les émigrés des années 1960. Les premières mentions de ce terme – jamais explicité par ceux qui l’utilisent – sont alors apparues dans des textes législatifs votés par les assemblées régionales – parlamentos autonómicos – portant sur des questions impliquant les émigrés, notamment pour faciliter leur retour en Espagne, ou celui de leurs descendants. Ainsi, en 2002, le parlement catalan approuvait une loi qui stipulait que « le gouvernement catalan a[vait] une dette historique envers » les émigrés de cette région, quelle que fut la raison de leur départ, et envers leurs descendants9. En 2003, c’était une loi des Asturies qui évoquait « la dette historique que les Asturies de l’intérieur [avaient] envers les Asturies de l’extérieur », sous-entendu entre les Asturiens étant demeurés en Espagne et ceux qui résidaient à l’étranger10.

  • 11 Cortes Generales, Diario de sesiones del Congreso de los Diputados, 10 octobre 2005, p. 7.

12En 2005, la Secrétaire d’État chargée des affaires migratoires, Consuelo Rumí (Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, PSOE), reprenait ce concept devant le parlement national, affirmant que « le Gouvernement veut que, cette année, ce compromis, et je dirais même plus cette dette historique que nous avons avec les Espagnols qui durent émigrer […], soit une priorité11 ».

13La première moitié des années 2000 a donc été marquée par une volonté politique de réhabiliter l’histoire migratoire du pays et de « payer une dette » qui aurait été contractée envers les émigrés. Car il ne s’agissait pas seulement de leur rendre un hommage : puisque « dette » il y avait, réparation il devait y avoir, même symbolique, car les émigrants s’étaient sacrifiés en vivant loin des leurs et du pays, mais aussi en investissant leur épargne en Espagne. En outre, ce concept de « dette historique » inscrivait l’émigration dans le passé. L’Espagne était désormais présentée comme un pays naguère d’émigration, désormais devenu un pays d’immigration, aussi discutable que l’argument puisse être. En effet, si les Espagnols n’émigraient plus, l’émigration était encore – et n’a jamais cessé d’être – une réalité pour bon nombre d’Espagnols. Au début des années 2000, il y avait autant d’Espagnols résidant à l’étranger que d’étrangers résidant en Espagne !

  • 12 Merecemos una España mejor. Programa Electoral. Elecciones Generales 2004, Madrid, PSOE, 2004, p.  (...)

14Les associations espagnoles à l’étranger, dont, en France, la Fédération des associations et centres d’émigrés espagnols en France (FACEEF) et, au niveau européen, la Coordinadora Europea de Asociaciones de Emigrantes Españoles (CEAEE), l’ont d’ailleurs constamment rappelé aux pouvoirs politiques. Elles ont défendu des revendications portant sur les aides économiques et sociales à la diaspora espagnole, mais également sur la nécessaire égalité des droits entre les Espagnols vivant en Espagne et ceux vivant à l’étranger. Ces demandes visaient notamment le droit de vote, la récupération de la nationalité espagnole pour ceux qui l’avaient perdue et la sauvegarde du patrimoine matériel témoignant de la présence espagnole à l’étranger. Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE, gauche), qui s’était plutôt désintéressé de la question de l’émigration par le passé, a dû en tenir compte à l’approche des élections générales de 2004. Le programme électoral de José Luis Rodríguez Zapatero (PSOE) consacrait un chapitre aux « Citoyens espagnols dans le monde » : « Notre pari est d’établir une Politique avec une majuscule » en matière d’émigration et « le moment est venu d’établir […] un Statut des citoyens espagnols dans le monde12 ».

L’émigration dans les lois mémorielles espagnoles

  • 13 Rozemberg Danielle, « Le “pacte d’oubli” de la transition démocratique en Espagne. Retour sur un c (...)

15Au terme d’une campagne électorale marquée par les attentats islamistes du 11 mars 2004 à Madrid, et par les mensonges du gouvernement sortant attribuant ces mêmes attentats à l’ETA, le PSOE sortit vainqueur et José Luis Rodríguez Zapatero remplaça José Maria Aznar à la tête de l’exécutif espagnol. Pour une partie de la société espagnole, le PSOE était porteur d’un espoir qui n’était pas seulement symbolique : les victimes de la dictature et leurs descendants pensaient que les socialistes reviendraient sur le « pacte d’oubli13 » scellé lors de la transition démocratique espagnole et leur rendraient justice.

  • 14 « Ley 3/2005, de 18 de marzo, por la que se reconoce una prestación económica a los ciudadanos de (...)
  • 15 « Ley de 9 de febrero de 1939 de Responsabilidades Políticas », BOE, 13 février 1939.
  • 16 Ibid., art. 4.
  • 17 C’est-à-dire le soulèvement franquiste.
  • 18 Ibid., art. 1. Cette même loi excluait et rendait illégaux tous les partis politiques et associati (...)
  • 19 Ibid., art. 8.
  • 20 Suivie, en 1969, d’un décret-loi no 10/1969 prescrivant tous les délits commis avant le 1er avril (...)
  • 21 Lois 46/1977, 35/1980 et 37/1984.

16Le premier signe fort du gouvernement fut l’élaboration d’une loi, approuvée par le parlement, en vue d’aider économiquement les enfants espagnols – désormais vieillissants – qui avaient été évacués à l’étranger à cause de la Guerre civile, alors qu’ils étaient mineurs. Cette loi no 3/200514 est connue en Espagne sous le nom non officiel de « Ley de los Niños de la Guerra », c’est-à-dire « loi des enfants de la guerre ». Auparavant, les exilés n’avaient jamais été réhabilités par le parlement et la loi espagnole. Dès 1939, le droit avait considéré ceux qui étaient demeurés à l’étranger comme étant des traîtres et des criminels15. Outre les faits accomplis sur le territoire espagnol, « ceux qui sont demeurés à l’étranger sans réintégrer le territoire national », « ceux qui sont sortis de la zone rouge et ne sont pas revenus en territoire national dans un délai maximum de dix mois » et « ceux qui ont changé leur nationalité espagnole contre une nationalité étrangère16 » étaient réputés responsables d’avoir « créé ou aggravé la subversion de tout ordre dont a été victime l’Espagne » et de s’être opposé « au Mouvement national17 par des actes concrets ou par passivité18 ». Parmi les sanctions prévues, les exilés demeurés à l’étranger étaient particulièrement concernés par la perte de la nationalité espagnole19 et la saisie de leurs biens demeurés en Espagne. Ce texte resta en vigueur jusqu’en 1966, lorsque fut votée la loi annulant les « responsabilités politiques20 ». Néanmoins, les condamnés ne furent pas réhabilités et les exilés ne purent récupérer leurs biens ou leur nationalité d’origine. L’ayant perdue, ils ne pouvaient non plus la transmettre à leurs enfants nés à l’étranger après cette perte. Après la mort de Franco, une série de mesures concerna par ricochet l’exil des républicains espagnols. Ceux-ci furent, bien sûr, indirectement concernés par la célèbre loi d’amnistie du octobre 1977, par celle du 29 mars 1982 accordant des pensions aux mutilés civils de la guerre ou par la loi du 22 octobre 1984 reconnaissant des droits à ceux qui avaient intégré les forces armées, celles en charge de l’ordre public ou le corps des carabiniers de la République21.

  • 22 « Ley 40/2006, de 14 de diciembre, del Estatuto de la ciudadanía española en el exterior », BOE, 1 (...)
  • 23 L’émigration « assistée » voyait partir des migrants, munis d’un contrat de travail avant même de (...)

17La loi 3/2005 était donc la première transposition parlementaire des débats autour de la mémoire historique. Elle a été suivie d’une deuxième loi, votée en 2006, et qui portait exclusivement sur les citoyens espagnols résidant à l’étranger : la loi no 40/200622. On peut parler, en l’occurrence, d’une loi d’émigration, qui vient après beaucoup d’autres adoptées en Espagne au xxe siècle. Si la liberté d’émigrer avait été reconnue dès la Constitution espagnole de 1869, une première loi fut votée en 1907 : elle structurait l’émigration qui, à cette époque, était essentiellement transatlantique. La loi suivante (1924) complétait la précédente en introduisant des aides publiques et des accords migratoires avec les pays vers lesquels se dirigeaient les flux. Cette législation était toujours en vigueur, sous le franquisme, lors des premiers départs massifs du boom migratoire de la fin des années 1950. En effet, la première loi franquiste d’émigration ne fut votée qu’en 1960, quatre ans après la création de l’Instituto Español de Emigración (IEE), chargé de sélectionner les migrants en fonction de la demande de main-d’œuvre de la part de pays tiers. Enfin, la loi de 1971 vint préciser les formes de l’encadrement de l’émigration par l’État espagnol. Ce fut la dernière loi votée concernant les émigrés, avant celle de 2006. L’ensemble de ces premières lois ne visait que l’encadrement légal et l’assistance publique à l’étranger et ne concernait globalement que l’émigration dite « assistée », c’est-à-dire régulière. Or, l’on sait que la plus grande partie de l’émigration espagnole des années 1960-1970 fut « spontanée », c’est-à-dire irrégulière23.

  • 24 « Ley 52/2007, de 26 de diciembre, por la que se reconocen y amplían derechos y se establecen medi (...)

18Pour en revenir à la période récente, une troisième loi adoptée en 2007 est venue clore le processus législatif mémoriel espagnol : la loi no 52/2007, connue sous le nom de « Ley de la memoria histórica » (loi de la mémoire historique), la plus polémique des trois car elle ouvrait de nouveaux droits à « ceux qui ont été persécutés ou violentés durant la guerre civile et la dictature » franquiste24.

19Tous ces textes apparaissent comme des lois mémorielles, qui construisent un récit du passé officiel, proposé par le Gouvernement et amendé par le parlement. Je propose de centrer l’analyse des ressorts de ce récit historique sur les exposés des motifs qui servent d’introduction à chacun de ces textes. À cet égard, celui de la loi 40/2006 se révèle particulièrement intéressant. L’émigration espagnole y est présentée comme « un phénomène politique, social et économique qui a caractérisé notre histoire » du xixe au xxe siècle. Les législateurs souhaitent donc inclure l’émigration dans l’histoire longue de l’Espagne. Néanmoins, les différents paragraphes du préambule présentent l’exil de la Guerre civile et l’émigration économique des années 1960 comme étant les deux vagues migratoires les plus emblématiques.

20L’exil politique y est clairement cité comme « une conséquence de la guerre civile espagnole et de la dictature ». Il a entraîné une « perte pour le développement économique, culturel et social de l’Espagne », alors que « les pays qui ont accueilli les réfugiés espagnols ont pu tirer bénéfice de la formation académique, scientifique et professionnelle des exilés ». L’exil a donc entraîné des conséquences négatives pour l’Espagne, et positives pour les pays d’accueil.

21Plus loin, le texte aborde aussi la question de l’émigration économique, qu’il situe essentiellement dans les années 1960.

L’émigration […] a eu des effets bénéfiques pour le travailleur, qui avait la possibilité d’obtenir un emploi mieux rémunéré, d’améliorer sa qualification professionnelle et ses conditions de vie, et pour la croissance économique espagnole, puisque l’envoi d’argent en Espagne par les émigrants a permis de contrer une partie du déficit commercial et d’équilibrer la balance des paiements […]. Cette situation a contribué en grande mesure à l’expansion industrielle de l’Espagne dans les années 1960 et 1970.

22L’émigration économique présente donc des aspects positifs, et pour les migrants, et pour l’Espagne.

23Cependant, le paragraphe suivant nuance tout ceci, en précisant que « l’émigration et l’exil ont eu des conséquences négatives pour les travailleurs, les exilés et leurs familles, en raison du déracinement social et culturel […], des difficultés d’insertion sociale et professionnelle dans le pays d’accueil », difficultés que le texte lie à la question du retour et, parfois, à la répression politique dans ces pays.

24Le point commun entre les trois lois est d’affirmer que l’Espagne doit reconnaître la juste place de ceux qui l’ont quittée, volontairement ou non, pendant la guerre civile et le franquisme. La loi 3/2005 veut ainsi réaffirmer « la dette historique qu’a l’Espagne envers ces citoyens » et contribuer à une meilleure couverture de leurs besoins les plus élémentaires. La loi 40/2006 établit que les Espagnols de l’étranger, tant exilés qu’émigrés, doivent être considérés comme un authentique capital social et comme des acteurs de la construction du futur de l’Espagne. L’exil et l’émigration sont érigés en lieu de mémoire ‒ au sens donné par Pierre Nora ‒ de l’histoire de l’Espagne.

25Les trois lois mémorielles insistent donc sur la nécessité de reconnaître les émigrés et les exilés comme des citoyens espagnols à part entière. De cette volonté, découle la possibilité donnée par la loi 52/2007, de récupérer la nationalité espagnole aux descendants l’ayant perdue.

26Cependant, au regard de la responsabilité de la guerre civile et du franquisme, exilés et immigrés sont-ils traités sur le même registre ?

  • 25 Principalement la France, le Royaume-Uni, la Belgique et la Russie. Puis, dans une moindre mesure, (...)
  • 26 Auxquels s’ajoutent les 70 000 enfants de l’exil républicain.
  • 27 Ley 3/2005, « Exposé des motifs ».
  • 28 Sur les statistiques officielles des prestations entraînées par cette loi, voir le rapport de la D (...)

27La loi 3/2005 reconnaît, dès la première phrase de son préambule, que le déplacement à l’étranger des citoyens d’origine espagnole est une « conséquence de la Guerre civile ». En Espagne, on désigne par ce terme (niños de la guerra) les quelques 30 000 enfants évacués à l’étranger25 pendant le conflit26. Cette loi a pour vocation principale d’apporter une aide économique à ces personnes, désormais âgées, « pour une raison de justice27 ». Cette loi est donc la première à considérer comme des victimes une catégorie de la population espagnole déplacée à l’étranger. Le fait qu’il s’agissait d’enfants n’est pas anodin. D’une part, dans le cadre d’une guerre, ils représentent les victimes les plus innocentes. D’autre part, enfants à la fin des années 1930, ils appartiennent à la génération née et/ou ayant grandi sous la IIe République, porteuse d’idéaux brisés par le franquisme. Mais leur vie à l’étranger avant l’instauration du franquisme, et donc loin de la dictature, fait d’eux des victimes épargnées par la propagande. Enfin, à travers eux, c’est toute la génération espagnole ayant plus de 60 ans qui se trouve visée. Il s’agit donc d’une loi essentiellement symbolique qui ne prévoit la possibilité d’avoir recours à une aide économique que pour les plus démunis d’entre eux28.

28La loi 40/2006 va beaucoup plus loin et marque même un changement important puisque, pour la première fois, l’État espagnol reconnaît officiellement que l’émigration économique est, au même titre que l’exil, une conséquence du franquisme.

  • 29 C’est moi qui souligne.

29Comme conséquence de la guerre civile et du franquisme, à partir de 1939 commence à se produire un exode de réfugiés politiques et une émigration de caractère économique vers d’autres pays, motivée par les dures circonstances de l’après-guerre vécues en Espagne, et attirée par les bonnes perspectives de travail et le meilleur niveau de vie dérivé de la croissance économique de ces pays29.

  • 30 Jusqu’en 2008, la Dirección General de Emigración (DGE) était dépendante de ce ministère.
  • 31 Caldera Jesús, « Prologue » à l’édition de poche du texte de la loi en question. L’édition même de (...)

30Dans son contenu, la loi 40/2006 réaffirme, en fait, des droits déjà existants, communs à tous les Espagnols, y compris ceux établis à l’étranger, reconnus notamment par l’article 14 de la Constitution espagnole portant sur le principe d’égalité. Du point de vue législatif, elle n’apporte en réalité aucune nouveauté importante et ne règle pas les problèmes légaux de certains migrants, comme la non récupération de la nationalité espagnole pour ceux qui l’ont perdue, par exemple. C’est donc à un autre niveau que cette loi se situe : elle joue un rôle plus mémoriel que pratique. D’après le ministre espagnol du travail et des affaires sociales ayant fait voter cette loi30, celle-ci veut « reconnaître, entre autres choses, le labeur de nombreuses générations d’émigrants ; leur apport économique à notre développement, à travers leurs familles ; leur grande solidarité et leur effort généreux31 ».

31En mars 2005, la loi considérait l’exil seul comme une conséquence de la guerre et de la dictature. En décembre 2006, la loi espagnole élargit cette appréciation et, désormais, les exilés politiques et les émigrés économiques sont, au même titre, des « victimes » du franquisme. Mais en décembre 2007, la loi de la mémoire historique, symboliquement la plus importante des trois lois mémorielles, va en partie revenir sur cette égalité, en particulier dans son application.

  • 32 « L’heure est ainsi venue pour que la démocratie espagnole et les générations vivantes qui en prof (...)
  • 33 Bien qu’il soit précisé, dans l’exposé des motifs, que « Ce n’est pas le rôle du législateur d’imp (...)

32En Espagne, cette loi a suscité un vaste débat, comme le pays n’en avait pas connu depuis plusieurs années. Dénoncée par le Parti Populaire (PP, droite), qui l’accusait de rouvrir de vieilles blessures, défendue par les partis de gauche parce qu’elle devait rendre justice aux victimes de la guerre civile et de la dictature, elle couronne et clôt le processus de législation mémorielle entrepris après l’arrivée des socialistes au pouvoir. Elle traduit aussi une double volonté : celle de la société espagnole qui souhaite redécouvrir, relire et transmettre son passé32 ; celle de ses représentants politiques qui entendent inscrire la répression franquiste dans la mémoire officielle du royaume33.

  • 34 Sur cette question, voir Ribert Evelyne et Tur Bruno, « Le choix de la nationalité chez les descen (...)

33Dans cette loi, une disposition portant sur l’acquisition de la nationalité établissait la chose suivante : « 1. Les personnes dont le père ou la mère ont été espagnols d’origine pourront opter pour la nationalité espagnole d’origine […] 2. Ce droit sera aussi reconnu aux petits-enfants de ceux qui ont perdu ou dû renoncer à la nationalité espagnole d’origine en conséquence de l’exil ». Les conditions d’application de cette disposition ont été publiées en 2008 : la condition d’exilé était reconnue d’office pour les personnes ayant quitté l’Espagne entre le 1er juillet 1936 et le 31 décembre 1955, c’est-à-dire avant les départs massifs, pour des raisons économiques, à partir de la deuxième moitié des années 195034.

34Ces conditions d’application n’avaient pas été adoptées lors du vote de la loi en 2007 : elles ont été décidées ultérieurement par le ministère espagnol de la justice. Si, du point de vue de l’application de la loi, elles n’ont pas eu une grande incidence sur les démarches à effectuer, il n’en demeure pas moins que leur portée symbolique marque une distinction très claire entre l’exil et l’émigration. En effet, comment expliquer cette date butoir du 31 décembre 1955 ? A-t-elle été choisie au hasard ? Aucune explication n’a été fournie par les services du ministère. On peut néanmoins avancer une hypothèse : cette date a été choisie parce que l’Instituto Español de Emigración (IEE) a été créé en 1956. Peut-être a-t-on considéré que toute émigration postérieure à cette date du 31 décembre 1955 ne revêtait qu’un caractère économique ? Ce serait ignorer que jusqu’à la fin de la dictature franquiste, des personnes ont quitté l’Espagne parce qu’elles y étaient inquiétées, craignant d’être arrêtées et condamnées. Ce serait ignorer également que, bien après 1955, des Espagnols perdaient encore leur nationalité pour différentes raisons. Et ce serait ignorer, enfin, que la grande majorité des émigrés espagnols des années 1950-1960 a contourné les voies officielles de l’émigration – et donc l’IEE – pour partir à l’étranger.

L’effacement face aux « nouveaux émigrants » espagnols

35Après l’adoption de ces trois lois mémorielles, la question de l’exil de 1939 et de l’émigration des années 1960 a peu à peu disparu du débat public. Ce n’est pas que le nombre de résidents espagnols à l’étranger ait diminué, que les chercheurs aient changé de sujets d’étude ou que les associations aient baissé la garde. Cela tient à une autre raison. Depuis la fin des années 2000, l’ensemble de la société espagnole a été secouée par une grave crise économique dont les effets sont si nombreux qu’on peut les repérer jusque dans l’intérêt porté à la question migratoire. Dans les faits, la crise a contribué à réactiver un flux d’émigration qui, comme il y a cinquante ou soixante ans, se dirige vers les pays du nord de l’Europe : depuis 2008, le nombre d’Espagnols et d’immigrés qui quittent l’Espagne ne cesse d’augmenter et, depuis 2010, le solde migratoire espagnol est négatif.

Tableau 1 – Émigration et immigration en Espagne (2008-2012).
Source : élaboration personnelle à partir des statistiques de l’Instituto Nacional de Estadística.

36Devant cette « nouvelle émigration » de jeunes Espagnols, la presse s’alarme. Articles, reportages, éditoriaux, lettres de lecteurs s’indignent et s’inquiètent face à ce qu’ils considèrent comme une « saignée » de la société espagnole, une inquiétude relayée à la radio et à la télévision. Ces « nouveaux émigrés » sont devenus le symbole des victimes de la crise économique et d’un pays qui n’avance plus.

37Dans ces discours, l’émigration des années 1960 est mobilisée pour être comparée avec l’actuelle. On observe, à cet égard, une confusion des mots et des concepts, puisque les flux contemporains – dont les chiffres et le contexte ne sont pas comparables à ceux des années 1960, ni encore moins à ceux de 1939 – sont qualifiés d’exil, un mot au contenu symbolique très fort en Espagne.

  • 35 « La historia se repite », El País, 25 février 2011.

38Pour se rendre compte du glissement entre l’intérêt porté à « l’émigration historique » et celui porté aux « nouveaux émigrés », il suffit de regarder les titres des articles classés dans la rubrique « Emigración » du quotidien El País. Avant 2011, l’essentiel des articles s’intéressait à l’expérience des émigrés des années 1960, avec une lecture historique et mémorielle du phénomène. Mais à partir de février 2011 et d’un article intitulé « L’histoire se répète35 », la grande majorité des articles se sont centrés sur l’émigration actuelle, reléguant l’émigration historique aux oubliettes.

39La classe politique a suivi le même mouvement. Le PSOE au pouvoir, sitôt les lois mémorielles votées, s’est focalisé sur la réforme de la loi d’immigration de 2009. La question de l’émigration était désormais derrière lui, d’autant que les restrictions budgétaires ont provoqué une politique de coupe des subventions à l’encontre des associations d’émigrés à l’étranger, mettant en danger la survie d’une bonne partie d’entre elles, ce qui était en contradiction tant avec le discours officiel du gouvernement qu’avec la loi 40/2006 qu’il avait fait voter. En l’adoptant, le gouvernement considérait que l’État espagnol avait payé sa « dette historique » et qu’il devait désormais s’intéresser à l’immigration. Comme un symbole, le ministère du travail et des affaires sociales qui avait porté, politiquement, la redécouverte du passé migratoire des Espagnols, changea de nom : il s’appellerait désormais le ministère du travail et de l’immigration.

Conclusion

40Après la « redécouverte » récente du passé migratoire des Espagnols, et particulièrement de l’émigration des années 1960 vers l’Europe, la société espagnole pensait avoir tourné la page de l’émigration. Au milieu des années 2000, la classe politique comme les chercheurs spécialistes de la question disaient encore que l’Espagne, longtemps pays d’émigration, était devenu un pays d’immigration.

41La crise économique que connaît particulièrement l’Espagne a considérablement changé la situation au cours de ces dernières années. De très nombreux Espagnols, jeunes, diplômés ou non, émigrent à nouveau. En même temps, des immigrés, souvent installés depuis longtemps en Espagne, rentrent dans leurs pays d’origine.

42Cette crise économique a eu une autre conséquence : la suppression des aides publiques espagnoles accordées aux structures associatives qui, dans les pays ayant reçu les immigrés espagnols des années 1960, accueillent et aident des personnes désormais à la retraite. La « dette historique » de l’Espagne envers les émigrés, du moins telle que présentée au parlement, semble avoir fait de l’émigration des années 1960 un événement appartenant strictement au passé. C’est ignorer que bon nombre d’entre eux ne sont jamais rentrés en Espagne, qu’ils ont continué de vivre à l’étranger sans cesser de se considérer Espagnols.

43Le silence actuel des hommes et femmes politiques espagnols s’ajoute aux promesses législatives oubliées. Les lois en vigueur devaient permettre d’aider, d’assister, de soutenir les émigrés en France, en Allemagne, en Suisse et dans bien d’autres pays, de défendre leurs droits au regard de la Constitution espagnole. Les récentes attaques sur le droit de vote, en Espagne, des citoyens résidant à l’étranger montrent bien que, malgré la reconnaissance d’une « dette historique » envers les émigrés, rien, en matière de droits, n’est jamais acquis.

Notas

1 Oso Casas Laura, La migración hacia España de mujeres jefas de hogar, Thèse de doctorat en sociologie, Facultade de Socioloxia, Universidade da Coruña, 1997.

2 Oso Casas Laura, Domestiques, concierges et prostituées : migration et mobilité sociale des femmes immigrées, espagnoles à Paris, équatoriennes et colombiennes en Espagne, Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris 1, 2002.

3 Devenu depuis le Centro de Documentación de las Migraciones.

4 http://www.1mayo.ccoo.es/nova/NPortada?CodPortada=1102 et http://www.aemic.org, consultés le 2 septembre 2013.

5 « La olvidada emigración española », El País, 1er juillet 2002.

6 Voir par exemple Alted Alicia et Ansenjo Almudena (dir.), De la España que emigra a la España que acoge, Madrid, Fundación Largo Caballero, 2006.

7 Documentaire de Marta Arribas et Ana Pérez (2005) sur l’immigration des femmes espagnoles en Allemagne.

8 Fiction de Carlos Iglesias (2006) sur l’immigration espagnole en Suisse.

9 « Ley 25/2002 », Boletín Oficial del Estado (BOE), 26 décembre 2002.

10 « Decreto 205/2003 », Boletín oficial del Principado de Asturias, 17 octobre 2003.

11 Cortes Generales, Diario de sesiones del Congreso de los Diputados, 10 octobre 2005, p. 7.

12 Merecemos una España mejor. Programa Electoral. Elecciones Generales 2004, Madrid, PSOE, 2004, p. 26.

13 Rozemberg Danielle, « Le “pacte d’oubli” de la transition démocratique en Espagne. Retour sur un choix politique controversé », Politix, no 74, juin 2006, p. 173-188.

14 « Ley 3/2005, de 18 de marzo, por la que se reconoce una prestación económica a los ciudadanos de origen español desplazados al extranjero, durante su minoría de edad, como consecuencia de la Guerra Civil, y que desarrollaron la mayor parte de su vida fuera del territorio nacional », BOE, 21 mars 2005.

15 « Ley de 9 de febrero de 1939 de Responsabilidades Políticas », BOE, 13 février 1939.

16 Ibid., art. 4.

17 C’est-à-dire le soulèvement franquiste.

18 Ibid., art. 1. Cette même loi excluait et rendait illégaux tous les partis politiques et associations n’ayant pas appuyé le coup d’État franquiste et entraînait la saisie de leurs biens (art. 2 et 3).

19 Ibid., art. 8.

20 Suivie, en 1969, d’un décret-loi no 10/1969 prescrivant tous les délits commis avant le 1er avril 1939. Ces deux lois permirent à de nombreux exilés de revenir en Espagne pour la première fois depuis leur départ, trente ans plus tôt.

21 Lois 46/1977, 35/1980 et 37/1984.

22 « Ley 40/2006, de 14 de diciembre, del Estatuto de la ciudadanía española en el exterior », BOE, 15 décembre 2006.

23 L’émigration « assistée » voyait partir des migrants, munis d’un contrat de travail avant même de quitter l’Espagne, pour une durée déterminée et vers un lieu précis. Les migrants ayant recours à l’émigration « spontanée » partaient sous couvert de séjour touristique, avec un passeport et un visa de séjour de trois mois. Ils régularisaient leur situation une fois sur place, en obtenant un contrat de travail et un titre de séjour.

24 « Ley 52/2007, de 26 de diciembre, por la que se reconocen y amplían derechos y se establecen medidas a favor de quienes padecieron persecución o violencia durante la guerra civil y la dictadura », BOE, 27 décembre 2007.

25 Principalement la France, le Royaume-Uni, la Belgique et la Russie. Puis, dans une moindre mesure, la Suisse, les pays scandinaves et le Mexique. Certains ne revinrent jamais, demeurant en pays étranger. Les enfants envoyés en Russie ne purent revenir en Espagne avant la mort de Staline, en 1956, alors qu’ils étaient déjà adultes. Sur cette question, voir le dossier de Carta de España de juin 2006, consultable en ligne : http://www.ciudadaniaexterior.mtin.es/es/pdf/cartas-de-espana/cde617-junio-2006.pdf.

26 Auxquels s’ajoutent les 70 000 enfants de l’exil républicain.

27 Ley 3/2005, « Exposé des motifs ».

28 Sur les statistiques officielles des prestations entraînées par cette loi, voir le rapport de la Direction générale d’émigration du ministère espagnol du travail et des affaires sociales : http://www.ciudadaniaexterior.mtin.es/es/pdf/informe-ninos-guerra.pdf.

29 C’est moi qui souligne.

30 Jusqu’en 2008, la Dirección General de Emigración (DGE) était dépendante de ce ministère.

31 Caldera Jesús, « Prologue » à l’édition de poche du texte de la loi en question. L’édition même de cette loi en format poche destiné à être distribué à l’ensemble de la communauté émigrante montre l’importance symbolique que le gouvernement espagnol lui a donné.

32 « L’heure est ainsi venue pour que la démocratie espagnole et les générations vivantes qui en profitent aujourd’hui rendent hommage et récupèrent pour toujours tous ceux qui subirent directement les injustices […] produites […] en cette période douloureuse de notre histoire » (Exposé des motifs).

33 Bien qu’il soit précisé, dans l’exposé des motifs, que « Ce n’est pas le rôle du législateur d’implanter une mémoire collective déterminée. Mais c’est bien le devoir du législateur, et le rôle de la loi, de rendre réparation aux victimes, de [permettre] le droit à la mémoire personnelle et familiale comme une expression de pleine citoyenneté démocratique, de fomenter les valeurs constitutionnelles et de promouvoir la connaissance et la réflexion sur notre passé, pour éviter que se répètent des situations d’intolérance et de violation des droits humains comme celles vécues alors. »

34 Sur cette question, voir Ribert Evelyne et Tur Bruno, « Le choix de la nationalité chez les descendants des exilés et des immigrés espagnols en France », Pandora, Revue d’Études Hispaniques, no 11 : « Nation(s) », 2012, p. 21-42.

35 « La historia se repite », El País, 25 février 2011.

Índice de ilustraciones

Leyenda Tableau 1 – Émigration et immigration en Espagne (2008-2012).Source : élaboration personnelle à partir des statistiques de l’Instituto Nacional de Estadística.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13683/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 92k

Autor

CRIIA, Université Paris Ouest Nanterre

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540