Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires des migrations, temps de l’histoire

 | 
Laure Teulières
, 
Hélène Bertheleu
, 
Marianne Amar

Partie III. Mémoires de migrations et histoire nationale

Chapitre 11. De l’empire à la diaspora

Le poète Camões et l’imaginaire de la nation portugaise

Maria Isabel João

Texte intégral

  • 1 « A minha pátria é a língua portuguesa ».
  • 2 « Pelo mundo em pedaços repartido ».

1Au portugal, entre 1976 et 2010, dans le contexte de la décolonisation et de la perte de l’Empire, le discours nationaliste a été réécrit afin de valoriser la diaspora comme élément fondamental de la « grandeur » de la nation, nation qui ne se limiterait pas aux frontières du territoire de l’État portugais. En prenant comme référence les commémorations officielles du 10 juin et les monuments érigés en hommage aux émigrants dans plusieurs municipalités, cet article propose d’analyser cette reconstruction du récit sur l’émigration. La phrase du poète Fernando Pessoa tant de fois citée – « ma patrie est la langue portugaise1 » – renvoie à la dimension extra-territoriale de la nation et transforme la langue en un véhicule de refondation nationale où les émigrants tiennent un rôle essentiel. Le Portugal de l’empire meurt tandis que renaît celui de la diaspora. Ainsi, comme l’a écrit le poète du xvie siècle Luís de Camões, le Portugal continue « dans le monde en morceaux épars2 ».

La légende de Camões au XIXe siècle

  • 3 Wikipedia, National Day, List of National Days. Actual. 28-09-2012, consulté le 2/10/2012. URL : h (...)
  • 4 Camões Luís de, Les Lusiades, trad., introd., notes de Roger Bismut ; présentation José V. de Pina (...)

2Lorsqu’ils s’intéressent aux fêtes nationales et à leurs célébrations, les chercheurs en sciences sociales soulignent l’origine récente de ce type de rituel inventé par les États de l’époque contemporaine et ils en étudient la signification dans le cadre d’une construction de la mémoire et de l’identité collective des nations. Dans la majorité des pays, les dates retenues pour ces commémorations sont le plus souvent celles de l’indépendance de l’État-nation ou de la fondation du régime politique en vigueur3. Le cas portugais est, de ce point de vue, sui generis, puisque l’on a choisi pour fête nationale la date présumée de la mort d’un poète du xvie siècle, Luís de Camões, auteur du poème épique de la nation Les Lusiades4. Ce choix, original, pourrait être comparé à celui des nations qui ont adopté comme fête nationale un saint de leur calendrier religieux. D’une certaine manière, la passion que Camões suscite depuis le xixe siècle, notamment dans les milieux intellectuels, visible à travers les nombreuses cérémonies publiques qui prétendent exalter sa mémoire, fait de lui le saint laïc des Portugais.

  • 5 Garrett Almeida, Camões, Paris, Livraria Nacional Estrangeira, 1825.

3Au xixe siècle, la génération romantique a fait du poète une icône parce qu’elle s’est identifiée à son destin. Almeida Garrett, l’écrivain le plus marquant de cette époque, a écrit pendant son exil à Paris un poème devenu célèbre, intitulé justement Camões5, publié en 1825. Il y a dressé le tableau d’une vie d’aventure, d’amours malheureux, de pauvreté, mais aussi d’un amour sublime de Camões envers sa patrie, qu’il servit inconditionnellement malgré l’ingratitude qu’elle lui avait témoignée.

  • 6 Ibid, p. 180-181. Ma terre, ma patrie ! Ouvre-moi ton sein/ Ne serait-ce que dans la mort. Bien pe (...)

– « Terra da minha patria ! Abre-me o seio
Na morte ao menos. Breve espaço occupa
O cadaver d’um filho. E eu fui teu filho…
E que hei desmer’cido ó patria minha ?
Não foi meu braço ao campo das batalhas
Segar-te louros ? Meus sonoros hymnos
Não voaram para ti á eternidade ?
E tu, mãe descaroavel, me injeitaste !
Ingrata… Oh ! Não te chamarei ingrata ;
Sou filho teu : meus ossos cobre ao menos
Terra da minha patria, abre-me o seio.6

  • 7 « Saudade ! Goût amer des malheureux ! »

4Dans ce poème sombre, marqué par le leitmotiv de la « Saudade ! Gosto amargo de infelizes !7 », Garrett porte l’idée de la solitude du génie, méprisé par tous, mais surtout par ceux qui ont le pouvoir et ne reconnaissent pas son mérite. L’écrivain reprendra souvent, tout au long de son œuvre, le thème de Camões et, à sa suite, d’autres auteurs du xixe siècle ont fait de l’œuvre et de la vie du poète un sujet récurrent de la littérature portugaise. Ce thème a aussi servi d’inspiration dans les arts plastiques et dans la musique, donnant lieu, par exemple, à la première statue inaugurée à Lisbonne au milieu du xixe siècle. À une époque où la statuaire commençait à meubler l’espace urbain, rendant hommage public aux grands hommes de la nation, Camões a été le premier à être évoqué et à donner son nom à une place centrale de la capitale, conservé jusqu’à aujourd’hui.

  • 8 Voir : Goulement Jean Marie et Walter Éric, « Les centenaires de Voltaire et de Rousseau. Les deux (...)
  • 9 Noble de la Cour, le vicomte de Juromenha (1807-1887) était intéressé par l’étude des Antiquités n (...)
  • 10 « O centenário de Camões em 1880 », Commercio de Portugal, Lisboa, 8, 9, 10 Janvier 1880.

5La figure du poète est donc réapparue naturellement lorsque l’on a commencé à penser à la réalisation d’un grand évènement commémoratif, tel qu’on l’avait fait en France avec le double centenaire de Voltaire et de Rousseau en 18788. Une enquête conduite par le vicomte de Juromenha9 avait fixé la date de la mort de Camões au 10 juin 1580, permettant la célébration du tricentenaire de sa mort. Il s’agissait de racheter l’oubli auquel la patrie avait voué son plus grand poète, celui qui avait chanté les faits illustres du peuple lusitanien. Pour cela, il fallait transférer ses cendres d’une obscure dalle de l’église du couvent de Saint Anne vers un tombeau digne de sa mémoire, aux côtés de la dépouille de l’amiral Vasco de Gama, héros de l’épopée de la découverte de la route des Indes qu’il avait lui-même immortalisée dans son poème. Dans la presse quotidienne, le projet a été présenté en janvier 1880 par l’écrivain et professeur du Cours Supérieur de Lettres (la Faculté des Lettres), Teófilo Braga, un républicain distingué, opposé au régime monarchique et partageant les idées positivistes de l’époque et le culte des grands hommes10.

  • 11 Des dizaines de périodiques ont participé à l’évènement, notamment : Commercio de Portugal, Commer (...)
  • 12 La bataille de Ksar el-Kébir (1578) s’insère dans le processus d’occupation portugaise d’une parti (...)

6Le projet de célébrer le centenaire de Camões entraîna une grande mobilisation nationale conduite par la presse11 et les journalistes de l’époque. Malgré les réticences des milieux politiques et de la Cour portugaise, le tricentenaire fut un grand succès qui favorisa les Républicains. Cette commémoration devint pour eux une référence dans la lutte qui allait les mener au pouvoir quelques années plus tard, en 1910. Alors que le poète était devenu le symbole de la nation, son destin personnel paraissait épouser celui du Portugal. En effet, selon la légende, le poète naquit au moment où la nation était à son apogée : les grandes navigations témoignent de cette période glorieuse, notamment par l’établissement d’une liaison maritime entre l’Orient et l’Occident. Il mourut après la défaite de Ksar el-Kébir12, au moment où la nation allait bientôt perdre son autonomie. Selon cette vision romancée, le poète aurait appris, sur son misérable lit de mort, les funestes résultats de la bataille du Maroc. Réunissant ses dernières forces, il se serait alors exclamé : « Du moins, je meurs avec elle ! » – avec la patrie, évidemment. L’année de sa mort (1580) a en effet été celle – fatidique – de l’intégration du royaume portugais au sein de l’empire des Habsbourg, ouvrant sur une période de soixante ans que l’historiographie nationaliste associait au déclin de la nation.

  • 13 Période glorieusement ouverte par le voyage de Vasco da Gama vers l’Inde de 1497 à 1498.
  • 14 Voir Valensi Lucette, Fables de la mémoire. La glorieuse bataille des trois rois, Paris, Seuil, 19 (...)

7Si le thème de la décadence traverse tout le xixe siècle, il se renforce dans ses dernières décennies, quand les élites portugaises ont acquis la douloureuse conscience du retard de la nation par rapport aux pays perçus comme les phares du progrès en Europe. L’origine de ce déclin remontait au xvie siècle, qui fut à la fois l’âge d’or des grands voyages et des découvertes portugaises13, mais aussi le siècle de l’effondrement et de la perte de l’indépendance nationale (en 1580), qui avait inspiré le mythe messianique du retour du roi Sébastien, mort dans la bataille de Ksar el-Kébir14. C’est pourquoi Les Lusiades furent considérés comme le livre-mémoire de la nation, qui narrait l’épopée de sa création et de son expansion jusqu’à l’Orient lointain. Considérée comme la bible de la nation, la lecture des Lusiades était obligatoire dans les écoles et aurait dû servir d’appui dans les heures difficiles que vivait le pays. Dans ce contexte, le tricentenaire a été présenté par les journalistes et les intellectuels de l’époque comme un exercice de reviviscence nationale : évoquer Camões et l’épopée nationale permettait de rassembler les forces de la patrie, de la relever de son accablement, de la remettre debout et de récupérer ainsi son ancienne splendeur. La vie même du poète comportait tous les ingrédients pour réveiller de fortes émotions romantiques : les voyages, les batailles (il y avait perdu l’œil droit), les passions, l’adversité, l’incompréhension des puissants, l’héroïsme et le martyre se rejoignaient dans une trame chevaleresque, digne des meilleurs romans. Comme il a été constaté dès cette époque, le centenaire est devenu le « santanário » (« saintenaire ») de Camões et celui-ci a acquis le statut d’éponyme et de symbole du Portugal.

Le 10 juin comme Fête nationale (1925-1973)

  • 15 República Portuguesa, Senado, 6 juin 1924, AHPR/SG/AG/AG0101/AG010102/002/066 ; Diário de Governo,(...)

8L’instauration du 10 juin comme Fête nationale du Portugal allait cependant prendre encore plusieurs décennies. Ce n’est qu’en 1924, après un autre centenaire où avait été évoquée la naissance du poète, que le Congrès fit parvenir un décret-loi à la présidence de la République indiquant expressément que cette date devrait être celle de la Fête du Portugal15. En fait, dès 1911, le premier Conseil républicain de la Municipalité de Lisbonne avait décidé que ce serait un jour férié dans la commune. La date était célébrée par des défilés d’écoliers qui déposaient des fleurs sur la statue, place Luís de Camões. Les autorités municipales et des particuliers encourageaient l’organisation de fêtes populaires et de spectacles : feu d’artifice, groupes musicaux, kermesses, bals, concerts, pièces de théâtre, expositions. Quelques intellectuels et connaisseurs de l’œuvre de Camões proposaient des conférences à un public initié. La presse marquait également l’importance de ce jour par la publication d’articles, d’extraits de poèmes et d’images relatives au poète.

  • 16 Diário do Governo, I série, n° 174, 1er août 1929.

9Les républicains avaient associé les célébrations de Camões à la défense de l’instruction publique et de la culture. Aussi, après le coup d’État militaire du 28 mai 1926, le jour de Camões perdura dans le calendrier officiel des célébrations nationales comme le jour du Portugal16. Néanmoins, dans les années 1930 et 1940, la dictature cessa de valoriser cette date qui demeurait associée à la mémoire du régime républicain. Diverses cérémonies ont cependant continué à en investir la dimension symbolique, comme la session solennelle de la Société de Géographie, présidée par le Président de la République en présence de membres du gouvernement, d’ambassadeurs et de divers invités. Comme le 10 juin coïncidait avec la fin de l’année scolaire, la présidence de la République responsable des célébrations distribuait, ce jour-là, des médailles du mérite aux professeurs de l’enseignement primaire.

  • 17 Diário do Governo, I série, n° 1, 4 janvier 1952, Decreto n° 38.596.

10Durant le régime de l’Estado Novo (l’État Nouveau), le décret de 1952 qui a établi les jours de fête nationale fit officiellement du 10 juin la Journée du Portugal. Le législateur y expliquait le choix du jour de Camões par « la haute valeur nationale et le rayonnement universel de l’œuvre de notre poète épique, qu’incarnent les plus grandes gloires des découvertes17 ». Vers la fin des années 1950, les célébrations prirent une orientation plus protocolaire. Le gouvernement décida d’organiser ce jour-là la présentation des compliments du corps diplomatique au Président de la République. S’y ajoutaient, à travers le monde, des cérémonies de la Journée Nationale dans tout le réseau d’ambassades et de consulats. Les anciennes célébrations officielles étaient néanmoins maintenues, notamment les festivals de la Mocidade Portuguesa (de la Jeunesse Portugaise) organisés au Stade National de Lisbonne et dans d’autres villes du pays, qui rencontraient alors l’écho le plus vif.

  • 18 O Século, Lisboa, 10 juin 1963.

11Le début de la guerre coloniale, en 1961, marqua une volte-face. Depuis les célébrations du centenaire de la naissance en 1924, avant même le coup d’État instaurant la dictature, le jour de Camões et de la nation portugaise était communément designé sous le nom de Jour de la Race. À partir de 1963, ce 10 juin devint le jour où l’on décorait les soldats qui s’étaient distingués dans les colonies. Comme le titrait la Une du journal O Século, c’était le jour où le régime célébrait « la fermeté, l’abnégation, le stoïcisme des héroïques défenseurs de l’Afrique et de l’Inde portugaise18 ». La cérémonie se déroulait selon un scénario immuable sur la Praça do Comércio (Place du Commerce), empreint de solennité et de magnificence. Elle était présidée par le chef de l’État en présence des autorités civiles et militaires. Dans les diverses régions militaires du pays et des possessions extra-européennes, ce cérémonial avait également lieu pour honorer les morts au combat et les « braves », comme l’écrivait la presse. Avec l’intensification de la guerre, le nombre des décorés augmenta régulièrement, jusqu’à atteindre plusieurs dizaines dans les derniers temps du régime.

12Dans le discours officiel, la guerre coloniale fut présentée comme une nouvelle épopée du Portugal contre les ennemis de la « Civilisation occidentale ». Du mythe de Camões, on retint sa condition de soldat ayant combattu en Afrique du nord et en Orient et celle d’émissaire de la chrétienté auprès des ennemis de la foi. On valorisa ainsi une association entre Camões et l’Empire qui remontait aux représentations du xixe siècle. Le caractère épique était sûrement un symbole du Portugal impérial parce que la trame centrale des Lusiades s’articulait autour du voyage de Vasco de Gama en Inde et de l’idée d’un peuple élu pour répandre la chrétienté dans le monde. L’État Nouveau, qui défendait une idéologie impériale et nationaliste, n’hésita pas à associer le 10 juin à l’effort de guerre, afin de créer un climat émotionnel propice à l’idée que le Portugal ne pouvait pas abandonner son empire. Toute solution politique passant par l’autonomie des colonies était interprétée comme un crime de lèse-patrie, une trahison envers les ancêtres et un affront à « l’héritage sacré » laissé à la nation.

  • 19 Personnage de Camões qui critiquait l’entreprise d’expansion maritime. Os Lusíadas, chant IV, stro (...)

13Les vers des Lusiades furent ainsi utilisés pour renforcer les discours publics dans les cérémonies officielles, et les « Vieux du Restelo19 », ‒ autrement dit tous ceux qui s’opposaient à la politique du gouvernement ‒ étaient considérés comme maudits parce qu’ils ne croyaient pas au « vrai destin » du Portugal, celui d’une grande nation unie et indivisible, depuis la province du nord, le Minho, jusqu’au Timor, dans le lointain sud-est de l’Asie. Le 10 juin 1973, le journal O Século titrait encore en Une : « Le jour de la Patrie ‒ unie et indivisible ‒ se célèbre aujourd’hui ». Une année plus tard, le régime était renversé par le coup d’État du 25 avril et s’effondrait précisément parce qu’il n’était plus possible de maintenir cette fiction.

Le Jour des Communautés Portugaises dans le monde (depuis 1977)

14L’explosion révolutionnaire qui eut lieu après la chute de l’Estado Novo aurait pu entraîner dans l’oubli les commémorations du 10 juin, date usurpée par l’Empire et devenue l’un de ses plus importants symboles. Mais cet abandon n’advint pas. La gauche retrouva sans tarder un Camões républicain qui avait servi d’étendard aux mécontents du régime monarchique à la fin du xixe siècle, ainsi qu’un Camões populaire célébré avec des défilés, des fleurs et des fêtes pendant la Première République. Dès 1974, pour le premier 10 juin d’après la Révolution, le cortège qui allait à Lisbonne déposer des fleurs sur le socle de la statue du poète était réinvesti par les pouvoirs publics. Par ailleurs, un groupe d’artistes et intellectuels organisa au Marché du Printemps une grande fête avec du théâtre, de la musique et la peinture collective d’un tableau allusif au 25 avril. Dans un reportage sur l’événement, l’écrivain Urbano Tavares Rodrigues écrivit :

  • 20 « Dia da Arte e do Povo no Mercado da Primavera », O Século, Lisboa, 12 juin 1974, p. 4.

Jour du peuple et non pas de la race. Jour de la liberté et de la fraternité, jour du Portugal restitué à la liberté et à la vocation démocratique des héros anonymes du siège de Lisbonne décrits par la plume colorée de Fernão Lopes, à la grande tradition patriotique, associée aux masses, des insurrections de l’Alentejo et de Lisbonne, en 1640, contre la domination de Castille, des grandes batailles du libéralisme, en 1820. Jour des mères unies, de l’imagination déchaînée, de la convergence des arts, de la profonde expression de reconnaissance et de solidarité du Mouvement Démocratique des Artistes Plastiques avec le Mouvement Libérateur des Forces Armées, auquel on doit le rétablissement de la dignité du pays, son entrée dans une communauté internationale, alors qu’il en était exclu à cause de l’image de la dictature fasciste.20

  • 21 Il y avait encore la petite enclave de Macau, qui n’est passée à l’administration chinoise qu’à la (...)

15Les convulsions politiques des années qui ont suivi n’ont pas permis de maintenir ce genre de célébration, mais le jour consacré à Camões est néanmoins resté dans le calendrier des fêtes nationales. En 1977, le premier président de la République élu dans le cadre du régime démocratique, le général Ramalho Eanes, décida de renouveler profondément les commémorations du jour de Camões. Pour l’occasion, il invita un autre militaire ayant sa confiance, le major Vítor Alves, membre du Conseil de la Révolution et figure remarquable du Mouvement des Forces Armées, à présider le comité organisateur des cérémonies. Dans un contexte de profonde crise nationale, il fallait consommer la rupture avec un imaginaire qui avait associé pendant plusieurs générations le Portugal à une nation pluricontinentale. Le processus de décolonisation fut mené à son terme par le nouveau régime, non sans vicissitudes, et le territoire de l’État se réduisit au petit rectangle ibérique auquel s’ajoutaient les archipels des Açores et de Madère21. Ceux-ci avaient revendiqué un statut spécial et, par la Constitution de 1976, allaient devenir des régions autonomes. à cette époque, le Portugal passa par de graves difficultés économiques et sociales qui poussèrent le gouvernement à solliciter l’intervention du Fond Monétaire International en 1977. Les divisions idéologiques et politiques traçaient des frontières à l’intérieur du pays et recouvraient aussi une véritable dimension territoriale, opposant les régions du nord et du sud. Comme en bien d’autres occasions de son histoire contemporaine, le Portugal se débattait une fois encore contre l’image dépressive que la nation se faisait d’elle-même. Pour toutes ces raisons, le pays avait besoin de renouveler ses symboles, au premier rang desquels celui de sa Fête nationale, du Jour de Portugal. Il fallait créer une image forte capable de réinventer l’idée de la nation et de servir le dessein d’une cohésion nationale.

  • 22 Decreto-lei n° 37-B/78, 2-03, Diário da República, n° 51, Suplemento Série I, 2 mars 1978.

16Camões pouvait servir ce desideratum et le Jour de Portugal fournissait l’occasion de mettre en scène une nouvelle idée de la nation et du poète qui en était l’éponyme depuis le xixe siècle. La clé de cette refondation du Portugal est apparue avec la convocation des Communautés Portugaises dispersées dans le monde. À partir de l’année 1977, les célébrations du Jour de Camões organisées par la présidence de la République allaient mobiliser le réseau diplomatique du Portugal à l’étranger et les émigrants portugais. Les ambassades et les consulats avaient déjà organisé des cérémonies et des rencontres, auparavant. Mais il fallait désormais leur donner une expression et un élan nouveaux, et faire participer les associations et les clubs d’émigrants. Le comité organisateur du 10 juin, nommé par le Président de la République et composé des responsables des grandes institutions culturelles, finança de multiples initiatives destinées aux émigrants portugais dont les représentants furent invités, chaque année, à participer aux cérémonies. L’appellation officielle « Jour du Portugal » fut alors changée en « Jour de Camões et des Communautés Portugaises ». Cela suscita immédiatement des réactions négatives, jusque dans les cercles de l’émigration, parce que le terme de « Portugal » se trouvait exclu de la dénomination officielle. C’est ainsi que fut adoptée l’appellation « Jour du Portugal, de Camões et des Communautés Portugaises22 ».

17Que signifiait ce changement de nom ? Dans le contexte postcolonial, les élites dirigeantes ne semblaient pas se résigner à voir le Portugal réduit aux étroites limites de ses plus anciennes frontières. Dans la mémoire collective, subsistait l’écho d’une grande nation, sauvée par l’idée d’une patrie dispersée de par le monde à travers ses nombreux émigrants. Le 10 juin 1977, le président de la République défendit cette idée dans son discours :

  • 23 Dia de Camões e das Comunidades Portuguesas, Discursos proferidos durante as comemorações de 9 e 1 (...)

Libérés de l’angoisse collective que les grandes ruptures de l’histoire génèrent dans l’inconscient des peuples, nous redéfinirons à partir des communautés lusitaniennes un nouveau concept de peuple et de Patrie. Ce sont les hommes et pas seulement les territoires qui définissent les peuples. C’est la culture et l’engagement dans la construction d’un avenir solidaire qui font les patries à chaque moment.23

  • 24 Il a été inauguré en 1998, l’année de l’Exposition internationale qui a été insérée dans les commé (...)

18Dans d’autres discours, l’ancien général devenu Président confortera l’idée d’une patrie portant un esprit, une volonté collective, une solidarité vivante entre tous les Portugais quel que soit l’endroit où ils vivent. Mais elle est aussi un passé que l’on ne veut pas rejeter et qui se réinvente comme une « aventure », cette capacité des Portugais à découvrir le monde inconnu, à se mettre en rapport avec des peuples et des cultures différents, à se fondre dans les autres et à développer des relations fraternelles. Dans cette perspective, l’émigrant apparaît bel et bien comme un « national » parti réaliser ses rêves et contrarier le destin de pauvreté que lui réservait sa région d’origine. Il devient ainsi la plus vive expression de la nation portugaise, nation qui ne se confine pas à un territoire limité, mais porte au contraire une mission œcuménique et universelle que la perte de l’empire n’a pas entamée. L’émigration fut ainsi étroitement associée à l’ancienne épopée des découvertes portugaises. L’expression la plus ingénue de cette idée trouve son expression visuelle dans un monument érigé à Laundos, dans la municipalité de Póvoa de Varzim au Brésil, qui a soutenu le projet d’un émigrant portugais établi dans ce pays. L’ensemble sculptural de l’artiste brésilien Aucione Torres Agostinho représente un navire où monte une famille, surmontée d’une sphère armillaire avec la croix de Christ, faisant référence aux temps de l’expansion24.

19Dans une ère postcoloniale, le nationalisme portugais n’a pas abandonné l’idée d’universalisme qui reste l’un des leitmotivs récurrents de cette idéologie. Il en réélabore cependant les idées et les mots à l’aune de ces nouvelles épopées de l’émigration, que sont l’expatriation des Portugais en quête d’une vie meilleure, l’exil des communautés portugaises loin de leur pays natal et la diffusion de la langue et de la culture portugaises. La vie de Camões comporte les ingrédients nécessaires pour devenir un symbole de la diaspora nationale : parti de Lisbonne, il a voyagé en Afrique et, plus tard, en Orient où il a déambulé avant de revenir, nostalgique et pauvre, vers la patrie qui l’avait vu partir.

  • 25 Camões e a identidade nacional, s. l., Imprensa-Nacional, Casa da Moeda, 1983, p. 29.
  • 26 Ibid., p. 36.

20C’est justement cette idée que deux écrivains, invités à participer à une séance solennelle, à Guarda – une ville de l’intérieur du Portugal – le 10 juin 1977, développèrent dans leurs interventions. Jorge de Sena est en effet parti très tôt d’un pays auquel il se sentait étranger, en raison de la dictature et des conditions de vie défavorables. Il a toujours été passionné par l’œuvre de Camões et, comme d’autres écrivains avant lui, il a projeté son propre parcours personnel dans celui de ce poète du xvie siècle : exilé à l’étranger, il a lui aussi toujours gardé un lien avec sa patrie d’origine ainsi qu’un rapport de « fidélité » qui l’a conduit à vivre « les douleurs et les joies, les désolations et les espoirs du Portugal25 ». Comme Camões, il fut « l’exemple de ce que c’est qu’être portugais, en exils et en travaux, en incompréhensions et injustices pénibles, et […] de celui qui revient les mains vides […]26 ». C’est pourquoi il rappelle que :

  • 27 Ibid., p. 36.

[…] Nul autre que Camões ne nous représente aussi bien, surtout les émigrants, dont il a partagé le sort pendant nombre d’années, et les expatriés, une condition qu’il a vécue durant toute sa vie en tant qu’exilé dans sa propre patrie rêvant à un monde meilleur destiné davantage aux autres qu’à lui-même.27

21Néanmoins, Jorge de Sena souligna que l’association du Jour de Camões avec les communautés des émigrants s’avérait également un « calcul très pratique », étant donné l’importance des transferts financiers des émigrants vers le Portugal, dans un contexte de graves difficultés économiques.

  • 28 Ibid., p. 16.
  • 29 Ibid., p. 17.

22Au cours de la même cérémonie, l’écrivain Virgílio Ferreira renchérit, mettant l’accent dans son discours sur le patriotisme et le « besoin de ne pas nous perdre nous-mêmes, de nous reconnaître à nous-mêmes, à notre individualité, entre notre amertume et notre sursaut28 ». Selon sa vision des choses, Camões s’imposait comme le symbole pouvant le mieux contribuer à cette identification de tous les Portugais, eux qui ont besoin de se sentir liés par un « destin commun » : les présents et les absents ; ceux qui sont restés au Portugal et ceux qui vivent dispersés de par le monde. Le poète n’a jamais oublié son pays natal ni cessé de se sentir étranger dans les pays où il a séjourné. La saudade – « forme émotionnelle d’être près de ce qui est loin de nous29 » – a accompagné l’errance du poète et renvoie au goût amer connu de tous ceux qui doivent s’expatrier. Pour Virgílio Ferreira, le Jour des Communautés était, finalement, un moyen de créer une « union que la distance n’annule pas, mais au contraire, qu’elle peut intensifier » et de réaliser avec les émigrants une « terre unique dans le monde en morceaux épars ».

  • 30 Ibid., p. 101 et 103.

23Ce célèbre vers de Camões a continué d’être repris dans les discours parce qu’il correspond à une image très forte du Portugal comme nation et des Portugais comme peuple. Mais sa signification a évolué. Hier, il portait un passé de conquêtes et d’empires ; aujourd’hui, ce sont les émigrants qui représentent, avec la création du Jour des Communautés, la projection de cette idée de peuple en diaspora et sa dimension épique illustrée par Les Lusiades. Eduardo Lourenço, qui vit en France, est un observateur très attentif des constructions mythiques sur l’identité nationale. Il ne lui a pas échappé que le 10 juin, on célèbre finalement une image de soi qui reflète la figure de Camões, une « image épique » d’un « Chevalier de figure sublime qui nous éblouit aujourd’hui encore30 ». Mais ce n’est là qu’une image idéalisée, mythique, reconstruite par la mémoire et trouvant sa source dans le passé. Les émigrants, eux, sont des figures réelles et actuelles, et les récits de l’émigration peuvent difficilement se comparer à cet idéal. C’est pour cette raison, entre autres, que les émigrants commencent à être oubliés par les comités officiels qui organisent le 10 juin et par la rhétorique des célébrations, même si l’appellation du Jour est restée inchangée.

  • 31 Voir l’image en ligne, A Vila de Loureiro. http://www.prof2000.pt/users/aif/emigrante.JPG, consult (...)
  • 32 Voir par exemple le monument de Castelo de Neiva du sculpteur populaire Severino Cachada, mais il (...)

24L’idée demeure d’un Portugal dispersé en multiples communautés dans le monde. Dans diverses régions du monde, les associations et les clubs d’émigrants organisent leurs célébrations du 10 juin. Au Portugal, on a inauguré quelques dizaines de monuments en hommage à l’émigrant. L’investissement financier des émigrants eux-mêmes, des entreprises privées et des mairies, a été décisif pour cette prolifération de monuments. Les émigrants ont ainsi acquis une visibilité publique, niée par le régime de Salazar qui cherchait à cacher cette réalité douloureuse. Avant 1974, les statues étaient rares, même si on en trouve une à Vila Nova de Azeméis, réalisée en 196731. Une partie importante de ce patrimoine statuaire s’inscrit dans un registre populaire et représente un homme qui part, la valise à la main32. Le thème de la famille et des adieux se trouve aussi représenté dans une statuaire de type figuratif qui prétend être un « portrait » de la réalité (fig. 1).

  • 33 Voir l’image en ligne : Câmara de Lobos, Dicionário Corográfico. Emigrante (Monumento ao). 2003. h (...)

25Dans un style proche, mais avec une touche plus artistique, une statue de la sculptrice Dorita Castel-Branco (fig. 2) a été inaugurée près de la gare de Santa Apolónia de Lisbonne d’où sont partis tant d’émigrants, en direction d’autres pays européens. Avec un trait stylisé et néo-figuratif, la sculpture représente le départ d’une famille. L’homme, la tête levée, fait face à un moment difficile, et cette représentation baigne l’ensemble d’une aura épique. L’évocation des navigations portugaises et des découvertes apparaît également dans plusieurs monuments, à travers la stylisation du navire et de la sphère armillaire. Le monument de Câmara de Lobos, dans l’île de Madère33, réunit les deux.

  • 34 Mundo Português, 24 juin 2008 : http://www.mundoportugues.org/content/1/2782/franca-champigny-inau (...)

26La liberté créative des artistes continue de multiplier les formes des monuments qui sont passés du figuratif à des représentations géométriques et abstraites. Ce fut le cas du mémorial de Champigny-sur-Marne en France, inauguré là-même où s’étendait autrefois un vaste bidonville abritant des milliers de Portugais. Le sculpteur Rui Chafes a donné à son œuvre le nom de Venho de ti (Je viens de toi), expliquant que le monument est comme une fleur sauvage, plongeant ses racines dans le sol où se trouvait le bidonville34. Ce mémorial en hommage à la communauté portugaise en France a été inauguré en juin 2008, le mois de la fête de Camões et du Jour du Portugal. Il est accompagné d’une inscription significative :

Ici, sur le plateau de Champigny, de 1956 à 1974, des milliers de Portugais (hommes, femmes et enfants) s’abritèrent dans les baraques du plus grand bidonville de France. Ils avaient quitté le Portugal dans un temps de misère et d’absence de liberté, partant souvent « a salto », illégalement. En France, ils surmontèrent la détresse du bidonville par leur travail et leur persévérance, rencontrant la solidarité de diverses associations et de la municipalité de Champigny. Ce bidonville reste un des hauts lieux de mémoire de l’arrivée des émigrants portugais en France et rappelle leur courage et leurs espoirs.

Fig. 1 – Monument en hommage aux émigrants, Câmara de Lobos, Ile de Madère.

Fig. 2 – Une statue de la sculptrice Dorita Castel-Branco, Santa Apolónia, Lisbonne.

  • 35 Voir l’image en ligne : O Beirão, Jornal de Atualidades de Tondela e da Região das Beiras, « Os 15 (...)
  • 36 Voir en ligne l’image du monument : Arte Pública Banheirense. 30-06-2011 : http://artepublicabanhe (...)

27L’humilité de l’émigrant au moment du départ se retrouve aussi dans deux statues installées au Portugal, qui en proposent une représentation polémique car elles le montrent comme un homme nu. À Tondela, dans la région de Viseu, la figure est encadrée dans des spirales hélicoïdales qui symbolisent l’ascension sociale que l’émigrant cherche dans les pays étrangers35. Il part sans rien, sauf la force de vaincre, ce qui est souligné par l’élévation de la statue à travers laquelle les sculpteurs Luz Correia et Joaquim Machado renforcent cette idée de cheminement vers un plan supérieur. En 2004, dix ans après l’inauguration du monument antérieur, à Baixa da Banheira, le jeune sculpteur Daniel de Figueiredo présente lui aussi un homme nu, mais dans l’intention de symboliser l’universalité de la condition migrante. Il met en scène un personnage qui s’éloigne, en marchant, d’un bloc de pierre vide et ce bloc symbolise le lieu d’où il part36.

28À travers une figure érigée à Sabugal, dans la région de Guarda (fig. 3), le sculpteur brésilien d’origine allemande qui travaille au Portugal, Carlos Henrich, exprime à travers un « abraço amigo » l’hommage à l’émigrant. Ce monument daté de 1992 s’inscrit dans le rapide développement, au cours des trois dernières décennies, d’un art public commémorant l’émigration portugaise. Le rapport avec les célébrations du Jour du Portugal, de Camões et des Communautés Portugaises et la refondation de l’image du Portugal après la perte des colonies apparaît évident.

29Les reconfigurations successives de l’imaginaire collectif opèrent selon une chronologie politique précise. Dans un premier temps, le régime de Salazar a cherché à cacher la réalité de l’émigration, si peu accordée avec l’image d’un pays impérial au destin grandiose. Après le 25 avril 1974, le régime démocratique a vu dans les émigrants la capacité du Portugal à se répandre par le monde, à entrer ainsi fraternellement en relation avec d’autres peuples et d’autres cultures. S’ils sont ceux qui sont partis, les émigrants continuent à éprouver la « saudade » (nostalgie) de leur patrie aimée. Ils constituent ainsi une partie de la nation qui vit dans des communautés dispersées en d’autres pays, ses « ambassadeurs », ses extensions dans diverses régions du globe. Ils sont l’expression d’un Portugal qui ne se réduit pas aux frontières de son territoire, d’un grand Portugal qui n’est plus un empire mais qui revendique encore sa vocation universelle. Bref, l’expression d’un Portugal reconstruit comme nation œcuménique et diasporique.

Fig. 3 – Monument en hommage aux émigrants à Sabugal dans la région de Guarda, sculpture de Carlos Henrich.

Notes

1 « A minha pátria é a língua portuguesa ».

2 « Pelo mundo em pedaços repartido ».

3 Wikipedia, National Day, List of National Days. Actual. 28-09-2012, consulté le 2/10/2012. URL : http://en.wikipedia.org/wiki/National_Day.

4 Camões Luís de, Les Lusiades, trad., introd., notes de Roger Bismut ; présentation José V. de Pina Martins, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, Centre Culturel Portugais/Lisbonne, Commission Nationale pour les Commémorations des Découvertes Portugaises, 1992.

5 Garrett Almeida, Camões, Paris, Livraria Nacional Estrangeira, 1825.

6 Ibid, p. 180-181. Ma terre, ma patrie ! Ouvre-moi ton sein/ Ne serait-ce que dans la mort. Bien peu de place/ Occupe le cadavre d’un enfant. Et moi pourtant je fus ton enfant…/ Pourquoi ne t’ai-je pas mérité, ô ma patrie ?/ Mon bras n’a-t-il pas pourchassé ta gloire/ Dans les champs de bataille ? Mes hymnes sonores/ Ne se sont-ils pas élancés vers toi dans l’éternité ?/ Et toi, mère malveillante, qui m’a rejeté !/ Ingrate… Ô non ! Je ne t’appellerai point ingrate ;/ Je suis ton fils : recouvre au moins mes os,/ Ma terre, ma patrie, ouvre-moi ton sein.

7 « Saudade ! Goût amer des malheureux ! »

8 Voir : Goulement Jean Marie et Walter Éric, « Les centenaires de Voltaire et de Rousseau. Les deux lampions des Lumières », dans Nora P. (dir.), Les Lieux de la Mémoire, Paris, Gallimard, 1984, Tome I. Sur le centenaire de Camões, en 1880 : João Maria Isabel, Memória e Império, Comemorações em Portugal (1880-1960), Lisboa, Fundação Calouste Gulbenkian e Fundação para a Ciência e Tecnologia, 2002, p. 48-59 ; João Maria Isabel, Sínteses Afectivas. Teófilo Braga e os centenários, Ponta Delgada, Direção Regional da Cultura dos Açores e Arquivo Regional de Ponta Delgada, 2011, p. 29-43.

9 Noble de la Cour, le vicomte de Juromenha (1807-1887) était intéressé par l’étude des Antiquités nationales et une grande partie de sa vie a été consacrée à la connaissance de l’œuvre et de la vie du poète Luís de Camões. Dans les années 1860, il a publié Obras de Luiz de Camões : precedidas de um ensaio biographico, no qual se relatam alguns factos não conhecidos da sua vida augmentadas com algumas composições ineditas do poeta, Lisboa, Imprensa Nacional, 1860-1869.

10 « O centenário de Camões em 1880 », Commercio de Portugal, Lisboa, 8, 9, 10 Janvier 1880.

11 Des dizaines de périodiques ont participé à l’évènement, notamment : Commercio de Portugal, Commercio do Porto, O Contemporaneo, Correspondencia de Coimbra, Diario de Noticias, O Occidente.

12 La bataille de Ksar el-Kébir (1578) s’insère dans le processus d’occupation portugaise d’une partie du territoire marocain. Le jeune roi Sébastien cherchait à tirer parti des divisions internes entre les sultans pour en tenter la conquête, mais il subit une défaite qui allait avoir de lourdes conséquences pour le Portugal. En 1580, faute d’héritier naturel, la Couronne est en effet passée dans la sphère des Habsbourg espagnols. L’événement est également connu sous le nom de « bataille des trois rois » car y sont morts le roi portugais et deux souverains marocains.

13 Période glorieusement ouverte par le voyage de Vasco da Gama vers l’Inde de 1497 à 1498.

14 Voir Valensi Lucette, Fables de la mémoire. La glorieuse bataille des trois rois, Paris, Seuil, 1992.

15 República Portuguesa, Senado, 6 juin 1924, AHPR/SG/AG/AG0101/AG010102/002/066 ; Diário de Governo, I série, n° 114, 25 mai 1925.

16 Diário do Governo, I série, n° 174, 1er août 1929.

17 Diário do Governo, I série, n° 1, 4 janvier 1952, Decreto n° 38.596.

18 O Século, Lisboa, 10 juin 1963.

19 Personnage de Camões qui critiquait l’entreprise d’expansion maritime. Os Lusíadas, chant IV, strophes 94-104.

20 « Dia da Arte e do Povo no Mercado da Primavera », O Século, Lisboa, 12 juin 1974, p. 4.

21 Il y avait encore la petite enclave de Macau, qui n’est passée à l’administration chinoise qu’à la fin de 1999. Le Timor Oriental avait été occupé en 1975 par l’Indonésie et il allait devenir indépendant plus tard.

22 Decreto-lei n° 37-B/78, 2-03, Diário da República, n° 51, Suplemento Série I, 2 mars 1978.

23 Dia de Camões e das Comunidades Portuguesas, Discursos proferidos durante as comemorações de 9 e 10 Junho, s/l., Secretaria de Estado da Comunicação Social, Direcção-Geral da Divulgação, [1977], p. 58.

24 Il a été inauguré en 1998, l’année de l’Exposition internationale qui a été insérée dans les commémorations du Cinquième centenaire du voyage de Vasco de Gama. L’endroit est très visité parce qu’il est sur le haut du mont de Saint Félix d’où l’on admire un vaste panorama naturel. Voir la photo du monument : Vítor Oliveira, Galeria de Portuguese Eyes. 13 mai 2006. Flickr, consulté le 11/03/2009, http://www.flickr.com/photos/vitor107/145675717/in/photostream/lightbox/.

25 Camões e a identidade nacional, s. l., Imprensa-Nacional, Casa da Moeda, 1983, p. 29.

26 Ibid., p. 36.

27 Ibid., p. 36.

28 Ibid., p. 16.

29 Ibid., p. 17.

30 Ibid., p. 101 et 103.

31 Voir l’image en ligne, A Vila de Loureiro. http://www.prof2000.pt/users/aif/emigrante.JPG, consulté le 11/03/2009.

32 Voir par exemple le monument de Castelo de Neiva du sculpteur populaire Severino Cachada, mais il y en a plusieurs dans le pays : Por esse Portugal fora… Escultor Severino Cachada junto da estátua em Castelo de Neiva, Viana do Castelo. http://sacachada.com.sapo.pt/imagens/estatuas/imigrante1.jpg, consulté le 11/03/2009.

33 Voir l’image en ligne : Câmara de Lobos, Dicionário Corográfico. Emigrante (Monumento ao). 2003. http://www.concelhodecamaradelobos.com/dicionario/emigrante_monumento.html, consulté le 6/10/2012.

34 Mundo Português, 24 juin 2008 : http://www.mundoportugues.org/content/1/2782/franca-champigny-inaugura-memorial-aos-emigrantes-portugueses, consulté le 6/10/2012 ; Ambassades du Portugal en France, Actualités, 22 juin 2008 : http://www.embaixada-portugal-fr.org/blog/2008/06/memorial-de-homenagem-comunidade.html, consulté le 12/09/2013. Quelques jours après l’inauguration, le monument avait été détruit. Les autorités ont accusé le vent, mais la police garde le soupçon que le monument ait pu être vandalisé. Expresso, 12 juillet 2008, on line : http://expresso.sapo.pt/memorial-dos-emigrantes-portugueses-em-franca-no-chao=f364879, consulté le 6/10/2012.

35 Voir l’image en ligne : O Beirão, Jornal de Atualidades de Tondela e da Região das Beiras, « Os 15 anos do monumento ao emigrante », 25. Dez. 2009 : http://obeirao.net/jornal/index.php?option=com_content&task=view&id=118&Itemid=210, consulté le 13/09/2013.

36 Voir en ligne l’image du monument : Arte Pública Banheirense. 30-06-2011 : http://artepublicabanheirense.blogspot.pt/, consulté le 6/10/2012.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Monument en hommage aux émigrants, Câmara de Lobos, Ile de Madère.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13677/img-1.jpg
Fichier image/, 147k
Légende Fig. 2 – Une statue de la sculptrice Dorita Castel-Branco, Santa Apolónia, Lisbonne.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13677/img-2.jpg
Fichier image/, 131k
Légende Fig. 3 – Monument en hommage aux émigrants à Sabugal dans la région de Guarda, sculpture de Carlos Henrich.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13677/img-3.jpg
Fichier image/, 106k

Auteur

Universidade Aberta, Lisboa

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540