Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires des migrations, temps de l’histoire

 | 
Laure Teulières
, 
Hélène Bertheleu
, 
Marianne Amar

Partie III. Mémoires de migrations et histoire nationale

Chapitre 10. L’histoire de deux mémoires, ou comment l’Australia Day est devenu une commémoration de l’immigration

J. Olaf Kleist

Texte intégral

1Le 26 janvier marque l’arrivée de la First Fleet, la Première Flotte amenant des forçats britanniques, des colons libres et des administrateurs sur le continent australien en 1788. Ce jour y est commémoré comme une fête nationale. La famille et les amis se rassemblent pour des barbecues et des pique-niques, des festivals de musique et des feux d’artifice. L’Australia Day, également appelé Anniversary Day, Foundation Day ou ANA Day, rappelle le début de la colonisation européenne en Australie, mais avec des connotations et des implications très différentes au cours des années.

  • 1 Voir Celebrating citizenship on Australia Day, Département australien de l’Immigration et de la pr (...)

2De nos jours, les célébrations centrales de cette journée sont les Cérémonies de la citoyenneté, organisées par le National Australia Day Council et le Département de l’Immigration, où les nouveaux Australiens font serment d’allégeance au cours d’une procédure de naturalisation. Si ces cérémonies ont lieu partout dans le pays, et pas seulement lors de l’Australia Day, celle de Canberra le 26 janvier est en général d’une solennité particulière, conduite par le Premier ministre ou le Gouverneur général, et retransmise sur une chaîne nationale1. En 2013, le ministre de l’Immigration et de la Citoyenneté, Chris Bowen, déclarait dans un discours caractéristique lors d’une cérémonie de citoyenneté à Sydney :

  • 2 Bowen Chris, ministre de l’Immigration et de la Citoyenneté : Record new citizens on Australia Day (...)

L’Australia Day est cette journée où tous les Australiens se réunissent pour célébrer ce qu’il y a de plus grand dans notre nation – notre riche histoire passée et notre futur plein de promesses. C’est aussi une remarquable occasion pour nous tous – Australiens de naissance ou de choix – de reconnaître à la fois les liens qui nous unissent et notre diversité en célébrant les privilèges et les responsabilités de la citoyenneté australienne. J’encourage ceux qui deviennent de nouveaux citoyens aujourd’hui à nous aider à construire notre nation, et nous sommes impatients de voir leurs futures contributions à notre histoire nationale.2

  • 3 Kleist J. Olaf, « Migrant Incorporation and Political Memories : Transformations of Civic and Cult (...)

3La commémoration de l’arrivée des premiers colons européens sert aussi à rappeler que l’Australie est une société d’immigration, intégrant ainsi les citoyens anciens et nouveaux dans une mémoire commune. Cette utilisation de l’Australia Day pour intégrer les immigrants a commencé à la fin des années 1940 et a connu depuis une énorme transformation, comme je l’ai montré ailleurs3. Cet article raconte la préhistoire d’une célébration qui n’a pas toujours été aussi accueillante pour les nouveaux-venus. En fait, au xixe siècle, les souvenirs de la « Première Flotte » étaient étroitement associés à des sentiments anti-immigrants. Cette date évoquait une communauté australienne qui devait être protégée des migrants en général, et de certains d’entre eux en particulier.

  • 4 Halbwachs Maurice, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997 ; On collective Memory ; trad. (...)
  • 5 On Collective Memory, op. cit., p. 52-53.
  • 6 Nora Pierre, « Entre mémoire et histoire », dans Les Lieux de mémoire, tome 1, Paris, Gallimard, 1 (...)
  • 7 Halbwachs M., On Collective Memory, op. cit., p. 52-53.
  • 8 Halbwachs M., La mémoire collective, op. cit., p. 120-123.

4L’Australia Day est une affaire complexe qui a été très peu étudiée, et cet article vise à clarifier certains de ses aspects en lien avec l’immigration. Les commémorations posent en général problème en raison de leur nature non tangible, contrairement aux monuments qui situent les mémoires dans l’espace. Les commémorations, soutient Maurice Halbwachs, structurent le temps selon la logique interne d’un groupe social4. Les groupes sont soudés par une logique commune à laquelle ont recours les individus qui les composent pour localiser et se rappeler des événements du passé, processus qui leur permet de ré-imaginer sans cesse la logique du groupe5. Ainsi, les monuments matérialisent la cohésion imaginée et l’existence du groupe, alors que les commémorations le cristallisent dans le temps par le biais d’une activité partagée et répétée. La matérialisation ou cristallisation des mémoires – Pierre Nora parle de lieux de mémoire6 – témoigne d’une continuité et d’une longévité rétrospectives de l’appartenance au groupe. Pour Halbwachs, la logique du groupe, qui constitue son noyau, semble émaner d’une origine imaginée, commémorée à date fixe7. Par ailleurs, les moments forts dans le développement historique d’un groupe, ses changements ou ses tournants marquants, peuvent être commémorés comme des aspects pertinents de sa logique interne8. Les commémorations sont donc utiles aux groupes pour réaffirmer la logique partagée qui fonde leur appartenance et motive leurs actions.

  • 9 Gillis John R., « Memory and Identity : The History of a Relationship », dans Gillis J. R. (dir.), (...)
  • 10 Glynn Irial et Kleist J. Olaf, « The Memory and Migration Nexus : An Overview », dans Glynn I. et (...)
  • 11 Anderson Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Par (...)
  • 12 Sur la distinction de deux notions d’appartenance, voir aussi Ferdinand Tönnies, dans Harris J. (d (...)
  • 13 Brändström Annika, Bynander Fredrik et Hart Paul’t, « Governing by Looking Back : Historical Analo (...)

5« L’activité de commémoration, note John R. Gilles, est par définition sociale et politique, puisqu’elle implique la coordination de mémoires individuelles et de groupe dont les résultats peuvent sembler consensuels, quand ils sont en fait le produit de luttes et de contestations intenses, et, dans certains cas, de l’annihilation9 ». L’impression de pérennité est importante pour la cohésion d’un groupe, et les aspects politiques et sociaux des commémorations nous permettent d’étudier des notions mouvantes d’appartenance au groupe au cours du temps. Après tout, la mémoire est politique dans la mesure où elle est politiquement contestée, où elle constitue une inclusion comme une exclusion politique, et où elle informe l’action politique10. La mémoire politique est donc particulièrement pertinente pour les politiques de migrations, parce qu’elle sert à négocier les notions d’appartenance politique au sein de la société, déterminant qui peut immigrer et qui ne le doit pas, ainsi qu’à fonder une politique d’immigration convenant aux intérêts de la société future. En matière d’appartenance, la mémoire sert à construire deux modes distincts : une identité homogène comme la culture, le nationalisme ou ce que Benedict Anderson appelle « la communauté imaginée11 », ou l’appartenance à une société civile fondée sur la citoyenneté et la participation12. Ces modes d’appartenance déterminent le rapport qu’entretient la société d’accueil avec ses migrants. À l’égard des politiques à adopter, la mémoire politique suggère par définition des actions collectives13. Soit elles visent à préserver la logique et l’identité du groupe imaginé – sa culture, par exemple –, soit elles sont tournées vers l’action, selon la logique du groupe et au sein de son processus historique, en vue d’une bonne citoyenneté ou de la défense d’intérêts économiques. Dans l’ensemble, la mémoire des commémorations comme l’Australia Day est foncièrement politique et pertinente pour la politique d’immigration. Si la question de la migration a toujours été au cœur de l’Australia Day, ses implications politiques ont connu un tournant radical.

6En Australie, les mémoires anti- et pro-immigration s’appuient l’une et l’autre sur l’Australia Day, devenu aujourd’hui une commémoration pro-immigration. Pour montrer la longue tradition historique nouant la mémoire et la migration, et pour illustrer son évolution jusqu’à la signification actuelle de l’Australia Day, il convient de remonter au début du xixe siècle. Dans un premier temps, j’étudierai la mise en place progressive de cette journée de célébrations anti-immigration au xixe siècle, puis la mémoire transnationale qui s’y est associée, à la même époque, de manière parallèle, mais opposée. Il s’agira ensuite de voir en quoi ces deux commémorations d’un même événement ont différé dans leur construction de la mémoire et comment, dans la première moitié du xxe siècle, les deux mémoires ont fini par se rencontrer, lorsque l’Australie est devenue une fédération. Enfin, nous verrons comment, après la seconde guerre mondiale, une configuration spécifique de ces deux modes distincts de mémoire politique a finalement transformé l’Australia Day en commémoration de l’immigration.

Les origines de la mémoire australienne

  • 14 Macintyre Stuart, A Concise History of Australia, 2e éd., Cambridge Concise Histories, Cambridge, (...)
  • 15 Macintyre Stuart et Clark Anna, The History Wars, 2e éd., Carlton, Vic., Melbourne University Pres (...)

7En 1788, les onze navires de la Première Flotte amenèrent 750 forçats et 250 soldats de marine, fonctionnaires et colons libres sur les rivages où se trouve aujourd’hui Sydney et où fut fondée la colonie pénitentiaire de la Nouvelle-Galles du sud14. Avec cette colonisation, l’Empire britannique cherchait à se débarrasser de sa surpopulation, après avoir perdu la guerre d’indépendance américaine, en expédiant ses repris de justice sur le nouveau continent. La colonisation se traduisit par l’asservissement et le massacre de la population autochtone, qui allait constituer avec le temps un fardeau historique, pesant sur la société d’immigration15. Mais au sein de la colonie pénitentiaire, un équilibre institutionnel du pouvoir s’instaura entre les colons et le pouvoir impérial, qui allait avoir un effet durable sur la culture politique, la mémoire politique et la politique de migration de l’Australie.

  • 16 Inglis Ken S., « Australia Day », Historical Studies 13, no 49, 1967.
  • 17 Macmahon John, « Not a Rum Rebellion but a Military Insurrection », Journal of the Royal Australia (...)
  • 18 Clark Manning, A History of Australia, vol. I : From the Earliest Times to the Age of Macquarie, P (...)

8L’anniversaire de la fondation de la colonie de la Nouvelle-Galles du sud, sur l’emplacement actuel de Sydney et de sa banlieue, fut célébré dès les premières années de la colonisation européenne. En général, cela se traduisait par des dîners et des beuveries entre colons libres, marchands et administrateurs16. Vingt ans seulement après l’arrivée de la Première Flotte, le 26 janvier 1808, certains colons la célébrèrent en renversant et en arrêtant le gouverneur de la colonie, William Bligh. Cet épisode prit par la suite le nom de « Rébellion du rhum », un terme qui visait à discréditer les rebelles17. Bligh, mieux connu comme l’infâme capitaine de la mutinerie du Bounty, était un gouverneur à la poigne de fer qui cherchait à garder les colons sous son autorité par la force et la contrainte. Les colons libres, y compris les corps d’armée, avaient connu entretemps une réussite économique et politique considérable. John Macarthur, ancien officier de l’Armée britannique devenu le plus gros propriétaire terrien et producteur de laine de la Nouvelle-Galles du sud, était donc entré en conflit avec le gouverneur sur des questions de droits fonciers et de taxes. Le commerce du rhum et de l’alcool, contrôlé par certains fonctionnaires, ne joua en réalité qu’un rôle mineur. Bligh accusa Macarthur d’« inciter les gens à détester et à mépriser le gouvernement », mais ne parvint pas à l’arrêter18. Ce furent donc Macarthur et les corps d’armée, qui avaient tous d’importants intérêts économiques dans le foncier et le commerce, qui arrêtèrent Bligh et se posèrent en maîtres de la colonie.

  • 19 « Song to the Tune of Rule Britannia », Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 1 février 1 (...)

9Cette rébellion, qui éclata à la date de l’Anniversary Day, plus par coïncidence qu’intentionnellement, allait néanmoins marquer la signification et la commémoration de l’Australia Day. Cette journée finit par refléter les intérêts antagonistes qui s’opposaient au sein de la colonie. D’une part, les hommes libres de la Nouvelle-Galles du sud avaient tout intérêt au développement et à la croissance économique de leur nouvelle société. Avec l’arrivée de la Première Flotte, ils commémoraient l’origine de ce qu’ils appelaient, de façon dissidente et indépendante, l’« Australie ». Lors d’un banquet privé le jour de l’Anniversary Day en 1815, on chanta une chanson sur l’air de Rule Britannia dont les paroles distinguaient la nouvelle société du vieux continent ruiné par la guerre, et dont le refrain disait : « Lève-toi Australie ! Couronné de richesses, ton nom un jour sera renommé19 ». D’autre part, pour l’Empire britannique et son gouvernement impérial, la Nouvelle-Galles du sud n’était qu’une colonie parmi d’autres, et la Première Flotte guère plus qu’une note en bas de page de l’histoire de la Grande-Bretagne. Il visait surtout à ce moment à garder sous contrôle la colonie pénitentiaire de Nouvelle-Galles du sud. Ce conflit entre les intérêts australiens et impériaux, également sous-jacents dans la Rébellion du Rhum, influença les futures commémorations de l’Anniversary Day, tant pour s’opposer à l’immigration que pour la justifier.

L’héritage de la nation anti-immigration

  • 20 « United Australian’s Dinner », Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 30 janvier 1837, p. (...)
  • 21 « Sydney News », The Hobart Town Courier, 17 février 1937, p. 2.

10La commémoration de la Première Flotte commença comme un symbole des intérêts des Australiens et allait inspirer les sans-droits des décennies plus tard. Lors de l’Australia Day de 1837, un groupe de jeunes gens avait loué un théâtre à Sydney pour célébrer l’arrivée de la Première Flotte. Les 160 membres du public étaient tous nés de bagnards de la colonie et se qualifiaient d’« Australiens Unis20 ». Ce point était significatif à deux égards. D’une part, les enfants des bagnards n’étaient pas éligibles pour participer à la vie politique de la colonie. Ils étaient exclus du conseil législatif et des postes de l’administration, discrimination qui poussa les « Australiens Unis » à revendiquer plus de droits et un rôle plus important dans leur société. D’autre part, ils donnaient du sens à leur naissance dans la colonie en réclamant le droit de participer au gouvernement de ce qui leur apparaissait, en tant que natifs d’Australie, comme leur société. Ils étaient si catégoriques sur ce dernier point que, dans le local qu’ils avaient loué pour célébrer l’Australia Day, ils firent ôter tous les épis de blé qui servaient de décoration, en déclarant, comme le rapporta le Hobart Town Courier, que « ce n’était pas un emblème de leur pays, ce blé étant à l’origine importé dans la colonie21 ». S’ils étaient contre l’importation de blé, ils s’opposaient aussi à toute immigration anglaise. Les immigrants anglais occupaient des postes gouvernementaux et des positions qui n’étaient pas ouvertes aux Australiens nés de bagnards. Contre l’afflux et l’influence des Britanniques, les Australiens Unis célébrèrent, lors de l’Australia Day, la naissance de leur propre nation, en invoquant une appartenance commune indépendante, qui donnait une légitimité à leurs revendications politiques.

  • 22 « The Jubilee », Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 27 janvier 1838, p. 2.
  • 23 Hirst John, Freedom on the Fatal Shore : Australia’s First Colony, Melbourne, Black Inc., 2008, p. (...)

11Les Australiens Unis fêtèrent encore le 50e anniversaire de la colonie l’année suivante, avant de disparaître22. Quelques années plus tard, les transports de forçats furent abolis, et les lois sur l’appartenance au conseil législatif furent modifiées : elles étaient désormais fondées non plus sur la naissance, mais sur la propriété foncière et la richesse23. Les fondements de la protestation des Australiens Unis, soit l’affirmation de leurs droits de naissance, avaient perdu leur signification. Au cours de la décennie 1850, la Nouvelle-Galles du sud, comme d’autres colonies britanniques plus récentes sur le continent, fut dotée de son gouvernement propre, avec un parlement démocratiquement élu. Être natif d’Australie et conserver la mémoire de la Première Flotte, qui avait créé l’imaginaire de l’appartenance à une communauté, semblait alors sans pertinence pour les perspectives de participation politique. C’est pourtant à ce moment précis que furent ravivés les sentiments et la mémoire des natifs d’Australie.

  • 24 Macintyre, A Concise History of Australia, op. cit., p. 88-89.
  • 25 Ibid., p. 86.
  • 26 Ibid., p. 87 ; Markus Andrew, Fear and Hatred : Purifying Australia and California, 1850-1901, Syd (...)
  • 27 London Herbert Ira, Non-White Immigration and theWhite Australia’ Policy, Sydney, Sydney Univers (...)

12La mise en place d’un gouvernement démocratique remit les questions d’inégalité sociale au premier plan. Des appels à l’égalité renouvelèrent l’idéologie des Australiens Unis et les revendications pour des droits fondés sur la naissance. En 1854, au pic de la ruée vers l’or australien dans la colonie de Victoria, des chercheurs d’or de la ville de Ballarat se soulevèrent contre les impôts miniers24. Leurs protestations furent étouffées, mais les sentiments de rébellion fondés sur l’héritage des colons pionniers et des coureurs de bush, dirigés contre la domination britannique et l’Empire, en arrivèrent à définir le nationalisme australien. Le point crucial, c’est que cette idée d’appartenance australienne excluait également les nombreux migrants qui arrivaient dans les mines d’or pour chercher fortune, et qui allaient tripler la population australienne en l’espace de dix ans25. Les rancœurs des natifs d’Australie se catalysèrent contre les 40 000 migrants chinois venus participer à la ruée vers l’or26. En 1855, à Bendigo, des émeutes contre les Chinois amenèrent l’état de Victoria à restreindre l’immigration chinoise. Elles furent suivies d’autres émeutes et d’autres lois similaires, en Nouvelle-Galles du sud et dans le Queensland. Plus tard, la législation allait interdire aux Chinois toute activité dans les terrains miniers27.

  • 28 Birrell Robert, Federation : The Secret Story, Sydney, Duffy & Snellgrove, 2001, p. 51-140.
  • 29 Cité dans Menadue John E., A Centenary History of the Australian Natives Association 1871-1971, Me (...)
  • 30 Davison Graeme, McCarthy J. W. et McLeary Ailsa (dir.), Australians 1888, vol. 3, Australians : A (...)
  • 31 Menadue J. E., A Centenary History…, op. cit., p. 248-249.

13Ce nationalisme australien, né dans les mines d’or, s’organisa en 1871 avec la fondation de l’Australian Natives Association, ou ANA28. Cette organisation de secours était ouverte exclusivement aux hommes blancs nés dans les colonies. Elle devait veiller au bien-être de ses membres, et au-delà, elle avait trois objectifs politiques : la promotion du nationalisme australien, l’opposition à l’immigration asiatique et la célébration de l’Australia Day. La commémoration de l’origine européenne de l’Australie était pensée comme essentielle pour l’identité des Australiens. Une conférence de l’ANA en 1886 fit passer une résolution pour l’adoption d’un jour férié national, « le 26 janvier étant la meilleure date, puisque c’est l’anniversaire de la Fondation de l’Australie29 ». L’ANA organisa chaque année, dans l’État de Victoria où elle était particulièrement implantée, des célébrations de ce que l’on appelait alors le Foundation Day et, dans certains endroits, l’Anniversary Day30. En accord avec les sentiments qu’exprimaient ces commémorations, plusieurs branches de l’ANA adoptèrent à leur tour, entre 1855 et 1901, de nombreuses résolutions contre les Chinois, condamnant non seulement leur immigration, mais même tout commerce avec eux31. À la fin du xixe siècle, l’Australia Day était donc devenu une commémoration explicitement nationaliste qui rappelait la Première Flotte comme un héritage commun aux « Blancs » natifs d’Australie opposés à l’immigration des Britanniques, rejetant la domination impériale sur leur pays et luttant contre l’immigration asiatique considérée comme une menace envers l’appartenance australienne blanche.

Traditions des colonies libérales

14Comment, donc, cette commémoration nationaliste et anti-immigration s’est-elle transformée en une manifestation en faveur de l’immigration ? En fait, l’interprétation alternative et transnationale de l’Australia Day a connu un développement parallèle à la mémoire exclusivement australienne, créant parfois des situations conflictuelles.

  • 32 Parker Derek, Governor Macquarie : His Life, Times and Revolutionary Vision for Australia, Warriew (...)
  • 33 Macintyre S., A Concise History…, op. cit., p. 50.
  • 34 « Government and General Orders », Sydney Gazette and New south Wales Advertiser, 24 janvier 1818, (...)
  • 35 « The Regatta », The Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 28 janvier 1837, p. 2.

15Presque deux ans après la Rébellion du rhum, en 1810, le gouverneur Lachlan Macquarie reprit le contrôle de la colonie de la Nouvelle-Galles du sud au nom de l’Empire. Sa domination fut plus douce que celle de ses prédécesseurs. Il offrit des terres à d’anciens forçats et inclut des colons libres dans le gouvernement de la colonie, à la fois pour les apaiser et les associer au gouvernement impérial32. Il reconnut surtout les sentiments en faveur d’une Australie indépendante qui s’exprimaient dans les célébrations de l’Anniversary Day. Au lieu de les interdire, il les intégra à la vie coloniale. En 1817, il recommanda à Westminster d’adopter officiellement le nom d’« Australie » pour le continent, afin que cette désignation cesse d’être subversive33. En 1818, pour le 30e anniversaire de l’abordage de la Première Flotte, Macquarie organisa une célébration officielle. Trente coups de canon furent tirés le 26 janvier, un pour chaque année depuis le début de la colonisation européenne. Une revue militaire eut lieu dans le Hyde Park de Sydney et des réjouissances furent organisées au Government House, tandis que les fonctionnaires se voyaient accorder un jour de congé et une gratification sous forme de viande34. La commémoration était conçue pour intégrer les premières voix patriotiques et potentiellement dissidentes sous la domination britannique, incluant les forçats, les anciens forçats et les colons libres. Macquarie eut recours à des représentations officielles civiques et militaires pour subsumer la commémoration australienne sous des signes impériaux. Ainsi, le passé colonial passait du statut de mémoire australienne à celui de mémoire de l’Empire britannique. L’arrivée de la Première Flotte ne fut plus l’origine d’une nouvelle société, mais un moment pivot dans l’histoire coloniale de l’Angleterre. Les gouverneurs suivants, bien que moins généreux pour les sujets britanniques de la colonie, poursuivirent cet infléchissement de la commémoration dans le sens impérial en introduisant des traditions britanniques dans la célébration australienne. Dans les années 1820, des courses de chevaux furent organisées pour le Foundation Day, et à partir de 1837, des régates dans le port de Sydney, tradition qui se poursuit encore aujourd’hui35. Ces événements sportifs dans la tradition britannique conféraient un sens impérial à l’Australia Day. La Première Flotte apparaissait alors comme un lien transnational associant la colonie à sa mère patrie.

  • 36 « First Landing », The Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 27 janvier 1829, p. 2 ; « Co (...)
  • 37 « The Currency Dinner and Address », Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 4 février 1837 (...)
  • 38 « United Australian’s Dinner », Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 30 janvier 1837, p. (...)

16Ces commémorations officielles allaient devenir une manifestation annuelle du calendrier colonial, et définir la célébration de l’Australia Day pour les années à venir36. Les tenants des festivités impériales officielles entrèrent donc souvent en conflit avec ceux qui commémoraient un anniversaire exclusivement australien. Les célébrations par les Australiens Unis firent l’objet de vives critiques, par exemple en 1837. La Sydney Gazette qualifia les Australiens Unis d’anti-britanniques, d’ennemis de l’Empire et, pire encore, d’Irlandais37. Pourtant, ils n’étaient rien de tout cela : ils portèrent des toasts au Roi, à la Reine et même au gouverneur au cours de leur dîner38. L’année suivante, pour le 50e anniversaire, le même journal, découragé, écrivait à leur propos :

  • 39 « The Jubilee », The Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 6 janvier 1838, p. 2.

Le seul obstacle à la célébration d’un jubilé célébré avec éclat est selon nous l’insolente effronterie de quelques-uns des membres les plus irrécupérables de la gueuserie, qui se croient tenus d’imposer leur présence en toutes occasions.39

17L’auteur de l’article à l’évidence ne débordait pas de sympathie pour les Australiens Unis et leur version de l’Australia Day. La Sydney Gazette voyait plutôt ainsi la célébration du jubilé :

  • 40 Ibid.

Les progrès rapides qu’a fait la Colonie de la Nouvelle-Galles du sud sur cette courte période de cinquante ans, depuis que le premier colon a posé le pied sur ses rivages, sont sans précédent dans l’Histoire. Alors que d’autres Colonies dont les progrès soulevaient un intérêt plus profond chez l’État parent, suivaient péniblement une progression apathique, la Nouvelle-Galles du sud, méprisée et déconsidérée, jugée tout juste bonne à servir de réceptacle pour les proscrits de Grande-Bretagne, progressait rapidement, en toute discrétion, vers l’éminente situation qu’elle a désormais atteinte parmi les Colonies de l’Empire britannique. […] Notre Revenu, comme nos Exportations, continuent à s’accroître rapidement, et si des mesures efficaces sont prises pour assurer l’introduction rapide d’un courant sain et vigoureux d’immigration pour prévenir la stagnation qui pourrait résulter de la cessation des envois de forçats, nous pourrons envisager avec confiance l’époque, qui ne peut être lointaine, où la Nouvelle-Galles du sud comptera parmi les plus brillants joyaux du diadème britannique.40

18Cette perception de l’Australia Day et de l’Australie dans son rapport à l’Empire exprimée par ce journal loyaliste était aux antipodes des mémoires et des points de vue des Australiens Unis. Plusieurs des arguments avancés dans ce discours sont typiques de la version officielle de l’Australia Day. D’abord, la commémoration ne marque pas le début d’un patrimoine australien, mais un simple moment de l’histoire générale du colonialisme britannique. Le passé est un processus, et la colonisation australienne un développement progressif depuis les premiers colons jusqu’à l’époque présente. Ensuite, la Nouvelle-Galles du sud, (que l’on évite soigneusement de désigner sous le nom d’« Australie ») est étroitement liée à l’Angleterre, étant à la fois coloniale et impériale. La mémoire de la fondation britannique de la colonie déplace donc l’appartenance au-delà de ses frontières pour la poser au sein de la civilisation et de l’économie impériale. En troisième lieu, l’immigration n’est pas seulement possible, mais elle doit prendre la relève des transports de forçats pour pérenniser la réussite économique de la colonie. Nous retrouvons ici les deux facettes de la mémoire commémorative : l’immigration est perçue comme un élément nécessaire du processus historique, du progrès et du changement, et elle assure le lien transnational avec la Grande-Bretagne, associant la colonie et l’Empire dans le présent comme la Première Flotte l’avait fait dans le passé. Ainsi, les mémoires utilisées par les « Loyalistes » construisaient une image qui intégrait la colonie de Nouvelle-Galles du sud dans l’orbite britannique, créant une orbite transnationale.

  • 41 Atkinson Alan et Aveling Marian (dir.), Australians 1838, vol. 2, Australians : A Historical Libra (...)
  • 42 Ibid.
  • 43 Voir Menadue J. E., A Centenary History…, op. cit., p. 248-249 ; Manning Clark, A History of Austr (...)
  • 44 Irving Helen, To Constitute a Nation : A Cultural History of Australia’s Constitution, Cambridge, (...)

19Dans cet esprit, le jubilé impérial fut officiellement célébré en 1838 par cinquante coups de canon, des feux d’artifice, des banquets et une régate41. Il y eut aussi des dîners et des régates les années suivantes pour la célébration officielle de ce qu’on appelait l’Anniversary Day ou le Foundation Day. Mais avec l’expansion de la colonisation, chaque colonie d’Australie – Victoria, Queensland, Tasmanie, Australie-Occidentale – finit par avoir son propre Anniversary Day, commémorant sa propre fondation42. Leur mémoire fondatrice spécifique était leur propre lien transnational à la mère patrie impériale. À mesure que les colonies se voyaient dotées d’une relative autonomie dans les années 1850 (seule l’Australie-Occidentale dut attendre jusqu’en 1890) le nationalisme australien se renforçait chez les ouvriers et les pauvres. Ainsi, les célébrations loyalistes officielles, y compris la mémoire de la Première Flotte, n’eurent jamais la pertinence et le caractère d’urgence qu’avait eu l’Australia Day pour les nationalistes privés de droits qui s’opposaient aux influences transnationales comme l’immigration43. À la fin du xixe siècle, l’Australia Day était considéré comme une commémoration pour les Australiens blancs à travers le continent, explicitement dirigée contre les influences extérieures44.

Les mémoires politiques et la question de l’appartenance

20La comparaison des deux commémorations de l’Australia Day au xixe siècle révèle l’application de deux formes distinctes de mémoire utilisées respectivement par les Nationalistes et les Loyalistes. Les Nationalistes se rappelaient la Première Flotte comme l’origine de la nouvelle société australienne, définissant l’héritage de leur pays de la même façon qu’ils se définissaient eux-mêmes. Cette forme de mémoire peut être appelée une mémoire culturelle, créant pour ceux qui s’identifient à elle une appartenance culturelle ou « communautaire ». La forme nationaliste de commémoration construit une « identité collective » fondée sur un héritage partagé. Cette appartenance nationaliste, évoquée dans les mémoires culturelles de l’Australia Day, est donc dotée d’une continuité historique qui va des premiers colons aux Nationalistes eux-mêmes. Ceux qui ne sont pas nés dans cette société, comme les immigrants anglais et surtout asiatiques, sont donc exclus de la mémoire culturelle que célèbrent les Nationalistes lors de l’Australia Day. Ils écartent les immigrants de leur commémoration dans une tentative de préserver l’identité et la culture imaginées et ostensiblement établies par les premiers colons.

21En revanche, les Loyalistes se rappelaient la Première Flotte comme un lien à la Grande-Bretagne et la voyaient comme un moment de l’histoire de l’Empire plutôt que de leur propre pays. La mémoire dans ce cas se concentre sur le développement de la colonie par comparaison avec d’autres colonies britanniques, et sur les contributions des colons à la construction de la nouvelle société. C’est une mémoire de processus et de progrès, définie par l’action et la participation des individus. J’appelle donc cette forme de commémoration une mémoire civique, qui associe ses membres dans une appartenance qu’ils ont eux-mêmes gagnée à travers leurs contributions au développement historique. Une telle société civile se fondait sur des principes de civilité comme la citoyenneté ou l’économie. L’histoire de ces mémoires ne s’arrête pas au présent, mais est tenue de poursuivre dans l’avenir la même logique de remémoration des développements passés. C’est la logique partagée du groupe qui lie ses membres dans l’acte du souvenir, plutôt que le souvenir lui-même de l’origine et de l’héritage.

  • 45 Gorman Daniel, Imperial Citizenship : Empire and the Question of Belonging, Manchester, Manchester (...)
  • 46 Hirst J., Freedom on the Fatal Shore…, op. cit.

22Ce sont ces deux formes conceptuellement distinctes et opposées de mémoire, la mémoire culturelle et la mémoire civique, soutenues respectivement par les Nationalistes et les Impérialistes, qui s’affrontaient lors de l’Australia Day. Pourtant, ces deux positions politiques et leurs mémoires respectives étaient l’une et l’autre une réponse à une spécificité du colonialisme britannique : les « citoyens de l’Empire45 ». L’Empire prétendait apporter la civilisation et la démocratie au monde. Or, si les habitants des colonies britanniques étaient à la fois sujets de la Couronne et membres de la colonie, ils ne pouvaient pas participer aux élections britanniques. En conséquence, soit ils restaient des Britanniques privés de droits, soit, dans les colonies où prédominaient les colons « blancs », ils établissaient une démocratie locale qui avait pour effet de briser les vieilles loyautés. Les Nationalistes australiens réagirent à ce dilemme en réclamant une indépendance des colonies. La mémoire culturelle compléta ce mouvement en lui fournissant une origine et une appartenance homogènes, tout en préservant le lien avec la Grande-Bretagne, qui tenait pour l’essentiel à l’idée que les Australiens natifs étaient des Blancs. Les Loyalistes en revanche adoptèrent la démocratie britannique dans les colonies, qui restaient toutefois sous le contrôle de l’Empire46. Pour la mémoire civique, la Première Flotte était donc un rappel du lien avec l’Angleterre, reflétant la logique de l’appartenance politique à la colonie, bâtie sur les réussites des natifs mais aussi sur des influences extérieures, y compris l’immigration.

23Bien que distinctes et utilisées à des fins politiques opposées, ces deux formes de mémoire politique évoquaient l’une et l’autre un mode particulier d’appartenance pour les habitants des colonies australiennes. En fait, les opposants allaient se retrouver dans leur tentative de créer une société australienne commune, et découvrir finalement une façon d’institutionnaliser les deux formes de mémoire en construisant ensemble une appartenance australienne et indépendante, ouverte à l’immigration.

Devenir une société d’immigration

  • 47 Birrell R., Federation : The Secret Story, op. cit.
  • 48 La Nauze John Andrew, The Making of the Australian Constitution, Carlton, Melbourne University Pre (...)
  • 49 Davison G., McCarthy J. W., et McLeary A., Australians 1888, op. cit.
  • 50 Ibid., p. 20.
  • 51 Richards Eric, Destination Australia : Migration to Australia since 1901, Sydney, UNSW Press, 2008 (...)
  • 52 London H. I., Non-White Immigration…, op. cit., p. 10-14.

24À partir de 1880, les Nationalistes et les Impérialistes trouvèrent un dénominateur commun dans le projet de fédération des colonies australiennes. Pour les Nationalistes, cette fédération était la promesse d’une nation australienne unie confirmant leur mémoire culturelle d’une société indépendante fondée par les premiers colons47. Pour les Loyalistes, une fédération s’imposait du fait d’intérêts économiques et de sécurité communs à toutes les colonies autonomes d’Australie48. Malgré certaines rivalités entre les colonies, leur relation commune à la Grande-Bretagne, le commerce frontalier et la défense contre des menaces communes leur firent voir dans la fédération l’aboutissement logique des développements historiques conservés par la mémoire civique. La première étape sur la voie de la fédération consista dans les années 1880 en une série de conférences inter-coloniales. Le centième anniversaire de l’abordage de la Première Flotte en devint l’un des catalyseurs, et fut commémoré conjointement par les Nationalistes et les Loyalistes49. Dans les dernières années du xixe siècle, les Nationalistes, et surtout les membres de l’ANA, firent campagne en faveur d’une fédération aux côtés des Loyalistes, représentés surtout dans les gouvernements coloniaux, en célébrant l’Australia Day dans tout le continent50. En 1901 enfin, les colonies se fédérèrent dans le Commonwealth of Australia, qui réalisait l’union que les Nationalistes appelaient de leurs vœux, et était modelé sur le parlement anglais auquel aspiraient les Loyalistes. La différence cruciale entre Nationalistes et Loyalistes s’était presque évanouie à l’époque de la fédération. De fait, les objectifs d’une nation australienne blanche et d’une société démocratique n’étaient plus en contradiction, mais étaient désormais largement partagés. Pourtant, le lien transnational demeurait un point de conflit. Culturellement, la plupart des Australiens s’opposaient toujours à l’immigration non-blanche, mais étant des sujets britanniques, il leur était en principe interdit de pratiquer toute discrimination raciste51. Pour réaliser la « White Australia Policy », le Commonwealth promulgua parmi ses premières lois l’Immigration Restriction Act de 190152. Il stipulait que les autorités de l’immigration pouvaient contraindre les immigrants présumés indésirables (c’est-à-dire les gens perçus comme « non-Blancs ») d’effectuer une dictée dans une langue européenne quelconque, un examen d’entrée quasiment impossible à réussir. Cette construction légale permit au Commonwealth d’Australie de concilier les deux idéologies autrefois opposées d’une nation culturellement homogène et d’une société construite sur des principes civiques.

  • 53 Kwan Elizabeth, « Celebrating Australia : A History of Australia Day », National Australia Day Cou (...)
  • 54 French Maurice, « The Ambiguity of Empire Day in New South Wales 1901-21 : Imperial Consensus or N (...)
  • 55 Seal Graham, Inventing Anzac : The Digger and National Mythology, St Lucia, Qld., University of Qu (...)

25Au niveau de la mémoire, toutefois, réconcilier les deux visions opposées de l’appartenance australienne – une nation et/ou un commonwealth – se révéla beaucoup plus difficile. Une fois la fédération réalisée, la célébration de l’Australia Day perdit sa fonction unificatrice et son attrait. Pendant des décennies, l’Australia Day fut commémoré presque exclusivement par les membres de l’ANA53. Jusqu’à la première guerre mondiale, il fut remplacé par l’Empire Day, qui insistait sur le lien avec la Grande-Bretagne et présentait l’Australie comme un vassal de l’Empire54. À partir de 1915, l’ANZAC Day – une commémoration des hauts faits des Australiens pendant la guerre – devint la plus importante commémoration du pays55. Il s’agissait en réalité d’une combinaison des deux mémoires – culturelle et civique – sous un modèle autoritaire issu des expériences de la guerre. Bien que populaire, elle ne laissait aucune place à l’interprétation inclusive et libérale qu’exigeait le développement économique et politique de l’Australie dans l’entre-deux-guerres.

  • 56 Thomas Julian, « 1938 : Past and Present in an Elaborate Anniversary », Australian Historical Stud (...)
  • 57 « Telling a Story. History Given in Floats. Ingenuity and Beauty », The Sydney Morning Herald, 27 (...)
  • 58 Horner Jack et Langton Marcia, « The Day of Mourning », dans Gammage B. et Spearritt P. (dir.), Au (...)
  • 59 « Anniversary Day », The Sydney Morning Herald, 26 janvier 1938, p. 12.

26En 1938, pour le 150e anniversaire de la Première Flotte, on redécouvrit l’Australia Day, cette commémoration ouverte à des idées différentes56. Au cours des célébrations qui durèrent deux mois, on commémora sur la base de la mémoire civique le magnifique développement de l’Australie depuis l’époque des premiers colons. Une immense parade traversa Sydney le 26 janvier, Aborigènes en tête, qui représentaient les origines « non civilisées », jusqu’aux exploits techniques du présent57. Lors de ces célébrations, toute une gamme de mémoires culturelles trouvèrent leur expression – du mouvement nationaliste, avec sa propre parade, jusqu’aux militants aborigènes, qui organisèrent une conférence pour ce qu’ils appelaient le Day of Mourning, le « Jour du deuil58 ». La mémoire civique dominant la commémoration, l’accent fut mis sur une appartenance transnationale à l’Australie, au détriment du lien originel avec la Grande-Bretagne. Des navires de guerre venus de Nouvelle Zélande, de France, d’Italie, des Pays-Bas et des États-Unis saluèrent l’Australie en abordant au port de Sydney pour les célébrations de 1938. Le Sydney Morning Herald, organe conservateur, se plaignait que l’Espagne n’eût pas envoyé de navire de guerre, car « si nous faisons remonter l’histoire du peuple australien aux premiers navires anglais sous le commandement de Phillips, l’histoire de l’Australie aux yeux des Européens commence avec les voyages de découverte des marins espagnols, hollandais et français59 ». L’Australie ayant atténué sa dépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne depuis la fin de la guerre de 14-18, les liens transculturels de l’appartenance civique, évoqués dans les mémoires de l’histoire australienne, devinrent plus divers. C’est cette commémoration civique de l’Australia Day, dans la tradition des Loyalistes, mais réinterprétée comme une mémoire australienne, qui allait ouvrir la fête nationale aux immigrants.

  • 60 Richards E., Destination Australia…, op. cit., p. 179-186.
  • 61 Kleist J. O., « Migrant Incorporation and Political Memories… », art. cit.

27Les Australiens n’allèrent pas cependant jusqu’à reconnaître l’appartenance à la fédération des non-Européens, et cette situation allait perdurer jusqu’à l’abolition de la White Australia Policy en 1973. Pourtant, soucieux d’augmenter la population australienne pour des raisons économiques et de sécurité, le gouvernement mit en place un programme d’immigration de masse après la seconde guerre mondiale, qui amena d’abord sur le continent des personnes déplacées, puis des travailleurs migrants issus de divers pays européens60. L’adoption officielle, entre les deux guerres, de la mémoire civique de l’Australia Day offrit au nouveau Département de l’Immigration une excellente opportunité d’intégrer les divers immigrants européens. L’Australie proclama d’abord sa propre nationalité en 1949 et puis, pour encourager les migrants à se naturaliser, des Conventions de citoyenneté furent organisées à Canberra, et des Cérémonies officielles de citoyenneté furent célébrées lors de l’Australia Day. Ces conventions et ces cérémonies solennelles, non sans rapport avec les Cérémonies d’accueil dans la citoyenneté organisées de nos jours, se déroulèrent chaque année au cours des décennies 1950 et 1960. La mémoire culturelle anti-immigration de l’Australia Day persistait de façon privée, avec peu d’écho public, au sein de l’ANA. Les années 1970 virent un tournant drastique des politiques d’immigration en faveur du multiculturalisme, la mémoire culturelle supplantant la mémoire civique dans les commémorations publiques. Dans les décennies 1980 et 1990, c’est donc sur la mémoire culturelle de l’Australia Day que furent étayées les commémorations multiculturelles officielles, célébrant la diversité « ethnique » tandis que la mémoire civique devenait marginalisée61.

28Au cours de la seconde moitié du xxe siècle, les formes de mémoire utilisées à des fins politiques lors des commémorations de l’Australia Day s’étaient lentement modifiées pour servir finalement des fins politiques contemporaines. Le caractère pro-immigration de l’Australia Day avait été établi et prévaut encore à ce jour.

Mémoires politiques et migration

29La mémoire est politique et peut être négociée, déterminant l’appartenance et façonnant les politiques publiques. L’Australia Day en est une parfaite illustration. Cette commémoration fut fortement contestée dès le départ. Des colons sans droits utilisèrent l’anniversaire de l’arrivée de la Première Flotte pour s’opposer au gouvernement colonial tout au long du xixe siècle. Mais les raisons d’être sans droits sont mouvantes. Qu’il s’agisse d’entrepreneurs en quête de libertés économiques, d’enfants de forçats réclamant une participation politique ou d’ouvriers avançant des revendications socialistes, l’Australia Day fut une référence de premier plan dans leur conflit avec le gouvernement, qui de son côté utilisa cette commémoration officielle pour créer une cohésion sociale.

30Dans ces usages antagonistes de la commémoration, des formes distinctes de mémoires étayaient des positions politiques distinctes par le biais de l’idée d’appartenance. Alors que les sans-droits utilisaient une mémoire culturelle axée sur l’idée d’une communauté australienne, qui allait devenir ensuite la base du nationalisme australien, la mémoire civique des commémorations officielles visait à construire une société civile sous l’aile de l’Empire. Les modes d’appartenance exprimés par ces mémoires opposées contenaient des positions implicites sur l’immigration : l’appartenance à la communauté australienne, nationalisme compris, était réservée aux Blancs natifs du continent, excluant ainsi tous les migrants, et notamment les Asiatiques. En revanche, si l’appartenance civique exprimée dans les commémorations officielles n’était pas exactement une invitation aux migrants asiatiques, elle contenait un lien transnational ouvert d’abord aux Britanniques, puis à l’immigration européenne. Que ces mémoires se soient traduites en politiques de migration n’est qu’en partie le résultat de l’appartenance imaginée. Alors que les mémoires culturelles requéraient des politiques susceptibles de préserver l’identité culturelle imaginée, les mémoires civiques invitaient à mettre en œuvre des politiques visant au changement social. Ces mémoires opposées servaient donc soit à contrer l’immigration afin de préserver un héritage imaginé, soit à mettre en place une politique de migration autorisant des développements sociaux dans la logique du passé.

31Au xixe siècle, ces deux formes de mémoire politique furent utilisées par des groupes en conflit. Si les autorités ne se servaient de l’Australia Day qu’occasionnellement, lors de grands anniversaires ou de troubles graves, comme dans le cas de la Rébellion du rhum, les partis d’opposition y voyaient l’occasion de proclamer la légitimité de leur existence et de leurs revendications. La mémoire culturelle des sans-droits, surtout dans sa version nationaliste propagée à partir des années 1850 par l’Australian Natives Association, a donc dominé la perception publique de l’Australia Day, au point d’être désignée dans certaines régions sous le nom d’ANA Day. Il était dans ce cas le symbole d’une position anti-immigration largement partagée.

32Ce qui a permis ce glissement de perception de l’Australia Day, passant à la fin du xxe siècle d’une cérémonie anti-immigration à une autre pro-immigration, ne fut pas tant la reconceptualisation des mémoires que les modifications du cadre institutionnel où était narrée la mémoire politique de l’Australia Day. La contradiction de la « citoyenneté/nationalité impériale » dans laquelle étaient pris les colons, coincés entre leur colonie et l’Empire, fut résolue par le choix des partis opposés entre la mémoire civique et la mémoire culturelle. Ce n’est qu’avec la fédération et la création d’un corps politique commun que l’Australie a pu envisager des commémorations permettant la coexistence de ces deux appartenances – communautaire et civile – dans une même société. Cependant, l’élément transnational de l’appartenance civile continuait à dépendre de l’Empire tant que l’Australie dépendait politiquement de la Grande-Bretagne. Il fallut l’introduction de la nationalité australienne en tant qu’instrument d’appartenance civile pour associer la mémoire civique transnationale à la mémoire culturelle nationaliste. Les mémoires politiques restent en conflit en termes d’appartenance et de politiques, mais elles sont associées dans un cadre institutionnel commun qui permet aux deux formes de mémoire de célébrer l’Australia Day sur un mode pro-immigration. Aujourd’hui, l’Australia Day célèbre à la fois l’intégration civile par la naturalisation et la diversité culturelle d’une société d’immigration, ce qui nous rappelle que les mémoires sont elles-mêmes soumises aux développements historiques, aux rapports institutionnels et aux intérêts politiques.

Notes

1 Voir Celebrating citizenship on Australia Day, Département australien de l’Immigration et de la protection des frontières. http://www.citizenship.gov.au/events/australia_day/ (17.10.2013) ; Citizenship Ceremonies, National Australia Day Council, http://www.australiaday.org.au/australia-day/australia-day-ceremonies/citizenship-ceremonies/ (17/10/2013).

2 Bowen Chris, ministre de l’Immigration et de la Citoyenneté : Record new citizens on Australia Day 2013, Conférence de presse, 26 janvier 2013, http://pandora.nla.gov.au/pan/67564/20130204-1043/www.minister.immi.gov.au/media/cb/2013/cb192975.htm (17/10/2013).

3 Kleist J. Olaf, « Migrant Incorporation and Political Memories : Transformations of Civic and Cultural Belonging in Australia since 1945 », dans Irial G. et Kleist J. Olaf (dir.), History, Memory and Migration : Perception of the Past and Politics of Incorporation, Palgrave Macmillan, 2012.

4 Halbwachs Maurice, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997 ; On collective Memory ; trad. Lewis A. Coser, Chicago, University of Chicago Press, 1992, p. 193-235.

5 On Collective Memory, op. cit., p. 52-53.

6 Nora Pierre, « Entre mémoire et histoire », dans Les Lieux de mémoire, tome 1, Paris, Gallimard, 1997.

7 Halbwachs M., On Collective Memory, op. cit., p. 52-53.

8 Halbwachs M., La mémoire collective, op. cit., p. 120-123.

9 Gillis John R., « Memory and Identity : The History of a Relationship », dans Gillis J. R. (dir.), Commemorations : The Politics of National Identity, Princeton, Princeton University Press, 1994, p. 5.

10 Glynn Irial et Kleist J. Olaf, « The Memory and Migration Nexus : An Overview », dans Glynn I. et Kleist J. O. (dir.), History, Memory and Migration. Perceptions of the Past and the Politics of Incorporation, Basingstoke, New York, Palgrave Macmillan, 2012, p. 8-10.

11 Anderson Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2006.

12 Sur la distinction de deux notions d’appartenance, voir aussi Ferdinand Tönnies, dans Harris J. (dir.), Community and Civil Society, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

13 Brändström Annika, Bynander Fredrik et Hart Paul’t, « Governing by Looking Back : Historical Analogies and Crisis Managment », Public Administration, 82, no 1, 2004.

14 Macintyre Stuart, A Concise History of Australia, 2e éd., Cambridge Concise Histories, Cambridge, Port Melbourne, Cambridge University Press, 2004, p. 30-31.

15 Macintyre Stuart et Clark Anna, The History Wars, 2e éd., Carlton, Vic., Melbourne University Press, 2004.

16 Inglis Ken S., « Australia Day », Historical Studies 13, no 49, 1967.

17 Macmahon John, « Not a Rum Rebellion but a Military Insurrection », Journal of the Royal Australian Historical Society, 92, no  2, 2006 ; Stephen Dando-Collins, Captain Bligh’s Other Mutiny. The True Story of the Military Coup That Turned Australia into a Two-Year Rebel Republic, Sydney, Random House Australia, 2007.

18 Clark Manning, A History of Australia, vol. I : From the Earliest Times to the Age of Macquarie, Parkville, Vic., Melbourne University Press, 1962, p. 218.

19 « Song to the Tune of Rule Britannia », Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 1 février 1817, p. 3.

20 « United Australian’s Dinner », Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 30 janvier 1837, p. 2.

21 « Sydney News », The Hobart Town Courier, 17 février 1937, p. 2.

22 « The Jubilee », Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 27 janvier 1838, p. 2.

23 Hirst John, Freedom on the Fatal Shore : Australia’s First Colony, Melbourne, Black Inc., 2008, p. 275.

24 Macintyre, A Concise History of Australia, op. cit., p. 88-89.

25 Ibid., p. 86.

26 Ibid., p. 87 ; Markus Andrew, Fear and Hatred : Purifying Australia and California, 1850-1901, Sydney, Hale & Iremonger, 1979, p. 240.

27 London Herbert Ira, Non-White Immigration and theWhite Australia’ Policy, Sydney, Sydney University Press, 1970, p. 8-10.

28 Birrell Robert, Federation : The Secret Story, Sydney, Duffy & Snellgrove, 2001, p. 51-140.

29 Cité dans Menadue John E., A Centenary History of the Australian Natives Association 1871-1971, Melbourne, Horticultural Press, 1971, p. 185.

30 Davison Graeme, McCarthy J. W. et McLeary Ailsa (dir.), Australians 1888, vol. 3, Australians : A Historical Library, Broadway, NSW, Fairfax, Syme & Weldon Associates, 1987, p. 20.

31 Menadue J. E., A Centenary History…, op. cit., p. 248-249.

32 Parker Derek, Governor Macquarie : His Life, Times and Revolutionary Vision for Australia, Warriewood, Woodslane, 2010.

33 Macintyre S., A Concise History…, op. cit., p. 50.

34 « Government and General Orders », Sydney Gazette and New south Wales Advertiser, 24 janvier 1818, p. 1 ; « Sydney », Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 31 janvier 1818, p. 2-3.

35 « The Regatta », The Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 28 janvier 1837, p. 2.

36 « First Landing », The Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 27 janvier 1829, p. 2 ; « Commemoration of the First Landing », The Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 28 janvier 1830, p. 3 ; « Advance Australia », The Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 21 janvier 1836, p. 2.

37 « The Currency Dinner and Address », Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 4 février 1837, p. 2.

38 « United Australian’s Dinner », Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 30 janvier 1837, p. 2.

39 « The Jubilee », The Sydney Gazette and New South Wales Advertiser, 6 janvier 1838, p. 2.

40 Ibid.

41 Atkinson Alan et Aveling Marian (dir.), Australians 1838, vol. 2, Australians : A Historical Library, Broadway, NSW, Fairfax, Syme & Weldon Associates, 1987, p. 9-10.

42 Ibid.

43 Voir Menadue J. E., A Centenary History…, op. cit., p. 248-249 ; Manning Clark, A History of Australia, vol. V : The People Make Laws 1888-1915, vol. V : The People Make Laws 1888-1915, Melbourne, Melbourne University Press, 1981, p. 16-18.

44 Irving Helen, To Constitute a Nation : A Cultural History of Australia’s Constitution, Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

45 Gorman Daniel, Imperial Citizenship : Empire and the Question of Belonging, Manchester, Manchester University Press, 2006 ; Pagden Anthony, « Fellow Citizens and Imperial Subjects : Conquest and Sovereignty in Europe’s Overseas Empires », History and Theory, 44, no 4, 2005.

46 Hirst J., Freedom on the Fatal Shore…, op. cit.

47 Birrell R., Federation : The Secret Story, op. cit.

48 La Nauze John Andrew, The Making of the Australian Constitution, Carlton, Melbourne University Press, 1972.

49 Davison G., McCarthy J. W., et McLeary A., Australians 1888, op. cit.

50 Ibid., p. 20.

51 Richards Eric, Destination Australia : Migration to Australia since 1901, Sydney, UNSW Press, 2008, p. 35-39.

52 London H. I., Non-White Immigration…, op. cit., p. 10-14.

53 Kwan Elizabeth, « Celebrating Australia : A History of Australia Day », National Australia Day Council, 2007 http://www.australiaday.org.au/australia-day/history/1901-federation.

54 French Maurice, « The Ambiguity of Empire Day in New South Wales 1901-21 : Imperial Consensus or National Division », Australian Journal of Politics and History, 24, no 1, 1978.

55 Seal Graham, Inventing Anzac : The Digger and National Mythology, St Lucia, Qld., University of Queensland Press, API Network et Curtin University of Technology, 2004.

56 Thomas Julian, « 1938 : Past and Present in an Elaborate Anniversary », Australian Historical Studies, 23, no 91 (numéro spécial : Making the Bicentenary), 1988 ; Atkinson A. et Aveling M., Australians 1838, op. cit.

57 « Telling a Story. History Given in Floats. Ingenuity and Beauty », The Sydney Morning Herald, 27 janvier 1938, p. 12.

58 Horner Jack et Langton Marcia, « The Day of Mourning », dans Gammage B. et Spearritt P. (dir.), Australians 1938, Broadway, NSW, Fairfax, Syme & Weldon Associates, 1987.

59 « Anniversary Day », The Sydney Morning Herald, 26 janvier 1938, p. 12.

60 Richards E., Destination Australia…, op. cit., p. 179-186.

61 Kleist J. O., « Migrant Incorporation and Political Memories… », art. cit.

Auteur

Refugee Studies Center, University of Oxford

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540