Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires des migrations, temps de l’histoire

 | 
Laure Teulières
, 
Hélène Bertheleu
, 
Marianne Amar

Partie II. Construction collective et usages publics

Chapitre 9. Mémoire et immigration des Grecs pontiques en Allemagne

Nicole Immig
Traduction de Valentine Meunier

Texte intégral

  • 1 Cf. Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Erwerbstätigkeit. Bevölkerung mit Migration-shintergru (...)
  • 2 On manque encore à ce jour d’une recherche en histoire des migrations sur l’immigration de travail (...)
  • 3 Pour des questions de lisibilité nous emploierons uniquement le masculin pluriel « immigrés » ou «  (...)
  • 4 Cf. Pentzopoulos Dimitris, The Balkan Exchange of Minorities and its Impact on Greece, Paris, École (...)

1350 000 personnes, de nationalité grecque ou nées de parents grecs, vivent en Allemagne1. La majorité de ces migrants, originaires des différentes régions de Grèce, sont arrivés dans les années 1960, après la conclusion d’un accord de recrutement entre leur pays et la RFA2. Depuis cette date, ni le ministère hellène des Grecs à l’étranger, ni l’Office fédéral allemand de la migration n’opèrent de distinctions d’ordre régional ou ethnique entre ces immigrés. Le nombre de Grecs pontiques3 (Pontosgriechen ou pontische Griechen) vivant actuellement en Allemagne reste donc une estimation : il se situe entre 70 000 et 100 000 personnes, soit le plus grand groupe « régional » de cette immigration. Les Pontiques regroupent les Grecs dont les ancêtres vivaient dans la région du Pont et de la chaîne pontique, sur les bords de la mer Noire de l’actuelle Turquie. Ils ont été forcés de quitter la région à la suite de l’échange de populations grecque et turque en 19234.

  • 5 Une première tentative pour en tenir compte apparait dans l’article issu du mémoire de maîtrise de (...)
  • 6 La recherche est basée sur l’analyse de la présence sur internet de 19 associations de Grecs pontiq (...)

2À l’instar des institutions administratives et politiques, les recherches menées sur les flux migratoires grecs en Allemagne, généralement appréhendés comme « immigration de travail », occultent les distinctions régionales. Mais les organisations d’immigrés se structurent, elles, en fonction de leurs régions de provenance5. Dans le cas des Grecs pontiques, l’origine géographique occupe une place centrale dans la construction de la mémoire collective et de l’identité du groupe, notamment chez les plus jeunes. Les associations apparaissent ici comme des acteurs majeurs du travail de médiation. Gardiennes proclamées de la mémoire culturelle et du récit historique, elles revendiquent un rôle d’expert pour tout ce qui a trait à la région du Pont. Elles entendent ainsi avoir autorité sur l’interprétation de la mémoire collective et font, de fait, office de « représentations semi-officielles ». D’où la place centrale qu’elles occupent dans cet article6, qui met l’accent sur les processus de construction mémorielle au sein de cette population depuis les années 1980 et qui propose d’analyser le jeu des différents acteurs.

Une brève histoire de la région du Pont

  • 7 Une grande partie des Pontiques avait déjà auparavant été déportée dans des camps de travail ou été (...)
  • 8 Cf. Hirschon Renée, Heirs of the Catastrophe. The Social Life of Asia Minor Refugees in Piraeus, Ox (...)

3La région du Pont et de la chaîne Pontique se situe au bord de la mer Noire et faisait partie de l’Empire ottoman, jusqu’au début du xxe siècle. Avant l’effondrement de cet empire multiethnique, de nombreux groupes qui se distinguaient par la religion, l’origine ethnique ou la langue – chrétiens, musulmans, juifs, Grecs, Arméniens, Lazes, Kurdes, etc. –, se côtoyaient notamment dans les centres urbains de la région comme Trabzon (gr. : Trapezounta) ou Samsun (gr. : Sampsounta). Les frontières linguistiques, ethniques ou confessionnelles ne se recoupaient pas toujours et traversaient souvent ces groupes. Le traité de Lausanne conclu en 1923, après la première guerre mondiale et la guerre gréco-turque de 1919-1922, imposa un échange de populations entre la Grèce et la Turquie. L’ensemble des Grecs orthodoxes dut alors quitter la région. Le critère décisif fut celui de la religion chrétienne, au mépris des aspects ethniques et linguistiques. Les Pontiques orthodoxes furent expulsés, en même temps que la population grecque du littoral d’Asie mineure, de Cappadoce et d’autres régions7. Ils s’installèrent dans la capitale, Athènes, et surtout dans le nord du pays, territoire d’où avaient été expulsés les musulmans. Thessalonique, Serres, Drama, Véria, Kozani, Kavalla, et d’autres localités en Macédoine devinrent des lieux de refuge pour une grande partie de ces immigrés8. Dans les années 1960, quelques-uns d’entre eux et surtout leurs descendants allaient émigrer en Allemagne dans le cadre des accords de recrutement conclus avec la RFA. Lorsque l’on questionne aujourd’hui des jeunes Pontiques vivant en Allemagne sur la région d’origine de leurs parents ou grands-parents, beaucoup de ces « immigrés » de la seconde ou troisième génération citent le Pont, alors que leurs propres parents y ont très rarement vécu.

  • 9 Plus de 40 associations, la plupart allemandes, sont affiliées à la fédération. Cf. http://www.osep (...)

4À l’exception de l’association de Munich, fondée en 1966 donc plus ancienne, il a fallu attendre le début des années 1980 pour voir les Grecs pontiques commencer à s’organiser en associations locales, régionales ou interrégionales. Jusque-là, les migrants originaires de cette région se fondaient dans les communautés, paroisses et associations grecques et n’intervenaient pas de manière autonome sur la scène politico-culturelle de la République fédérale. En 1981, cinq de leurs associations se constituent en Fédération des associations pontiques de République Fédérale d’Allemagne et Berlin-Ouest, renommée en 1994 Fédération des associations des Grecs de la région du Pont en Europe. La fédération européenne prend en charge l’interconnexion et l’organisation des associations grecques pontiques du continent9.

Narration de l’histoire et de la mémoire pontique

5Le récit de l’histoire du Pont par les associations d’immigrés pontiques en Allemagne s’appuie en général sur quatre piliers : l’histoire archaïque et antique de la région et de la langue pontique ; l’héritage hellénique et chrétien ; la valorisation du rôle des Pontiques dans la région de la mer Noire comme vecteur de modernité et de progrès, à l’inverse de la population musulmane ; l’expulsion violente de la population pontique et le « génocide pontique ».

L’histoire archaïque et antique

  • 10 Association Panagia-Soumela des Pontiques d’Aix-la-Chapelle. Cf. http://www.panagia-soumela.com/(13 (...)
  • 11 Ioannis Boursanidis, président de la fédération européenne des Pontiques d’Europe, la Fédération de (...)
  • 12 Cf. les propos de l’association des Pontiques de Dortmund et sa région « Xeniteas » sur l’histoire (...)

6L’histoire archaïque et antique des Grecs pontiques sur les bords de la mer Noire constitue le socle de la narration portée par les associations d’immigrés. Dans cette forme « d’autoportrait », il est fait référence à un peuplement précoce de la région par des colons grecs au iiie millénaire avant notre ère et à leur apport « à la richesse culturelle et matérielle de la région [sic]10 » au viiie siècle avant J.-C. Dans ce récit, sont citées de grandes figures antiques considérées comme pontiques : les Grecs de cette région en seraient aujourd’hui les lointains descendants. Certaines de ces personnalités venaient de la région, d’autres y ont laissé trace de leur activité11. L’association des Pontiques de Dortmund mentionne ainsi les auteurs Strabon, Diogène ou encore Héraclite, qui, affirme-t-elle, utilisaient un dialecte pontique12. On ne s’étonnera guère que les noms des associations pontiques en Allemagne se réfèrent en général à ce passé archaïque et antique, à l’instar des « Argonautes » de Waiblingen, dont la dénomination commémore Jason et la Toison d’or, ou de l’association de Herbrechtingen, baptisée « Akrites » en hommage aux troupes frontalières (Akrites) dans les marges byzantines musulmanes, mais aussi en référence au poème épique byzantin « Digénis Acritas ».

  • 13 Association des Pontiques d’Esslingen (fondée en 1982), sur : http://www.pontos-esslingen.com/Istor (...)
  • 14 http://www.xeniteas-dortmund.de/frameset.htm.

7Ces trames narratives reposent sur deux hypothèses. La première porte une conception essentialiste de la nation grecque : les Pontiques sont indubitablement des Grecs, donc ils sont membres de cette nation. Seconde assertion : il est possible de tracer une ligne continue et immuable de l’Antiquité à nos jours. L’histoire archaïque et antique de la région et de sa population, ainsi que la langue pontique, « vestiges » de la Grèce antique sont données ici comme des « preuves ». Les philosophes antiques servent en outre à produire un lien entre la région pontique, sa population et l’espace de civilisation européenne, pourtant sujet à caution eu égard aux débats sur la situation géographique de cette région et sur son appartenance culturelle à la Turquie. En insistant sur le grand âge de la nation grecque et sur l’ascendance grecque des Pontiques, les associations construisent une historicité grecque et mettent en valeur l’ancienneté de l’espace et de la population pontiques. L’association des Pontiques d’Esslingen, fondée en 1982, affirme ainsi sur son site internet qu’un premier « État national » (gr. : ethniko kratos) a été fondé dans la région pontique dès 363 avant J.-C., qu’il a perduré jusqu’en 63 avant J.-C. et peut donc être qualifié de « premier Étatnation en Orient13 ». L’association des Pontiques de Schorndorf affirme, de son côté, que le Pont représente depuis des millénaires « l’une des régions les plus importantes de la nation grecque. L’hellénisme n’y a jamais cessé – ni durant l’Antiquité et le règne d’Alexandre le Grand, ni à l’époque de la domination byzantine et turque. Le Pont peut s’enorgueillir d’avoir su conserver intactes son identité nationale et sa conscience nationale14 ».

  • 15 Cf. Association culturelle des Grecs de la région du Pont à Düsseldorf et sa région : http://www.po (...)

8Dans cette interprétation du passé, la Grèce est considérée comme la référence politique et émotionnelle, comme la patrie ou la mère-patrie, et l’expulsion des Pontiques dans les années 1920 est présentée comme un retour dans « leur patrie d’origine, que leurs aïeux avaient quittée il y a presque 3 000 ans15 ».

  • 16 Association des Grecs pontiques de Munich ; Akrites Herbrechtingen ; Syllogos Pontion Dortmund kai (...)
  • 17 http://www.xeniteas-dortmund.de/frameset.htm (12/11/2013).

9La référence antique resurgit aussi dans la symbolique utilisée par les associations qui prennent l’aigle à une tête pour emblème des Grecs pontiques16. Ce choix est expliqué par l’histoire, avec un renvoi à la dynastie impériale byzantine des Comnènes, que l’on englobe également dans les « ancêtres pontiques » et dont les armoiries étaient ornées de cet animal héraldique. L’aigle est, par ailleurs, relié à l’Antiquité : au ive siècle avant J.-C., il figurait sur des pièces de monnaie17.

Les fondations chrétiennes de l’histoire et de la mémoire pontiques

10Le christianisme orthodoxe constitue un autre pilier du récit de l’histoire et de la mémoire pontiques. Il est considéré comme un élément fondateur de la culture hellénique, qui a permis d’intégrer, d’un point de vue culturel et politique, d’autres groupes de population dans la région. On peut ainsi lire sur le site de l’association des Pontiques de Hambourg et sa région :

  • 18 http://pontos-hamburg.jimdo.com/pontos/pontos-griechen (12/11/2013).

À l’époque byzantine, le Pont constitue une province très importante (en particulier la ville de Trébizonde, aujourd’hui Trabzon). Le christianisme s’est établi très tôt dans la région du Pont, évangélisée par les apôtres André et Pierre. Ils furent aidés, comme les pères de l’Église plus tard, par le fait que le grec était parlé par la majorité des peuplades indigènes hellénisées. Grâce à la diffusion du christianisme, l’hellénisme put aussi léguer plus facilement son identité culturelle et nationale à ces peuples et, au fil du temps, émergea une culture dont l’orthodoxie fut le ciment.18

  • 19 Sur le monastère, cf. Bryer Anthony et Winfield David, Byzantine Monuments and Topography of the Po (...)
  • 20 Pontiakos Syllogos « Panagia Soumela » Aachen (fondée en 1995) ; Pontiakos Syllogos Bietigheim-Biss (...)

11Le monastère de Sumela constitue un marqueur important de cette mémoire collective du passé chrétien. Situé non loin de Trébizonde (aujourd’hui Trabzon), il fait partie des principaux lieux de pèlerinage orthodoxe pontique en Turquie19. Il représente donc un lieu de mémoire, qui a donné son nom à certaines associations de Pontiques en Allemagne et dans le reste de la diaspora grecque. Le monastère est aussi l’objet de manifestations et séminaires à caractère historique ou culturel20.

12Si la religion chrétienne et l’Église orthodoxe tiennent ainsi une place de choix dans le grand roman pontique, c’est que la foi – suivant l’exégèse officielle de l’histoire nationale de la Grèce – a permis au peuple et à la culture helléniques de survivre pendant les « siècles sombres » de la domination ottomane. La conquête de l’empire byzantin et de l’ensemble du bassin de la mer Noire par les Ottomans, et la domination qui s’ensuivit, sont qualifiées « d’esclavage ». Un topo qui, malgré l’arrivée d’une nouvelle génération d’historiens ces dernières décennies en Grèce, perdure encore dans les cercles nationalistes et conservateurs, et en premier lieu dans les présentations pseudo-historiques. L’association des Pontiques grecs de Hambourg incarne cette tendance :

  • 21 http://pontos-hamburg.jimdo.com/pontos/pontos-griechen (12/11/2013).

Les Grecs fuirent par milliers dans le Caucase, se réfugièrent en Russie ou dans les montagnes de l’arrière-pays. Là, loin de la vue des nouveaux souverains, ils fondèrent de nouveaux villages et cités, une nouvelle civilisation grecque, libre. Mais de nombreux autres Grecs pontiques subirent une assimilation forcée. Dans les décennies suivantes, les chrétiens grecs furent victimes de nombreux pogroms perpétrés par les musulmans ottomans. Les survivants cherchèrent refuge auprès de leurs frères orthodoxes russes. L’invasion des Ottomans marqua le début de près de quatre siècles d’esclavage dans toutes les régions de la Grèce.21

  • 22 Cette thèse se fonde entre autres sur le travail de Vryonis Spyros, The Decline of Medieval Helleni (...)

13C’est aussi la foi chrétienne qui permet d’intégrer dans le récit historique pontique les Pontiques musulmans et turcophones restés dans la région après l’expulsion des orthodoxes en 1923. Ces Pontiques qui habitent encore la région aujourd’hui sont, dans ce récit, des chrétiens islamisés de force par les Ottomans, mais qui n’ont jamais abjuré la religion chrétienne et n’ont donc jamais perdu leur identité pontique. À preuve de cette identité « en réalité » pontique-chrétienne et par conséquent grecque, on cite le dialecte pontique parlé par cette population de « crypto-chrétiens » ainsi que diverses coutumes et traditions culturelles, jugées purement grecques, pontiques et/ou « chrétiennes22 ».

14Dans l’ensemble, cette narration ne se distingue pas fondamentalement du récit historiographique traditionnel de la nation grecque, dans lequel l’Antiquité comme le christianisme constituent des pierres angulaires. Les références au passé antique, la présentation de la domination ottomane comme une tyrannie, et la continuité postulée immuable de la nation grecque depuis l’Antiquité sont autant d’éléments de l’interprétation officielle de l’histoire nationale de l’hellénisme en Europe. Les associations d’immigrés pontiques en Allemagne reprennent ainsi des conceptions historiques traditionnelles et largement avalisées par l’État grec, sur lesquelles elles greffent leur propre narration. Une présentation aussi ethnocentrique de l’histoire de la région du Pont, présentée comme un territoire grec orthodoxe, donne l’idée d’un espace homogène du point de vue ethnique, religieux ou linguistique. Or cette vision ne rend pas compte de l’existence, hier comme aujourd’hui, de populations différentes à tous points de vue. Que ces « patries perdues » (gr. : chamenes patrides), pour reprendre le titre de multiples présentations historiques, soient précisément définies comme « notre Orient » (gr. : kath’imas Anatolis) et non pas comme la patrie d’un grand nombre d’autres peuples dont les Turcs, ne témoigne pas seulement d’un raccourci de l’histoire de la région : l’argument enjolive aussi les faits historiques.

Expulsion et concept de « génocide pontique »

  • 23 http://www.pontos-xeniteas.de/de/ et http://www.xeniteas-dortmund.de/frameset.htm (13/11/2013). L’a (...)

15Toutefois, ce sont avant tout la fuite et l’expulsion des côtes de la mer Noire au début du xxe siècle qui structurent le récit historique porté par les associations. Certes, les traités de Sèvres et de Lausanne qui encadrent les expulsions et l’échange gréco-turc de populations constituent des éléments incontournables du grand récit historique grec, en particulier la tragédie de Smyrne en 1922. Ces traités ont mis un terme à la politique d’expansion de l’État grec et ont fait fonction de censures décisives dans l’histoire moderne de ce pays. Toutefois, dans la mémoire collective des Pontiques, les déplacements massifs de population ont acquis une vertu identitaire. En effet, l’émigration forcée, la perte de la patrie et le déracinement qui en a été le corollaire sont devenus la composante prédominante de leur culture mémorielle et ont été élevés au rang de déterminant majeur de leur identité, comme en témoigne le nom de certaines associations23.

  • 24 On peut lire sur le site de l’association culturelle des Grecs pontiques de Düsseldorf et sa région (...)
  • 25 Une personne interrogée par Constanze Vieth qualifie aussi l’émigration de ses parents de « deuxièm (...)

16Pour plusieurs d’entre elles, cette perception de soi comme expulsé et déraciné, vivant dans un état permanent de réfugié, fonde l’explication des migrations qui ont suivi, et notamment celle des décennies 1960 et 1970 vers l’Allemagne24. Cette « seconde migration25 » des Grecs pontiques et leur intégration réussie dans la société sont reliées, dans certains récits, à la première expulsion et au statut d’éternel réfugié :

  • 26 Voir également le site internet de l’association des Grecs pontiques à Herbrechtingen : http://www. (...)

Et les Pontiques ont prouvé une nouvelle fois que, où qu’ils soient, ils créent quelque chose. Toujours réfugiés (de nos jours encore), ils construisent, où qu’ils aillent, leur nouveau foyer. Quelque chose qui semble leur être resté et qui est devenu une habitude après le déracinement.26

17Un autre mode de légitimation de l’émigration vers l’Allemagne consiste à combiner cet argument avec l’idée d’un peuple toujours tendu vers la modernité et le progrès, la population pontique apparaissant comme un vecteur de modernisation pendant la domination ottomane.

  • 27 C’est ce que fait aussi la Fédération des associations pontiques ou Fédération des associations des (...)
  • 28 Le slogan « Den ksexno » était jusqu’à présent utilisé uniquement par des associations de réfugiés (...)
  • 29 L’association pontique de Bietigheim-Bissingen fait de même. Cf. ici aussi le lien vers la déclarat (...)

18Étroitement inséré dans l’ambition de transmettre des connaissances sur la région du Pont, sa culture et son histoire, le discours construit sur l’injustice commise envers les Grecs pontiques, et les modalités de sa transmission prennent une dimension exceptionnelle. L’expulsion, qui s’est accompagnée de massacres brutaux et de déportations, est qualifiée de « génocide pontique » ou de « génocide des Grecs de la région du Pont27 ». De nombreuses organisations font ici référence à la définition juridique internationale du génocide, adoptée par l’ONU en 1948. Elles se mobilisent pour que le 19 mai, jour du débarquement de Mustafa Kemal sur les côtes de la mer Noire, devienne la journée commémorative du génocide pontique. Sur la page d’accueil de leur site internet, certaines d’entre elles interpellent la mémoire du visiteur. Elles y diffusent un diaporama montrant les images des brutalités et atrocités perpétrées dans le cadre de la première guerre mondiale par l’État turc ottoman. Le visiteur du site de l’association pontique de danse « Akritas » à Neckartenzlingen est ainsi accueilli par des célèbres reproductions photographiques en noir et blanc, censées documenter le « deuxième [plus grand] génocide » au monde. Le jour du 19 mai se trouve mentionné directement sous le nom de l’association au centre de la page et accompagné de la maxime « Den ksechno » (« Je n’oublie pas »)28. Plusieurs associations utilisent les mêmes reproductions, parmi lesquelles figurent en fait de nombreuses photographies des déportations des Arméniens qui se trouvent ainsi détournées afin de conforter la revendication de reconnaissance du « génocide pontique ». L’association « O Xeniteas » des Pontiques de Düsseldorf et de sa région légende, par exemple, une photographie célèbre de la déportation des Arméniens représentant une marche de réfugiés, par l’appel : « Comment pouvons-nous oublier… ! 19 mai. Journée commémorative du génocide de l’hellénisme pontique.29 »

La revendication de reconnaissance internationale

19La plupart des associations étudiées revendiquent, souvent dès la page d’accueil de leur site internet, la reconnaissance internationale d’un « génocide pontique ». Pour convaincre, elles font référence à l’histoire allemande, cherchant ainsi à donner plus de poids à leur double revendication : la reconnaissance d’un « génocide pontique » par la communauté internationale, l’« aveu de culpabilité » de la Turquie. Ce mode d’action corrobore la thèse selon laquelle les pratiques mémorielles, c’est-à-dire la façon dont on se souvient, sont toujours tributaires du contexte culturel dans lequel elles s’inscrivent. L’association des Pontiques de Hambourg renvoie ainsi à l’histoire allemande et à l’exemple « positif » de l’Allemagne dans sa manière de traiter le passé nazi :

  • 30 Association des Pontiques de Hambourg et de sa région sur : http://pontos-hamburg.jimdo.com/pontos/ (...)

Nous pensons que c’est un atout pour un État de reconnaître ses crimes passés, ainsi que l’Allemagne l’a fait. La Shoah est enseignée aux élèves à l’école pour préserver l’avenir de telles atrocités. L’avenir d’un peuple est conditionné au savoir qu’il a de son passé. Voilà pourquoi il faudrait aussi reconnaître les crimes perpétrés contre les Grecs pontiques.30

  • 31 Cf. la marche silencieuse du 19 mai 2012 en mémoire des victimes du « génocide pontique » devant le (...)

20Ces corrélations historico-politiques sont régulièrement mobilisées, le 19 mai, lors des manifestations de commémoration en mémoire du « génocide pontique ». Ce jour-là, les associations d’immigrés déposent des couronnes de fleurs au pied des monuments dédiés aux victimes du national-socialisme31. La reconnaissance d’un « génocide perpétré à l’encontre des Grecs pontiques », portée par l’analogie avec d’autres génocides, apparaît ainsi comme l’une des priorités associatives, à côté de la transmission de savoirs et de la préservation de leurs coutumes.

  • 32 Cf. Agtsidis Vlasis, « To travma kai oi politikes tis mnimis », dans Kokkinos G., Lemonidou E. et A (...)
  • 33 Photiades K. E., Die Islamisierung Kleinasiens…, op. cit.
  • 34 Voir notamment de ces deux auteurs : Photiades Konstantinos E., Pontos, Thessaloniki, Zytros, 2010  (...)
  • 35 C’est en 1986 et 1988 que se déroulèrent les premiers congrès mondiaux des Pontiques grecs. Cf. Ver (...)
  • 36 Cf. sur cette question les publications dans le Journal officiel grec FEK (A,18/28.02.1986) et FEK (...)
  • 37 Cf. Agtsidis V., « To travma… », art. cit., p. 264, 274.
  • 38 Cf. le libellé exact dans FEK (A, 207/21/09/2001) ainsi que Bruneau Michel et Papoulidis Kyriakos ( (...)
  • 39 De nombreux jeunes professeurs d’université grecs, notamment, sont très sceptiques sur la qualifica (...)

21Pour qualifier les expulsions des années 1920, le terme de « génocide » avait été employé en Grèce dès 1969, principalement par les réfugiés de la région du Pont et leurs descendants. Mais la reconnaissance officielle d’un « génocide pontique » est devenue une revendication politique au début des années 198032. Parmi ses initiateurs, on trouve Michalis Charalambidis, un sociologue grec d’origine pontique, membre fondateur du Mouvement socialiste panhellénique de Grèce (PASOK), et Konstantinos Fotiadis, un historien formé en Grèce et en Allemagne, lui aussi d’origine pontique. Tous les deux défendaient avec véhémence la reconnaissance d’un « génocide pontique » dans divers cercles sociaux et politiques, en Grèce comme à l’étranger. En 1986, Michalis Charalambidis, alors président du Centre de recherches pontiques (KE.PO.ME), évoqua, pour la première fois, un « génocide pontique » dans un article de presse. Konstantinos Fotiadis, qui avait soutenu sa thèse de doctorat sur les crypto-chrétiens du Pont à l’université de Tübingen en 198533, se chargea de donner des bases scientifiques à cette revendication politique. À partir du début des années 1990, Michalis Charalambidis et Konstantinos Fotiadis ont donné plus d’ampleur à ce mouvement, en plaidant pour la reconnaissance officielle du « génocide pontique » dans de multiples publications et communications orales présentées lors de manifestations en Grèce et à l’étranger34. Dans cette mobilisation, ils ont su mettre à profit leurs réseaux sociaux, politiques et personnels. Michalis Charalambidis, en particulier, bénéficiait de liens particuliers grâce à son adhésion au PASOK, en Grèce mais également parmi la « diaspora » grecque35. Ces réseaux peuvent expliquer les nombreuses créations d’associations d’immigrés pontiques en Allemagne au début des années 1980. Les appels à la reconnaissance officielle rencontrèrent, en tout cas, un certain succès politique en Grèce. C’est bien à l’instigation du député Michalis Charalambidis que le parlement grec vota d’un seul bloc en 1994 la reconnaissance d’un « génocide pontique » en faisant du 19 mai la « journée nationale du génocide des Grecs du Pont ». Dès 1986, les députés avaient déclaré le 14 septembre comme « Journée nationale de toutes les victimes grecques de la catastrophe d’Asie mineure36 ». Mais pour que la reconnaissance acquière une pleine valeur juridique et pour appliquer la loi, il fallait que le gouvernement l’entérine. Or, le ministre des Affaires étrangères s’y opposa37. Après que le gouvernement Simitis ait refusé en 1998 de ratifier la décision du parlement, il fallut attendre 2001 pour que le 14 septembre – occupation de Smyrne/Izmir par l’armée turque – soit homologué « Journée nationale du génocide perpétré par l’État turc à l’encontre des Grecs d’Asie Mineure » et le 19 mai comme « Journée nationale du génocide pontique38 ». La reconnaissance internationale d’un « génocide pontique » fait encore défaut à ce jour, de même que l’aveu de culpabilité de la Turquie. Par ailleurs, le milieu universitaire, en Grèce en particulier, se montre très critique à l’égard de cette interprétation du passé39.

  • 40 http://www.genocidescholars.org/resources/resolutions (13/11/2013).

22Néanmoins, certaines institutions scientifiques qualifient aussi les événements en Asie mineure de génocide, à l’instar de l’Association internationale des chercheurs sur le génocide (IAGS), rassemblant des spécialistes académiques de ce sujet d’étude. Dans une résolution de décembre 2007, les chercheurs de cet institut décrivent les actes du gouvernement ottoman « contre les minorités chrétiennes de l’empire » entre 1914 et 1923 comme un « génocide contre les Arméniens, les Assyriens et les Grecs pontiques et anatoliens40 ». Toutefois, l’association inclut ici l’ensemble des victimes « grecques » : non seulement les Hellènes de la région du Pont mais aussi ceux des régions du littoral d’Asie mineure et d’ailleurs, dans un génocide perpétré à l’encontre de toutes les minorités chrétiennes. Elle ne parle pas d’un génocide exclusivement pontique et ne considère pas que les opérations menées dans la région du Pont comme des épurations spécifiques, exclusivement dirigées contre les Pontiques grecs.

Polémiques et surenchères mémorielles

  • 41 www.greekgenocide.com (28/8/2013).
  • 42 On trouvait jusqu’en octobre 2012 une critique fouillée de ces deux personnalités sur : http://pont (...)
  • 43 Cf. également la critique de l’historien Vlasis Agtsidis sur : http://kars1918.wordpress.com/2009/1 (...)
  • 44 Zimmerer Jürgen, Von Windhuk nach Auschwitz ? Beiträge zum Verhältnis von Kolonialismus zum Holocau (...)
  • 45 Dans une lettre adressée le 9 mars 2008 à l’ambassadeur américain en Grèce, Michalis Charalambidis (...)
  • 46 Charalambidis Michalis, « Von den Völkern des Schweigens zur gemeinsamen Stimme », dans Hoffmann T. (...)
  • 47 Charalambidis M., « Von den Völkern… », art. cit., p. 232.
  • 48 Michalis Charalambidis a ainsi parlé dans un discours prononcé le 26 juin 2012 à Nicosie de la « ma (...)
  • 49 http://www.pontos.genoktonia.gr.
  • 50 Cf. la couverture de sa documentation publiée en 1994, « Génocide des Grecs du Pont », qui montre u (...)
  • 51 Cf. une communication de Michalis Charalambidis tenue en novembre 2011 sur : « Le Pont – Le retour (...)

23De nombreuses associations, de victimes non-grecques en Allemagne et de la diaspora grecque, ont aussi critiqué la présentation des faits portée par Michalis Charalambidis et Konstantinos Fotiadis, selon lesquels les Pontiques grecs ont été les seules victimes de la « politique d’épuration » des populations non-musulmanes. Ces associations ont en particulier fustigé la prétention d’exclusivité et la hiérarchisation des victimes qu’implique un véritable « génocide pontique41 ». À l’inverse, la plupart des associations de Grecs pontiques en Allemagne relaient la conception de Michalis Charalambidis. Certaines d’entre elles se réfèrent à la reconnaissance de l’IAGS, sans toutefois mettre en relief les nuances que cette dernière apporte dans le récit historique. La plupart des associations étudiées reprennent, sans aucun esprit critique, des textes de Michalis Charalambidis et Konstantinos Fotiadis dans leur narration de l’histoire du Pont. Elles occultent, par exemple, le fait que les deux auteurs affectionnent les présentations et les conclusions simplistes, portées aux généralisations, en règle générale partiales, sous-tendues par un point de vue foncièrement ethnocentrique. Aussi les scientifiques expriment-ils souvent leurs réserves sur le sérieux des recherches de ces deux personnalités42. On peut, d’une part, s’interroger sur la thèse avancée par Konstantinos Fotiadis dans sa recherche de doctorat sur « L’islamisation en Asie mineure et les crypto-chrétiens du Pont », postulant que les Grecs pontiques étaient des Grecs purs, dotés d’une conscience nationale clairement hellène, quasiment immuable à travers les siècles. Les turcophones ou Pontiques musulmans qui habitent encore dans le bassin de la mer Noire de nos jours sont, selon l’auteur, comme pour Michalis Charalambidis, des « Pontiques islamisés », parfois appelés « crypto-chrétiens », discriminés jusqu’à aujourd’hui par les autorités turques et devant être sauvés par la nation grecque43. Dans les propos des deux militants, dérange également leur usage inconsidéré de termes et expressions synonymiques, qui sont détachés de leur contexte historique et contribuent ainsi à mettre sur un pied d’égalité des événements historiques de nature radicalement différente. Ils utilisent, par exemple, des termes employés pour caractériser la terreur stalinienne ou l’extermination des juifs sous le IIIe Reich, pour les appliquer à l’expulsion des Pontiques. Ils cherchent ce faisant, écrit le spécialiste du génocide Jürgen Zimmerer, « à faire entendre leur propre cause en se servant de l’indignation mondiale à l’égard du destin des juifs sous le IIIe Reich44 ». Ainsi Michalis Charalambidis parle-t-il d’une « Shoah pontique45 » (gr. : pontiako olokavtoma) pour désigner les brutalités de l’armée turque commises sur la population kurde, de la « SS turque46 » et de « goulags turcs et kémalistes47 ». Il réclame aujourd’hui que soit adoptée une « Journée internationale des victimes du kémalisme », conception fondée sur le postulat d’une continuité entre la politique de Mustafa Kemal et celle de l’ensemble des gouvernements turcs qui ont suivi48. De son côté, Konstantinos Fotiadis, qui anime son propre site internet49 vers lequel plusieurs associations renvoient, a été accusé de détourner des photographies de l’époque, dans le but de donner plus d’écho à la demande de reconnaissance d’un « génocide pontique50 ». La trame narrative qui en est proposée impute l’expulsion exclusivement à la politique ethno-nationaliste des Jeunes-Turcs et de Mustafa Kemal, et à la trahison des grandes puissances européennes, sans replacer ces événements dans le contexte historique des tensions dans les Balkans, de la première guerre mondiale et de la politique expansionniste de l’État grec. Ainsi, ce récit ne renvoie pas à la politique de « Megali Idea » ou de la « Grande idée » du gouvernement grec, à caractère expansionniste et nationaliste. Il ne mentionne pas non plus les brutalités commises par l’armée grecque à l’encontre de la population civile musulmane pendant la guerre gréco-turque entre 1919 et 1922. En dépit de tout cela, les associations considèrent Michalis Charalambidis et Konstantinos Fotiadis comme les experts incontestés de l’histoire et du génocide pontiques. Ils continuent à être invités à de nombreux séminaires et manifestations à titre de conférenciers ou d’intervenants51. Les chercheurs critiques qui étudient cette problématique avec des critères scientifiques ont, en revanche, la plus grande peine à se faire entendre.

Conclusion

24Le souvenir de la migration endosse un rôle central dans les processus de mémoire collective des Grecs pontiques en Allemagne ; il est vecteur d’identité. Sa pierre angulaire n’est pas ici l’émigration vers l’Allemagne dans les années 1960, mais l’expulsion brutale du bassin de la mer Noire au début du xxe siècle. En découle un discours victimaire ancré dans la mémoire collective des Grecs pontiques, qui met en scène une population autochtone, prospère sur le plan économique et progressiste du point de vue social. Le génocide perpétré dans le cadre de la politique ethno-nationaliste de Mustafa Kemal les a dépouillés de leur patrie et contraints à l’émigration. La « caractéristique grecque pontique » qui en résulte sert d’explication à une nouvelle émigration vers l’Allemagne et fonde avant tout la faculté de s’intégrer avec succès dans toute « nouvelle patrie ». Le concept de « génocide pontique », prédominant dans les récits et propagé par la quasi-totalité des associations d’immigrés pontiques en Allemagne, contribue à ce que les Pontiques soient perçus dans ce pays comme un petit groupe spécifique de migrants – notamment par comparaison aux immigrés turcs. Les associations pontiques – en Allemagne comme en Grèce – endossent ici le rôle de pilier, mais aussi de bâtisseur de la mémoire collective pontique. Elles n’ont cependant pas pour objectif de proposer une étude historiographique des événements, et recourent à un argumentaire politique et moral qui vise à faire reconnaître leur communauté comme un groupe de victimes particulier. Une tâche importante revient aux médiateurs de savoirs, que les associations ont estampillés du label « experts de la mémoire grecque pontique », car ce sont principalement eux qui forgent le récit relayé par ces associations. Ils font donc fonction d’acteurs importants de la politique et de l’histoire. L’absence de recherches systématiques, vastes et sérieuses, sur l’histoire des Grecs pontiques est favorable à cette évolution. On peut se demander au demeurant si les quelques rares historiens qui s’intéressent à la question pontique disposent de ressources et de réseaux assez efficaces pour infléchir, en Allemagne, le discours hégémonique sur l’histoire pontique. Cela supposerait, d’une part, de porter un regard critique sur le récit et les cultures mémorielles à ce jour prédominants et avalisés par l’État grec, mais aussi sur les souvenirs individuels. Cela impliquerait, d’autre part, d’examiner et le cas échéant, de relativiser, une perspective personnelle, ethnocentrique, sur le « passé pontique » et les conceptions de l’histoire qui en découlent.

Notes

1 Cf. Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Erwerbstätigkeit. Bevölkerung mit Migration-shintergrund - Ergebnisse des Mikrozensus 2011, Wiesbaden, Statistisches Bundesamt, 2012, p. 6.

2 On manque encore à ce jour d’une recherche en histoire des migrations sur l’immigration de travail grecque en Allemagne. Cf. la bibliographie, aujourd’hui dépassée, citée dans Geck Hinrich-Mathias, Die griechische Arbeitsmigration : eine Analyse ihrer Ursache und Folgen, Königstein, Hanstein, 1979.

3 Pour des questions de lisibilité nous emploierons uniquement le masculin pluriel « immigrés » ou « Grecs » pour désigner aussi bien les femmes que les hommes.

4 Cf. Pentzopoulos Dimitris, The Balkan Exchange of Minorities and its Impact on Greece, Paris, École Pratique des Hautes Études 1962 ; Hirschon Renée (dir.), Crossing the Aegean. An appraisal of the 1923 compulsory population exchange between Greece and Turkey, Oxford, New York, Berghahn, 2003.

5 Une première tentative pour en tenir compte apparait dans l’article issu du mémoire de maîtrise de Vieth Constanze, « Das kollektive Gedächtnis der Pontos-Griechen », Hellenika, NF 5, 2010, p. 91-98.

6 La recherche est basée sur l’analyse de la présence sur internet de 19 associations de Grecs pontiques en Allemagne, y compris la Fédération des associations des Grecs de la région du Pont en Europe dont toutes ces associations sont membres. Voir les liens disponibles sur le site : http://www.osepe.de/Links.htm.

7 Une grande partie des Pontiques avait déjà auparavant été déportée dans des camps de travail ou été victime des incursions militaires turques. Cf. sur cette question Llewellyn-Smith Michael, Ionian Vision. Greece in Asia Minor 1919-22, Londres, Hurst and Company, 1998 ; Hoffmann Tessa (dir.), Verfolgung, Vertreibung und Vernichtung der Christen aus dem Osmanischen Reich 1912-1922, Berlin, Lit, 2007.

8 Cf. Hirschon Renée, Heirs of the Catastrophe. The Social Life of Asia Minor Refugees in Piraeus, Oxford, Clarendon, 1989 ; Vergeti Maria, Apo ton Ponto stin Ellada. Diadikasies diamorfosis mias Ethnotopikis Tavtotitas, Athènes, Kyriakidis, 1991 ; Kontogiorgi Elisabeth, Population Exchange in Greek Macedonia : The Rural Settlement of Refugees 1922-1930, Oxford, Oxford University Press, 2006.

9 Plus de 40 associations, la plupart allemandes, sont affiliées à la fédération. Cf. http://www.osepe.de/Federation.htm (13/11/2013). 21 d’entre elles seulement ont un site internet, en comptant l’association des Grecs pontiques à Zurich et Stockholm.

10 Association Panagia-Soumela des Pontiques d’Aix-la-Chapelle. Cf. http://www.panagia-soumela.com/(13/08/2013).

11 Ioannis Boursanidis, président de la fédération européenne des Pontiques d’Europe, la Fédération des associations des Grecs de la région du Pont en Europe (OSEPE), se décrit lui-même comme « descendant de Diogène, Strabon, Héraclite, le père de l’Europe » et de la dynastie impériale des Comnènes dans un courrier adressé à la chancelière allemande Angela Merkel le 2 mai 2013. Consultable sur : http://www.osepe.de/02_Articles/130502B.html (12/11/2013).

12 Cf. les propos de l’association des Pontiques de Dortmund et sa région « Xeniteas » sur l’histoire des Pontiques (8/8/2013).

13 Association des Pontiques d’Esslingen (fondée en 1982), sur : http://www.pontos-esslingen.com/Istorikopontos.htm.

14 http://www.xeniteas-dortmund.de/frameset.htm.

15 Cf. Association culturelle des Grecs de la région du Pont à Düsseldorf et sa région : http://www.pontos-xeniteas.de/de/pontos-geschichte(12/11/2013).

16 Association des Grecs pontiques de Munich ; Akrites Herbrechtingen ; Syllogos Pontion Dortmund kai perixorron « Xeniteas » ; Pontiakos Syllogos « Panagia Soumela » Aix-la-Chapelle (fondée en 1995) ; Pontiakos Syllogos Bietigheim-Bissingen « Panangia Soumela » kai perixoron (fondée en 1986).

17 http://www.xeniteas-dortmund.de/frameset.htm (12/11/2013).

18 http://pontos-hamburg.jimdo.com/pontos/pontos-griechen (12/11/2013).

19 Sur le monastère, cf. Bryer Anthony et Winfield David, Byzantine Monuments and Topography of the Pontos, 2 t., Washington, Dumbarton Oaks, 1985.

20 Pontiakos Syllogos « Panagia Soumela » Aachen (fondée en 1995) ; Pontiakos Syllogos Bietigheim-Bissingen « Panangia Soumela » kai perixoron (fondée en 1986) ; Pontiakos Syllogos « Panagia Soumela » Lüdenscheid ; Verein der Hellenen aus Pontos im Raum Bonn, Rhein-Sieg e.V. « Panagia Soumela » (fondée en 1995, refondée en 2010).

21 http://pontos-hamburg.jimdo.com/pontos/pontos-griechen (12/11/2013).

22 Cette thèse se fonde entre autres sur le travail de Vryonis Spyros, The Decline of Medieval Hellenism in Asia Minor and the Process of Islamisation from the Eleventh to the Fifteenth Century, Berkeley, University of California Press, 1971. La plupart des associations pontiques s’appuient sur les développements de l’historien grec Kostantinos Fotiadis, Cf. Fotiadis Konstantinos, Die Islamisierung Kleinasiens und die Kryptochristen des Pontos, Thèse de doctorat, Université de Tübingen, 1985.

23 http://www.pontos-xeniteas.de/de/ et http://www.xeniteas-dortmund.de/frameset.htm (13/11/2013). L’association des Pontiques de Wiesbaden a pour adresse internet www.alismonites-patrides.de.vu, ce qui signifie « patries inoubliées », à interpréter dans le sens de « que l’on ne doit pas oublier ».

24 On peut lire sur le site de l’association culturelle des Grecs pontiques de Düsseldorf et sa région : « Ceux qui s’étaient déjà réfugiés en Grèce avant 1923 y trouvèrent des conditions plus favorables. Ils sont rentrés dans leur patrie d’origine, que leurs aïeux avaient quittée il y a presque 3000 ans. Ils commencèrent à construire des villages et s’intégrèrent très rapidement dans la vie et le quotidien de la Grèce. Par la suite, beaucoup ont été contraints par la misère matérielle d’émigrer une deuxième fois. Ils se rendirent aux États-Unis, au Canada et en Australie, mais aussi dans les pays d’Europe centrale qui connaissaient alors un essor économique, à l’instar de l’Allemagne » http://www.pontos-xeniteas.de/de/pontos-geschichte (12/11/2013).

25 Une personne interrogée par Constanze Vieth qualifie aussi l’émigration de ses parents de « deuxième migration » et l’Allemagne de « troisième patrie », Cf. Vieth C., « Das kollektive Gedächtnis… », art. cit., p. 93, 96.

26 Voir également le site internet de l’association des Grecs pontiques à Herbrechtingen : http://www.akrites.de/sites/gr/geschichte_verein.htm (20/08/2013).

27 C’est ce que fait aussi la Fédération des associations pontiques ou Fédération des associations des Grecs de la région du Pont en Europe (OSEPE). Son site internet est entièrement rédigé en grec, seul l’appel inséré à droite dans la bannière de la page d’accueil est en anglais : « We demand international recognition of the Greek Pontian Genocide ». http://www.osepe.de/ (12/11/2013).

28 Le slogan « Den ksexno » était jusqu’à présent utilisé uniquement par des associations de réfugiés chypriotes pour rappeler l’invasion et l’occupation du nord de Chypre.

29 L’association pontique de Bietigheim-Bissingen fait de même. Cf. ici aussi le lien vers la déclaration d’un candidat du parti social-démocrate « Panellinio Arma Politon » (PARP), qui accuse par ailleurs le mémorandum du FMI d’être à l’origine d’un nouveau génocide. Cf. http://pontiakos-syllogos-bietigheim.blogspot.de/ (20/08/2013).

30 Association des Pontiques de Hambourg et de sa région sur : http://pontos-hamburg.jimdo.com/pontos/pontos-griechen/ (24/08/2013).

31 Cf. la marche silencieuse du 19 mai 2012 en mémoire des victimes du « génocide pontique » devant le mémorial des victimes du nazisme à Stuttgart et le dépôt de gerbe consécutif. Extraits sur : http://www.youtube.com/watch?v=saZn_peU6cE (13/11/2013). Le seul monument dédié aux victimes du « génocide pontique » se trouve à Esslingen sur le site de l’église grecque orthodoxe de la ville.

32 Cf. Agtsidis Vlasis, « To travma kai oi politikes tis mnimis », dans Kokkinos G., Lemonidou E. et Agtsidis V. (dir.), To trauvma kai oi politikes tis mnimis, Athènes, Kyriakidis, 2010, p. 191-329, 197.

33 Photiades K. E., Die Islamisierung Kleinasiens…, op. cit.

34 Voir notamment de ces deux auteurs : Photiades Konstantinos E., Pontos, Thessaloniki, Zytros, 2010 ; ders., I ethnokatharisi ton ellinon tou pontou, Thessaloniki, Malliaris, 2008 : ders., I genoktonia ton ellinon tou pontou, Athen, Idryma tis voulis ton ellinon, 1994 ; Charalambidis Michalis, Pontos antik bir kimliğin geri dönüşü, Athen, Stravon, 2013 ; ders., To Mikra Asia enonei to Tourkia ekvarvarizei, Pontos, i epistrofimias panarxaias tavtotitas, Athen, Stravon, 2011 ; ders., To pontiako zitima os evropaiko zitima [The Pontian Question as a European Question], Athen, Starvon, 2010.

35 C’est en 1986 et 1988 que se déroulèrent les premiers congrès mondiaux des Pontiques grecs. Cf. Vergeti M., Apo ton Ponto…, op. cit., p. 393.

36 Cf. sur cette question les publications dans le Journal officiel grec FEK (A,18/28.02.1986) et FEK (A32/11/03/1994), consultables sur : http://www.et.gr (13/11/2013).

37 Cf. Agtsidis V., « To travma… », art. cit., p. 264, 274.

38 Cf. le libellé exact dans FEK (A, 207/21/09/2001) ainsi que Bruneau Michel et Papoulidis Kyriakos (dir.), I mnimi tou prosfygikou ellinismou : ta anergthenta mnimeia stin Ellada (1936-2004). La Mémoire de l’Hellenisme réfugié : les monuments commémoratifs en Grèce (1936-2004), Athènes, Kyriakidis, 2004, p. 22-23.

39 De nombreux jeunes professeurs d’université grecs, notamment, sont très sceptiques sur la qualification de génocide et sur la récupération officielle de cette culture mémorielle. Cf. Exertzoglou Charis, « I istoria tis prosfygikis mnimis », dans Liakos A. et Gazi E. (dir.), To 1922 kai oi prosfyges. Mia nea matia, Athènes, Nefeli, 2011.

40 http://www.genocidescholars.org/resources/resolutions (13/11/2013).

41 www.greekgenocide.com (28/8/2013).

42 On trouvait jusqu’en octobre 2012 une critique fouillée de ces deux personnalités sur : http://pontiangenocide.greek-genocide.org/index.html. Le site est désormais fermé.

43 Cf. également la critique de l’historien Vlasis Agtsidis sur : http://kars1918.wordpress.com/2009/10/ (13/11/2013).

44 Zimmerer Jürgen, Von Windhuk nach Auschwitz ? Beiträge zum Verhältnis von Kolonialismus zum Holocaust, Berlin, Lit, 2011, p. 174.

45 Dans une lettre adressée le 9 mars 2008 à l’ambassadeur américain en Grèce, Michalis Charalambidis évoque un « camp d’extermination » situé près de Trébizonde, qui, écrit-il, avait été « bien pire qu’Auschwitz ». Consultable sur : http://blog.antibaro.gr/2008/05/163 (13/11/2013).

46 Charalambidis Michalis, « Von den Völkern des Schweigens zur gemeinsamen Stimme », dans Hoffmann T. (dir.), Verfolgung, Vertreibung und Vernichtung der Christen im Osmanischen Reich 1912-1922, Berlin, Lit, 2007, p. 229-236, 230.

47 Charalambidis M., « Von den Völkern… », art. cit., p. 232.

48 Michalis Charalambidis a ainsi parlé dans un discours prononcé le 26 juin 2012 à Nicosie de la « machine à tuer kémaliste » dont les chypriotes et la région avaient été les avant-dernières victimes, avant qu’elle ne se retourne vers les kurdes. Cf. http://polis-agora.blogspot.de (13/11/2013).

49 http://www.pontos.genoktonia.gr.

50 Cf. la couverture de sa documentation publiée en 1994, « Génocide des Grecs du Pont », qui montre une opération d’évacuation dans le Near East Relief menée en 1922-1923, c’est-à-dire affectant des Arméniens, et que Konstantinos Fotiadis a légendé, ici comme dans d’autres publications, « Document des déportations et de l’exil forcé des Grecs pontiques ». Cf. à ce sujet également Krikorian Abraham et Taylor Eugene, « Achieving Ever-Greater Precision in Attestation and Attribution of Genocide Photographs », dans Hoffman T., Bjørnlund M. et Meichanetsidis V. (dir.), The Genocide of the Ottoman Greeks, New York, Caratzas, 2011, p. 389-434.

51 Cf. une communication de Michalis Charalambidis tenue en novembre 2011 sur : « Le Pont – Le retour d’une identité panarchaïque » ainsi que sa conférence du 19 mai 2012 donnée à Stuttgart à l’occasion de la journée commémorative du « génocide pontique ». Consultables sur http://www.osepe.de/02_Articles/111016.htm (13/11/2013).

Auteur

Université Friedrich Schiller d’Iéna

Valentine Meunier (Traducteur)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540